03 septembre 2015

5WH + TED = recherche de vérité

En préparation d’une grosse annonce pour demain, je cite l'essentiel d'un échange ayant eu lieu samedi dernier, lors de cette belle soirée sous la lune. Nous partagions le repas du soir à cinq, sur la terrasse d’une amie, ma partenaire en théâtre.

 


enquête,information,recherche,investigation,journalisme,blog,ted,5WH,viol de guerre,Viols de guerre


En plus de nous il y avait un ancien inspecteur de police britannique et investigateur international, son épouse passionnée d’ennéagramme, et un coach professionnel venu d’Europe centrale. Nous parlions d’actualité, des réfugiés, de l’affaire du Thalys, des questions à se poser quand on cherche à connaître un bout de vérité sur les événements du monde.

 

Je connaissais déjà l’inspecteur. Nous avions parlé des procédures internationales en matière de définition des crimes et des méthodes d’investigation. Un exemple: pendant quelques années les viols de guerre avaient été classés dans la section des crimes de genre, qui touchaient les femmes spécifiquement parce qu’elles sont femmes. 

 

Plus récemment le classement semble s'orienter différemment. Les soldats vainqueurs violent de plus en plus d’hommes. On l’a vu au Congo (RDC). Ces soldats ne sont pas homosexuels pourtant. Le but du viol est d’atteindre profondément la culture des vaincus, de détruire les familles, faire perdre aux habitants leurs repères sociétaux, leur dignité, et les laisser égarés, sans plus aucune motivation à défendre leur groupe.

 

Les enquêtes sur les crimes, ceux-ci ou d’autres, sont difficiles. Certaines sont bâclées et contournent des questions essentielles. Par exemple, le pourquoi. Tant qu’on restait dans la croyance en un crime de genre spécifique contre les femmes, on ne se posait pas de questions sur le pourquoi,  même si dans leur vie civile ces hommes étaient de braves personnes sans aucun casier judiciaire ni comportement préjudiciable envers les femmes. On disait: les hommes sont plus forts et ils en profitent. Ainsi le viol de guerre est devenu une preuve féministe de la violence masculine systémique – ou supposée telle – contre les femmes.

 

Depuis que le viol de guerre s’est répandu contre des hommes cet argument ne tient plus. On sait maintenant que le viol de guerre est une arme de plus pour détruire, non seulement les corps par blessures anales ou vaginales, infections, mais les esprits et l’âme des communautés.

 

Mais comment être sûr, de cela ou d'autre chose, sans sous- ou surestimer la réalité?

 

 

enquête,information,recherche,investigation,journalisme,blog,ted,5WH,viol de guerre,

5WH + TED

 

L’ami inspecteur expliqua alors une grille de base: les 5WH. Ce sont six mots-clés, en anglais, qui doivent inspirer toute investigation. Les voici avec traduction en français:

 

What?  =  Quoi?

Where?  =  Où?

Who?  =  Qui?

When?  =  Quand?

Why?  =  Pourquoi?

How?  =  Comment?

 

Ne creuser qu’une seule de ces questions aboutit à une information  partielle. Chaque question prend du temps avant que l’on puisse l’estimer assez complète. Ces questions sont posées selon une petite procédure nommée TED:

 

Tell me  =  Dis-moi

Explain to me  =  Explique-moi

Describe  =  Décris.

 

Essayez de revenir à 5WH + TED quand un copain ou une amie vous raconte, en premier jet, ses difficultés professionnelles ou de couple, ou vous raconte un incident d’actualité qu’il a vu ou lu. 

 

Entre la première version, rapide et non creusée, et la deuxième version complétée, il y a un monde de différences. Et l’on n’a même pas encore vérifié les faits ni questionné les autres personnes citées ou impliquées.

 

Evidemment, si la personne qui vous parle est un ami proche, vous croirez peut-être sans investiguer. On est loyaux envers ses amis ou proches, et trop de questions laisserait penser que vous doutez d'eux. Mais selon le degré d’importance de l’information la loyauté devient toxique. 

 

 

enquête,information,recherche,investigation,journalisme,blog,ted,5WH,viol de guerre,

Dans la presse, et ailleurs

 

Le journaliste d’investigation, par exemple, considère que (extraits de « L’enquête par hypothèse, manuel du journalisme d’investigation »):

 

 

– La bonne foi des sources ne peut pas être présumée; toute source pourrait donner de fausses information (volontairement ou non); aucune information ne peut être utilisée sans vérification.

 

– L’histoire se base sur le maximum d’informations possible d’informations, et peut être très longue.

 

– Une documentation est nécessaire pour confirmer ou infirmer les déclarations des sources.

 

Ces lignes directrices de l’investigation peuvent s’appliquer non seulement aux policiers et journalistes, mais aux avocats, aux travailleurs sociaux. La liste n'est pas exhaustive: aux amant jaloux (!), aux historiens, aux psychologues, autour du problème scolaire d’un enfant, lors d'un accident, d'un traumatisme passé, au personnel médical, au spectateur d’une émission d’information, et pourquoi pas, dans certains cas, selon les sujets traités, aux blogueurs?

 

L’information sans investigation rend aveugle. L’analyse contribue à la liberté. A réfléchir la prochaine fois qu’on vous raconte les aventures extraconjugales de votre patron avec la jolie secrétaire qui vient d’arriver dans la boîte, et qui a déjà reçu une promotion…

 

:-)

 

10:02 Publié dans Philosophie, Politique, Psychologie, société | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : enquête, information, recherche, investigation, journalisme, blog, ted, 5wh, viol de guerre | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

Beaucoup de gens suivent ce genre de procédure sans se rendre compte qu'il y une systématique derrière ou sans connaître cette systématique. C'est qu'on appelle le scepticisme naturel. Selon Wikipedia: "une doctrine selon laquelle la pensée humaine ne peut déterminer une vérité avec certitude, nous faisons preuve de scepticisme lorsque l'on doute de quelque chose" et je irai même si on ne doute pas de la sincérité des propos ou affirmations. "il ne s'agit pas de rejeter la recherche, mais au contraire de ne jamais l'interrompre en prétendant être parvenu à une vérité absolue."

J'aimerais citer trois exemples où ce scepticisme me semble particulièrement important:
- l'émission de CO2 mène à la catastrophe pour l'humanité
- l'interdiction de fumer dans les lieux publics réduit le nombre de décès pour cardiopathie et maladies respiratoires
- la réduction de la consommation de sel dans la population réduit le nombre de décès pour cardiopathie

Écrit par : Ben Palmer | 03 septembre 2015

@Ben Palmer

Je vous cite:
" l'émission de CO2 mène à la catastrophe pour l'humanité", Je vous suis à 100%.

La finalité dans l'agenda secret du NOM et/ou des Illuminati (j'adore, les chacals vont à nouveau hurler, hi hi hi) en créant de la peur et en culpabilisant les populations, est de mettre en place une société privée appartenant à Al Gore (qui peut n'être qu'un paravent), ou à des milliardaires se tenant derrière les rideaux et de lever un impôt mondial antiréchauffement! Le GIEC est une fumisterie de niveau mondial maintes fois dénoncé par des opposants très bien documentés et le battage merdiatique autour du sujet ne sert qu'à ça.

Écrit par : Gabor Fonyodi | 04 septembre 2015

Votre billet fait écho à la fable postée par aoki sous le billet précédent.

Toute personne, mais en particulier les commentateurs de blogs, devraient en prendre de la graine, pour faire pousser un brin d'humilité.
Comment penser que nous serions capables d'être des spécialistes de tous les dossiers, alors que nous ne pouvons certainement pas répondre à toutes les questions (=5WH)?!?!
Et ce n'est pas seulement parce que ça nous est scandaleusement caché, mais aussi parce que nous n'avons pas la capacité cérébrale, ni le temps de suivre tous les dossiers en cours.
La théorie du complot a un immense avantage : elle explique tout en peu de temps et il n'y a pas besoin de connaître les dossiers. Idéal !
(Comme je sais déjà que je passe pour une idiote, j'écris libérée du poids de cette menace de diagnostic ! ;-))))))
La fable de l'éléphant m'a cloué le bec, elle est géniale et vraiment de circonstance.
Elle dit simplement une réalité et même une vérité, que nous avons tendance à oublier, à chaque fois que nous essayons de combler une lacune de savoir avec une hypothèse.
Il est normal d'essayer de relier des points disparates entre eux, mais de là à croire que le dessin qui s'en dégage soit autre chose qu'un dessin, il y a un grand pas à franchir.
Sous le billet précédent, on assiste à des échanges, qui affirment des positions bien établies.
Pour pouvoir adhérer à la théorie du complot, il faut faire quelque chose qui ressemble à un acte de foi au départ.
On doit accepter qu'il n'y a pas de chaos (pas de hasard) et que tout se tient. C'est une sorte de "intelligent design".
Quant à moi, je pense que le chaos est fondamental, que dans la vraie vie, ça part dans tous les sens de toute façon. Même le plan le plus diabolique finit par rater, parce que personne ne contrôle tout.
Pensons à la fameuse fiole de C. Powell : elle a fait son effet sur le moment, mais parce que ça arrangeait les va-t-en-guerre. Son effet à retardement est dévastateur pour la crédibilité des USA sur le plan international.
Comment considérer la démarche "TED" dans le contexte du story-telling politique ? Je crains que ceux, qui essayent de monter des bobards, en ont connaissance et qu'ils l'utilisent habilement.

Écrit par : Calendula | 04 septembre 2015

@Calendula,

Vous posez enfin une bonne question, existe-t-il un hasard? Là, je respecte votre choix de dire que oui, mais moi à votre différence je ne crois pas au hasard...ensuite votre remarque de dire qu'une personne seule ne peut humainement maîtriser tous les problèmes liés à des manipulations entreprises au niveau des gouvernements surpuissants, quand ce n'est pas un regroupement de gouvernements, je partage encore une fois votre point de vue. Ce qui a changé fondamentalement aujourd'hui grâce à Internet, c'est que votre capacité à vous informer correctement est multiplié par mille, dix mille, voir plus! Vous arrivez au niveau de n'importe quel gouvernement en se liguant contre eux. Ce dont ils ont bien une peur bleue.
Chacun est devenu à son modeste niveau la source d'information pour son voisin qui peut se trouver à des milliers de kilomètres de chez lui. Les internautes courageux qui ont cassé les codes du GIEC et des marionnettes universitaires à leur service en publiant les échanges de mails, ont rendu un service immense à l'Humanité. On a pu y voir que c'était une énorme opération de mystification et c'est bien pour cela que les merdias ont tu la chose, mais les internautes étaient là et ont mis en ligne les preuves des bobards sur le réchauffement global dû au CO2 déversé par nous les vilains humains. Donc chaos il y a, il n'y a qu'à voir le bordel organisé autour des boat-people, mais c'est un chaos voulu et organisé pour foutre en l'air nos sociétés européennes nous créer des problèmes insolubles et vous verrez que la Suisse va suivre aussi. Le but final étant l'"ordo ab chaos", c'est à dire qu'ils vont arriver en nous imposant le gouvernement mondial unique, en réponse aux problèmes qu'ils ont créé eux-mêmes. Ensuite ils supprimeront la circulation de l'argent liquide (ou avant, c'est selon l'avancée de l'agenda), pour arriver à nous pucer tous, comme du bétail. Halleluia... Vous avez dit diabolique? Honni soit qui mal y pense...

Écrit par : Gabor Fonyodi | 04 septembre 2015

@ Gabor Fonyodi,

Je crois que je me suis mal exprimée au sujet du hasard, car vous avez compris le contraire de ce que je voulais dire.
Donc je reformule :
Pour pouvoir adhérer à la théorie du complot, il faut faire un acte de foi et professer qu'il n'y a pas de hasard et que tout se tient, ainsi tous les événements en apparence chaotiques sont en fait liés entre eux.
Il y aurait l'équivalent de "l'intelligent design" divin au niveau humain, car il y aurait des sortes de grands marionnettistes qui tirent toutes les ficelles en coulisses et cela dans le but de jouer une même pièce d'illusionniste.
Je ne pense pas ainsi, je pense que le réel est par essence chaotique et qu'à la fin, toute machination se déglingue.
Il est indéniable, que partout dans le monde, des gouvernements et des organisations du type mafieux essayent de mettre sur pied des combines, mais je pense qu'ils se combattent mutuellement.
Ca ne va pas tout dans la même direction, et qu'il n'y en a pas de plus gentils ou de plus méchants, juste des plus efficaces ou plus déterminés et mieux financés. Chacun défend ses intérêts et essaye de gagner du terrain, du pouvoir et de l'influence.
Je n'ai pas la naïveté de croire que ce que l'on nous présente dans les médias de n'importe quel pays représente le 100% de la réalité ou de la vérité.
Vous avez choisi de croire ce que vous voyez sur internet, moi pas. Vous avez décidé, à vous lire, que les médias occidentaux sont tous pourris et que les sites internet, surtout russes, sont totalement fiables. C'est votre droit le plus absolu et vous devez avoir vos raisons.
A mes yeux, le B-A-Ba de la lecture d'internet c'est la méfiance.
Tout peut être bidouillé par des individus ( et j'insiste sur ce mot) qui ont un agenda politique en tête ou une idéologie à faire passer. Nous savons tous ce qu'est un "troll". Les plus malins sont un peu discrets, pas trop voyants.
Il y a par exemple les attaques de trolls dans le médias finlandais, des commentaires nombreux et très orientés dans les espaces-commentaires de journaux et blogs. Ils ont été vite démasqués, car leur maladresse et méconnaissance du pays et de la langue sautaient aux yeux.
En vous lisant, j'ai compris que nous n'étions pas en désaccord sur tout - c'est une grande nouvelle !
Je vous remercie d'avoir pris la peine de me répondre avec sérieux.

Écrit par : Calendula | 04 septembre 2015

"Le but final étant l'"ordo ab chaos""

Ouais, enfin, ça serait plutôt "ordo ab chao". 'Ab' régit l'ablatif, pas le nominatif. Quand on sait pas...

Écrit par : Marquis von Plouf | 04 septembre 2015

C'est tout ce qui reste au plouc, c'est de s'accrocher aux détails, il nous la joue prof de latin, ça lui donne l'impression d'avoir une certaine envergure et il étale c'est qu'il suppose être de la culture (vous connaissez le dicton), comme il n'a rien à dire sur le fond...pour moi si les gens ont compris, ce qui est le cas, ça me suffit...mais ça me fait plaisir que ça l'emmerde!

Écrit par : Gabor Fonyodi | 04 septembre 2015

Les commentaires sont fermés.