20 septembre 2015

Mina : trois millions de places à disposition en tentes climatisées

Cela devrait être une bonne nouvelle pour les réfugiés syriens et irakiens. Près de chez eux un vaste camp de 100’000 tentes installées en permanence est vide de tout occupant.

 


mina01-in-saudi-arabia.jpgLes tentes, climatisées, sont divisées en couchage et cuisine-salle de bains. Elles sont reliées par des moyens modernes de communication. Elles ne sont utilisées que cinq jours par an. Il s’agit de la ville de Mina, en Arabie saoudite. La ville d’accueil pour le pèlerinage de La Mecque, à cinq kilomètres.

 

 

Ce qu’en dit un pèlerin musulman:

 

« Mina est une grande ville faite de tentes en dur de différentes tailles où peuvent dormir de six à trente personnes par tente. La ville est divisée en secteurs qui correspondent à un regroupement des pèlerins par régions du monde. Il s’agit d’un espace énorme car il est censé accueillir les millions de pèlerins qui viennent chaque année accomplir les rites du Hajj. »

 

 

mina02.jpgCes tentes sont donc disponibles 360 jours par an. Trois millions de personnes peuvent y loger. On imagine volontiers les réfugiés s’y grouper dans de relativement bonnes conditions malgré l’exil forcé.

 

Ce serait logique en regard de la religion commune, du rôle majeur joué par l’Arabie saoudite où se trouve la ville sainte de tous les musulmans – La Mecque, et en regard de son rôle actif dans la situation dramatique de la Syrie.

 

Mais cela n’arrivera pas. Les saoudiens, monstres d’égoïsme à côté desquels les hongrois, les croates et les slovènes sont des anges, n’accueillent personne. Leurs tentes mina03.jpgresteront vides à l’exception des cinq jours du pèlerinage, pendant que leurs frères musulmans syriens se noieront avec leurs centaines de petits Aylan hors du champ de la caméra en Méditerranée, et que les européens, hantés par leur passé colonial et la culpabilité atavique qui les étreint, s’insulteront les uns les autres en s’accusant qui d’en faire trop qui de n’en faire jamais assez.

 

Vous avez dit Solidarité? Les saoudiens éclatent de rire!

 

 

 

 

13:02 Publié dans Politique, société | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : mina, arabie saoudite, réfugiés | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

"hantés par leur passé colonial et la culpabilité atavique qui les étreint"

les gauchistes ont fait ce qu'il fallait pour répandre cette mentalité de repentance qui n'a pas lieu d'être, on ne peut pas acceuilir et assimiler des immigrés avec une mentalité pareille puisqu'ils ne nous respecteront pas une fois chez nous, et c'est la porte ouverte au communautarisme.
j'estime qu'il n'y a pas de honte à avoir de notre passé colonial.

Écrit par : leclercq | 20 septembre 2015

Parce que les cinq piliers de l'islam sont sensés être le graal pour atteindre le paradis. Parce qu'une vision totalitaire de la religion est encensée par une majorité de musulmans et musulmanes, nous atteignons le sommet de l'ignorance et la déshumanisation d'une religion. Tout au système. Plus rien à la liberté de l'être humain. C'était la même chose avec le régime hitlérien ou stalinien. Vu comme cela, l'islam est condamné comme le communisme et le fascisme furent condamnés par la liberté et la philosophie des Lumières qui persistent à tracer un autre chemin que les peuples du monde, instrumentalisés par des gourous menaçant les peuples de la terreur divine et humaine, s'acharnent à vouloir barrer la route...

Écrit par : pachakmac | 20 septembre 2015

Ce qui est peu connu, c'est que la révolte contre Assad a été provoquée pour bonne part par une forte sécheresse et une mauvaise gestion du gouvernement syrien qui, de plus, s'est mis à torturer dès le début des manifestations de la population :

As we highlighted in 2012, a combination of extreme drought, natural resource mismanagement and population dynamics helped set the conditions for a fragile Syrian state. From 2007-2010, the country experienced the worst drought in its history of records. This drought was part of a trend of declining winter precipitation in the region – a trend linked to climate change (Hoerling et al, 2011). According to a recent study published in the Proceedings of the National Academy of Sciences, climate change made this drought 2-3 times more likely to occur (Kelley et al, 2015).

http://climateandsecurity.org/2015/09/10/on-syrian-refugees-and-climate-change-the-risks-of-oversimplifying-underestimating-the-connection/

http://www.upworthy.com/trying-to-follow-what-is-going-on-in-syria-and-why-this-comic-will-get-you-there-in-5-minutes?g=2

Écrit par : pli | 20 septembre 2015

Les commentaires sont fermés.