16 juillet 2015

La grande bataille contre l’ordinateur intelligent

Il y a deux jours j’ai failli faire un trou dans mon plafond. Une faute d’orthographe insupportable s’était glissée dans un commentaire que je venais de poster sur la page d’un ami. J’ai hésité à manger mon chapeau. Je n’avais heureusement pas faim – par ces chaleurs une nourriture légère est bienvenue. 

 

Que s’est-il passé ?

 


langue,ordinateur,correcteur,orthographe,Les faits

 

Je ne suis pas un expert en orthographe. Je consulte parfois des sites de français pour vérifier un mot ou un accord de verbe. Une faute particulière me hérisse : quand un infinitif est remplacé par un participe passé. Par exemple : il faut mangé avant d’être manger. Raaahhh…

 

Ce jour-là je poste mon commentaire et me relis rapidement. Et que vois-je ? Là où j’étais certain d’avoir écrit un verbe à l’infinitif trône, fier, presque arrogant, un foutu e accent aigu. -é à la place de -er. Un participe passé. Le comble de l’horreur.

 

Je sentais mon estime de moi-même fondre comme un Magnum sous la canicule. Honte, déshonneur ! Moi aussi ?! Ne pouvant me résoudre à finir sur le trottoir en flaque de glace à la vanille, je creuse. Je me demande si la chaleur n’a pas tapé sur le système (d’exploitation) du mac.

 

 

Commentaire

 

Et je découvre la cause. Les ordinateurs d’aujourd’hui sont intelligents. D’une certaine forme d’intelligence. En particulier les correcteurs d’orthographe. Ils vous proposent des formes exactes là où l’on commençait à fauter. C’est plutôt bien. Mais parfois ils proposent aussi des formes ou des mots que l’on ne veut pas. C’est là où le bât blesse. 

 

langue,ordinateur,correcteur,orthographe,Car sur le mien, si je continue sans annuler sa proposition, il la garde par défaut. Par défaut : le mot ne peut être mieux choisi. Si j’écris vite je loupe le clic de suppression. Je me relis après, mais se relire soi-même ne suffit pas toujours. Pour un billet je vais jusqu’à trois ou quatre relectures. Je relis sur l'original, puis sur la page d'administration du blog, et encore une fois publié. Et je trouve encore des coquilles. Ce n’est pourtant pas la saison des huîtres. Un de mes manuscrits a ainsi été victime de la correction automatique. Damned !

 

Je me suis  alors dit que l’ordinateur et moi n’avions pas la même notion de l’intelligence. Il ne comprend pas toujours le contexte de mon texte. Peste soit de l’intelligence quand elle a le cerveau au niveau du bit.

 

C’est maintenant une bataille sans merci. Je traque ses foutraqueries, je suspecte ses tournures alambiquées. La guerre à mon correcteur est déclarée. Et malgré cela il gagne encore des escarmouches. Mais il ne gagnera pas la guerre. Jamais il ne sera écrit : l’ordinateur m’a tuer.

 

Si au moins il s’habituait à moi et se corrigeait lui-même selon ma manière d’écrire. Après tout, il est à mon service et non l’inverse. Mais non. Il s’obstine à me voir comme un étranger et à tout recommencer à zéro à chaque nouvelle page. 

 

Je m’en remettrai. Il y a pire.

 

Et puis, cette expérience a eu ceci de bien que je suis plus compatissant quand je vois ce p***** de bordel de participe passé à la place de l’infinitif chez les autres. Je comprends qu’eux aussi mènent, peut-être, la même bataille. La mère des batailles : celle de l’aurtaugrafe. 

 

 

 

P.S. : je profite pour rappeler ici ce blog qui parle de la langue française, qui la rend plus facile en nous donnant envie d'être meilleurs : Amour de la langue française. Un amour que je partage volontiers. Même sans y mettre la langue...

 

 

20:18 Publié dans Humour | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : langue, ordinateur, correcteur, orthographe | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

Par nécessité,je dois me servir désormais du logiciel de reconnaissance vocale Dragon Naturally Speaking pour écrire mes textes rapidement. Il promet une précision pouvant aller jusqu'à 99% . Je viens d'acheter la version 13 pour une centaine d'euros, au motif qu'elle améliore la précision de 13 %... Une fois bien dressé, ce logiciel est presque parfait mais n'essayez pas d'écrire une phrase du style:

"Le pervers marcha vers la petite pantoufle de verre, envers et contre tout, du côté de verre chez les blancs là, où les prêts son verre".

Néanmoins, ce logiciel est prodigieusement utile, car il a la capacité de s'auto-enseigner et de s'améliorer au fur et à mesure de son usage.

En revanche, pour ce qui est de l'accord des participes passés... ou de la prise en compte des exceptions grammaticales et syntaxiques, ...il faut repasser et relire son texte très attentivement...

http://www.nuance.fr/dragon/index.htm

Écrit par : jaw | 17 juillet 2015

Bonjour Jaw,

Merci pour cette info.
Je connais Dragon. Je l'utilise parfois sur mon ordi portable, en cas d'inspiration ou de nécessité. En effet il "nous apprend". Mais je ne sais pas pour vous, il y a quand-même pas mal de corrections après.

Pour mes billets j'écris assez vite (même avec deux doigts) et je le pense en l'écrivant. Le clavier est la bonne vitesse, ma pensée s'y déroule avec une petite avance qui me permet de modifier l'idée en cours si besoin. En dictant au micro par le canal de Dragon je n'ai pas ce petit recul et décalage de vitesse, et je me trouve parfois inhibé. Manque d'habitude peut-être. Je devrais essayer encore. Même s'il s'auto-enseigne, ce qui est pratique pour les mots qui me sont usuels, j'ai remarqué que Dragon se perd parfois si mon style n'est pas assez linéaire. Ou il ne comprend pas un mot dans un contexte. Par exemple je commence un de mes contes à l'africaine par la phrase : "Depuis ce matin la rivière est cabossée. Gonflée de flots rageurs."

Une rivière "cabossée" c'est du chinois pour lui, et quand dans la deuxième phrase il n'y a pas de verbe il est perdu. Au final parfois cela me demande pas mal de temps de correction au fur et à mesure.

J'ai testé le correcteur Antidote et ce n'est pas mieux que celui qui est par défaut dans mon ordi.

Bonne journée.

Écrit par : hommelibre | 17 juillet 2015

Votre ordi Hommelibre souffre peut-être d'un vide affectif ou de troubles sexuels! allez savoir car les bits c'est très capricieux et au royaume de la robotique tout est possible ,imaginez qu'il exige à ses cotés une dame ordinateur pour lui permettre d'éliminer ses tensions/rire

Écrit par : lovejoie | 17 juillet 2015

Lovejoie,

Je n'avais pas pensé à cela. S'il faut lui trouver une femelle je n'aurai plus de place sur mon petit bureau!
Ou alors une femelle avec Windows: il aura envie de lui montrer sa supériorité et bossera comme un chef!

:-DDD

Bonne journée!

Écrit par : hommelibre | 17 juillet 2015

Moi aussi les les infinitifs qu'on a remplacer par des participes passé et inversément me font plissé les yeux ! :)

C'est comme les sa-ça, les se-ce ou les on-ont.

Mais c'est vrai que tout le monde fait des fautes et c'est celles des autres qui nous choquent le plus.

Je ne connais pas les Mac, mais on dirait que leur correcteur orthographique fonctionne comme celui de mon iphone ! Sur les pc, les correcteurs ne sont pas mieux, mais ils ne font que proposer, ils n'imposent pas.

Écrit par : Kad | 17 juillet 2015

:-)))

Sait vrai sa! Lé otres il font des fotes pas pocibles!...

:-DDD

Bonne journée Kad.

Écrit par : hommelibre | 17 juillet 2015

Si l'ordi en question donne le sentiment de souffrir peut-être d'un vide affectif ou de troubles sexuels comme ordi il ne le peut. Serait-il un ordi-miroir?

En ce cas, cours religieux... puisque vu de l'Inde Jésus est un miroir placé sur nos routes avec pour mission par le reflet qu'il nous accorde de nous renvoyer à nous-même.

Un sournois, ce "Jésus"!

Écrit par : Myriam Belakovsky | 17 juillet 2015

Je suis d'accord avec cette idée de miroir, Myriam. L'enseignement de celui qu'on nomme Jésus est un miroir et non un dogme. Il met l'humain face à lui-même bien plus qu'il ne lui impose une croyance ou un comportement. En cela je trouve cet enseignement fort et moderne.

Écrit par : hommelibre | 17 juillet 2015

Les commentaires sont fermés.