14 juillet 2015

Scoop : le « truc » de la prochaine conférence climatique de Paris

Je m’avance et me fends d’un scoop. Le « truc » de la conférence de cet automne sur le climat sera la sixième extinction de masse. Probablement. Celui de la conférence de Varsovie en 2013 avait été le typhon Hayan et la grève de la faim très médiatisée et émotionnelle du délégué philippin.


hayan,typhon,climat,réchauffement,onu,grec,philippines,varsovie,Mémoire courte

 

On se souvient du typhon Hayan - Yolanda. Il avait dévasté une partie des Philippines en novembre 2013. La ville de Tacloban en particulier avait été littéralement rayée de la carte (image 1). Hayan avait mobilisé fortement la communauté internationale. Ce typhon avait été qualifié de « pire typhon de l’histoire à avoir touché terre à une intensité aussi élevée », et de « pire typhon de tous les temps ».

 

Ces affirmations catastrophistes sont inexactes. Je vais faire aussi court que possible mais il serait dommage de scinder ce billet en deux parties. 

 

D’abord un petit retour en arrière. Le « Grand ouragan » de 1780 (22’000 à 27’000 morts) reste une référence en intensité, en particulier des vents. Même si les relevés de l’époque sont des extrapolations, « … ils ont ont même décollé l'écorce des arbres avant de tous les abattre sur l'île, phénomène qui n'a jamais été observé au cours des plus forts ouragans des temps modernes. Selon le météorologue Jose Millas, pour que seuls le vent et la pluie puissent provoquer cela, il faudrait des vents soufflant à plus de 320 km/h. L'ouragan a aussi détruit toutes les maisons et tous les forts de la Barbade. Les vagues ont rompu les amarres de la plupart des bateaux qui mouillaient près de l'île et le vent a déplacé de lourds canons sur 30 m. » Il a aussi coulé la flotte militaire  française au large de la Floride. Sans lui les Etats-Unis seraient aujourd’hui peut-être français.

 

Nous avons la mémoire courte. Mais pas seulement. Le mensonge s’est emparé des experts en climat et a été relayé largement. Par exemple par Mediapart, 4 jours après le passage de Hayan en novembre 2013 sur les Philippines (6’300 morts, plus de 1’000 disparus) : « Le typhon Haiyan, le plus destructeur recensé dans l'histoire, pourrait être le précurseur de tempêtes tropicales de plus en plus violentes et de plus en plus fréquentes, sous l'influence du réchauffement climatique. »

 

 

hayan,typhon,climat,réchauffement,onu,grec,philippines,varsovie,Quelques chiffres

 

Des vents de 380 km/h ont été annoncés. Certains médias ont quand même eu l’honnêteté de préciser qu’il s’agissait de pointes, d’autres parlant de rafales de 315 km/h. Un article détaillé décrit précisément les exagérations (lien plus bas). Quand un ouragan passe de l’océan à une terre habitée, on parle d’atterrissage. L’intensité du vent doit être mesurée au sol et non en altitude par les seuls satellites (les vents sont toujours plus forts en altitude), et sur une durée de 10 minutes afin de connaître la vitesse soutenue du phénomène. Une rafale n’est pas une mesure de l’intensité d’un ouragan. Selon l’OMM (Organisation météorologique mondiale) les rafales les plus puissantes connues à ce jour ont été mesurées lors du passage du cyclone Olivia en 2010 en Australie : 408 km/h. Il battait le précédent record de 372 km/h sur le Mont Washington en… 1934. Or pour Hayan, un organisme du Pacifique dépendant de l'armée américaine ne mesure le vent que sur 1 (une) minute. C'est un biais.

 

Concernant Hayan (appelé Yolanda aux Philippines), l’Office National Philippin de la réduction des risques annonçait le pic maximal d’activité du typhon le 7 novembre : « Vitesse maximale des vents soutenus de 235 Km/h (147 mph) à proximité du centre et rafales jusqu'à 275 km/h.(170 mph) ». Ce sont les chiffres officiels et mesurés. D’ailleurs :

 

« Aucun arbre ne résiste à des vents de tornades (à près de 380 km/h près du sol) qui ne laisse derrière elles que des moignons de troncs brisés à proximité du sol. Ce n'est pas le cas aux Philippines après le passage de Haiyan/Yolanda. Les palmiers ont été sérieusement malmenés mais ont survécu, pour nombre d'entre eux, comme on peut les voir sur les photos d’agence. » La ville de Tacloban (île de Leyte) a été détruite par le raz-de-marée du typhon plus que par les vents. Un autre supertyphon avait déjà détruit cette ville et causé 15’000 morts en 1912. Et en 1888 un autre typhon avait laissé 7’000 morts et des villes entières soufflées par le vent sur l’île de Leyte.

 

L’article détaillé et documenté dont je reprends ce passage et les infos et images est disponible ici.

 

 

hayan,typhon,climat,réchauffement,onu,grec,philippines,varsovie,Déclarations de Varsovie

 

Qui a « boosté » le chiffre des rafales de 275 à 380 km/h, soit 100 km/h de plus que la réalité ? CNN et la BBC ont annoncé des chiffres invérifiables de vagues de 7 à 13 mètres, alors que l’officie philippin annonce des vagues de 4 à 7 mètres. 

 

Les cadres de l’ONU et les représentants du monde à la conférence de Varsovie sur le climat ont tous repris les chiffres exagérés. Qu’a-t-on entendu lors de cette conférence ?

 

« Pratiquement toutes les délégations qui ont pris la parole ont fait référence à la tempête signalant que le changement climatique apparaissait impacter l'intensité des événements météorologiques extrêmes. Le principal délégué philippin, Yeb Sano déclara aux participants du COP : "Ce que mon pays est en train de subir du fait des cet événement climatique extrême est de la folie. La crise climatique est de la folie. Nous pouvons arrêter cette folie ici même à Varsovie. »

 

Le secrétaire général de l’ONU, monsieur Ban Ki Moon, disait pour sa part:

 

« Nous avons vu maintenant ce qui est arrivé aux Philippines. C'est un avertissement impérieux" …" C'est un exemple de changement météorologique et aussi du fait que le changement climatique nous affecte tous sur la Terre. »

 

 

L’ONU contre le GIEC

 

C’est faux. L’ONU contredit ouvertement le rapport SREX du GIEC, daté de 2012, qui précise, page 161 :

 

« En résumé, il y a une confiance faible qu'une tendance quelconque à long terme (c'est à dire de 40 ans ou plus) des augmentations de l'activité cyclonique tropicale (c'est à dire, de l'intensité, de la fréquence et de la durée) soient robustes après avoir pris en compte les changements passés des capacités d'observation. Les incertitudes dans les données de l'histoire des cyclones tropicaux, la compréhension incomplète des mécanismes physiques liant les métriques des cyclones tropicaux au changement climatique et le niveau de variabilité de l'activité cyclonique tropicale ne procurent qu'une faible confiance dans l'attribution d'une quelconque variation de l'activité cyclonique tropicale à des influences anthropiques. »

 

hayan,typhon,climat,réchauffement,onu,grec,philippines,varsovie,Donc le GIEC lui-même affirme ne pas pouvoir corréler l’activité cyclonique avec le réchauffement, et donc pas non plus avec un réchauffement carbocentré ou anthropique. L’image 2 montre que le nombre de supertyphons n'a pas augmenté et (image 3) que l’intensité des ouragans mesurée depuis 1971 n’a pas augmenté – et est même en baisse, contredisant les prédiction catastrophistes relayées par la presse. L'image 4 montre même que le plus grand nombre de supertyphons a été relevé pendant la période de référence climatique et non depuis la poussée chaude des décennies 1980-1990.

 

Pourquoi cette hystérie climatique ? D’une part parce que les écolos sont les enfants du gauchiste français René Dumont et qu’il y a une critique permanente du capitalisme dans cette mouvance. Le catastrophisme sert une marxisation qui ne dit pas son nom. D’autre part parce qu’il y a des milliards à récolter au nom de la peur fabriquée. Les écolo-politiciens du GIEC vivent du catastrophisme.

 

Et la sixième extinction de masse ? Comment peut-on la quantifier alors qu’elle ne ferait que commencer ? Et selon quelles références comparatives dans le passé ? Des références très discutables. Cette extinction serait massive « selon une étude publiée vendredi 19 juin par des experts des universités américaines de Stanford, de Princeton et de Berkeley, notamment. Jamais, selon eux, la planète n'a perdu ses espèces animales à un rythme aussi effréné que depuis la dernière extinction de masse, il y a 66 millions d'années, celle des dinosaures. »

 

Ils cherchent des subventions ?

 

A moins d’un nouveau Katrina d’ici la conférence de Paris en décembre, il y a des probabilités que cette supposée extinction de masse soit l’un des gimmicks donné en pâture à la presse pour affoler les populations et récolter quelques milliards. Il doivent se dépêcher avant le refroidissement annoncé pour les années 2030.

 

 

Oui, il y a eu une période de réchauffement (encore active) dans les décennies 1980-1990. Et même depuis 1880. Rattrapage normal suite au mini-âge glaciaire ? Personne ne peut dire si c'est bon ou mauvais. Dans le passé c'était une bonne chose (holocène, optimum médiéval).

 

A propos, un nouveau coup de chaleur de type caniculaire est annoncé dès demain en Europe de l’ouest. C’est normal, nous avons un vrai été. 

 

 

15:53 Publié dans Environnement, Politique | Lien permanent | Commentaires (16) | Tags : hayan, typhon, climat, réchauffement, onu, grec, philippines, varsovie | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

Vouloir attribuer un quelconque phénomène météorologique à un réchauffement climatique (qui stagne depuis plus que 18 ans) est de la pure spéculation. Typhons et autre ouragans ne naissent pas d'un réchauffement global mais d'une différence prononcée de températures locales.
Est-ce que ces phénomènes n'existaient pas du temps où les températures étaient plus basse, à la sorti du mini-age glacière? Est-ce qu'il a y une norme naturelle et par hazard, dans les milliards d'années d'existence de notre planète, cette norme était atteinte hier?

Écrit par : benpal | 14 juillet 2015

Visiblement, Hollande voit dans cette conférence et l'agitation qui va avec un moyen de camoufler les insuffisances criantes de la gouvernance socialiste. Mais cela ne va pas tromper grand monde et plutôt agrandir les contradictions avec les écolos politiques...

Écrit par : Géo | 14 juillet 2015

"Hollande voit dans cette conférence et l'agitation qui va avec un moyen de camoufler les insuffisances criantes de la gouvernance socialiste"
De même avec sa "victoire" en matière de crédits supplémentaires à la Grèce.
Tout ça pour faire oublier l'extinction de la culture française sur l'autel du multi-culturalisme, l'extinction massive des places de travail, la destruction financière de la France par une dette toujours croissante.

Écrit par : benpal | 14 juillet 2015

Extinction de masse? Je me souviens encore, dans ma vie antérieure, les ours, les lynx et les loups rôdaient dans la plaine de Plainpalais, les vipères infestaient les bords ensoleillés du Léman, les buffles habitaient le Valais. Et plus tôt encore, les dinosaures se promenaient au pied du Jura. Sans parler des mollusques du Jurassic dont on trouve encore les empreintes dans les carrières du Jura. Extinction massive? Mais entre-temps une nouvelle espèce à fait son apparition sur la planète terre et l'a peuplée par milliards de specimens ... l'être humain. Que ceux qui ne supportent pas cette évolution quittent la planète ...

Écrit par : benpal | 14 juillet 2015

"les vipères infestaient les bords ensoleillés du Léman" Oh, oh, je parie qu'il y en a plus aujourd'hui que jamais. Mais il faut savoir les voir. Et faut le vouloir...
Cela dit, statistiquement aucun mort par morsure de serpent en Suisse, 7 morts en moyenne par les guêpes et abeilles...

Écrit par : Géo | 14 juillet 2015

" Que ceux qui ne supportent pas cette évolution quittent la planète ..."

Avec environ 1 million de suicides réussis par année , l'exode est récurrent ...!


Blagues sinistres mises à part, ce billet donne une texture très intéressante à la psychologie de masse à l'échelle planétaire. Il semble que vous avez bien soulevé ce mécanisme de contamination émotionnelle qui manipule des chiffres dans tous les sens et fait feu de tous bois.

Je ne suis pas certain que la cause ne se résume qu'à quelques considérations de paternités politiques.
C'est un fait que la présence humaine dans un milieu limité suit une courbe exponentielle et génère forcément des stress et des angoissent pour lesquelles il n'y a pas de réponses. Il n'y a pas de modèle de conscience qui s'élève et donne un vague sentiment de maîtrise. La place pour projeter irrationnellement les angoisses est donc indubitablement libre.

Je vous suis complétement lorsqu'il s'agit de démonter une tendance hystérique et reposer plus calmement les choses.
Par contre réduire l'ensemble des débats à des philosophie politiques est un peu navrant. Le déni pour continuer à aller de l'avant n'est plus un programme adéquat.

René Dumont était un homme de son époque où la gauche était une sorte de cours des miracles pour contestataires de toutes sortes (qui ne l'a pas été). Par contre sa conscience du pillage du sud par le nord n'était certainement pas une philosophie politique, plutôt une juste indignation.

Je suis parfaitement d'accord sur le fait que l'écologie en politique est une catastrophe (c'est dire l'effet délétère de la politisation). Mais l'écologie est une science, très utile, surtout si l'on parle de l'environnement d'une espèce.

En l'occurrence on aurait tort de caricaturer le soucis de l'environnement à quelques nostalgiques du retour à la nature. Car c'est un fait scientifique qui constate que l'environnement influence un être vivant tant dans sa santé physique et psychique.
L'épibiologie a une influence directe sur l'expression ou non de nos gènes, pour le meilleurs et pour le pire, quant à l'environnement bactériens, il est synchrone avec nos bactéries saprophytes vivant en symbiose dans notre organisme. Tout le monde a pu en faire l'expérience de changements internes rien qu'en changeant de lieu.

Le sentiment diffus qui habite tout un chacun, quant à son habitat et sa qualité repose sur des faits bien réels. Et là c'est à l'échelle planétaire que cela se passe. Réchauffement climatique ou non

Écrit par : aoki | 14 juillet 2015

@ Aoki:

Les sciences qui concernent la planète ne peuvent en effet être réduites à une nostalgie.
L'observation du climat est passionnante et utile à plusieurs points de vue: santé, migrations, adaptation au milieu, étude des interactions, approche d'une perception de la complexité, etc. On voit aussi que le lieu de vie influence notre apparence. J'ai lu récemment que l'éclaircissement de la peau en Europe date d'il y a quelques milliers d'année.

Je sépare l'écologie politique de l'étude du climat, malgré des liens initiaux. L'écologie politique, celle que l'on entend aujourd'hui et qui a pris le pouvoir à l'ONU, est manipulée par les nouveaux gauchistes. Avec le féminisme elle est une idéologie extrémiste ayant progressé dans la prise du pouvoir intellectuel et politique. Il n'y a qu'à voir où se situent les Verts. En Suisse ils ne sont pas toujours aussi extrêmes, en France ils sont au mieux PS, au pire extrême-gauche.

Or le discours sur la planète est porté pour une grande part par eux. L'amalgame environnement-climat.verts-gauche anticapitaliste est soudé. On le voit avec Hayan et d'autres, on ne peut plus parler météo sans parler climat, ni climat sans sous-entendre réchauffement catastrophique.

Le matraquage est inouï, à une échelle mondiale. Rien que pour cela le Giec et l'Onu sont suspects. Et tous les chercheurs qui annoncent par vagues des infos qui vont toutes dans le même sens. Sauf celle sur le refroidissement. C'est la première info forte qui soit exprimée depuis longtemps et qui ne sous-entende par que l'on va vers la catastrophe, que les humains et la société capitaliste sont responsables.

Sinon, tout va dans le même sens. A croire qu'ils se sont donné le mot!... Et ils se le sont donné.

Une blague d'un chercheur indépendant est, de mémoire :

"Si vous demandez des fonds pour étudier comment les écureuils cassent les noisettes, vous n'aurez rien. Si vous demandez les mêmes fonds pour étudier comment le réchauffement influe sur la manière dont les écureuils cassent les noisettes, vous aurez de l'argent".

L'écologie politique opère un transfert de fonds énormes vers une idéologie anti-capitaliste au prétexte de bons sentiments. L'arnaque est énorme.

Écrit par : hommelibre | 15 juillet 2015

Je me demande s'il ne faudrait pas créer des lobbys anti-catastrophismes pour barrer la route à ces gens malhonnêtes et dangereux.

Écrit par : hommelibre | 15 juillet 2015

@Hommelibre L'ONU tout comme certains parti est un lieu de rassemblement pour ceux qui adorent fantasmer souvent même dormir et tout ceci au frais du bon Peuple
Quand à l'idée du lobby anti-catastrophistes certains ont trouvé la parade en créant le Club des Compagnons de la Résistance pour tenir tête à tous ces détracteurs vendeurs de frousses basées sur des idéaux n'ayant jamais existé
très belle journée

Écrit par : lovejoie | 15 juillet 2015

Parenthèse à propos du suicide, Aoki. Sur ce nombre, les hommes sont 3 fois plus touchés que les femmes dans les pays riches. Pourquoi les hommes ? L'OMS ne dit rien. Pas d'étude sur le suicide des hommes ? Etrange. Si c'était l'inverse ce serait déjà une cause mondiale. :-)

Écrit par : hommelibre | 15 juillet 2015

Au début j'ai salué votre remise en question l'acharnement de certains à tout mettre sur la responsabilité des hommes et culpabiliser notre génération ou notre ère. Mais là je sature un peu.
Il y a certainement d'autres voix, un peu moins idéologiques et d'autres voies pour explorer ce terrain. Mais surtout un autre angle.
Les prédictions de Jeremy Rifkin semblent suggérer que nous nous dirigeons vers une ère d'abondance. Ce serait vraiment dommage de ne pas pouvoir en profiter.
Mieux, on pourrait anticiper et optimiser la dose de jouissance. Allez, soyons fous et imaginons le meilleur : Respirer un air sans Co2 et boire de l'eau fraiche.
On peut le faire.

Écrit par : Pierre Jenni | 15 juillet 2015

Il y a quatre jours le typhon Chan-Hom était annoncé comme le plus puissant de l'histoire, en gros titre avec un point d'interrogation.

En lisant le texte, changement:

"Le typhon pourrait être le plus puissant à frapper la province de Zhejiang, située au sud de Shanghai, depuis 1949, a indiqué le Centre national météorologique chinois (NMC)." Les vents étaient de 173 km/h.

Le conditionnel, une période définie, et une région particulière. Il est évident que si un jour un typhon de force 3 touche une terre jusque là épargnée, il sera le plus puissant connu sur cette terre...

Tout est bon pour affoler et marteler en mode subliminal. Et il faudrait encore croire ce que dit la presse?

www.20min.ch/ro/news/monde/story/Le-typhon-le-plus-puissant-depuis-pres-de-50-ans--11179812

Et ici, repris de Reuters, un typhon "d'une puissance record":

http://fr.sputniknews.com/photos/20150714/1017002802.html


Depuis on n'en parle plus: il a été rétrogradé en touchant terre.

Écrit par : hommelibre | 15 juillet 2015

Pierre, avec un air sans CO2 il n'y a plus de végétation. L'abondance vivrière va de pair avec le CO2. On ne sait pas quel est le niveau optimum de CO2 pour la vie humaine. Il était très bas au début du petit âge glaciaire, il est remonté depuis avant l'ère industrielle, il a encore remonté avec la déforestation massive depuis. Où est la vérité?

Écrit par : hommelibre | 15 juillet 2015

Bon d'accord. J'ai hésité...
J'aurais dû dire émanations nocives.
Mais j'imagine que tu me comprends.
Pire, j'en suis sûr !

Écrit par : Pierre Jenni | 15 juillet 2015

Oui, nous sommes d'accord sur les émanations nocives, comme les particules fines.
Mais si la poussée chaude devait continuer, nous devrons nous adapter. C'est ce que les humains ont fait dans le passé déjà.

Écrit par : hommelibre | 15 juillet 2015

"Les estimations les plus optimistes montrent que la faune de la Terre est en train de subir sa sixième extinction de masse" Et les plus pessimistes elles disent quoi ? Explosion imminente de la planète ??? :)

En fait, je pense qu'il est possible que l'homme soit la cause d'une grande extinction en cours. Mais elle n'a rien à voir avec le climat. Ou très peu. Les raisons principales sont la déforestation, l'exploitation des sols, la surpêche, la chasse, la diminution de la biodiversité par sélection de quelques espèces agricoles et d'élevage, etc. Le réchauffement climatique, pour autant qu'il continue ce qui est de moins en moins probable, ne peut que provoquer des migrations et quelques extinctions aussi sans doute, mais pas de quoi parler d'extinction massive. Les extinctions massives ont par le passé été causées par des événements bien plus terribles qu'une légère montée de température !

Pour l'ouragan et ses vents largement surestimés par les médias de masse, j'avais suggéré à un correspondant qui s'en étonnait aussi qu'un journaliste avait fait une erreur en reprenant une dépêche américaine et simplement remplacé les miles par des km sans faire de conversion. Ensuite, les journalistes se reprenant les dépêches entre eux sans vérification, ça a pu se répendre dans le monde entier. (avec reconversion en miles par la suite) Je ne sais pas si j'ai raison mais je pense qu'ils en sont capables !

Écrit par : Kad | 17 juillet 2015

Les commentaires sont fermés.