29 septembre 2015

Reem Hassan, combattante syrienne, tombée en héros

Elles auraient pu partir, fuir les combats. Se noyer en mer. Ou sauver leurs jeunes vies. Elles ont choisi de se battre contre Daech. Sur le terrain, dans ses lignes. Elles ont choisi de terroriser les terroristes, qui croient qu’ils n’iront pas au paradis s’ils meurent de la main d’une femme

 


syrie,daec,yézidies,femmes,combattantes,kurdes,chrétiennes,milice,Des femmes des régions kurdes et chrétiennes de Syrie ont formé des bataillons pour défendre leur terre, leurs familles, et leurs soeurs capturées, vendues sur les marchés aux esclaves et violées habituellement par les djihadistes.

 

Les soldats de Daech tremblent face à ces femmes armées. Elles le savent. Elles, elles ne tremblent pas. Certaines sont mariées et leurs enfants sont loin, à l’abri. D’autres sont célibataires et renoncent à une vie normale. Mais qu’est-ce qu’une vie normale au Proche-Orient?

 

Chrétiennes ou yézidies, elles infiltrent les lignes ennemies et déstabilisent le front. Elles sont nombreuses. Beaucoup d’entre elles sont tombées au combat, comme la chanteuse Viyan Peyman (image 2), Arîn Mirkan, Nalin Afrin, Omaya Al-Jbara, et d’autres, anonymes et méritantes. Une remarque: elles se battent arme à la main pendant que des hommes jeunes et célibataires fuient vers l’Europe. On ne peut demander à tout le monde d’être un héros. Aurais-je le même courage qu’elles si j’étais à leur place?

 

Ces femmes luttent avec toute leur détermination. Pendant qu’elles se battent c’est la débandade chez les rebelles masculins formés pour aller sur le terrain:

 

syrie,daec,yézidies,femmes,combattantes,kurdes,chrétiennes,milice,

«  … la première promotion de 54 combattants, baptisée la Division 30, entre de plain-pied en juillet dans l'enfer syrien. Or, deux mois plus tard, le constat du commandant des forces américaines au Moyen-Orient est sans appel. Devant le Sénat, le général Lloyd J. Austin a admis le 16 septembre dernier que seuls "quatre ou cinq" rebelles syriens combattaient de manière effective sur le terrain. Un "échec total", une "blague", lui ont rétorqué plusieurs sénateurs républicains. » 

 

Aujourd’hui Reem Samir Hassan (image 1), combattante syrienne chrétienne, chef d’une unité de femmes soldats en Syrie, est annoncée morte. Elle a perdu la vie le 25 août dernier en se battant seule contre 50, dit-on, pour permettre à son unité de se replier. Elle a sauvé ses combattantes en se sacrifiant. 

 

C’est l’occasion de parler de ces femmes, de leur courage et de leur détermination à faire reculer l’oppression, à vivre libres sur leur terre.

 

 

Ô femmes, dont le corps est fait pour délivrer la vie, qui apprenez la mort que les hommes originellement donnaient et recevaient pour vous défendre, nous pensons avec recueillement et respect à vos mortes. 

 

 

 

 

 

21:11 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (33) | Tags : syrie, daec, yézidies, femmes, combattantes, kurdes, chrétiennes, milice | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

Les gens qui se font tuer dans les guerres, en particulier ce genre de guerre sale organisée par une mafia internationale qu'il est interdit de nommer ne sont pas des héros mais des victimes à mon sens.

Écrit par : de passage | 29 septembre 2015

Vous ne pouvez pas demander à tout le monde de mourir pour un tyran, une mafia, des terroristes, ou même pour l'Occident, les Russes, les Turcs ou les Chinois. Là, je parle de géostratégie des gouvernements, pas des peuples. J'aimerais bien savoir pour quel type de salauds je me bats si cela devait arriver... Dans cette brume opaque que sont devenus les conflits d'intérêts, il n'y a que protéger sa famille, fuir avec elle pour trouver ailleurs cette paix qui n'existe plus chez soi. La guerre n'est plus une option quand on sait que les supérieurs, ils portent bien leurs noms, sont planqués dans leurs villas, plein aux as, et ne pensent ô grand jamais aux sacrifices de toutes ces personnes...Le premier à nommer dans cette guerre se nomme Bachar el Assad et je n'irais certainement pas mourir pour lui et sa jolie femme...

Écrit par : pachakmac | 29 septembre 2015

@ de passage

Victimes peut-être, mais elles ont décidé de ne pas mourir en victimes et de faire front.
Je ne connaissais pas cette facette de cette guerre. Mais je trouve cela courageux et admirable

Écrit par : aoki | 29 septembre 2015

@pachakmac

en l'occurence les gens de ces régions kurdes doivent faire face à Daech, les autres attaquent viennent de la Turquie membre de l'OTAN. Alors vos propos tombent passablement à côté.

Écrit par : aoki | 29 septembre 2015

Merci de nous faire découvrir cet aspect d'une guerre où on peine à comprendre qui se bat pour et contre qui. Le plus grand respect pour ces femmes courageuses qui ont décidé de refuser l'obscurantisme dont elles sont les premières victimes. Et que le sacrifice de ces jeunes femmes tombées pour la défense de leur liberté ne reste pas vain.

Écrit par : Kad | 29 septembre 2015

Comme pachakmac, je pense qu'il est essentiel de savoir pour quoi et pour qui on met sa vie en jeu.
Vu d'ici, on a envie de dire qu'il faut se battre contre les barbares, tous les barbares , qu'ils se nomment Daesh, Al Nusra ou autrement. Et il y a l'armée dite "régulière", qui ne représente pas forcément un idéal respectable pour les civils sur le terrain. Mais comment faire ? Je pense que dans la réalité, c'est bien plus compliqué qu'on ne le pense, derrière nos écrans.
Chez qui s'enrôler ? Comment être armé de sorte à ne pas être pulvérisé à la première occasion ? Comment s'organiser dans la capharnaüm généralisé de la Syrie ( ou de l'Irak) ? A qui faire confiance ?
Le jour, où je devrai m'improviser combattante, j'espère trouver une cause juste, des instructeurs capables, des armes à ma mesure et un groupe soudé par une cause commune suffisamment forte pour me sentir portée par mon idéal.
Chez nous, l'armée est une structure clairement identifiée, structurée avec la mission de défendre nos frontières. Mais si elle se mettait à tirer contre des manifestants anti-gouvernementaux ? On devrait s'organiser contre cette armée-là.
Ou alors, lui venir en soutien, en cas d'invasion.
Les Yézidis ou les Kurdes ont une structure communautaire en place, une terre précise à défendre et visiblement la capacité de mettre sur pied une guérilla, forme de combat qui a souvent donné des résultats concluants. La connaissance du terrain et des conditions atmosphériques est essentielle pour le combat au sol.
Je comprends ces femmes. Il y a des moments, où il n'est pas possible de rester inactif. Ce n'est pas donné à tout le monde d'avoir le courage d'y aller et tous ceux qui y vont sont des héros.
Si elles font peur aux djihadistes par le seul fait qu'elles soient femmes, c'est assez motivant pour y aller. D'ailleurs, les combattants-homme pourraient se déguiser un peu ...

Écrit par : Calendula | 29 septembre 2015

"C’est l’occasion de parler de ces femmes, de leur courage et de leur détermination à faire reculer l’oppression, à vivre libres sur leur terre."

Oui, pendant que la mosquée du Grand-Saconnex et autres sinistres officines de Genève expédient des assassins pré formatés rejoindre les rangs de leurs frères synthétiques de Daech, d'autres font le pari de la vie et vont, au péril de la leur, prêter main forte à ces femmes-courage Kurdes.

http://www.rts.ch/info/monde/6959641-une-jeune-femme-temoigne-de-son-combat-contre-l-etat-islamique.html

Écrit par : Giona | 29 septembre 2015

Et la crapule Erdogan bombardent les Kurds qui combattent l'EI!
l'UE et l'ONU, prompts à condamner Israël, laissent le tyran continuer sa criminelle besogne! C'est vrai, ce sont des Kurds, pas des "Palestiniens...."?!

Écrit par : Patoucha | 30 septembre 2015

Femmes courages kurdes. Oui. Elles et leur communauté ont une vue nettement plus libre de l'Humanité. Et l'Europe pendant ce temps fait des ronds de jambes à Erdogan qui prend peur face à ces Kurdes qui revendiquent une liberté territoriale partagée sur trois Etats créés par les vainqueurs de la seconde guerre mondiale. Mais les Etats font peu de cas des qualités d'une communauté et s'intéressent nettement plus à la géostratégie qui les maintient au pouvoir. Je dois dire que si je devais me battre, je me battrais avec ce genre de citoyens et de citoyennes libres et ouverts sur le monde et les autres cultures... Pour autant que l'on trouve les moyens de se défendre parce que la guerre, eh oui, cela coûte encore plus chère que la paix en terme d'argent... On ne parle pas des coûts humains...

Écrit par : pachakmac | 29 septembre 2015

Il faut être deux pour faire la paix
Mais un seul peut déclarer la guerre et l'autre n'a plus le choix; il ne peut que céder ou répondre. C'est la situation du peuple kurde.
Mes respects pour ces femmes

Écrit par : archi-bald | 29 septembre 2015

@ Giona

http://www.rts.ch/info/monde/6959641-une-jeune-femme-temoigne-de-son-combat-contre-l-etat-islamique.html

cette femme dit quelle était la seule femme au milieu d'hommes, et qu'il y a eu des combats rapprochés, y a t'elle participé elle ne le dit pas donc s'est t'elle battue en première ligne en combat rapproché on peut en douter, il y a déjà quelque temps de ça sur ces même femmes syrienne pour ce blog j'avais fait une recherche, et je n'avais trouvé de femme s'étant battue en première ligne, cela à t'il changé peut-être, pour le faire celà prends un peu de temps, les seules femmes connues pour avoir combattues en combat rapproché sont les amazones du Dahomey, et elles étaient droguées et alcoolisées avant les combats.

http://www.rts.ch/info/monde/6959641-une-jeune-femme-temoigne-de-son-combat-contre-l-etat-islamique.html

Écrit par : leclercq | 29 septembre 2015

Ben, l'antiféministe leclercq qui, même dans un sujet aussi triste, crache son venin. Lamentable!

Écrit par : Patoucha | 01 octobre 2015

Il faut signaler que les Kurdes sont très novateurs sur le plan social et ont tiré le meilleur des possibilités de démocratie locale, ce qui contribue à une solidarité et motivation forte face à l'adversaire :

http://www.bastamag.net/En-Syrie-une-experience-de-democratie-directe-egalitaire-et

Écrit par : pli | 30 septembre 2015

@ hommelibre

"Ces femmes luttent avec toute leur détermination. Pendant qu’elles se battent c’est la débandade chez les rebelles masculins formés pour aller sur le terrain:"

je trouve cette phrase assez sujette à caution, apparemment ce sont quelques femmes kurdes qui se battent parmi beaucoup d'hommes kurdes et combien de femmes se battent réellement au contact ?

j'ai l'impression qu'il y a pas mal de propagande derrière ces affirmations.

je pense qu'il faut chercher à bien connaitre la vérité avant de s'emballer.

la recherche que j'avais faite il y a quelque temps déjà montrait qu'un groupe de combattantes défendait un peu, qu'un accrochage avait eu lieu et quelles s'étaient faites massacrées.

Écrit par : leclercq | 30 septembre 2015

http://www.lemonde.fr/m-actu/article/2014/12/30/une-irakienne-contre-daech_4544940_4497186.html

ce texte publié par le monde gauchiste et féministe écrit par une femme, quand on connait la mauvaise foi féministe !!!

image: http://s1.lemde.fr/medias/web/1.2.680/img/placeholder/avatar.svg

Jean-Baptiste Clamence 30/12/2014 - 20h33

Article de pure propagande - d'ailleurs la référence à Jeanne d'Arc est explicite - et sans doute commandé par l'association Franco Américaine. Aucun intérêt. Un peu plus de faits, un peu moins de patho, ce serait bien, et plutôt à l'avantage des vraies victimes, que l'exagération ne sert pas.

Écrit par : leclercq | 30 septembre 2015

http://karbalaqsa.blogspot.fr/2013_02_01_archive.html

je fouine un peu j'ai trouvé qu'est que ça vaux ?

"Selon les médias syriens, 9 divisions féminines ont vu le jour, comptant en tout 450 femmes entre 18 et 50 ans. Elles sont chargées de missions de surveillance et de secours des blessés. Certaines d’entre elles ont été vues à Homs, surveillant dans des barrages.

Voulant porter un coup de main à leurs homologues hommes, elles se sont baptisées "les femmes fedayins", en allusion aux premiers combattants palestiniens contre l'ennemi israélien.
Des miliciennes kurdes à HassakéSachant que ce sont les femmes kurdes qui ont été les premières à descendre dans les rues, armées jusqu’aux dents, dans le gouvernorat de Hassaké."

Écrit par : leclercq | 30 septembre 2015

Hommage à ces femmes, qui paient de leur vie, n'acceptant pas l'assujettissement le plus abject de ces crapules !

Écrit par : Micheline P. | 30 septembre 2015

@Leclercq. Il semblerait que l'accouchement se fasse dans la douleur, ainsi soit-il ! Cela dit, maintenant que vous découvrez et convenez de l'existence de ces authentiques guerrières en lutte contre l'E.I., pourquoi voudriez vous les grimer en quelconque vulgaire pirate de l'air, mercenaire terroriste fedayin, ancêtre du milicien affilié au hamas et donc allié de l'E.I quand elles sont, elles mêmes, de vaillantes peshmergas, entraînées et armées, par l'Etat d'Israël, comme leurs héroïques homologues de Tsahal ?
Allons allons ! Faites contre mauvaise fortune bon cœur et preuve d'un minimum de cohérence.

"Aujourd’hui, il existe entre 500 et 600 femmes peshmergas."

http://www.slate.fr/story/92691/kurdistan-irakien-femmes-peshmergas

Il est d'ailleurs assez amusant de varier les sources qui, pleines d'amers ressentiments, confirment les faits.

http://oumma.com/214669/deploiement-israelien-kurdistan-irakien

Écrit par : Giona | 30 septembre 2015

pas clair tout ça, y a t'il des femmes qui sont mortes en combattant ?

http://www.slate.fr/story/92691/kurdistan-irakien-femmes-peshmergas

" Comme l’écrasante majorité des femmes qui se battaient à l’époque, elle ne portait pas d’arme dans cette guerre. Pourtant, elle se sent combattante au même titre que les hommes:

«Je suis peshmerga et femme de peshmerga! Une bataille, ça ne se gagne pas qu’avec ceux qui ont un fusil à la main. Il y a besoin de personnes qui soignent, qui nourrissent et qui acheminent les armes.»"

"A la question de savoir pourquoi il n’y a que quelques centaines de femmes peshmergas, pour environ 200.000 hommes, la petite femme de 41 ans fait une réponse confuse. Peut-être n’y a-t-il pas tant de femmes kurdes que cela désireuses d’entrer dans l’armée?"

"Les peshmergas nouvelle génération portent du maquillage et ont des téléphones portables. Elles possèdent un vrai équipement mais elles n’ont jamais eu à se battre ces dernières années."

"En juillet par exemple, au cœur des combats contre l’EI, une vingtaine seulement se sont rendues au front près de Kirkouk. «Les hommes étaient contents qu’elles soient là; ils se sentaient plus forts à leur côtés», précise le colonel Nahida Rashid. "

Article écrit par des femmes.

j'ai oublié le lien sur les amazones du Dahomey

http://www.gauchemip.org/spip.php?article2441

après les délires féministes d'il y a deux ans le retour de bâton commence à arriver

http://www.journaldesfemmes.com/societe/magazine/1334764-armee-femme-etats-unis/

http://www.leparisien.fr/laparisienne/societe/les-marines-americains-ne-veulent-pas-de-femmes-combattantes-20-09-2015-5109811.php

Écrit par : leclercq | 30 septembre 2015

Leclercq, en effet elles ne sont pas très nombreuses en proportion des hommes. Ce sont quelques unités. Peut-être leur nombre grossira-t-il. Mais elles existent et sont un exemple.

Oui il y en a qui meurent sous les balles, au combat. Elles sont la plupart armées. Elles n'ont pas de gros paquetage à porter, les zones d'approvisionnement ne sont pas loin. De ce que j'au compris elles restent près de la ligne de front mais ne s'engagent pas plus avant en Syrie. D'ailleurs ce n'est pas l'objectif des kurdes.

Je n'ai pas collecté tous les liens mais les témoignages sont multiples.

Écrit par : hommelibre | 30 septembre 2015

@ Giona

on se réfère tous les deux au même lien en ayant écrit nos posts en même temps sans avoir vu le post de l'autre !!!

apparemment nos conclusions ne sont pas les mêmes du même lien, euh je ne fait pas de conclusion j'ai juste recopier des phrases explicites du lien, qui dit que ces femmes se sentent combattantes mais ne combattent pas.

" Il semblerait que l'accouchement se fasse dans la douleur, ainsi soit-il ! "

donner naissance et tuer ça n'a pas grand chose à voir, quoique les femmes étaient d'excellents tireurs d'élites en URSS durant la seconde guerre mondiale.
mais n'étaient pas employée à l'Assaut peut-être suite à l'expérience malheureuse de Smorgon pendant la première guerre mondiale ?

D'ARTAGNAN 28 octobre 2010 à 10:10

Bonjour à tous,

Il semble bien que les femmes puissent servir dans les armées même au combat !

"Pendant la Première Guerre Mondiale, les femmes ont été mobilisés sur une échelle sans précédent. Certaines d’entre elles, notamment en Russie, s’engagèrent dans l’armée. Bien qu’il n’existe pas de chiffre exact, on estime qu’entre 5 500 et 6 500 femmes ont combattu dans l’armée Russe pendant la Grande Guerre.

Le « bataillon de la mort » a été crée en 1917, après l’abdication du tsar, par Maria Bochkareva, une femme russe qui avait rejoint l’armée dès 1914 et grandement fait ses preuves au combat. Ce bataillon était constitué de femmes volontaires, désireuses de faire preuve de courage aux côtés des hommes. Elles étaient incorporées comme les hommes, avec la même uniforme militaire et la coupe de cheveux si caractéristique : toutes n’étaient pas tondues à ras puisque certaines gardaient juste un petit toupet en haut du crâne.

Inspection du bataillon

Après un mois d’entraînement intensif, cette curieuse unité, principalement constituée de filles de bourgeois, fut envoyé au front Russe ouest. Le bataillon a participé à une grande bataille, près de la ville de Smorgon et subit de lourdes pertes : elles étaient au départ 2 000, mais après trois mois de combat en première ligne, leur nombre est tombé à 250 !

Environ 140 d’entre elles, avec quelques Cossacks et cadets, tentent de défendre le palais d’hiver et les restes du gouvernement temporaire en octobre 1917. Le bataillon faisant marche sur la palais a été vu par par un diplomate français qui les a décrites dans ces mots : « elles ont marché dans l’étape, affectant un esprit martial évidemment contredit par leurs figures dodues et leur féminité ».
Pourtant, pendant le siège ces femmes ont refusé de se rendre alors même que les hommes autour d’elles délaissaient les barricades. Cet acte de résistance n’a sans doute pas beaucoup influé sur l’issue finale de la révolution d’octobre, mais a fait honte à leurs compagnons masculins.
Ce refus de se rendre était sans doute motivé par la volonté d’éviter le pire. En effet, une fois dans la mains des Bolcheviks, beaucoup de ces femmes ont été physiquement maltraités et quelques unes violées. Elles ont regagné leurs casernes les jours suivants, mais leur bataillon, considéré par Lénine comme « contre-révolutionnaire », a très vite été congédié"

faux qu'il se renseigne un peu mieux avant d'écrire ce d'artagnan

sur 2000 300 ont acceptée de participer à un assaut soutenues par 600 hommes,

http://books.google.fr/books?id=ReWvxz_4zWUC&pg=PT15&lpg=PT15&dq=smorgon+bataillon+de+la+mort&source=bl&ots=i_NlKu7jzY&sig=0ujiWCME4IH-IkWx7dAr7xSstu4&hl=fr&sa=X&ei=2wsUVPLQD4rqaPLVgogE&ved=0CDoQ6AEwBA#v=onepage&q=smorgon%20bataillon%20de%20la%20mort&f=false

voir l'alinéa 33 !!!

une partie des femmes est restée dans les tranchées hystériques où prêtes à s'évanouir, d'autres à peine le talus franchi ont fait aussitôt marche arrière où plutôt se sont mises à ramper aussi vite que possible pour rejoindre un abri.

merci à l'honnêteté de Florence Farmborough.

http://femmesenuniforme.blogspot.fr/2012/09/la-russie-sinvite-complement-sur-le-1er.html

"Le 1er bataillon de la mort, formé à Petrograd, comprend 2000 femmes, commandées par Maria Botchkareva (Yashka), à sa création en mai 1917, mais il est amputé de pas moins de 1700 volontaires favorables aux comités de soldats le même mois. En juin 1917, le bataillon ne représente plus que 300 femmes. Un mois plus tard, le premier engagement se solde par de lourdes pertes : 100 mortes et blessées."

là sur ce lien on a droit à la malhonnêteté féministe.

http://www.tetue.net/?article321

Écrit par : leclercq | 30 septembre 2015

@ Giona

comme leurs héroïques homologues de Tsahal ?

les soldates de Tsahal ne combattent pas en première ligne, un essai a été tenté, mais non concluant les hommes délaissent la mission et mettent en priorité la protection des femmes.

@ hommelibre

le lien qu'on a cité en même temps avec Giona, ne parle pas de femmes qui combattent. entre faire des échanges de tirs (ce que fonts les américains en Afghanistan), et monter à l'assaut ça n'a pas grand chose à voir.

"En juillet par exemple, au cœur des combats contre l’EI, une vingtaine seulement se sont rendues au front près de Kirkouk

se rendre au front ce n'est pas combattre en première ligne, mais on peut se faire tuer par balle où autre.

j'ai relu ces jours-ci la guerre censurée "édifiant"

là on comprend l'horreur

http://www.bibliomonde.com/livre/guerre-censuree-une-histoire-des-combattants-europeens-18--6493.html

Écrit par : leclercq | 30 septembre 2015

"la malhonnêteté féministe." Complexé à vie leclerq!
Votre problème va au delà des féministes. C'est carrément la haine de la femme tout court!

Ces femmes courageuses combattent pour leur pays et leur vie, contrairement aux HOMMES qui prennent la tangente pour d'autres cieux?!!! Non d'un chien! Reconnaissez-leur au moins ce mérite!

@Lafaux

"Les kurdes face à l'état islamique avait reculer,"

Les Kurdes ont le courage d'affronter les barbares de l'EI.Ils se font massacrer par l'islamiste Erdogan, supposé faire la guerre à l'EI?! Rendez-leur justice! Et faites vos condoléances pour cette magnifique jeune femme, au lieu d'en rajouter avec des HS!

@hommelibre

Reem Hassan, lieutenant, chef d'une unité combattante, n'était pas syrienne, mais une chrétienne kurde.

Que cette merveilleuse jeune femme repose en paix!

La vie est mal faite!

------

Correction: "Et la crapule Erdogan "bombarde"

Écrit par : Patoucha | 01 octobre 2015

Les kurdes face à l'état islamique avait reculer, les kurdes qui dispose d'une armées qui repose plus sur la représentation de la société plutôt que sur une sélection très dure tous les hommes ne peuvent pas prétendre a postuler pour rentrer dans les forces spéciales les EOP et autres mais quand on demande pas la même chose à un homme et à une femme quand on pare d'ouvrir les postes aux femmes on adapte l'évaluation et les tests ensuite la presse parle d'exigence identique de machiste voir le cas des marines ou de l'armée Française les exigences serait identiques les femmes ne représenterait pas 15 % des effectifs militaires. Cela a des conséquences sur le recrutement, la cohésion des unités, pour évacuer les blessés,... .
http://fabiusmaximus.com/2015/09/19/martin-van-creveld-women-warriors-89427/
Pour l'armée américaines(c'est pas la seul) c'est quand ils veulent pour les tests identiques mais il faut faire plaisir aux associations:
http://www.military.com/military-fitness/army-fitness-requirements/army-basic-training-pft
https://en.wikipedia.org/wiki/United_States_Army_Physical_Fitness_Test
http://fr.wikihow.com/se-pr%C3%A9parer-pour-suivre-la-formation-de-base-des-marines-am%C3%A9ricains
L'armée et la représentation d'une société machiste tout les arguments sont bon en chine il y a des sections, bataillon féminins mêmes chez les forces spéciales cela permet une sélection entre elles je dirais comme pour les hommes. Une armée qui représente la société n'est pas toujours pertinents voire le cas du Vietnam.

Écrit par : Lafaux | 30 septembre 2015

@ Patoucha
Le gros des effectifs militaires sont des hommes ce n'est pas la faute a du sexisme, des hommes courageux et des femmes courageuses cela ne date pas d'aujourd'hui même si le discours de féministe victimaire vous devez adorez. Si vous êtes pour l'égalité vous avez rien contre que les exigences et l'attention porté soit identique.
Les kurdes ont de l'instruction militaire et une certaine valeur militaire mais il font un choix d'organisation qu'il leur sont propres, l'EI combine deux facteurs la technologie et la barbarie ils auront la même faiblesse que les huns ou autre groupe barbare c'est tenir notamment le terrain ils sont pour l'instant assez rapide dans les changement tactique et stratégique cela ne va pas durer.

Écrit par : Lafaux | 01 octobre 2015

" même si le discours de féministe victimaire vous devez adorez."

Ben... si le fait de dire à leclercq "...Votre problème va au delà des féministes. C'est carrément la haine de la femme tout court! fait de moi une féministe, c'est que vous n'avez rien compris à mon commentaire.

"Si vous êtes pour l'égalité vous avez rien contre que les exigences et l'attention porté soit identique."

Je serais dans l'égalité quand les hommes enfanteront... LOL

Écrit par : Patoucha | 02 octobre 2015

@ Patoucha

"Ben... si le fait de dire à leclercq "...Votre problème va au delà des féministes. C'est carrément la haine de la femme tout court!

quelle haine de la femme ?

au-dessus j'ai fait une analyse lucide il n'y a aucune haine, il ne faux pas voir des guerrières où il n'y en a pas.

"Ben, l'antiféministe leclercq qui, même dans un sujet aussi triste, crache son venin. Lamentable! "

arrêtez vos salades,
les amazones du Dahomey étaient des guerrières, si vous voyez des guerrières ailleurs trouvez les. donc il faudrait les applaudir parce que ce sont des femmes, mais on ne sait même pas ce quelles ont fait si elle se sont réellement battu, les mettre à l'honneur alors qu'on ne sait pas grand chose de leur actions c'est rabaisser des hommes qui se sont eux réellement battus en guerriers. dans un sujet aussi triste, mais qu'est ce que la tristesse à a voir la dedans rien.

Écrit par : leclercq | 02 octobre 2015

@ Patoucha

http://www.bibliomonde.com/livre/guerre-censuree-une-histoire-des-combattants-europeens-18--6493.html

dans ce livre l'auteur écrit que des hommes sont des guerriers comme Jûnger

http://www.lexpress.fr/culture/livre/orages-d-acier_798246.html

d'autres non comme Barthas

http://crid1418.org/espace_scientifique/ouvrages/barthas.htm

les mêmes critères doivent s'appliquer aux femmes combattantes. c'est celà l'égalité

pas ce ramassis de mensonges.

"Après un mois d’entraînement intensif, cette curieuse unité, principalement constituée de filles de bourgeois, fut envoyé au front Russe ouest. Le bataillon a participé à une grande bataille, près de la ville de Smorgon et subit de lourdes pertes : elles étaient au départ 2 000, mais après trois mois de combat en première ligne, leur nombre est tombé à 250 !"

http://www.tetue.net/?article321

qui apparemment ne t’inquiète pas beaucoup moi si, donc tes insultes envers moi sont inadmissibles.

Écrit par : leclercq | 03 octobre 2015

@ Patoucha

"Si vous êtes pour l'égalité vous avez rien contre que les exigences et l'attention porté soit identique."

Je serais dans l'égalité quand les hommes enfanteront... LOL

ça tient pas debout ce que vous écrivez.

donc que la majorité des femmes ne puissent pas physiquement remplir les missions d'infanterie ne vous inquiète pas, une infime minorité se battent et meurent, il ne faut pas généralisé, c'est à peut prés la même proportion qu'a Smorgon, une minorité ont accepter de se battre (100) entourées de 600 hommes, les autres ont préféré prendre la tangente où faire partie des bataillons de soldats c'est moins risqué. ce bataillon de la mort avait été formé pour l'égalité avec les hommes, le mot égalité était déjà de mise.

"Ces femmes courageuses combattent pour leur pays et leur vie, contrairement aux HOMMES qui prennent la tangente pour d'autres cieux?!!! Non d'un chien! Reconnaissez-leur au moins ce mérite! "

ce sont une minorité de femmes kurdes qui se battent au milieu d'une majorité de combattants kurdes, que des hommes syriens fuient je ne voient pas le rapport expliquez moi.

" en effet elles ne sont pas très nombreuses en proportion des hommes. Ce sont quelques unités." hommelibre

"la malhonnêteté féministe." Complexé à vie leclerq!

ça ce n'est pas de la malhonnêteté féministe c'est quoi.

http://www.tetue.net/?article321

c'est bien le féminisme pour des question sois disant d'égalité qui veut que tous les postes dans l'armée sois ouvert aux femmes.

http://tsahal.fr/2015/02/02/des-femmes-en-uniforme-les-nouvelles-recrues-du-bataillon-caracal/

"Si un homme est blessé, il sait que je le prendrais sur mes épaules pour le sauver, et la réciproque est vraie.”

elle nous prends vraiment pour des cons celle là !!! Lafaux

http://madame.lefigaro.fr/societe/etats-unis-les-femmes-militaires-pourront-desormais-combattre-sur-le-terrain-010715-97283

" Mais le feu vert n'a pas encore été donné pour les postes de combat dans l'infanterie ni pour la plus grande partie des forces spéciales."

" Les études faites pour mesurer l'attrait des femmes, déjà engagées ou recrues potentielles, pour les postes de combat montrent que celui-ci, « d'une manière générale, est faible », a expliqué le général Perkins lors d'une rencontre avec des journalistes. Il est « beaucoup » plus faible que celui des hommes, qui ne sont pourtant pas forcément attirés en premier lieu par l'infanterie,"

donc tout ça c'est bien que des délires féministes d'égalité.

"Ces femmes « pensent que rien ne serait plus nuisible » que de provoquer un « abaissement » du niveau d'exigence pour pouvoir les accueillir,"

c'est bien pourtant ce qui se passe.

http://www.military.com/military-fitness/army-fitness-requirements/army-basic-training-pft

« Les femmes arriveront à remplir les normes d'exigence physique » de ces formations dès lors que l'expérience s'accumulera et qu'elles sauront mieux comment se préparer, conclut-elle.

l'important dimorphisme physique entre hommes et femmes elle en a entendu parler. Lafaux

là avec l'armée ça devient plus difficile, prétendre que les hommes et les femmes sont identiques physiquement (et moralement) ça commence à leur péter à la gueule.

pour faire des femmes guerrières en nombre équivalent aux hommes, le roi du Dahomey avait trouvé la solution, leur interdire d'être des femmes.

"Les Amazones du Dahomey sont minutieusement sélectionnées à l’adolescence, et toute leur vie elles s’exercent au métier des armes. Leur entraînement quotidien est très pénible. Elles apprennent à manier les armes et sont conditionnées psychologiquement et religieusement à l’obéissance et à la vénération du Roi. Elles sont vierges et doivent éliminer toute possibilité de fonder une famille, elles sont donc condamnées au célibat."

Écrit par : leclercq | 03 octobre 2015

@ Patoucha

"la malhonnêteté féministe." Complexé à vie leclerq!

ça ce n'est pas de la malhonnêteté féministe c'est quoi.

http://www.tetue.net/?article321

ce blog est bien un blog féministe.

bon le texte de ce lien est tiré d'Amazon l'auteur n'a pas été j'usqu'a lire le livre où en chercher des extraits comme je l'ai fait, mais moi je n'ai pas la prétention de tenir un blog.

sa connaissance du fonctionnement d'un soldat est plutôt déconnecté de la réalité.

http://www.tetue.net/GI-Jane

"GI Jane, la tueuse de service, est aussi excitée qu’eux par la vue du sang, la mort et les massacres de masses. La même haine de son prochain, le même culte de la destruction et le même irrespect de la vie humaine l’habitent. À côté d’elle, les hommes passent presque pour des sentimentaux..."

l'auteur devrait lire la guerre censurée ça lui éviterait d'écrire des inepties.

les femmes sont plus haineuse que les hommes dans la guerre, les jeunes auxiliaires de l'armée Vietminth émasculaient et décapitaient les prisonniers français blessés en Indochine, il fallait que les soldats Vietminth les surveillent pour les empêcher d'accomplir ces atrocités.

Écrit par : leclercq | 03 octobre 2015

« … la première promotion de 54 combattants, baptisée la Division 30, entre de plain-pied en juillet dans l'enfer syrien. Or, deux mois plus tard, le constat du commandant des forces américaines au Moyen-Orient est sans appel. Devant le Sénat, le général Lloyd J. Austin a admis le 16 septembre dernier que seuls "quatre ou cinq" rebelles syriens combattaient de manière effective sur le terrain. Un "échec total", une "blague", lui ont rétorqué plusieurs sénateurs républicains. »

euh c'est assez souvent un échec les troupes formées par les USA.

http://lavoiedelepee.blogspot.fr/2015/08/un-de-determination-absolue.html

" Il faut quand même rappeler que cette « nouvelle armée irakienne » est la troisième formée par les Américains depuis 2003, après celle du département d’Etat (et des sociétés privées) qui a explosé en 2004, puis celle du département de la Défense (DoD), qui, après une forte implication des troupes et plusieurs dizaines de milliards de dollars de dépense, a permis d’obtenir au bout de quatre ans une force à peu près efficace, au moins aux côtés des Américains, avant de redevenir une coquille creuse quelques années plus tard. Les forces irakiennes formées par les Américains souffrent en fait…d’être formées par les Américains, dans un contexte où ce qui importe surtout est la loyauté politique. Depuis 2004, les Irakiens, qu’ils soient au pouvoir ou dans la rébellion, n’ont eu de cesse de vider de leur substance les forces de sécurité formées par les Américains de façon à les rendre les moins dangereuses possibles, au profit de gardes personnelles et de milices de partis, considérées comme beaucoup plus fiables. On pourrait rappeler aussi les précédents de l’armée malienne formée par les Américains avant l’effondrement de 2012 ou, pour citer un exemple français, l’armée tchadienne du président Tombalbaye après notre victoire au Tchad en 1972. Le problème fondamental n’est pas la compétence tactique (l’armée de Daesh n’a pas eu besoin d’instructeurs occidentaux) mais la volonté de combattre. La compétence vient ensuite. Le pari de l’armée efficace sans avoir à changer le contexte politique est très loin d’être gagné.

les américains ont toujours trop cru à leur puissance militaire, et par la même sont devenus incapables de gagner des guerres sur le terrain.

http://lavoiedelepee.blogspot.fr/2015/04/leffondrement-invisible.html

Écrit par : leclercq | 23 octobre 2015

suite

Des femmes des régions kurdes et chrétiennes de Syrie ont formé des bataillons pour défendre leur terre.

il n'y a pas de bataillons de combattantes en première ligne. elles sont une minorité de femmes en première ligne, en réalité peu sont intéressées pour aller se battre en première ligne.

et réellement des guerrières capables de ça ça reste à prouver.

http://lavoiedelepee.blogspot.fr/2015/05/assaut-sur-verbanja-27-mai-1995.html

je crois qu'on surtout droit à une bonne propagande.

une aurait tuer 100 ennemis, une autre se serait battu seule contre 50 hommes, une autre est chef d'une importante troupe d'infanterie mais son occupation c'est de s'occuper du ravitaillement. !!!

"Les soldats de Daech tremblent face à ces femmes armées. Elles le savent. Elles, elles ne tremblent pas."

je pense que cette phrase c'est de la fumisterie"

http://www.actukurde.fr/actualites/700/une-lettre-d-une-combattante-kurde-a-sa-mere.html

un lien très près de la réalité.

Écrit par : leclercq | 23 octobre 2015

on célèbre des combattantes femmes uniquement femmes comme des héros.

mais nos combattants occidentaux quand eux se comportent comme des héros, personne ne les célèbre ils sont de parfaits inconnus. on préfère célébrer les secouristes. où les femmes prisonnières.

http://lavoiedelepee.blogspot.fr/2011/09/de-lemploi-et-de-la-reconnaissance-des.html

"Dans un article du Times, l’historien britannique Ben Macintyre constatait qu’alors que les Britanniques déploraient la mort de plus de 500 soldats en opérations depuis 2003, aucun héros combattant n’était connu du grand public. Il constatait également que les soldats mis en avant par l’institution étaient des héros « secouristes », comme le caporal Beharry, récompensé de la Victoria Cross pour avoir sauvé des camarades lors d’embuscades en Irak en 2004 ou, dans le cas américain, des héros « victimes » comme Pat Tillman, tué en Afghanistan (par des balles américaines), ou Jessica Lynch, prisonnière en Irak et héroïne fabriquée. Tout se passait comme si combattre était devenu honteux."

le met héros est galvaudé.

un héros où une héroïne c'est ça pas autre chose.

"Une armée est finalement une machine à former les tueurs de faible rendement. Dans une application guerrière de la loi de Pareto, la majorité des résultats micro-tactiques sont le fait d’une minorité d’individus doués et dont ceux qui survivent assez longtemps obtiennent le statut d’As. On peut sur une seule action de combat, apparaître héroïque et brillant alors que l’on est que chanceux. Avec la répétition, le facteur chance s’élimine et les héros survivants apparaissent alors vraiment comme des experts. Outre d’être chanceux, leur point commun reste une stabilité émotionnelle et des capacités de coordination sensorielles et motrices supérieures à la moyenne. Passé un premier seuil d’expériences, ces capacités innées se développent très vite en se nourrissant de chaque victoire, jusqu’à un seuil de quasi invincibilité mais aussi souvent de dépendance.

Ces soldats d’exception contribuent grandement à la victoire, quand ils ne les arrachent pas eux-mêmes par leur seule action. Il reste à déterminer leur place dans l’organisation militaire et dans la société. Les combattants naturels, et donc les As potentiels, existent toujours. Il reste à déterminer si une société et son armée peuvent espérer vaincre en refusant de les reconnaître.

c'est un plus qu'a l'armée Kurde de mettre en avant des héroïnes, mêmes si elles ne sont pas toutes en réalité des héroïnes, c'est indispensable pour motiver les combattants. et puis ce sont des société qui en tendance à en rajouter à faire leur leur pathos. dans leur comportement guerriers.

Écrit par : leclercq | 26 octobre 2015

Les commentaires sont fermés.