21 octobre 2015

Coup de pub féministe chez les actrices de Hollywood

Jessica Chastain, c’est qui? Une actrice américaine. Ah bon? Et elle a joué dans quoi? Elle joue dans Seul sur Mars et avant cela dans quelques films. Ah… Pas très connue.

 


hollywood,chastain,matt damon,mars,julia roberts,salaire,actrices,sexisme,Locomotive

 

Pas de manière à faire marcher un film sur son nom. Hollywood est une grosse machine à faire rêver. Le rêve a un prix. On y produit des films à gros budgets et à vocation planétaire. Il doivent être rentabilisés sans quoi, fin du rêve et fin du job pour les milliers d’invisibles qui y bossent. Comme pour toute entreprise. Il faut donc, en général, des acteurs qui attirent. A noter qu’un film peut se crasher dès le départ même avec une star aux commandes.

 

Les cachets des acteurs frisent la stratosphère. 25 millions de dollars pour Matt Damon dans Seul sur Mars! Cela a-t-il du sens? Pour lui et ses producteurs, oui: il rapporte beaucoup. C’est le critère. Son seul nom fait recette. Matt Damon c’est le succès depuis plus de 20 ans, avec la série des Ocean’s, La mémoire dans la peau, Will Hunting, Le Soldat Ryan, et d’autres. 

 

C’est une locomotive. Il tire le film et permet aux autres d’avoir une petite part du gâteau. A côté, beaucoup d’acteurs et actrices gagnent beaucoup moins. Certains touchent ensuite un pourcentage sur les recettes du film. En quelque sorte ils sont payés en partie au résultat. Les plus grosses locomotives de Hollywood sont des hommes. Certaines femmes en font cependant partie: Meryl Streep, fantastique actrice, crève toujours l’écran à 65 ans. Julia Robert reste une locomotive, comme Sandra Bullock.

 

 

hollywood,chastain,matt damon,mars,julia roberts,salaire,actrices,sexisme,Cruelle réalité

 

Les hommes gagnent de plus en plus d’argent en prenant de l’âge, contrairement aux femmes passé 35 ans. Cruelle réalité, celles-ci attirent moins les spectateurs:

 

«Le visage d’un homme âgé est censé véhiculer une certaine idée de maturité et de caractère, tandis que le visage d’une femme est plus apprécié lorsqu’il est jeune », explique le Pr. Timothy Judge.»

 

De plus selon une étude parue dans UDA Today:

 

«Hollywood préfère les actrices jeunes, belles, nues si possible, et peu bavardes. (…) 26,2 % des actrices se retrouvent au moins partiellement nues dans un film, tandis que 28,8% portent des vêtements sexy, soit environ 4 fois plus que les hommes. (…) Entre 2007 et 2012, le nombre d'adolescentes montrées partiellement nues a augmenté de 32,5 %.»

 

Eh oui, cela marche ainsi. Les jeunes femmes reproductrices potentielles et attractives sont plus regardées que les femmes moins jeunes. Même dans la rue. Hommes et femmes ne sont pas égaux. D’ailleurs les actrices bien payées sont au-dessus du lot en terme de beauté physique. Elles ne semblent pas s’en plaindre. 

 

hollywood,chastain,matt damon,mars,julia roberts,salaire,actrices,sexisme,Il y a aussi de belles situations. Sandra Bullock a empoché 51 millions de dollars  à 50 ans avec Gravity, et au final ce sera probablement 70 millions. Jennifer Lawrence, qui n’a joué jusqu’ici que dans des rôles d’adolescente attardée (dont Hunter Games), a touché 34 millions (juin 2013-juin 2014). C’est bien payé. Entre septembre 2014 et septembre 2015, Julia Roberts a encaissé 82 millions de dollars (gains directs et accessoires)! 

 

 

Coup de pub

 

Depuis quelques temps la mode est aux récriminations d’actrices. Elles se plaignent d’être moins payées que les hommes. Ce serait du sexisme. Pleurnicherie et accusation de discrimination sexiste: on est en plein féminisme victimaire. Après Jennifer Lawrence, qui n’a pu, la pauvre, s’acheter en 2014 qu’une simple maison à 7 millions de dollars, c’est justement Jessica Chastain qui monte au créneau. Elle balance les cachets: à côté des 25 millions de Matt Damon dans Seul sur Mars, acteur qui tire le film, elle ne touche que 2 millions. Pour une actrice habituée plutôt aux secondes rôles, c’est pas mal. Elle n’est pas Julia Roberts. Et elle a quand-même de quoi faire ses courses à l’épicerie du coin.

 

On remarque que cette prétendue croisade antisexiste et égalitaire survient, comme pour Jennifer Lawrence, au moment de la sortie du film où elles jouent. Très bon timing! Visiblement elles font leur pub vers le grand public. C’est une campagne de communication pour que le monde les hollywood,chastain,matt damon,mars,julia roberts,salaire,actrices,sexismeregarde (surtout en victime, c'est le trend aujourd’hui). Au prochain film elles pourront facilement demander plus grâce à cette notoriété victimaire. Jouer les victimes cela rapporte. Grâce à ses pleurnicheries Jessica Chastain (image 2) s’est fait une notoriété internationale en quelques jours. Pourtant elle n’est pas Julia Roberts, ni Scarlett Johansson, ni Meryl Streep.

 

Tout ce qui sort de Hollywood est de la comm, rien d’autre. Son producteur l’a peut-être lui-même encouragée à se plaindre. Cela fait parler du film.

 

L’industrie du cinéma doit-elle être égalitaire? Aucune raison. Femme ou homme, on gagne bien si l’on rapporte bien, c’est tout. Et c’est logique. Des hommes gagnent moins que d’autres hommes. Ils ne pleurnichent pas. L’égalité et la posture victimaire ne sont ici qu’un passe-droit, une manière de toucher plus sans rien faire pour. 

 

Un nivellement égalitaire par le bas, par l’accusation, pas par le mérite personnel.

 

D’ailleurs, les avez-vous entendues se battre pour que les ouvrières du Bangladesh gagnent un peu plus que quelques dollars par jour?

 

Non. C’est un simple coup de pub et de comm chez les riches bourgeoises de Hollywood.

 

 

hollywood,chastain,matt damon,mars,julia roberts,salaire,actrices,sexisme,

 

 

 

 

 

11:24 Publié dans Art, Féminisme, société | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : hollywood, chastain, matt damon, mars, julia roberts, salaire, actrices, sexisme | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

Assez d'accord sur l'orientation générale de l'article, mais un gros bémol tout de même : Jessica Chastain est une super actrice, remarquable en chasseuse terroriste obsessionnelle dans Zero Dark Thirty, émouvante en scientifique blessée par son enfance dans Interstellar, glaçante en mante religieuse inquiétante dans le récent Crimson Peak (3 films fort recommandables). Et, plus petit bémol, Jennifer Lawrence est aussi une bonne actrice (et un personnage assez sympathique par ailleurs), comme elle l'a démontré dans Happiness Theray et Winter's bone (assez bons films également).
Bon sinon, la rémunération des acteurs et des actrices d'Hollywood se situe dans une catégorie économique complètement atypique, basée sur la spéculation. Leur rémunération n'est pas liée à la difficulté estimée de leur travail, à des éléments objectifs (longueur du rôle, nombre de répliques, etc...) mais simplement à l'estimation, forcément subjective, du nombre de spectateurs supplémentaires que leur nom à l'affiche peut apporter à un film. Mettre de la parité là-dedans est de fait complètement ridicule.
Et je suis d'accord que l'idée qu'en agissant sur la rémunération des actrices stars, on pourrait, par capillarité, contribuer à la réduction des inégalités salariales hommes/ femmes dans les secteurs "normaux" de la société, est assez peu convaincante (même si on pense que ce dernier sujet est un réel problème)

Écrit par : F-Cat | 21 octobre 2015

Oui F-Cat, très subjectif les cachets. Les producteurs mettent de l'argent s'ils pensent que cela rapporte en proportion. L'exigence d'égalité n'a pas vraiment de sens ici et paraît presque inconvenante devant de tels montants.

Sur Chastain et Lawrence, il faut voir sur le temps si elles confirment un vrai talent. De toutes façons elles arriveront au stade de J. Roberts ou S. Bullock si elles ramènent autant d'argent sur leur nom et leur présence à l'écran. Gravity a rapporté sauf erreur 700 millions de dollars!

Écrit par : hommelibre | 21 octobre 2015

Je...
Je pars de ce site pour toujours.

Écrit par : Imago | 19 novembre 2015

Je ne sais pas si je dois avoir envie de vomir devant cet article... ou dois-je juste retourner faire le ménage, la bouffe, la vaisselle, le linge et m'occuper des gosses ?
Ah mais, peut-être ne vous sentez-vous pas concernés, messieurs ! Dans ce cas pardonnez mon empressement.
La prochaine fois je vous expliquerai la vie avec des préjugés et un sérieux complexe de supériorité, peut-être aurai-je l'indescriptible honneur de toucher votre intelligence dégénérescente et, j'ose espérer, votre esprit critique actuellement au repos.
Très cordialement,

Écrit par : Rageuse | 28 février 2016

Les commentaires sont fermés.