03 août 2015

Elle accuse un policier d’agression sexuelle. Sauf que…

Vendredi 17 juillet, à Grand Rapids dans le Michigan. Un pickup roule sur Caulfield Avenue dans le sud-ouest de la ville. A son volant, Caitlin, une jeune femme de 24 ans. Elle tourne vers B Street. Un policier l’arrête pour un contrôle de routine.


GrandRap01.jpgLa conductrice roule sans permis, retiré précédemment à titre temporaire. Le policier dresse un procès-verbal. La routine. Elle est incarcérée et son pickup séquestré. Le lendemain elle sort de prison et se rend dans un commissariat. Elle accuse le policier d’agression sexuelle. Sauf que... 

 

L’officier qui l’entend constate des invraisemblances. Et vérifie. Caitlin ignore que la séquence du contrôle de routine a été entièrement filmée en vidéo par la caméra embarquée dans la voiture du policier. Et qu’il n’y a aucune agression sexuelle, pas même une tentative, ni un geste pouvant être objet de malentendu… Quelle mouche l'a piquée?

 

On découvre alors que la jeune femme a déjà été condamnée pour félonie. Aux Etats-Unis, d'après ce que j'ai trouvé, la félonie est « un crime, généralement un impliquant la violence, considérée comme plus grave qu'un délit, et généralement passible d'un emprisonnement de plus d'un an ou par la mort. »

 

Elle risque cette fois jusqu’à quatre ans de prison. Elle aura le temps de réfléchir…

 

 

 

soleil02.jpgUne autre, pour les vacances. Récemment une fillette de cinq ans est morte, enfermée dans une voiture en plein soleil, dans un camping au Tessin. La mère l’avait oubliée. On apprend par la suite que le père devait venir la chercher le soir même, après six mois de séparation. 

 

« Selon «Blick», les parents de la fillette sont actuellement en instance de divorce. A en croire le quotidien alémanique, le père avait jusqu'à récemment l'interdiction de voir ses enfants. Cette mesure aurait néanmoins été levée il y a peu. (…) Les autorités thurgoviennes de protection de l'adulte et de l'enfant avaient interdit au père de voir ses enfants parce que la mère l'avait accusé d'attouchements sur eux, écrit vendredi «Blick». On ignore si ces accusations ont pu être confirmées ou non. »

 

Accusé d'attouchements sur sa fille en plein divorce. Ce n'est pas rare. Cela s'appelle La balle d'argent, celle qui tue à coup sûr.

 

Bien. On n'en sait pas plus. Ce qui n'empêche pas de se poser des questions. Parce que, quand les présomptions sont justifiées, la justice n’a pas pour habitude de permettre à un père de revoir sa fille si facilement. 

 

 

____________________________________________________________________________________

Terre01.jpgLien vers la pétition 

Moratoire pour le climat - Contre la Terreur climatique:

 

 

10:15 Publié dans société | Lien permanent | Commentaires (14) | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

Il faut croire que les mentalités ont sérieusement changé
De un comment peut-on oublier un enfant dans une voiture
De deux, à cinq ans un enfant ne reste pas sans réagir ,On l'aurait cru pour un enfant de deux ou trois ans et encore
Tertio on sait que le jeu des accusations gratuites bat son plein
c'est sans doute à celui qui arrivera à mieux piéger l'autre ou si cela marche tant mieux ou sinon tant pis
Ou une nouvelle version de Titi Grominet et de Mini la petite souris
A force de faux semblants les procureurs vont se détourner de ces problèmes comme pour les conflits de voisinage
Et puis dans un couple c'est 50 /50 pour chacun et celui qui crée le faux problème n'a qu'à assumer et je pense que de nombreux juges depuis le temps l'ont compris

Écrit par : lovejoie | 03 août 2015

Oui Myriam:

"A force de faux semblants les procureurs vont se détourner de ces problèmes"

C'est un risque.

Écrit par : hommelibre | 03 août 2015

Oups, c'était pour Lovejoie. Avec mes excuses!
:-)

Écrit par : hommelibre | 03 août 2015

Le problème est de traiter ici d'un cas réel avec des humains réels et des souffrances toutes aussi réelles en se basant sur des suppositions.

Bien sûr que ces cas de dénonciations mensongères existent et sont terriblement destructrices (si on n'a pas une caméra embarquée) mais de là à examiner cette histoire avec le filtre de suppositions, je ne m'avancerai pas !

C'est pour cela que la justice doit instruire et pas la rumeur publique.

Écrit par : archi-bald | 03 août 2015

Mais pour instruire la justice par les témoin d'une certaine façon ne fait-elle pas appel à la rumeur publique?

Écrit par : Myriam Belakowsky | 03 août 2015

Archi-Bald vous avez raison sur le plan formel, celui de la procédure et qui devrait prévaloir.
Mais deux éléments m'incitent à en parler de cette manière.

D'une part la rumeur est déjà en route dès lors que le journal a mentionné cette accusation. On ne sait d'ailleurs d'où elle vient, c'est assez surprenant. Le Parquet n'a pas de raison de le faire, ici il s'agit peut-être d'un employé de la protection des enfants. De toutes façons c'est anormal. L'homme, qui aura été reconnu par ses proches, ses collègues et tout son patelin, est désormais suspect aux yeux de tous. Le rouleau compresseur de la rumeur est en marche.

D'autre part, connaissant certaines personnes qui ont passé par ce genre d'accusations, par la suite invalidées, n'ont pas eu un tel régime avant longtemps. Alors peut-être que l'enquête était terminée. Je ne peux l'affirmer mais le fait de pouvoir voir ses enfants, aller les chercher, qui plus est hors d'un point rencontre (donc sans surveillance extérieure) est un signe fort. Un signe très fort à mes yeux. Mais vous avez raison, je ne peux cependant rien affirmer. Je ne sais même pas si dans les circonstances nous en saurons plus. La souffrance qui s'est abattue sur cette famille, mère, père et fratrie, est déjà très grande.

Écrit par : hommelibre | 03 août 2015

Myriam, d'une certaine manière oui, quand dans une procédure on fait appel à des témoins de moralité par exemple. D'ailleurs à moins d'un flagrant délit même des témoins proches ne peuvent rien affirmer. La rumeur commence par les proches à qui l'on parle, puis elle s'étend. J'ai vu comment, sur des récriminations d'une personne, des proches en viennent à interpréter ce qu'ils ont vu ou connaissent des protagonistes en fonction de leurs loyautés et non en fonction des faits.

Mais sur le plan strict de la rumeur publique normalement le juge ne doit pas y recourir. Il convoque les témoins cités par l'accusation et la défense. Dans le cas d'une enquête par des services sociaux, ceux-ci font davantage appel aux personnes extérieures: collègues, etc. C'est très délicat mais ils n'ont pas toujours les moyens de faire autrement. L'expérience de l'enquêteur ou de l'enquêtrice et l'avis de collègues expérimentés et sensés devrait modérer certains témoignages.

La police peut aussi dans certains cas faire un appel à témoin, et là on risque davantage d'être pris dans la rumeur.

Écrit par : hommelibre | 03 août 2015

Hommelibre je n'avais jamais vécu dan un immeuble et croyez bien que même en copropriété endroit ou les histoires devraient pouvoir se régler à l'amiable hélas il n'en est tien entre la théorie et la pratique existe un immense fossé et certains sont mûs depuis leur naissance pour se trouver toujours là quand il ne faudrait pas
Il m'a fallu 12 ans de réflexions non sans avoir essayé de dialoguer avec un voisin vrai empécheur de dormir la nuit .
J'ai essayé de dialoguer mais peine perdue ,il m'insulta
Tout le monde me plaignait mais personne ne bougeait et soudait j'ai compris qu'il me fallait faire plus de bruit non sans avoir averti au préalable ceux qui ont encore une oreille fine ou qui ne prennent pas de somnifère .
J'ai donc acheté un sifflet d'arbitre le plus puissant qui existe et depuis les deux chiens du Footeux n'aboient plus sauf en journée ou cela ne me dérange pas
J?ai appris à mes dépends qu'il valait mieux laisser les gens se débrouiller par eux -mêmes comme ces deux voisins qui en viennent aux mains et qui n'hésitent pas à demander mon aide, non Messieurs désormais ce sera sans moi car il suffit d'un simple numéro pour appeler la police afin d'aider la victime pour répondre à ses SOS criés dans la cage d'escaliers et qui sera seule à parler aux forces de l'ordre ,pour devoir aussi aller au tribunal
Et depuis ils sont nombreux à vouloir porter mon sac poubelle au diable vert ,comme quoi (rire

Écrit par : lovejoie | 03 août 2015

Celle-ci passera 5 ans en prison pour une fausse accusation:

detroit.cbslocal.com/2015/08/01/court-affirms-conviction-sentence-in-false-rape-case/

Écrit par : hommelibre | 03 août 2015

Si c'est un bobard De la part de cette femme accusant ainsi ce policier c'est vraiment avoir peu d'estime de soi pour inventer un truc pareil
Mais c'est tendance car on entend de plus en plus ce chef d'accusation à l'égard des conjoints quand il y a divorce et problèmes de garde pour les enfants
Les shows téléréalité n'ont rien arrangé au contraire-On va finir par croire que pour être au top il faut absolument passer sur un plateau tv en inventant n'importe quoi
.Du moment que ^le taux d'audience grimpe pourquoi se faire du mouron quand à la qualité des programmes surtout quand on sait que certaines victimes ne sont que des comédiens pour faire tourner le schmil-blick

Écrit par : lovejoie | 04 août 2015

lovejoie

Malheureusement les femmes de notre génération à force de lecture de magazines féminins bidons, de se soucier d'une vie de salarié qui est bien souvent une grande souffrance au nom d'une sacro-sainte "indépendance", mais on dépend tous de quelque chose, je dirais même plus notre vie dépend de bien des facteurs.
Les femmes modernes ne sont devenues que de simples pondeuses insouciantes du bien être de leur enfant, je comprends pourquoi certain hommes occidentaux ne peuvent pas s'engager avec une femme moderne bien souvent plus irresponsable qu'elle cherche à nous faire croire. L'instinct maternel qui se retrouve dans la nature, celui-là même qui pousse la féline à être agressive pour protéger ses petits, la poule à couver ses oeufs, la jument à allaiter ... a disparu chez la femelle humaine moderne, qui a fait passer toutes ses lubies avant sa dimension naturelle.
Les femmes occidentales sont décidément irrécupérables. Si encore elles gardaient leur gangrène entre femmes modernes occidentales au lieu de le répandre par voir colonialiste, comme l'ont fait leurs ancêtres masculins vis à vis des "sous-hommes" à "civiliser"

Écrit par : spartacus | 08 août 2015

Spartakus je vous trouve bien sévère. Je vois des femmes, jeunes, être comme des tigresse vis-à-vis de leur progéniture.

Écrit par : hommelibre | 08 août 2015

Hommelibre en effet de vraies tigresses refusant même tout contact avec les grands parents
@Spartacus je crois que notre monde ,le ^vôtre devrais-je dire vu mon âge est entrain de basculer dans une sorte d spirale dont personne femmes compris ne sort indemne
Que peut-on lire de nos jours, Interdits, Punitions ,Programmation mentale Sélections,Tris ,Embargo ,dénonciations souvent gratuites juste pour le plaisir de faire plaisir à un tiers , bref toutes les caractéristiques sectaires ni plus ni moins
Je suis certaine qu'il existe une écologie parentale et qui dit écologiste pense automatiquement pour qui l'a vécu, Hygiénsites mais de l'environnement alors qu'avant ils pratiquaient la pureté sociale
Très bonne journée

Écrit par : lovejoie | 08 août 2015

Les commentaires sont fermés.