25 juin 2015

Duluth, nouveau modèle sexiste mondial

Duluth est une ville du Minnesota. Elle est située au nord de Minneapolis, à la pointe ouest des grands lacs, non loin de la frontière canadienne. La nation amérindienne des Ojibwés a occupé cette terre pendant des millénaires.


duluth,modèle,sexisme,féminisme,onu,Aujourd’hui la ville a pris une nouvelle renommée. Grâce au « modèle Duluth. » C’est une stratégie d’intervention sur la violence familiale. L’Onufemme le cite comme le modèle actuel de référence et le meilleur système de police qui soit. Elle encourage sa mise en oeuvre mondiale.

 

Selon le site d’Onufemme ce modèle consiste en une intervention coordonnée de différents acteurs : police, justice, ONG, réseaux, foyers d’accueil, pour tenter d’enrayer la violence faite aux femmes ( et uniquement à elles ). Il est complété par un programme de rééducation des hommes violents. On s'approche des camps de rééducations chers aux tyrans de tous bords. C'est cela le féminisme aujourd'hui.

 

La clé du modèle Duluth est appelée Roue du pouvoir et du contrôle ( image 2, cliquer pour agrandir ). Là on tombe de haut. C'est la guerre ouverte. Regardons cette roue: elle ne mentionne que les femmes victimes et des hommes violents. La charge est délibérément sexuée et misandre. Les hommes sont décrits comme étant obsédés par le pouvoir et le contrôle sur les femmes par tous les moyens possibles. Tout est formulé en présentant les hommes en criminels et les femmes en victimes.

 

Pourtant, si nous inversons cette formulation, cela marche aussi. Petit essai.

 

 

1. Pratiquer l’intimidation

 

Lui faire peur par des actions et des gestes, jeter des objets, détruire ses biens, etc.

 

duluth,modèle,sexisme,féminisme,onu,

2. Pratiquer l’abus émotionnel

 

Le faire se sentir mal, le rabaisser, l’injurier, lui faire croire qu’il est fou, l’humilier, le faire se sentir coupable, etc.

 

3. L’isoler

 

Contrôler ce qu’il fait, qui il voit et à qui il parle, fouiller son téléphone, surveiller ses lectures, user de la jalousie pour justifier ses actes violents, etc.

 

4. Minimiser, faire du déni

 

Dire qu’il n’y a pas d’abus, ou que c’est de sa faute, ne pas prendre ses besoins au sérieux, etc.

 

5. Utiliser les enfants

 

Le faire se sentir coupable à propos des enfants, les utiliser pour faire passer ses messages, utiliser le droit de visite pour le harceler, menacer d’emporter les enfants, etc.

 

6. Utiliser les privilèges féminins

 

Le traiter comme un serviteur, agir comme la princesse intouchable, pleurer sur son sort et se victimiser, être celle qui définit comment l’homme doit être ( par exemple la Chienne de garde Isabelle Alonzo décidant que les hommes doivent pleurer ), etc. Soyons conscients que le féminisme veut formater les hommes à sa volonté. Or les hommes vont leur propre chemin. Men going their own way. MGTOW.

 

7. Faire une pression économique

 

Prendre son salaire et lui donner peu ou pas d’argent de poche, le mettre en état de dépendance, etc.

 

8. User de coercition et de menaces

 

Menacer de le quitter, de commettre un suicide, de lui faire du mal, etc ( quand ce n'est pas la violence physique ou les fausses accusations ).

 

 

duluth,modèle,sexisme,féminisme,onu,Beaucoup d'hommes peuvent se reconnaître dans un ou plusieurs de ces items. La violence domestique n’a pas de sexe. D’anciennes études et d’autres plus récentes montrent que les hommes représentent de 20 % à 50 % des victimes de cette violence, physique comme psychologique et sociale.

 

Rappelons que les hommes, partout dans le monde, sont les premières victimes de toutes les violences confondues. Dans le champ de la violence domestique on peut relever : nombreuses victimes de la violence physique, abus et violence psychologiques, fausses accusations, fraude à la paternité, dénigrement de genre, etc.

 

La position sexiste de l’Onufemme est inacceptable. Ces prêtresses de la connerie misandre sont  grassement payées, entre autre avec l’argent des hommes. Je vous laisse les imaginer, arrogantes, si sûres d’elles dans leur certitude quasi-religieuse, puant le patchouli et portant lunettes Dior et Rolex, et bêtes, si bêtes, comme les pires des mecs.

 

Comment leur faire rendre gorge ? Comment récupérer cet argent acquis malhonnêtement et réhabiliter la moitié masculine de l'humanité ? Il faudra bien y répondre un jour. Pour l’heure on constate que l’ONU est totalement inféodée au féminisme et à la misandrie la plus chienne. Donc sans plus aucun crédit concernant sa politique sociale.

 

A Duluth, on joue une drôle de musique.

 

 

 

P.S. : Courte vidéo, très belles images d'un père réconfortant sa fille. Elle vient d'être victime d'une tentative d'enlèvement par sa mère et sa grand-mère aidées de deux hommes de main et d'une autre femme. Le féminisme crée un climat propice à l'augmentation de la criminalité féminine en la justifiant trop souvent comme une défense ou une protection des enfants. La tentative a été stoppée à temps grâce à la babysitter:

 

 

 

 

 

17:04 Publié dans Féminisme, Politique, société | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : duluth, modèle, sexisme, féminisme, onu | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

Rappelons que l'ONU a trouvé judicieux de faire coïncider en 2013 sa journée mondiale des toilettes avec la journée internationale des hommes, qui existe depuis 1999. Peut-on sérieusement croire à une coïncidence résultant de l'ignorance ? Voilà qui en dit long sur la considération de cet organisme envers les hommes...
http://quebec.huffingtonpost.ca/olivier-kaestle/quand-onu-tire-chasse-moitie-planete_b_4251889.html

Écrit par : Olivier Kaestlé | 25 juin 2015

C'est exact, la "Journée internationale des hommes" et la "Journée mondiale des toilettes" se retrouvent le 19 novembre. A cette date, en 2014, sur France Inter, tous les journaux étaient branchés sur les sanitaires mais, à aucun moment on a parlé des hommes. Par contre, la journée de la femme ne passe pas inaperçue dans les médias. En France, le service public télévisé lui consacre, non pas 24 heures mais une semaine ! Et cela avec la complicité des pouvoirs publics et de nombreux hommes. Il me semble que le seul moyen de lutter contre cette misandrie chronique est de répondre systématiquement aux journalistes mais sans animosité car, bien souvent, ils n'ont pas conscience de ce sexisme anti-hommes.

Écrit par : Henri | 27 juin 2015

Quelqu'un a entendu parler du MGTOW ? Il s'agirait d'un mouvement aux Etats-Unis où les hommes ne resteraient qu'entre eux, pour protester contre la discrimination qu'ils subissent.

Écrit par : prometheUS | 27 juin 2015

La seul chance de se défendre et de se regrouper, la journée de l'homme devrait avoir lieu, mais on viendrait sur de nombreux sujets en contradiction des féministes et programmes gouvernementaux et la il y aurait pendant une période des accusations d'homme "macho" et autre mais une égalité qui prend en compte un seul sexe n'en est pas une et les exemples ne manquent pas hélas.

Écrit par : Lafaux | 27 juin 2015

Les commentaires sont fermés.