09 août 2015

Méthane : les vaches rousses pètent moins. Les autres aussi.

Comme je le signalais il y a plus de 6 ans les vaches pètent beaucoup. Elles rotent aussi. Ce sont des usines à méthane. Du bon méthane perdu faute de pouvoir raccorder le derrière des bovins au réseau. Donc ce méthane va dans l’atmosphère où il gazàeffetdeserrise 23 fois plus que ce malheureux CO2.

 


méthane,vaches,pets,gaz,effet de serre,pollutionEt pour rien. Pas même un feu de Bengale, de la Saint-Jean ou autre luciole. Le CO2, au moins, fait grandir les plantes. Le méthane, non. La nature est bizarre. Pourquoi avoir créé des vaches rutilantes et pétaradantes qui fabriquent des tonnes de beau gaz à effet de serre si on ne peut même pas les brancher sur des réverbères?

 

Les vaches participent à 44% des émissions de méthane dans le monde. C'est leur manière d'exister. Et pas la peine d’essayer de raisonner une vache, de lui dire un truc genre « si tu fais un gaz, serre les fesses. » Ça ne marche pas. Heureusement: si les gaz leur montaient au cerveau on aurait une nouvelle épidémie de vaches folles.

 

Mais les zumains sont là, beaux, grands, zintelligents et tout et tout. Ils n'arrêtent plus d'inventer. Ils ont mis au point un réducteur de méthane bovin. Pas un pot catalytique à placer dans leur rectum, non. Le problème est pris en amont, entre la source et le ventilateur de sortie. Ils ont en effet mis au point un complément alimentaire qui réduit la production du gaz dans la panse des bêtes. Il suffisait d’y panser…

 

méthane,vaches,pets,gaz,effet de serre,pollution

« Alors que la digestion des bovins produit entre 450 à 550g de méthane par jour, des scientifiques ont découvert qu’une substance baptisée 3-nitrooxypropanol (3-NOP) qui bloque un enzyme nécessaire à la formation du méthane dans leur panse tout en n’affectant pas leur digestion. »

 

Ces scientifiques, toujours le nez fourré dans le derrière des autres... Enfin, du coup les vaches rousses pètent moins. Les autres aussi. 30% de moins.

 

«Les tests effectués durant trois mois dans des étables de la Penn State University (États-Unis) avec 48 vaches de la race Hosltein ont révélé que cet inhibiteur de méthane permet de réduire de 30% les émissions de méthane tout en permettant un gain de poids 80% supérieur aux animaux du groupe de référence. Cette augmentation de la masse corporelle s’explique par le carbone qui n’est pas utilisé pour produire du méthane et que l’organisme utilise pour produire plus de tissus.»

 

Les vaches restent dans le carbone mais elles font moins de bulles.

 

Autre avantage: grâce aux 80% de masse accumulée en plus que les vaches pétantes, on peut en élever moins pour la même quantité de viande. Et qui dit moins de vaches dit moins de méthane. On pourrait aussi se passer de viande, ou au moins la diminuer, mais c’est un autre débat. 

 

Si ce complément alimentaire est autorisé et utilisé par les exploitants agricoles, les vaches auront meilleur caractère. On dira: «Tiens, les vaches rousses pètent moins.» Les autres aussi.

 

 

__________________________________________________________________________________

Terre01.jpgLien vers la pétition 

Moratoire pour le climat - Contre la Terreur climatique:

 

 

22:50 Publié dans Environnement, Humour | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : méthane, vaches, pets, gaz, effet de serre, pollution | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Les commentaires sont fermés.