20 mai 2015

Einstein et la disparition de l’humanité : info ou intox ?

« Si l’abeille disparaissait de la surface du globe, l’homme n’aurait plus que quatre années à vivre ». On attribue cette citation à Albert Einstein. Sauf qu’Einstein ne l’a jamais prononcée.


miel,abeille,einstein,varroa,ruches,disparition,environnement, Intox

Du moins il n’existe aucun écrit, aucune preuve qu’il l’ait dite. Le site snopes.com, révélateur de hoax et de fausses rumeurs sur internet, a rendu public le résultat de ses recherches. Il n’a été trouvé nulle part d’éléments indiquant qu’Einstein serait réellement l’auteur de ces propos, ni dans ses écrits, ni dans les archives qui lui sont associées.

Alors quelle en est l’origine? C’est l’UNAF. L’Union Nationale des Apiculteurs Français. En 1994 des membres de l’UNAF manifestaient à Bruxelles lors d’une réunion des ministres européens de l’agriculture. Le miel français était en danger. Le varroa? Les pesticides? Non: le miel de Chine, dont l’importation causait du tort au miel local.

Lors de cette manifestation l’UNAF avait édité un tract mentionnant cette supposée citation d’Einstein. Mettre ces mots dans la bouche du savant leur donnait une force et un crédit impressionnants. Encore aujourd’hui d’ailleurs, car elle a été depuis reprise et diffusée par un nombre impressionnant de médias et de blogs. C’est un exemple typique d’invention d’une légende urbaine, d’une rumeur qui a réussi. Aujourd’hui beaucoup croient, à tort, à la fois au contenu de la phrase qui n’est pas démontré, et à l’identité de son prétendu auteur.

En 2008 un livre reprend le thème avec la même référence à Einstein, cette fois relativisée:

« En janvier 2008 est publié un livre intitulé Le Jour où l’abeille disparaîtra… avec comme bandeau « …l’homme n’aura plus que quatre années à vivre (attribué à Albert Einstein) » ! Comme le notait justement le blog Bacterioblog :« C’est assez malin: sur la manchette, en dessous de la « citation », on peut lire « attribué à Albert Einstein », mais en quatrième de couverture, il est écrit que cette phrase lui est attribuée « probablement à tort ». L’auteur reconnaît donc explicitement la non-paternité d’Einstein, mais trouve le moyen 1) de faire son titre de cette fausse citation, et 2) de faire figurer le nom d’Einstein sur la couverture, avec des réserves tout à fait cryptiques. Mauvaise foi ou bonne publicité ? »



Info

miel,abeille,einstein,varroa,ruches,disparition,environnementEn 2014 la production de miel - en baisse régulière depuis des années - a été exceptionnellement faible en France. Les causes sont multiples:

« Cette chute de la production de miel est due à de nombreuses raisons : il y a évidemment les effondrements traditionnels des colonies d’abeilles dus aux agents pathogènes, aux pesticides, aux médicaments vétérinaires… Mais cette année, les conditions météorologiques ont été particulièrement mauvaises pour les abeilles et l’activité apicole, tout au long du printemps et de l’été. « Les grandes périodes de vents du Nord, de pluies et de froid ont asséché les fleurs et ont empêché les abeilles de trouver du nectar. Le nombre de jours où les abeilles ont pu travailler ont été très rares, ce qui n’a pas permis de produire du miel dans les quantités habituelles », explique Henri Clément, Apiculteur professionnel et Porte-parole de l’UNAF. »

On peut aussi ajouter celle-ci:

« Le problème de la biodiversité alimentaire serait, lui aussi, au coeur de la disparition de milliards d’abeilles. En effet, d’autres études ont mis en évidence un constat très intéressant : les abeilles qui ont accès à un mélange de pollens de différentes plantes sont en meilleure santé que celles qui se nourrissent d’un seul type de pollen.

En s’attaquant à la biodiversité des plantes, en démultipliant les monocultures, l’homme est en train de détruire une espèce indispensable à la reproduction des plantes et à l’alimentation humaine. »

Cette raréfaction des abeilles est préoccupante. Domestiques ou sauvages, les centaines d’espèces connues d’Apis (environ un millier) participent à la reproduction végétale. Elles transportent le pollen de fleur en fleur. On estime qu’elles contribuent à 80% à la pollinisation.

Mais l’humanité disparaîtrait-elle quatre ans après les abeilles? Rien ne le prouve.

En quatre ans on peut passer à une pollinisation manuelle, comme dans certaines régions de Chine. C’est très coûteux et peu adapté aux salaires en occident. On peut élever des reines et des colonies saines pour remplacer celles qui disparaissent - après tout on élève bien des coccinelles, vendues ensuite en grandes surfaces, pour lutter biologiquement contre les pucerons. On peut penser que d’autres pollinisateurs déjà connus remplaceront les abeilles: guêpes, mouches, papillons, coléoptères. Dans la nature la disparition des uns élargit le territoire des autres. On pourrait aussi installer des souffleries géantes dans les prairies pour simuler la pollinisation par le vent.

Les humains sont malins et inventifs. Ils ont la peau dure.

Leur survie d’espèce dépend-elle à ce point des abeilles? Tout est relatif, dirait Einstein…


14:34 Publié dans Environnement, Science | Lien permanent | Commentaires (20) | Tags : miel, abeille, einstein, varroa, ruches, disparition, environnement | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

Vous parlez de biodiversité et de monoculture, ok. Vous parlez aussi de milliers d'espèces d'abeilles. Mais les humains ne favorisent que très peu d'entre de ces espèces, qui s'affaibliraient par manque d'adaptation. Cela serait aussi un facteur favorisant la disparition des abeilles, de ces abeilles-là...

Écrit par : Géo | 20 mai 2015

En effet très peu d'espèces sont favorisées par les humains. Je me demande si ce n'est pas mieux...

Je comprends toutefois votre idée. A mon avis, comme pour les anciennes semences mises en silos dans la glace polaire pour les préserver, il devrait y avoir une sorte de "réserve" pour certaines variétés végétales et animales, peut-être en plein ciel sur une surface assez grande.

Écrit par : hommelibre | 20 mai 2015

"Mais l’humanité disparaîtrait-elle quatre ans après les abeilles? Rien ne le prouve."
"Les humains sont malins et inventifs. Ils ont la peau dure."

Ces affirmations sont correctes. Mais elles n'offrent pas pour autant un blanc seing pour se laisser aller de manière débridé et incontrôlée. Sans remettre en question sa manière de faire.

L'être humain est malin c'est vrai, mais je suis toujours dérangé par la constatation que l'intelligence engendre de tels rêves de pouvoir. Gérer, tout , maîtriser tout pour mieux l'exploiter à son avantage. Cela nous rend-il plus heureux ? Bôf ! Cela nous donne pas plus de plénitude. Ce n'est pas à mon sens un signe réel d'intelligence.
L'intelligence telle qu'on la vit, ne rend pas plus intelligent si j'ose cette formule, voir peut rendre carrément con. Si c'est pour l'utiliser de manière aussi unilatérale.

Oser freiner pour mieux grandir est un signe de maturité, c'est aussi oser changer de dimension de valeurs, ouvrir d'autres champs d'explorations, cela peut aussi signifier sortir d'une certaine addiction aliénante de pouvoir. Le besoin de pouvoir est un manque de pouvoir sur soi !

Certains rêveurs imaginent que les abeilles disparaîssent depuis que l'homme court-circuite le vol nuptial de la reine, en procédant à des inséminations artificielles à l'aide d'outils paraissant moyenâgeux et barbares à l'échelle de cette espèce.

Et si c'était pas faux ?

Écrit par : aoki | 20 mai 2015

"Je comprends toutefois votre idée " Ce n'est pas mon idée, je l'ai entendu je ne sais sur quel média. C'est ce qu'exprimait le conditionnel...

"L'être humain est malin c'est vrai, mais je suis toujours dérangé par la constatation que l'intelligence engendre de tels rêves de pouvoir. Gérer, tout , maîtriser tout pour mieux l'exploiter à son avantage."

« Quand une espèce domine trop son milieu, elle le tue. C'est une loi générale. Pourquoi y échapperions-nous ? (Si on trouve une solution à un problème, on en crée d'autres selon une loi exponentielle...). »

Écrit par : Géo | 20 mai 2015

"Les humains sont malins et inventifs. Ils ont la peau dure."
Malin et inventif - ce sont certainement des caractéristiques majeures de notre espèce, c'est cela qui nous a permis de prendre si souvent le dessus. Actuellement, je pense que nous avons, grâce à cela, l'avantage de la vitesse, nous prenons toutes les autres espèces de vitesse.
Nous nous prenons même nous-même de vitesse, p.ex. en permettant à nos congénères de construire leurs maisons sur des terrains trop proches de la mer ou d'une rivière qui peut déborder ou en envoyant plein de trucs en orbite, qui restent ensuite comme autant de poubelles à tourner autour de la Terre et qui commencent à devenir un problème, lorsqu'on veut envoyer de nouveaux satellites ou vaisseaux spatiaux en orbite. Souvent, on ne pense pas à l'étape suivante. En plus d'être inventif, l'humain contemporain est insouciant.

Quant aux abeilles: on verra bien. Mais le risque vaut-il la peine d'être pris ? Les créateurs de la fausse citation d'Einstein ont été inventifs et malins : ils ont réussi à faire croire qu'Einstein avait même prévu ça ! La légende a eu la peau dure, mais en définitive, ça n'a servi à rien, les abeilles meurent quand-même.
En entendant cette prophétie, je m'étais dit dans un premier temps (typiquement et humainement insouciante et croyant dans notre capacité à tout compenser) : "Tant pis, je mangerai de la confiture!"
J'espère très fort que les artifices imaginés soient mieux que les abeilles. Pourquoi faire simple, si mon peut trouver une machine ! Mais j'entends déjà les riverains du ventilateur géant :"Pas dans mon jardin ! Le bruit va me déranger."
L'humain est égoïste en plus d'être malin.

Je me demande si la peau dure qui nous caractérise est toujours au bon endroit. ;-)))

Écrit par : Calendula | 20 mai 2015

S'il y a bien une chose que savait faire Einstein comme tous les hommes de sa génération pour peu qu'ils aient eut quelques côtés inventifs à proposer c'était bien de se moquer de leurs semblables
N'est-ce pas Einstein lui-même qui a dit,aucune science n'est exacte et le risque zéro n'existe à nulle part

Écrit par : lovejoie | 21 mai 2015

Je me suis toujours méfié des affirmations à l'emporte-pièce. Surtout que Einstein n'était pas biologiste mais physicien et ne représentait donc pas une source fiable dans ce domaine. Cette phrase est à mettre dans le même panier que "Le 21ème siècle sera spirituel ou ne sera pas" faussement attribué à Malraux. Ou encore l'affirmation selon laquelle nous consommerions 1 Terre et demi, pour laquelle je n'ai jamais trouvé une source scientifique, mais uniquement de multiples sources activistes écologiques. L'affirmation est de toute manière absurde, puisque nous ne disposons que d'une seule Terre. S'il est peut-être vrai que nous consommons trop pour permettre la régénération des ressources, nous ne pourrons jamais consommer plus que ce que la Terre nous fournit !

Pour ce qui est des abeilles toutefois, je suis quand même inquiet, même si je ne crois pas à la disparition de l'être humain. Il faut savoir que les plantes n'ont pas toujours eu besoin des abeilles. Les fleurs ne sont apparues "que" il y a 135 millions d'années. Soit environ 350 millions d'années après que les premières plantes aient colonisé la terre ferme. Il s'agissait pour les plantes d'une stratégie visant à profiter de l'attirance de certains insectes pour la nourriture qu'elles leur fournissaient. En échange, ces insectes étaient utilisés pour transmettre le pollen entre les plantes. Elles ont appris aux insectes à reconnaître les fleurs de couleur vive et à les assimiler à la nourriture. Il s'agit d'une véritable symbiose. Et on peut dire que c'est les plantes qui ont créé les abeilles pour assurer leur propre reproduction, un peu comme nous avons créé certaines races animales pour répondre à nos besoins.

Certaines plantes n'utilisent toujours pas cette stratégie et comptent toujours sur le vent et sur le hasard. La disparition des insectes pollinisateurs ne représenterait donc pas la fin de la vie végétale, mais serait sans doute une catastrophe d'ampleur sans commun, en tout cas depuis la grande extinction de la fin du crétacé. D'autant que de nombreuses espèces animales seraient entraînées dans cette grande extinction. Les herbivores dépendant exclusivement d'espèces à fleurs, puis les carnivores dépendant de ces espèces, etc...

Toutes les espèces qui ne parviendraient pas à s'adapter aux nouvelles conditions disparaîtraient. L'homme survivrait-il ? Je le pense car il est très adaptatif, mais les conditions de sa survie seraient très difficiles. Sans parler de pans entiers de l'économie qui disparaîtraient. Pour survivre, l'homme devrait peut-être se tourner vers les OGM pour assurer sa survie. Pour autant que l'économie soit toujours capable d'en produire. Au final, il est probable que ce qui resterait de nourriture ne permettrait plus à l'humanité dans sa taille actuelle de survivre. Et la civilisation n'y survivrait peut-être pas.

Vous dites que d'autres espèces d'insectes prendraient le relais. C'est probable, mais en combien de temps ? Combien d'années sans pollinisation ou presque vivrions-nous ? Combien d'espèces végétales et animales disparaîtraient entre temps ? Personnelement, je préfère ne pas découvrir la réponse à ces questions.

Écrit par : Kad | 21 mai 2015

Les Etats-Unis, comme certaines régions de Chine, doivent procéder à la pollinisation manuelle des arbres fruitiers en raison d'une seconde année consécutive désastreuse avec près de 50% d'abeilles disparues.
Peu m'importe qui sort ces slogans alarmistes, et si le nom de Einstein peut faire avancer la cause c'est de "bonne guerre" pour contrer l'hégémonisme de Monsanto, principal responsable de cette catastrophe avec Syngenta qu'il s'apprête à absorber pour mieux rémunérer ses actionnaires.

Écrit par : Pierre Jenni | 21 mai 2015

"Il s'agissait pour les plantes d'une stratégie visant à profiter de l'attirance de certains insectes" L'utilisation du terme "stratégie" me dérange aux entournures. Stratégie implique stratège, non ? Vous croyez à un Grand Dessein ?

Écrit par : Géo | 21 mai 2015

Un petit mot sur la question des dividendes aux actionnaires. Récemment, en vue du développement de mon entreprise, j'ai obtenu un prêt de ma banque.
Les autorités s'étant opposées à l'acquisition de la société convoitée, je me retrouve avec une somme qui occasionne des intérêts sur 3 à 5 ans.
C'est donc tout naturellement que j'ai demandé à La Poste, où j'ai stocké cet argent, de bien vouloir me faire des propositions de placement éthique qui me permettraient, non pas de faire de l'argent avec cet argent, mais de couvrir mes intérêts relativement modestes au taux hypothécaire de 1,5 %.
Et bien figurez-vous que La Poste n'offre pas ce genre de produit. Pas plus que la plupart des banques qui vous proposent des paniers, sortes de pots pourri toujours constitués de valeurs sûres dans les grands groupes pharma et autres.

Écrit par : Pierre Jenni | 21 mai 2015

"L'utilisation du terme "stratégie" me dérange aux entournures. Stratégie implique stratège, non ? Vous croyez à un Grand Dessein ?"

Sans aucunes malices pour vous embêter, Géo, mais j'adore ce genre de remarque que vous faîtes pour la deuxième fois.
En effet, à ceux qui oppose la notion de dessein intelligent avec celle de l'évolution, j'ai souvent envie de faire remarquer que pour qu'une évolution utile se fasse, il faut nécessairement une intention nichée quelque part dans les forces de l'univers. Le Logos cher à Platon en quelques sortes.

Écrit par : aoki | 21 mai 2015

J'avais dit à des prêtres catholiques un jour en Afrique que pour moi, dieu était la prochaine grande découverte scientifique à venir, à condition qu'il existe un être humain capable de la faire. Rappel : Lord Kelvin contestant la dérive des continents de Wegener au prétexte qu'il n'y avait pas de moteur pour cette dérive. Et pourtant, Becquerel avait déjà découvert la radio-activité...
Mais il n'y a pas eu à ce moment d'esprit capable de faire le pont entre les deux phénomènes...
Il y a une théorie qui veut que Einstein a atteint les limites de l'esprit humain avec la relativité.
Les prêtres catholiques n'ont pas vraiment aimé mon hypothèse...

Écrit par : Géo | 21 mai 2015

Alors, il va falloir parler d'un Grand Dessein inintelligible ! :-)

Écrit par : aoki | 21 mai 2015

"il va falloir parler d'un Grand Dessein inintelligible". Cela me va. Ces deux ou trois protéines mises ensemble qui un beau jour décident de se reproduire, faudra me dire pourquoi sinon selon un sens quelconque...

"Et quand tu t'es réveillé tu t'en es aperçu que t'avais encore abusé de la bouteille, n'est-ce pas ?" Tiens, pourquoi ? Il n'y a pas de prêtres catholiques en Afrique ? C'était lors de la St-Patrick, à Huambo en 1992, invité par les soldats canadiens de l'UNAVEM. Toujours aussi con, Pataplouf...

Écrit par : Géo | 21 mai 2015

Heu, Huambo, c'était pas particulièrement le pays des merveilles...
"Con le Pataplouf, mais pas au point de gober etc..." Mais con tout de même.
En attendant d'amener des preuves de mensonges de ma part...

Écrit par : Géo | 21 mai 2015

A propos d'abus de la bouteille, vous êtes sûr d'être sobre ? Dommage à part ça que ce blog ne soit pas modéré...

Écrit par : Géo | 21 mai 2015

Je plussoie, Géo:

"Cela me va. Ces deux ou trois protéines mises ensemble qui un beau jour décident de se reproduire, faudra me dire pourquoi sinon selon un sens quelconque..."

Mais quelle représentation se faire de ce sens?


PS: J'ai modéré. Attaques troll qui pourrissent un fil.

Écrit par : hommelibre | 21 mai 2015

Je plussoie, Géo:

"Cela me va. Ces deux ou trois protéines mises ensemble qui un beau jour décident de se reproduire, faudra me dire pourquoi sinon selon un sens quelconque..."

Mais quelle représentation se faire de ce sens?


PS: J'ai modéré. Attaques troll qui pourrissent un fil.

Écrit par : hommelibre | 21 mai 2015

"Mais quelle représentation se faire de ce sens?" Si vous répondez à cette question, vous supplantez les prophètes, Jésus et Mahomet. Si cela se trouve, par les temps qui courent, il vous faudra une protection policière...

Écrit par : Géo | 22 mai 2015

Les commentaires sont fermés.