21 juin 2015

Tuerie de Charleston : manifeste raciste sur le net

La presse américaine révèle l’existence d’un manifeste écrit et mis en ligne probablement par le tueur présumé ( qui a reconnu ses crimes vendredi ). Le site, LastRhodesian.com, est domicilié chez sa mère et contient plusieurs photos de lui. Il est aujourd’hui inaccessible mais les images du contenu circulent sur d’autres médias.


Roof01.jpgDescendre à leur niveau ?

 

Les thèses développées sur ce site sont très clairement orientées contre la population noire :

 

« Avec de longues diatribes diffamatoires, le manifeste est divisé en plusieurs sections donnant un aperçu des idées de l'auteur quant aux différentes races. Une grande partie de ce texte concerne les communautés Noires des Etats-Unis et détaille l'idéologie raciste du suprémacisme blanc sur des sujets tels que la ségrégation et l’esclavage. Décrivant les Noirs comme "vus inconsciemment" par les Blancs comme des êtres inférieurs, le manifeste fait l'éloge de la ségrégation, la qualifiant de "mesure défensive" contre les Noirs. "Cela nous a non seulement protégés d'avoir à interagir avec eux, et qu'ils nous blessent physiquement, mais cela nous a aussi protégés de descendre à leur niveau", indique le manifeste. »

 

Dans un précédent billet je soulignais le traitement de l’information en France et aux Etats-Unis. Après les attentats de Paris la presse française mettait la pédale douce concernant les raisons idéologiques des auteurs, alors qu’il s’agissait d’une démonstration de force contre les mécréants et les libres penseurs, c’est-à-dire les occidentaux en général. Ces attentats n’étaient pas racistes au sens propre mais le fondement est proche : à Paris la tuerie réveillait d'une certaine manière les guerres de religions et d’ethnies.

 

Il est difficile d’analyser précisément puis d’argumenter sur le contenu du manifeste faute d’avoir les textes entiers. Mais parler d’infériorité d’une race humaine par rapport à une autre est une aberration, une fausse croyance aujourd’hui suffisamment démontrée par des recherches scientifiques et par la présence de personnalités noires au sommet de nombreuses disciplines humaines et intellectuelles. Dans les sciences, la littérature, la politique, entre autres, les personnes de couleur noire apportent leur excellence. Celle-ci est reconnue par la communauté. Ecrivains, prix Nobel, mathématiciens, remplissent des pages. Par exemple qui sait que la torpille a été inventée par un brésilien noir, Andreas Rebouças ?

 

« L'inventivité des Noirs aux Amériques ne s'est jamais démentie à tel point qu'en 1858, un Avocat général des Etats-Unis, Jeremiah S. Black fera passer une loi contre le dépôt de brevets d'invention par les esclaves, vu qu'un brevet américain était un contrat entre le gouvernement des Etats-Unis et l'inventeur. Un esclave n'étant pas considéré comme citoyen américain, il ne pouvait donc, selon la loi votée par M. Black ( le mal nommé ) signer un contrat avec le gouvernement américain ni céder son invention à son maître. Cela donne donc à penser qu'un certain nombre d'inventions faites par des Africains-Américains étaient souvent reconnues à leurs maîtres esclavagistes. »

 

 

 

beneton1.jpgDeux critiques fondamentales

 

Dans son très excellent essai de 85 pages « Les fers de l’opinion » le français Philippe Bénéton analyse comment l'opinion publique se forme par défaut. Par exemple:

 

« Pour être convenable, une opinion doit partir de bonnes intentions, c'est la tyrannie des intentions. Ainsi, il est d'usage sur les ondes de taire le prénom quand il a une consonance étrangère. »

 

Cet esprit éclairant de notre époque, professeur  de philosophie politique à l’Université de Rennes et professeur invité au Département de Sociologie de l'Université de Genève, entre autres, résume en quelques pages l’erreur intellectuelle fondamentale du racisme :

 

« Il en résulte que le racisme est justiciable de deux critiques fondamentales : il méconnaît l’unité du genre humain au nom de la différences des « races », il méconnaît les différences individuelles au nom de l’identité raciale. S’y ajoute une méconnaissance des appartenances autres que celles de la « race ». Une et une seule appartenance de groupe ( réelle ou fictive ) écrase tout le reste. Le juif vu par l’antisémite radical sort de l’humanité commune, perd toute identité nationale ou sociale, est dépouillé de tout caractère personnel – sa qualité de juif épuise son être.

 

L’usage de telles catégories conduit logiquement à l’application injuste d’un traitement inégal, c’est-à-dire à la discrimination. Un traitement inégal fondé sur des critères collectifs n’est pas par nature injuste ou discriminatoire – sinon les enfants en couche et les étrangers des antipodes devraient avoir le droit de vote. Mais il l’est nécessairement quand il est fondé sur un jugement qui nie l’universalité de la qualité humaine et/ou l’individualisation des qualités humaines. » ( Philippe Bénéton, Les fers de l’opinion, Editions PUF Behemote, page 53 ).

 

Il n'en reste pas moins lucide :

 

« Les " corruptions de l'antiracisme " sont nombreuses. C'est SOS-Racisme qui lance le slogan " touche pas à mon pote ". Ce mot d'ordre, peut-être pavé de bonnes intentions, implique une relation à sens unique, alors qu'en réalité il s'agit d'une obligation réciproque où chacun doit respecter l'autre. Mais le racisme, selon l'opinion dominante, ne peut provenir que des Blancs contre les Noirs. » 

 

Dans ce sens il est regrettable que le tueur ait été d’abord et largement désigné par sa couleur de peau. Ce procédé alimente une manière de penser que l’on voudrait justement voir disparaître. Certaines particularités peuvent être associées à des groupes mais la prudence reste de mise contre les généralisations réductrices et les interprétations globalisantes. Personnellement les groupes – politiques, ethniques ou autres – m’intéressent moins que les individus.

 

Dans le climat d'émotion et le regain de tensions raciales aux Etats-Unis, il était sans doute difficile de faire la part des choses dans le premier moment. Et quand on lit « … cela nous a aussi protégés de descendre à leur niveau… » on peut comprendre qu’à la stigmatisation des noirs réponde, par réflexe défensif, une stigmatisation du blanc. Même si cela n’apporte ni l’apaisement ni le respect mutuel.

 

15:09 Publié dans Philosophie, Politique, Psychologie, société | Lien permanent | Commentaires (14) | Tags : charleston, tuerie, dylain roof, racisme, philippe bénéton | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

Vos propos ne concernent bien évidemment pas uniquement le racisme de mouvements type "suprématie blanche" mais toutes formes de racisme, qu'elles soient issues d'un individu, d'un groupe politique, religieux ou de tout autre mouvement.

Il ne faut pas oublier qu'on assassine moins de noirs au motif qu'ils sont noirs que de chrétiens parce qu'ils sont chrétiens.

Il ne faut établir aucune hiérarchie ou "suprématie" (hum!) entre les racismes

Écrit par : Archi-Bald | 22 juin 2015

@ Archibald:

Oui, et vous faites bien de le préciser.

Écrit par : hommelibre | 22 juin 2015

"Il ne faut pas oublier qu'on assassine moins de noirs au motif qu'ils sont noirs que de chrétiens parce qu'ils sont chrétiens."

Oh là là.. le niveau extrêmement bas de ce commentaire. Quelle consolation pour les "noirs" de savoir qu'ils sont moins exécutés que les "chrétiens". En fait ce commentaire est dans le fond très raciste, car il cherche à établir des hiérarchies dans la souffrance de victimes. Et cela d'ailleurs sans la moindre preuve de ce qu'il avance outre que son imagination. Au fond ce qui se cache derrière ce commentaire est d'essayer de trouver une justification pour signaler du doigt certains catégories de personnes, en particulier les musulmans qui seraient des tueurs des chrétiens. Commentaire abject donc.

Mais selon la logique du commentateur, il s'avère qu'il y a bien moins d'israéliens qui sont tués parce qu'israéliens que des palestiniens parce que palestiniens. Donc, la logique du commentateur, outre que tordue, se retourne contre ses sympathies.

Dégueulasse.

Écrit par : Daniel | 22 juin 2015

Oh Daniel, ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit.

Je souligne qu'il y a une mobilisation très forte autour du drame de Charleston et quasi aucune autour des génocides de chrétiens; ceci afin de rappeler que l'indignation antiraciste ne saurait dépendre de la race des victimes.

Votre jeu de rabattre cette question sur le conflit israélo-arabe relève de vos fantasmes. Le racisme ne se mesure d'ailleurs pas qu'au nombre de victimes. Il faut considérer, l'incitation de la société, de l'éducation, des autorités, des médias, des leaders spirituels et l'attitude des tribunaux, par exemple, pour comprendre son ancrage.

Autre façon de mesurer; tester par soi-même l'hostilité ambiante. Si ce conflit israélo-arabe vous tarabuste, habillez-vous selon les traditions arabes et baladez vous à Tel-Aviv ou Paris. Puis faites de même avec des vêtements usuels chez les juifs et baladez-vous à Ramallah ou dans une banlieue parisienne. Venez nous faire un rapport factuel.

Écrit par : archi-bald | 22 juin 2015

"Oh Daniel, ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit."

Je ne vous l'accorde que très partiellement. Pour éviter cela, essayez de vous exprimer correctement alors. Car si pour illustrer ce que vous voulez dire, vous commencer par compter le nombre de victimes, avouez que cela peut trahir inconsciemment le véritable fond de votre pensée. A vous de vous interroger...

Écrit par : Daniel | 22 juin 2015

*Puis faites de même avec des vêtements usuels chez les juifs et baladez-vous à Ramallah ou dans une banlieue parisienne.*

A Hebron les juifs se baladent avec des mitrailleuses en bandoulière. Les Palestiniens le font sur la pointe des pieds.

Écrit par : AC | 22 juin 2015

AC

J'ai parlé de Ramallah mais ni d'Hébron, ni de Bethléem.

Hébron est la ville où s'est fondé le peuple hébreu et ce, depuis plusieurs millénaires. La présence juive n'a été éradiquée qu'à la fin des des années 20 (il y a moins d'un siècle) lorsque les colons arabes ont procédé à un nettoyage ethnique.

Bethléem est une ville chrétienne dont les chrétiens ont commencé à fuir lorsque Yasser Arafat en a repris l'administration après les accords d'Oslo. Aujourd'hui, la présence des chrétiens est marginal à Bethléem. La plupart se sont réfugiés au Chili où ils sont environ 300'000.

En dehors de ces faits trop souvent oubliés, il faut prendre en considération l'importance des symboles au Moyen-Orient. Abraham est enterré à Hebron. Abraham est le 1er patriarche des hébreux et fondateur de la nation. Mais Abraham a eu deux fils, Ismaël et Isaac... Ismaël est né avant Isaac mais Isaac était le fils de sa femme légitime Sarah. Conflit de succession ! Pour nous tous, hormis les voyageurs, notre origine est celle des tombes de nos ancêtres. Donc aujourd'hui les descendants d'Ismaël et ceux d'Isaac revendiquent leur origine en Hébron. Celui qui cède, abandonne en même temps sa légitimité. C'est compliqué le Moyen-Orient ! Autre vision de ce conflit...

Écrit par : archi-bald | 22 juin 2015

* J'ai parlé de Ramallah mais ni d'Hébron, ni de Bethléem. *

Vous avez parlé de ce que vous arrange, de manière à condamner chez les autres ce que justifiez chez vos coreligionnaires. Deux poids deux mesures mon vieux. A ce petit jeu n'importe qui peut justifier n'importe quoi.

Écrit par : AC | 22 juin 2015

AC, c'est vous qui êtes passé de Ramallah à Hébron. Vous ne changez pas seulement de ville mais aussi de thème. Pire que ça, vos convictions vous amènent, si l'on gratte un peu, à me traiter de juif seulement capable de justifier les horreurs commises par me coreligionnaires. Ce serait donc une appartenance à une religion qui expliquerait mon attitude abominable. MDR... dans un blog traitant du racisme !!!!

Vos propos illustrent parfaitement ce qu'est le racisme d'aujourd'hui; sournois, peu conscientisé, qui n'ose s'afficher à la lumière mais qui gangrène les pensées... Merci.

Cela dit, je vous recommande vivement le petit test que je propose. Vous constaterez de vous-même sans l'influence de mes "justifications de n'importe quoi"

Écrit par : Archi-Bald | 22 juin 2015

* AC, c'est vous qui êtes passé de Ramallah à Hébron. *

C'est exactement ce que je dis. Vous parlez de ce que vous convient pour justifier chez vos coreligionnaires ce que vous condamnez chez tous les autres. Et vos protestations *MDR* ne changent rien à cela. Essayez d'assumer au moins vos convictions et vos amours au lieu chercher des excuses bidon auxquelles il n'y a que vous que vous gobez.

Écrit par : AC | 22 juin 2015

" Oh là là.. le niveau extrêmement bas de ce commentaire. Quelle consolation pour les "noirs" de savoir qu'ils sont moins exécutés que les "chrétiens". "

En attendant Archi-bald dit une vérité plus que juste. La grande majorité des noirs assassinés aux USA le sont par d'autres noirs. Et certainement pas assassinés juste pour la couleur de leur peau. C'est plus du 90% de noirs assassinés par d'autres noirs selon les chiffres du ministère de la justice.

http://www.bjs.gov/content/pub/pdf/htus8008.pdf

D.J

Écrit par : D.J | 22 juin 2015

@ D.J.:

Une autre information intéressante est la baisse de la criminalité, alors que le sentiment subjectif souvent exprimé est une insécurité grandissante. Mais celle-ci n'est pas corrélée à la réalité, au contraire. Et la crise depuis 2008 n'a pas fait monter cette criminalité.

Écrit par : hommelibre | 22 juin 2015

"En attendant Archi-bald dit une vérité plus que juste."

Vous êtes (comme à votre habitude) à coté de la plaque Monsieur. Je vous conseille de lire et relire ce qu'il dit pour essayer de saisir le sens. Bon courage.

Écrit par : Daniel | 23 juin 2015

"En attendant Archi-bald dit une vérité plus que juste."

Vous êtes (comme à votre habitude) à coté de la plaque Monsieur. Je vous conseille de lire et relire ce qu'il dit pour essayer de saisir le sens. Bon courage.

Écrit par : Daniel | 23 juin 2015

Les commentaires sont fermés.