18 juin 2015

Tuerie aux Etats-Unis : pas d’amalgame

Repère 2

 

Racisme, sexisme et homophobie sont les mamelles délétères de la modernité. Ces trois accusations sont mises à toutes les sauces et invoquées dès qu’un mot déplait. Elles servent avant tout à se rassurer, à faire allégeance aux nouveaux dominants et à stigmatiser. Elles illustrent le désordre intellectuel profond de notre société et l’incapacité de certains à penser autrement qu’en slogans et émotions. Elles justifient également la peur des mots et de la liberté qui règne aujourd’hui dans le monde.


racisme,sexisme,homophobie,liberté,jugement,En France par exemple, on n’a pas le droit de mentionner la spécificité ethnique ou raciale d’un criminel. Celui qui le fait s’expose à une condamnation pénale comme ce fut le cas d’Eric Zemmour. Il sera de plus mis au pilori, ostracisé, découpé en morceaux et traité comme un fasciste par les ligues du pouvoir angélique et stupide. Qui sont alors les vraies graines de fascistes ? Ceux qui refusent que l’on pense autrement qu’eux. Ou simplement que l’on pense. Et il y en a ! Un point commun de ces idéologies, que l’on trouve aussi aujourd’hui dans l’écologie, est qu’il n’y aurait plus qu’une seule pensée correcte et que ceux qui ne s’y plient pas sont des gens bizarres - pour ne pas dire pire. 

 

Quelle folie.

 

Si tu critiques les homos, tu es homophobes. Vrai ? En aucun cas. Le droit de critiquer qui l’on veut, individu ou groupe, est imprescriptible. Il n’y a pas de liberté sans la liberté de critiquer. Je me fiche de savoir où chacun plante sa zigounette ou ne la plante pas, c’est effectivement de l’ordre du choix individuel. 

 

Si tu dis que les femmes pleurent plus que les hommes ou que les hommes expriment moins leurs émotions, tu es sexiste. Vrai ? Non. Tu peux parler d’une seule personne ou de plusieurs. Généraliser est casse-gueule car tu ne peux affirmer avec certitude que tous les éléments d’un groupe ont en commun toutes les mêmes caractéristiques. Mais tu as le droit de le dire, tu peux même te tromper dans tes affirmations. Tu n’as pas à te taire parce qu’on aboie sur toi. Laisse crier et pense ce que tu veux, dis ce que tu veux. Tout peut être objet de débat. Que la gauche et la droite se soient appropriés des thèmes, la première celui du néopuritanisme moral, la seconde celui de l’immigration, n’a pas à influencer ta pensée. Pense librement.

 

Pas la peine d’en rajouter des tonnes, tout le monde sait cela (oh, encore une généralisation! Horreur, malheur…)

 

Alors, quand je lis sur les médias internet qu’un homme blanc a tué neuf personnes dans une église afro-américaine, je me dis que les lois ne sont pas les mêmes pour tout le monde. Selon une agence de presse, « Aucune précision n'a été donnée sur l'identité des victimes. » Sauf que la formulation« église afro-américaine » est assez claire.

 

La Tribune de Genève titre également : « Un Blanc tue 9 Noirs dans une église. »

 

Ah, ces hommes blancs!… Si l’on avait eu le cas inverse, l’expression « un noir tue 9 blancs » aurait probablement suscité un tollé.

 

 

racisme,sexisme,homophobie,liberté,jugement,Repère 2 : refuser tout jugement de valeur

 

Cela me rappelle l’attentat contre Charlie en janvier. Le sang n’était même pas sec que l’on entendait déjà dire : « Pas d’amalgame ». Alors, faisons pareil et disons fort : pas d’amalgame ! Tous les hommes blancs ne sont pas des tueurs. Il n’y a rien de raciste dans ce crime, comme il n’y avait rien de culturel et de religieux dans l’attentat de janvier. Il s’agit seulement, selon la doxa moderne, d’une personne qui en tue neuf autres dans un édifice fréquenté par une communauté de croyants.

 

Oui, c’est cela la bonne formulation : « Une personne en tue neuf autres. » Et c’est tout. Le reste n’est que la garniture de la peur. A moins que je n'aie mal compris ce jeu d'idiots.

 

Parlons, parlons encore, de tout, de tous, de toutes, de tout ce que l’on veut, sans restrictions. Emmerdons les puritains, les pisse-froid et les nouveaux dominants. Il faut sans hésiter les jeter et danser sur leurs dépouilles, et parler de tout, encore, encore, encore, encore. Et si quelqu’un nous fait les gros yeux pour nous culpabiliser, regardons-le bien en face et insistons. Refusons frontalement tout jugement de valeur. Par principe. Parce que nous ne donnons pas autorité à autrui sur nous. Que seuls des arguments dictent nos positions. Ou le goût de l’insoumission. Il n’y a aucune autorité investie du droit de nous empêcher de parler et de penser. Il n’y a pas de jugement de valeur acceptable d’autrui si nous ne l’avons nous-mêmes validé par notre auto-analyse.

 

 

12:39 Publié dans Philosophie, Politique | Lien permanent | Commentaires (11) | Tags : racisme, sexisme, homophobie, liberté, jugement | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

Excellent texte

Malheureusement, on ne peut pas ce foutre vraiment de ces MarxisteCulturel (ideologie de la haine de l homme-blanc-hetero) car comme vous le dites, ces petit fachistes au pouvoir en sont rendu a mettre les gens en prison pour leurs idées et leur parole, ou encore simlement detruit leur vie.

Écrit par : Egalitariste | 19 juin 2015

Etes-vous vraiment sûr qu'il n'y avait rien de raciste dans cette tuerie ?

Si on doit admettre que cet acte n'est pas basée sur le racisme, c'est donc que le tueur est simplement un déséquilibré, qui ne comprend pas le monde.
Il est encore tôt pour prendre position sur la question, mais voici ce qu'on peut lire sur la site de la TdG aujourd'hui :

"Présenté comme un ami du suspect, Dalton Tyler, 21 ans, a expliqué à ABC News que Roof soutenait l'idée d'un retour à la ségrégation et «voulait provoquer une guerre civile».

Une survivante, Sylvia Johnson, a rapporté à CNN les propos lancés à l'une de ses victimes qui tentait de le raisonner : «Vous avez violé des femmes, et vous prenez le contrôle le pays. Je dois faire ce que j'ai à faire», a-t-il dit.

Sur son profil Facebook, Dylann Roof apparaît vêtu d'un blouson sur lequel sont accrochés l'ancien drapeau de l'Afrique du Sud du temps de l'apartheid, symbole du régime ségrégationniste, ainsi que celui de la Rhodésie (devenue Zimbabwe).

Ces deux régimes sont très admirés aux Etats-Unis par les groupuscules qui promeuvent la suprématie des Blancs.

La dirigeante locale du mouvement de défense des noirs NAACP, Dot Scott, a rapporté sur CNN qu'une victime aurait été épargnée pour pouvoir témoigner. «Sa vie a été épargnée parce que le tueur a dit: Je ne vais pas te tuer (...) parce que je veux que tu puisses leur dire ce qui s'est passé»."

L'avenir nous dira, si tout ça était de poudre aux yeux et qu'on a tout compris de travers.

Écrit par : Calendula | 19 juin 2015

Calendula,

Je n'en sais pas plus que vous. C'est une ironie de ma part. J'ai tenté la symétrie avec le 7 janvier.
Le 7 janvier on ne lisait pas "Des musulmans - ou des nord-africains d'origine - assassinent des blancs/caucasiens".

Ici c'est "Un blanc tue neuf noirs", "Un blanc tue dans une église noire", etc...

Deux poids deux mesures. C'est cela le second degré dans mon titre et dans ma dénégation d'un possible crime raciste (et encore, peut-être le tueur est-il réellement un déséquilibré).

Écrit par : hommelibre | 19 juin 2015

Le tueur est "déséquilibré" uniquement quand il s'attaque aux juifs. Selon les médias français!

Écrit par : Patoucha | 19 juin 2015

Pas seulement les médias français mais également les autorités suisses après par exemple les actes de Lugano (incendie), Zürich (meurtre) et Genève (tentative de meurtre)... actes de déséquilibrés.

C'est tellement plus confortable de ne pas ouvrir les yeux. Je n'accuse pas les autorités; elles sont faites d'humains comme nous et les gestionnaires de crises savent bien que le premier danger et la minimisation du problème (pour mémoire le peanut des banques, l'affaire de l'amiante ou du sang contaminé, l'attitude de sepp blatter, etc.

Le premier acte d'importance est de reconnaitre et nommer les choses en utilisant les mots justes.

Écrit par : Archi-Bald | 19 juin 2015

Merci pour l'info Archi-Bald. J'ignorais ces faits.

La peur... rend lâche. Quelle tristesse!

Écrit par : Patoucha | 19 juin 2015

@hommelibre,
L'ironie est d'un maniement délicat. Surtout par écrit. Dans une face à face, c'est plus simple, avec le ton, la mimique, la gestuelle.
Oui, certes, un être humain tue neuf autres êtres humains. C'est effectivement une situation inacceptable et choquante. Mais vous le savez bien : avec ça, on ne décrit que les contours flous d'une tragédie. On pourrait d'ailleurs s'en contenter, pourquoi pas ?
Mais on serait en présence d'une sorte de censure, n'est-ce pas ?

Lorsque la nouvelle est arrivée, dans un premier temps, j'ai lu à voix haute ce que je voyais sur l'écran de mon ordinateur: "Tuerie dans une église aux Etats-Unis." La personne qui était avec moi à ce moment-là a dit : " Je me demande si ce sont encore des islamistes."
Je trouve ça intéressant dans ce contexte. A cause des attaques contre les chrétiens d'Orient, le lien est vite fait. A cause des événements de janvier à Paris, le lien peut sembler logique.
Mais à tort, en l'occurrence.
Je trouve qu'on devrait s'imposer une sorte de mini-moratoire dans de tels cas et attendre d'en savoir un peu plus. Les informations sur les faits arrivent et ensuite leur interprétation. On fait forcément des hypothèses, mais je n'ai pas pensé un instant à un acte motivé par une histoire de couleur de peau. Cela prouve que je n'ai pas de bonnes connaissances du contexte.
Un homme blanc raciste assumé ne signifie pas que tous les hommes blancs le soient, ni même tous les hommes américains. Ni même tous ceux qui portent une arme etc etc.
La généralisation est une erreur, presque forcément. Les parallèles sont nécessaires, mais comparaison n'est pas raison.

Parfois, les événements sont si étranges, qu'on met des semaines à reconstituer le puzzle, parfois des années et il y a même des cas irrésolus. Le crash de l'avion de Germanwings a dépassé toute imagination.
Donc quand je lis "Fusillade dans une église aux Etats-Unis" ou bien " Un Blanc tue neuf Noirs dans une église", je me dis : il faut attendre d'en savoir plus. Et je pense davantage aux morts qu'au misérable qui a passé à l'acte.

Écrit par : Calendula | 19 juin 2015

Calendula,

Je vous remercie pour partager ainsi votre réflexion. Je pense que vous avez raison sur le point du moratoire. Je m'y soumets souvent, pour les raisons que vous dites, et parfois je n'ai rien écrit sur une actu qui me démangeait, ou alors seulement plus tard.

Vous avez raison sur ce point et ce devrait être une règle dans les blogs. Pourquoi ne l'ai-je pas fait cette fois? Parce que quand j'ai lu cette information j'a vu trois articles différents parlant tous d'un blanc et de noirs. Et l'attentat de Paris m'est venu instantanément à la mémoire, à cause de la pudeur de la presse française. Ici j'ai vu non pas une généralisation de l'accusation de racisme à tous les blancs - d'ailleurs, les infos récentes semblent aller dans le sens de l'acte raciste avec le tueur - mais une impudeur extrême contrastant avec la pudeur de Paris et les appels à la dés-ethnicisation de l'attentat contre Charlie.

En fait je pense que vous avez entièrement raison dans votre commentaire, que votre mesure est bonne conseillère, et je n'aurais plus qu'à retirer ce billet!!!

Mais non, je ne le retirerai pas, parce qu'il permet justement d'échanger cela.

Écrit par : hommelibre | 19 juin 2015

@hommelibre,
Je ne peux pas avoir entièrement raison ! Ca n'existe pas.
Votre billet avait une raison d'être : l'impression que la presse française avait été pudique, après les fusillades de Charlie et du Super-Casher.
J'avoue ne pas m'en souvenir, mais ça ne veut rien dire, parce que ma mémoire n'est plus infaillible.
Il me semble qu'on cherchait surtout à distinguer islam et islamisme.
Je suis très peu à l'aise dans cette discussion-là. Je m'impose encore une sorte de moratoire... la phase post-Charlie étant encore bouillonnante, comme la lave après une éruption volcanique.
L'hebdomadaire allemand "Die Zeit" a publié un article dans son numéro de cette semaine, avec le titre "Plus personne ne veut être Charlie", sur la désillusion qui a suivi le grand élan de janvier.
Retirer votre billet ? C'est vous qui savez :-)) Comme vous, je pense que c'est un témoignage d'une sorte de "work in progress" .
Il est bien plus confortable d'être commentateur que bloggeur.

Écrit par : Calendula | 19 juin 2015

Ces temps, c'est surtout à propos de l'immigration - il s'agit d'immigrants et non de simples migrants...- que le matraquage politiquement correct est massif.
Mais je pense que les journalistes se tirent une balle dans le pied voire pire. Leurs délires n'ont plus rien de crédible. Ils ne donnent la parole qu'aux fanatiques de la xénophilie qui ont abandonné toute forme de rationnel depuis longtemps. François Crépeau (ONU)qui pense que l'Europe devrait accueillir un à deux millions d'immigrants immédiatement alors qu'il y a 20 millions de chômeurs...
Voir : http://www.commentaires.com/societe/immigration-et-propagande

Écrit par : Géo | 20 juin 2015

Autriche : attentat à la voiture bélier,
Et le traditionnel: l’acte d’un « déséquilibré mental »

Publié le 20 juin 2015

AUTRICHE

Au moins trois personnes ont été tuées samedi à Graz, en Autriche, dans une attaque à la voiture bélier. Plusieurs dizaines de piétons ont été fauchés par l’auteur de l’attaque.

Le suspect, un Bosniaque de 26 ans naturalisé autrichien, a foncé dans la foule avec son véhicule avant de poignarder les passants dans une artère très fréquentée.

Les autorités locales évoquent à ce stade de l’enquête l’acte d’un « déséquilibré mental ».

E.H. – © Le Monde Juif .info | Photo : DR

Écrit par : Patoucha | 20 juin 2015

Les commentaires sont fermés.