15 mars 2015

La gifle

Je ne l’accable pas. Je suis même enclin à la soutenir. Je parlais hier de violence: elle en est un exemple vivant et médiatisé. Outrancière, décomplexée, passant à l’acte sans état d’âme apparent sinon sa colère impérieuse et irrépressible: elle est l’image de la transgression.


valérie trierweiler,gifle,mohamed rezki,paris,violence,modèle,provocation,justice,plainte,gorgone,attila,Les faits

Les informations qui circulent à propos de la gifle administrée par Valérie Trierweiler cette semaine ne font état d’aucun démenti. Elle a même tweeté: «Un seul mot: #stop à la muflerie». Est-elle en mal d’actu? Non: elle a été provoquée et a réagi promptement. Et je ne lui donne pas tort cette fois. De toutes façon elle se moque bien qu’on lui donne raison ou tort.

L’affaire est digne d’un scénario de film français. Un ex-candidat UMP, Mohamed Rizki, est attablé à la terrasse d’un café parisien. Il boit un verre en compagnie d’un ami. Arrive Valérie Trierweiler. Mohamed Rizki lui lance la question: «Comment va François?» Selon lui, «c’était une simple question, sans arrière-pensée». Monsieur Rizki prendrait les gens pour des idiots, cela ne me surprendrait pas. Parce que, demander à Vava comment va Fanfan sans arrière-pensée, je n’y crois pas un instant. Pour moi c’est de la provoc pure.

Piquée au vif par ce rappel du nom de son ancien amant de l’Elysée, Vava le somme de lui présenter des excuses. Puis l’aurait giflé aussi sec avant de partir.

«Elle était très, très hystérique. Et là, elle m’a giflé avant de tourner les talons. J’étais choqué. J’ai été humilié. Rien ne justifie la violence. Elle a porté atteinte à mon intégrité physique, morale et à ma dignité humaine. Entre gens civilisés, on n'utilise pas la violence pour des mots, qui plus est quand on a été première dame de France.»

Selon lui elle était hystérique? Il n’a probablement jamais vu de femme en grande colère. Depuis il a déposé plainte et son avocat, Me Emmanuel Marsigny, veut demander une expertise psychiatrique de la dame. Selon lui, la réaction de Vava était totalement disproportionnée.


valérie trierweiler,gifle,mohamed rezki,paris,violence,modèle,provocation,justice,plainte,gorgone,attila,Commentaires

Les célébrités servant à incarner en miroir ce que nous aimons ou détestons de nous, elle remplit son contrat. On sait que Valérie Trierweiler est une gorgone qui chevauche le féminisme comme Attila chevauchait son cheval: armes à la main, et même main sans arme. Le corps-à-corps ne l’effraie pas. D’ailleurs toutes les grandes choses passent par le corps. Il est la dernière frontière avant l’indifférenciation, le lieu de la limite.

Mohamed Rezki invoque la liberté d’expression pour se justifier. Mais il est difficile de ne pas voir dans ses propos une provocation délibérée, une tentative d’humilier Vava. Lui rappeler François c’est lui rappeler son ascension et sa chute, sa disgrâce publique - mondiale - et l’humiliation terrible qu’elle en a ressenti. Alors, oui, Valérie Trierweiler a peut-être surréagi. Peut-être devrait-elle se comporter en sage goûtant à la «zénitude» ou en canard lisse. N’attend-on pas des personnages publics qu’ils soient des modèles? A ce prix il n’y aura bientôt plus de personnages publics. La sagesse et la perfection en face du monde entier, à chaque minute de sa vie, c’est trop lourd à porter. Ces gens sont comme tout le monde: l’argent ni la notoriété ne leur épargnent les aléas de leur propre caractère.

Au moins, elle lui a clairement montré sa limite.

Monsieur Rezki a déposé plainte. Ne peut-il régler lui-même ses problèmes, comme un grand, sans passer par la justice? Le tribunal pour une peccadille: le monde devient irrespirable. Il affirme avoir été humilié. Mais par sa petite phrase, sait-il combien lui-même a humilié Valérie Trierweiler? On peut se demander si ce monsieur aurait osé interpellé de la sorte un homme de même taille que lui.

Quand à la réponse de Vava elle dédramatise l’usage de la gifle. On ne va quand-même pas empêcher l’insultée de réparer son honneur. Il y a des choses qu’il faut régler soi-même sans le paternalisme (ou le maternage) de la Justice.

Problème: cette réponse musclée montre que la violence pourrait être une solution à certaines situations conflictuelles, ce que la société n’admet pas. Pour ma part je ne suis pas choqué. Quand j’étais petit j’entendais valoriser les femmes qui mettaient une claque à un homme trop entreprenant ou trop cavalier à leur goût. Je regretterais qu’aujourd’hui, sous la pression médiatique et sous les valérie trierweiler,gifle,mohamed rezki,paris,violence,modèle,provocation,justice,plainte,gorgone,attila,invocations à une forme de pureté sociale, cette possibilité de réponse soit classée comme acte de violence au même titre que le coup de poing d’un voleur à la tire.


Transgression

Monsieur Rizki est libre d’humilier quelqu’un. C’est sa manière de transgresser: il transgresse le principe de non-intervention dans la vie d’une autre. Dès lors, qu’il ne s’étonne pas de la réaction que sa petite phrase suscite. La démocratie n’interdit à personne de se défendre. Geste contre mots? Pourquoi pas dans ce cas précis. Cela me semble approprié.

Valérie Trierweiler transgresse aussi les limites de la «correctitude». Elle ne se présente pas en modèle idéal. Elle met en scène sa vie comme elle l’entend. Aujourd’hui je ne lui fais pas de procès. Je dis même à ce monsieur Rezki: assumez vos propos et ne jouez pas au Caliméro.

Et à Valérie Trierweiler je dis: vous auriez davantage d’hommes derrière vous (hum... symboliquement bien sûr) si vous aviez aussi dénoncé le rapt de jeunes garçons au Nigéria et ailleurs, et pas seulement les filles. Vous auriez besoin de ces hommes. Parce que bientôt, avec vos frasques médiatisées, même Osez le Féminisme ne voudra plus de vous. Et je ne suis pas sûr qu’un homme ait encore envie de vous soutenir. Quant à vous envoyer une nouvelle fois en Inde pour la cause des enfants, ça va devenir difficile. Votre image s’est détériorée. Pourtant, «Bringbackourboysandgirls», ce n’était pas si compliqué.

Quant à Mohamed Rezki, convoquons le roi Ubu et laissons cet indicible monarque prendre la décision qui s’impose: «A la trappe!»

Commentaires

Quand à la réponse de Vava elle dédramatise l’usage de la gifle. On ne va quand-même pas empêcher l’insultée de réparer son honneur. Il y a des choses qu’il faut régler soi-même sans le paternalisme (ou le maternage) de la Justice.

bien tout à fait d'accord

la multiplication des lois et l'intrusion trop importante de la justice dans les couples, ça donne ça.

Enfin, ces femmes violentes savent utiliser la loi pour elles. En fait parfois elles n’attendent que ça : que leur compagnon réagisse. Cela leur permettra de déposer plainte pour violence conjugale s’il frappe à son tour ou abandon de famille s’il part du logement et avec toutes les sanctions immédiates que cela sous-entend : garde à vue, interdiction d’approcher du foyer, interdiction de voir les enfants…. Elles le disent d’ailleurs à leur compagnon. Donc s’il réagit, il se met immédiatement dans son tort. Les représentants de l’ordre tout comme la Justice portant plus de poids aux dires d’une femme qu’à celle d’un homme.


toutes ces lois féministes ont détruit l'harmonie des couples (mais je pense que c'était voulu par les féministes), le tiers des hommes en couple souffre de violence psychologique.

Écrit par : leclercq | 15 mars 2015

Il est clair que si de nombreux hommes se gavent de séries aussi stériles qu'idiotes comme Plus belle la vie des plaintes risquent de résonner encore longtemps dans nos contrées
Au sujet de la souffrance psychologique si savoir que le voisin paie moins d'impôt suffit à créer des drames comme ceux auquel tout l'immeuble à été confronté c'est sûr que la aussi on en a pour des siècles et des siècles
De nos jours beaucoup d'hommes ont repris la coutume des Mères Géranium
Ces mégères qui voyaient tout cachées derrière leurs volets et qui avertissaient les parents de tout sauf quand les enfants recevaient des coups
On voit aussi que tout ce qui est organisé pour favoriser les rencontres n'a rien changé au contraire le mal semble empirer
Et ces couples qui font l'échangismes ne sont-ils pas eux aussi une porte ouverte à la souffrance psychologique?
Etre dépendant du marketing et de ses animateurs de programme comme l'émission Toute une histoire est la première chose qui met en danger la sécurité d'un couple
Le mariage est un défi,une aventure qui se vit à deux loin du regard des autres et surtout de la belle famille
Ce qui est malgré tout encourageant c'est qu'une bonne gifle ainsi qu'une fessée électorale ne feront jamais de mal à l'électorat
très belle journée

Écrit par : lovejoie | 16 mars 2015

@ lovejoie

vous prenez pas les gens pour des cons des fois !!!

http://www.agoravox.fr/actualites/societe/article/entretien-avec-sylvianne-spitzer-57815

Rabaissés, humiliés, continuellement traités de « bons à rien, mauvais à tout » même devant les enfants.

c'est ça la violence psychologique pas vos salades

Écrit par : leclercq | 16 mars 2015

Leclerc non ceci en réponse à votre question car enfant de parents divorcés et ayant travaillé avec des enfants martyrisés aussi bien par l'un ou l'autre dans un couple la responsabilité appartient à 50 /50 pour chacun des protagonistes si mésentante conjugale il y a
Pour faire un enfant on est deux pour les fautes éventuelles on sera aussi deux
Car en principe nul n'est obligé de se marier à moins de faire partie d'une mouvance sectaire et religieuse
Ne me prêtez pas des propos qui ne me viendrait pas à l'idée une seule seconde
L'avantage du divorce pour les enfants c'est que très vite ils apprennent é découvrir la force qui est en eux et deviendront très vite* devineurs* pour anticiper les coups tordus réservés par le monde des adultes
De toutes manières vu mon âge les illusions ne pavent plus la cour de mes jours

Écrit par : lovejoie | 16 mars 2015

Ne pas tout confondre.
Il y a féminisme, aujourd'hui.

Années 70, en revanche, en Suisse l'orientation libérale était le droit de vote.
A travail égal salaire égal.
La décriminalisation de l'avortement.
La contraception, soutien aux plannings.
Femmes en politique
Combat pour l'homosexualité

les divorces augmentaient non par "lois féministes" mais par le travail à l'extérieur permettant aux femmes de ne plus dépendre des hommes et de rompre non par féminisme mais en cas d'incompatibilité entre conjoints.

Dans l'intérêt des enfants de futurs éventuels divorcés relativiser, dédramatiser la séparation du couple par une amitié de compagnonnage se substituant au mariage (en permettant aux couples homos comme hétéros d'être à égalité sans combats à n'en plus finir)! Amitié de compagnonnage non forcément définitive "pour le pire comme pour le meilleur" disparaissant des moeurs permettrait à ces enfants de vivre mieux la rupture parentale.

Délicat de parler du divorce comme avantage pour l'enfant.
Le "ressenti" d'une situation donnée pour l'adulte comme pour l'enfant est unique!

Écrit par : Myriam Belakovsky | 16 mars 2015

Myriam Belkovski avantage n'était peut-être pas le terme le plus approprié cependant pour certains gosses élevés à la gifle et à l'obligation de boire de l'alcool alors que certains souffraient de graves déficiences mentales ,ce genre de maltraitance ouvrait les yeux aux plus grands bien décidés à se retourner contre le monde des adultes
Ce qui pour beaucoup aura été sources d'enseignement pour devenir soignants par le suite
Chaque divorce est vécu différemment selon les us et coutumes de chaque époque .Tout comme la religion !
Quand au féminisme des années 50 il y a une grande différence à la clé avec le féminisme d'aujourd'hui
Les femmes ayant souffert enfant ont compris qu'il fallait épauler l'homme qu'elles avaient épousé et n'ont jamais divorcé et aujourd'hui encore par une ne regrette d'avoir relevé tous les défis souvent imposés par des religions différentes et toutes animées d'un courage frisant parfois l'inconscience elles ont mené leur vie de femme et de maman jusqu'au bout sans jamais se plaindre
De toutes manièrss elles n'avaient jamais parlé de leur passé à quiconque alors pourquoi seraient -elles entrées dans le club des gémissants? il n'y avait aucune raison
Toujours le sourire aux lèvres telle aura été leur devise à toutes
Très bonne huit pour Vous Madame

Écrit par : lovejoie | 16 mars 2015

le divorce sujet épineux

les divorces augmentaient non par "lois féministes" mais par le travail à l'extérieur permettant aux femmes de ne plus dépendre des hommes et de rompre non par féminisme mais en cas d'incompatibilité entre conjoints.

et ce ne serait pas par bovarysme féminin que le divorce aurait augmenté, genre manque de romance dans le couple, comme dans les films au cinéma !!!

http://www.fredi.org/index.php/Quelques-pistes/Une-idee-dans-l-air-depuis-10-ans.html

Écrit par : leclercq | 16 mars 2015

En 1997, déjà, alors que ce profilait l'idée d'un divorce par consentement mutuel, on parlait de distinguer le couple conjugal et le couple parental, ce dernier étant indéfectible, assosti du maintien del'autorité parentaéle conjointe.
10 ans après, le nombre de divorces a explosé ainsi que le nombre d'enfants déchirés et séparés progressivement de leur père!
Et si le divorce n'était plus la solution?
L'Hebdo - N° 39, 25.9.1997.
Durant un quart de siècle, le divorce apparaissait comme la panacée pour sortir des conflits conjugaux. Credo: «Nous avons raté notre mariage, réussissons au moins notre divorce.» Ce vent est en train de tourner. Des voix s'élèvent pour dénoncer le détricotage de la famille et décrire la perte d'identité qui en découle. Emergence d'une nouvelle sensibilité.
Des psys se battent pour réhabiliter les liens familiaux. On peut en ricaner. Ces Américains sont incroyables, vous ne connaissez pas la dernière? L'Etat de Virginie vient d'introduire un contrat de mariage à option, qui, depuis le 15 août dernier, permet aux jeunes couples de s'engager selon une formule légère ¬ le mariage actuel ¬ ou une sorte de pacte solennel, que l'on ne peut briser avant deux ans de réflexion. L'idée est de «forcer les couples à s'interroger sérieusement sur leur compatibilité à vivre ensemble avant de se marier et de fonder une famille», selon les termes de Tony Perkins, le républicain qui a proposé la modification légale. Un gadget bien-pensant? Une ingérence insupportable dans la liberté individuelle? Une manière pernicieuse de culpabiliser les couples de «deuxième ligue»? Voire.
Aux Etats-Unis, ces temps, les études n'en peuvent plus de tirer les sonnettes d'alarme. A les en croire, le divorce, ce «fléau social, est lié à nos problèmes les plus désastreux ¬ la délinquance, la pauvreté, la violence, la dépression, la mauvaise santé et le suicide, pour ne nommer que les plus évidents», assène Diane Sollee, fondatrice d'une récente Coalition pour le mariage, la famille et l'éducation des couples, qui unit en cette même cause des féministes radicales, des chrétiens conservateurs, des scientifiques et même des New-Yorkais branchés. A l'ordre du jour des séminaires et conférences organisés, les travaux de Barbara Dafoe Whitehead, qui vient de publier ce qui est déjà un best-seller polémique: «The divorce Culture» (Editions Knopf). L'auteur y dénonce l'approche consumériste des relations humaines et lance un appel pour que soit revalorisé l'engagement à long terme. Notre idéologie, dit-elle dans une interview sur l'internet, «est orientée sur les intérêts et la satisfaction des adultes, parce qu'elle souligne l'importance des choix individuels. C'est super, mais les enfants ne bénéficient pas de cette liberté de choix et n'éprouvent pas le même enthousiasme pour le changement».
D'autres chercheurs délaissent la fibre morale pour brandir des arguments censés toucher les convaincus du divorce jusque dans leur chair. «Etre un non-fumeur divorcé est à peine moins dangereux que de fumer un paquet de cigarettes par jour en restant marié, clame David Larsen, président de la recherche au fort honorable Institut national de la santé, dans les colonnes du magazine "New-York". Tous les types de cancers terminaux touchent les individus divorcés des deux sexes, blancs ou de couleur, plus fréquemment qu'ils ne touchent les gens mariés.»
N'en jetez plus. Sans être aussi caricatural qu'outre-Atlantique, un discours nouveau sur le divorce émerge en Europe aussi. Même en Suisse, on s'alarme de l'incroyable perte d'identité induite par les familles qui se décomposent pour se recomposer ailleurs. Que les langues se délient actuellement n'est sans doute pas un hasard. Ces temps naissent les premiers bébés d'une génération dont même les grands-parents sont parfois divorcés (en Suisse, 4,3% des plus de 65 ans étaient divorcés en 1990). De leur côté, les divorcés de la première heure expérimentent souvent douloureusement leur deuxième, voire troisième rupture. «Il y a tellement de tiers dans chaque famille, que les liens se diluent, estime Gérard Salem, psychiatre lausannois spécialisé dans les traitements de la famille et auteur du livre tout récemment réédité "L'approche thérapeutique de la famille". On n'a plus de vocabulaire pour désigner les rapports entre les divers membres d'un foyer. Cela entraîne un désarroi considérable, une sorte de vide identitaire, une décalcification de l'être... Je crois que le mouvement de balancier ne peut que revenir vers une revalorisation de la durée, de l'engagement. C'est une question de survie de l'espèce.»
Gérard Salem n'est pas seul à tenir ce langage. Prenez Maurice Hürni. Le psychiatre et sexologue lausannois, auteur de nombreux travaux sur le couple et thérapeute au centre Pro Familia, énonce des convictions que personne n'a très envie d'entendre: «Le divorce a été un acquis précieux pour la liberté individuelle, mais il est devenu une caricature de lui-même, une monstruosité humiliante et destructrice.»
De la dynamite pure. Quoi? Voilà des analystes censés soigner les bobos de nos âmes, payés pour nous cajoler dans le sens du poil, qui se permettent de dire qu'avec nos 38% de couples destinés à divorcer, nous fonçons la tête dans le mur?
Maurice Hürni n'a pas toujours pensé en termes aussi violents. Quand il s'est formé à la thérapie de couple, dans les années 80, il a appris, comme le voulait l'air du temps, que mieux valait un divorce réussi qu'une mauvaise entente ¬ constat qui garde sa pertinence, mais revient «à choisir entre la peste et le choléra» comme il le relève aujourd'hui. Il s'agissait alors de valoriser l'épanouissement personnel et si celui-ci fleurissait mieux hors du couple, tant pis, séparons-nous, cela vaut mieux pour tout le monde et, par ricochet, pour l'enfant aussi. Facile, rassurant, déculpabilisant. Le hic, c'est que dans la réalité quotidienne de sa pratique, Maurice Hürni n'a cessé de voir se dessiner une image du divorce nettement moins lumineuse.
Dans son cabinet défilent des adultes qui se débattent toujours avec la séparation de leurs parents. D'anciens gosses qui se sont trouvés pris dans le traditionnel filet de haine tissé par des parents en rupture. Ils ressassent ces souvenirs de week-ends annulés pour des rhumes bénins, de chantage où la visite se négocie contre la ponctualité de la pension alimentaire, où le gosse a peur de s'amuser chez l'un, de peur de décevoir l'autre... «La psychanalyse s'est beaucoup focalisée sur l'image du père, relève Maurice Hürni, mais elle a beaucoup négligé la relation entre les deux parents. Or, cette relation, l'enfant en est issu, il l'observe, la soigne, y puise son énergie. Et la tension l'empêche d'évoluer, puisqu'il s'abîme à trouver des stratégies censées ramener ses deux parents ensemble. C'est pathétique de voir cet espoir que les enfants gardent des années durant.»
Un confrère thérapeute confirme cette douleur, lui qui voit souvent de jeunes «kamikazes»: «Dans un foyer reconstitué, l'enfant d'un premier lit se pose soudain en ange gardien du parent évincé. Il fugue, échoue à l'école, se détruit parfois en drogue ou délinquance. Il se sacrifie pour venger ce père ¬ c'est souvent le cas ¬ qui n'a plus sa place. Les enfants sont d'une loyauté extraordinaire...» Maurice Hürni constate aussi un phénomène nouveau: l'arrivée massive en consultation, depuis peu, de jeunes gens entre 20 et 25 ans, mûs non pas par la révolte contre l'autorité parentale ¬ une donnée à laquelle l'analyse est rompue ¬ mais un mépris absolu pour ces géniteurs qui continuent à se chercher au fil de relations successives. «C'est très désarçonnant», lâche Hürni, un brin laconique.
De l'avis unanime des professionnels du conflit conjugal (thérapeutes, assistants sociaux, médiateurs...), il convient de distinguer clairement les divorces sans enfant ¬ estimés relativement anodins, une affaire privée entre deux individus qui laisse somme toute peu de séquelles ¬ et les divorces qui déchirent une famille. Dans ce deuxième cas, à en croire Hürni, «nous banalisons totalement l'effet irrémédiable du divorce».
Or qu'en sait-on de cet effet irrémédiable? L'une des choses statistiquement démontrées, c'est qu'apparaît actuellement une «culture du divorce», dans la mesure où il y a une hérédité sociale: les enfants de familles séparées divorcent plus que les autres (voir graphique p. 14) et la boule de neige s'emballe: 70% des personnes divorcées se remarient... pour redivorcer plus tard, dans 60% des cas. Quant aux enfants, il semble que le plus profond traumatisme provient de l'éviction du père. De plus, le conflit autour du divorce a souvent des effets désastreux, dans la mesure où l'enfant s'en sent coupable et se voit régulièrement acculé à choisir son camp. En gros, ce n'est pas tant l'événement du divorce, mais la relation parentale tumultueuse avant et après qui influe sur le comportement.
Pourtant, le discours dominant continue de relativiser l'impact du divorce. Le professeur de psychologie Meinrad Perrez, spécialiste de la famille à l'Université de Fribourg, se demande si les comportements répertoriés dans la littérature ¬ échec scolaire, agressivité... (lire encadré ci-contre) ¬ ne sont pas à «comprendre comme effets secondaires de la vision négative du divorce dans notre société» (dans «Le divorce et ses conséquences», Universitätverlag Freiburg). En somme, il suffirait de divorcer plus pour que le divorce devienne plus léger... La sociologue genevoise Laura Cardia-Vonèche, auteur de nombreux ouvrages sur les nouveaux modèles familiaux, partage cette vision. «Je pense qu'il est très difficile de déterminer quels maux sont engendrés par quelles causes, estime-t-elle. Car chaque relation familiale est unique, on ne peut jamais généraliser.» Sa recherche se focalise donc prioritairement sur des données objectives et quantifiables, sur la situation économique des familles monoparentales par exemple, ou sur les lieux d'accueil pour la petite enfance. Quant à l'impact psychologique, «on peut le voir de deux manières, dit-elle. On peut dire que 13 633 enfants mineurs touchés par le divorce en 1995, c'est une catastrophe. On peut dire aussi que, puisque cette situation est aussi étendue, elle devient sans doute moins lourde à assumer. Question de regard».
C'est justement cette détermination à banaliser le divorce qui commence à courir sur le fil de ceux qui sont les plus directement confrontés à la souffrance. Comme Jean Vallet, directeur du Service de protection de la jeunesse vaudois. Depuis 29 ans qu'il voit défiler des mômes en rupture, il ne peut s'empêcher de constater que leur nombre augmente parallèlement à celui des divorces: 3669 mineurs l'année dernière, dont 65% à 75% vivent séparés d'au moins un de leurs parents. Mais ce chiffre-là, personne n'a envie de l'entendre. Jean Vallet: «J'ai récemment donné une conférence où j'ai dit que le divorce était un important facteur de fragilisation de l'enfant. Vous auriez dû voir mon auditoire! Des fusils à la place des yeux. Il y a des évidences qu'actuellement on refuse d'affronter.» Alors, quand le bientôt grand-père enfourche son cheval de bataille et réclame que l'on parle plus ouvertement du déchirement pour l'enfant, même ses collègues lui tapent amicalement dans le dos, sur l'air de «Toi, t'es un dinosaure d'un autre temps. D'ailleurs, tu as ritualisé le dîner en famille le dimanche soir, c'est dire...»
Il n'est guère difficile d'imaginer pourquoi nous tentons tous de nous voiler la face. D'une part, il suffit à chacun d'ouvrir son carnet d'adres-ses personnelles pour constater que, décidément, les divorcés sont quelques-uns. Et qu'ils n'ont pas forcément très envie d'entendre que la chair de leur chair ne trouve pas cela «extrêmement épanouissant au niveau du vécu». Plus profondément, la banalisation du divorce participe à cette idéologie de la liberté individuelle issue de la Révolution française, renforcée évidemment au travers de l'expérience individualiste des années 70, puis de la philosophie hédoniste qui lui a succédé. D'une certaine façon, l'idée dominante veut que «la famille» soit un concept de vieux débris réactionnaires, alors que «les familles» ¬ avec toute la nébuleuse des recompositions à la carte ¬ passe pour une idée ouverte, nouvelle, décontractée.... «Nous en arrivons aujour-d'hui à un dogme aberrant, relève encore Gérard Salem. Nous sommes obsédés par l'idée qu'il faut "se protéger", ne pas "s'aliéner"... Mais bon sang, on ne vit pas pour être protégé! Etre dépendant n'est pas une maladie!»
Loin des débats de spécialistes, quelques signes avant-coureurs indiquent que le vent est peut-être en train de tourner. Gérard Salem relève qu'il voit de plus en plus de couples qui demandent non pas une aide au divorce, mais qui cherchent à sauver les meubles. «Je crois que l'idée passe enfin que le divorce ou la rupture ne résout pas tout, hasarde Gérard Salem. Souvent, on reproduit le même schéma avec le partenaire suivant, transportant son problème de couple en couple.» C'est dans ce sens que travaille aussi l'Institut de la famille, à l'Université de Fribourg, qui organise depuis trois ans des cours de «prévention au divorce» pour enseigner aux couples l'art de vivre ensemble (lire en page 21). Et en Valais, à Saint-Maurice, s'est ouvert cet été une «Maison de la famille», d'inspiration religieuse mais ouverte à toutes les approches pluridisciplinaires, qui entend fournir un lieu de réflexion, de rencontre, de recherche, sur «le dysfonctionnement de la cellule familiale». Les statistiques elles-mêmes indiquent un léger ralentissement des séparations précoces, de celles qui interviennent dans les quatre premières années de mariage. Peut-être est-ce là un premier signe que les vingt-trente ans ont tout sauf envie de reproduire les amours successives vécues par leurs parents. Gérard Salem, encore: «Je vois arriver des adolescents déchirés, car une fille les attire, mais ils ne veulent pas trahir leur amie attitrée, avec qui "ils construisent"... Moi à leur âge, comme toute ma génération, je ne me posais pas ce type de questions. Je cherchais à accumuler les expériences!»
En attendant, la voie réaliste consiste à tenter au moins de mieux gérer les ruptures. C'est dans ce sens que va la future nouvelle loi sur le divorce (lire encadré ci-contre), actuellement en discussion auprès des chambres fédérales, qui insiste sur une philosophie de base. «Il faut absolument que les divorces se passent de la manière la moins traumatisante possible pour l'enfant, explique Jean-François Perrin, professeur de droit à l'Université de Genève et membre de la commission d'experts qui ont élaboré le projet. Pour ce faire, il convient de permettre aux parents de ne pas se déchirer devant un tribunal, de se séparer par consentement mutuel et de garder l'autorité conjointe sur l'enfant.» L'idée est de dissocier le couple conjugal, libre de ses amours et attachements, du couple parental, qui, lui, serait indéfectible. Dans la situation actuelle, où 85% des enfants sont attribués à leur mère, le père, comme dit Jean-François Perrin «est transformé en irresponsable payeur et va refaire sa vie, en se lavant les mains de sa première union et des enfants qui peuvent en être issus. Nous vivons dans un système totalement archaïque par rapport aux autres pays européens.» Anticipant sur la nouvelle loi, de nombreux juges, comme le relève une étude de Perrin, entérinent déjà des conventions de divorce, où les deux conjoints s'engagent à prendre en commun les décisions majeures concernant leur(s) enfant(s).
Malgré le réseau de médiateurs - une cinquantaine en Suisse romande - qui aident les parents en conflit à trouver un terrain d'entente autour de l'enfant, l'objectif reste difficile à atteindre, tant il est vrai que les mères se laissent rarement convaincre de céder une parcelle de pouvoir sur l'enfant. Mais tout l'enjeu réside là: réhabiliter le rôle du parent biologique, que l'on a sans doute trop vite évacué au profit d'un «beau-père» ou «père de substitution». Ainsi, il est par exemple impossible de retrouver dans les statistiques fédérales le nombre d'enfants qui vivent dans un foyer recomposé: ils sont inclus dans les 91% d'enfants «vivant avec leurs deux parents», biologiques ou pas. Pourquoi ne pas faire la distinction? «Trop délicat» relève Werner Haug, responsable de la Division emploi et population à l'Office fédéral des statistiques. Ce flou est emblématique du peu de cas que l'on fait des vraies filiations familiales. Comme le relève Nicolas Duruz, responsable du Centre de la famille et enseignant en psychologie à l'Université de Lausanne: «Même si la fonction de père et de mère est une construction sociale, il ne faut pas minimiser les liens de sang. Accepter une ressemblance physique, un lien indestructible avec une famille, c'est accepter que l'enfant a un ailleurs que l'on ne contrôle pas.»
Renata Libal

Les gosses souffrent? Qu'en sait-on?
Une abondante littérature décrit les nouveaux modèles familiaux, mais peu d'études se penchent explicitement sur les comportements des enfants du divorce. Quelques éléments tout de même.
• Le divorce engendre souvent une baisse des résultats scolaires, ce qui explique la forte présence d'enfants de parents séparés dans les classes pratiques et les redoublements. Ce comportement s'atténue après deux ans chez les filles, perdure chez les garçons. (Zurich, 1983)
• Les garçons tendent à manifester leur souffrance par des troubles du comportement, alors que les filles réagissent par l'angoisse et la dépression. (Allemagne, 1995)
• Le père disparaît. Un quart des enfants ne voient plus leur père après divorce et plus de la moitié le voient au maximum deux fois par mois. Après une décennie de séparation parentale, plus aucun enfant de l'étude ne voit son père hebdomadairement... Plusieurs facteurs en-couragent cet éloignement, comme la distance géographique entre les domiciles ou l'éducation du père, mais c'est surtout l'arrivée d'un beau-père qui marque la rupture de la relation paternelle. (Genève, 1990)
Les enfants ont besoin des deux parents

«Les femmes ne sont pas les propriétaires de leurs enfants»
L'Hebdo - N° 39, 25.9.1997.
Féministe de la première heure, la sociologue française Evelyne Sullerot tire aujourd'hui la sonnette d'alarme dans un livre-brûlot.
«Le grand remue-ménage» va à rebrousse-poil du discours ambiant, qui tend à banaliser le divorce. Pourquoi? Parce que je parle des conséquencees. Aujourd'hui, tout le monde est persua-dé des conséquences dramatiques du chômage. Mais personne ne veut entendre parler des méfaits du détricotage familial, cette rupture des liens familiaux, qui a pourtant déjà commencé à avoir des effets sur la délinquance, l'état psychique des enfants.
Détricotage familial? En France, un enfant sur trois a des pareents séparés (ndlr: En Suisse, 15% des moins de 18 ans ont vécu le divoce parental). Et nous arrivons actuellement à une génération d'enfants dont même les grands-parents sont divorcés. Je voudrais que les jeunes soient moins démolis par cette situation... Notre société doit se rendre compte qu'il y a un problème de lien de génération à génération. Il existe une sorte de continuité longitudinale de la vie. Une transmission qui doit être une transmission d'amour, de connaissances, de principes, de responsabilité. Il faut absolument qu'on la maintienne même si on a une liberté, par ailleurs, sur le plan sexuel ou affectif.
Faut-il apprendre à dissocier le couple conjugal du couple parental ¬ lui indéfectible? Exactement. Je crois qu'une des grandes rrévisions qu'il faut que nous fassions est de comprendre que la parentalité est un lien indéniable, indissoluble, indéfectible, irréversible. Oui, nous avons fait des conquêtes individuelles de liberté et il ne s'agit pas de cracher dessus. Mais la famille, ce n'est pas une simple juxtaposition d'individus où chacun fait ce qu'il veut. Du moment où l'on met un enfant au monde, il y a des responsabilités, par cela je veux dire un amour engagé.
Vous dites que l'on refuse de voir les dégâts engendrés par le haut taux de divortialité... On a étouffé sciemment le ddébat sur les conséquences. On n'a pas voulu voir ce qui allait à l'encontre du grand dogme de la liberté individuelle. J'ai répertorié tous les articles de la presse féminine ¬ sur-tout dans «Elle» et «Marie-Claire» ¬ et le discours est unanime: pour être une bonne mère, il faut être heureuse et épanouie. Donc si vous êtes sentimentalement, sexuellement, amoureusement bien, ce n'est pas la peine de vous forcer à quoi que ce soit.
Une attitude qui remonte à une trentaine d'années? A l'origine, il y a la contraception, danns les années soixante. Une fois surmonté le problème des grossesses non désirées, l'attention s'est naturellement reportée sur le couple. Depuis trente ans environ, peut-être un peu plus, nous sommes obnubilés par le couple. A donc été considéré comme progrès tout ce qui permettait à la fois l'authenticité, la sincérité et la qualité de la relation et donc sa liberté de se séparer. C'était en rupture avec les exigences beaucoup plus lourdes de la tradition, et on a eu une impression formidable de libération, de légèreté et d'authenticité dans les sentiments. Nous avons vécu dans un culte du couple ¬ et quand je dis «nous», j'entends tout le monde, y compris l'Eglise catholique. Puis un grand tournant a été pris quand ce «couplisme» a viré à une morale uniquement individualiste. Surtout chez les femmes. Elles avaient été plus... je ne veux pas dire opprimées, non... mais beaucoup soumises à l'autorité d'une loi qui les dépassait. Obligées de se consacrer aux enfants, d'obéir, etc. Donc, tout ce qui était libération de la femme a été salué comme un progrès. On s'est voilé la face sur les conséquences à terme.
Ces conséquences sont-elles vraiment si graves? On a voulu croire que le divorce devenaitt plus bénin quand il était partagé par le grand nombre. Or, le déchirement familial est un drame intime, qui a, finalement, peu à voir avec l'acceptation du groupe. Les repères, c'est: qui suis-je? qui est mon père? qui est ma mère? Tenez, je m'occupe beaucoup de la prévention contre la toxicomanie. Il est certain qu'il y a environ cinq à six fois plus d'enfants dont le père n'est pas présent parmi les toxicomanes. Un autre exemple: mon petit-fils a fait son service civil comme éducateur, l'an dernier, à Roubaix dans un collège très populaire. Il y avait une classe de 5e où pas unélève n'avait son père à la maison. C'est le «copain de maman» qui signait les carnets. Ces enfants manquent de repères.
Mais il se peut que ce «copain de maman» fasse réellement office de référent paternel, non? Il ne faut pas opposer à un p&egraave;re qui s'en irait dans la nature un beau-père qui, lui, serait là, attentif, sympa et tout. Les dernières enquêtes montrent l'accélération des séparations-recompositions-séparations. Ce beau-père auquel l'enfant s'attache ne va peut-être pas rester très longtemps dans le foyer. Or un père doit être indéfectible. Combien d'hommes vivent avec les enfants d'un autre, alors que leurs propres enfants vivent avec un autre homme? C'est un des effets énormes du phénomène de divorce: la paternité ne parvient plus à s'exercer.
Les méfaits du divorce seraient davantage liés à l'absence du père qu'à la séparation des parents? Disons que l'adolescent vit une pé;riode «border line», où il change de personnalité . L'existence du référent paternel est alors importante, même si ce père n'est pas là tous les jours. Car il continue d'incarner un peu le bien, le mal, l'interdit. On le voit chez les garçons ¬ plus touchés ¬ car ils vont toujours outrepasser la ligne, y aller de plus en plus fort. Comme s'ils pouvaient inciter, par leurs débordements, le père à revenir leur fixer les limites. Outre la problématique du divorce, nous arrivons aussi au moment où beaucoup d'enfants nés de femmes seules arrivent à l'adolescence. Les garçons surtout, souvent couvés par cette mère, ruent dans les brancards et ne demandent qu'à ficher le camp, ne plus entendre parler de ce duo familial. Les filles ont tendance à reproduire le modèle maternel et à rater leur couple, faute de confiance en l'homme.
Avez-vous l'impression que depuis trente ans que l'on divorce à tour de bras, on a appris à divorcer mieux? C'est ce que me disent les jeunes adultess, les 30-45 ans. Ils sont très fiers de la civilisation de coparentalité qu'ils ont faite. Tant mieux.
Vous n'avez pas l'air très convaincue... C'est clair qu'il existe des divorces bieen menés, où les deux parents continuent à jouer leur rôle malgré la rupture. Et même les grands-parents. Il y a des Papi et Mamie avec des adresses différentes, des noms différents, des maisons différentes qui ne voudront pas être réunis. Heureusement, d'autres se rendent compte que leurs affaires personnelles sont moins importantes que l'image, l'affection, la tendresse qu'ils doivent donner à leurs petits-enfants. Ils accepteront de se rendre ensemble aux anniversaires, aux Noëls... Ce sont des choses possibles. Plus: elles sont nécessaires.
Mais vous voyez surtout des gens qui souffrent... A côté du divorce, il y a lees très nombreuses séparations des non-mariés ¬ je ne sais comment les nommer: les déconcubinages? Toujours est-il que ça se passe encore plus mal que le divorce. Pour plusieurs raisons, la première étant que l'enfant va toujours avec la mère et le père n'a aucun droit. Et puis, aucun juge n'est là pour dire: attention, là vous allez un peu fort, il faut tout de même un droit de visite, etc. Ça se fait à la sauvage.
Encore les pères qui trinquent? Oui... Je suis depuis plusieurs ann&eacutte;es assez attentivement les pères après rupture ¬ il y en a des milliers qui ont créé des associations. Et je vois chaque années que les suicides d'après divorce ne sont que des suicides d'hommes. Le divorce semble pour eux bien plus difficile, principalement, quand des enfants sont en jeu. Il ne faut pas oublier non plus que ce sont les femmes, dans trois cas sur quatre, qui demandent la séparation... Et pourquoi la demandent-elles? Diverses études montrent que la cause numéro un est le désappointement... Elles ne supportent pas le quotidien sans la romance. Je m'en suis aperçue aussi quand j'ai fondé un organisme qui s'appelle Retravailler où j'ai reçu 500 000 femmes ¬ dont beaucoup de divorcées. Ces dernières années, très souvent, elles disent: «Je m'ennuie, donc je veux refaire ma vie...»
Vous n'êtes pas tendre avec les femmes... Non. Je crois qu'elles n'ont pas tr&egravve;s bien géré la formidable liberté qui leur avait été donnée. Je pense que tout cela est rattrapable. Mais je voudrais leur dire qu'elles ne sont pas les propriétaires de leurs enfants.
Propos recueillis par Renata Libal
«Le grand remue-ménage», Fayard, 286 pages

Pas de mot pour le dire
• La «famille» désignant des personnes apparentées, prière de garder ce mot pour les personnes unies par un lien biologique, qu'ils vivent ensemble ou non.
• Pour les variantes postérieures, on peut parler plutôt de «ménage» ou «foyer» recomposé même si les enfants qui y vivent ont justement des familles décomposées... Enfin, ceux d'un «premier lit» du moins...
• La «famille monoparentale» devrait se limiter aux cas de veuvage, sous peine d'éliminer trop rapidement le parent absent.
• Les relations entre adultes sont expédiées sous le terme neutre de «partenaire».
• Quant aux enfants entre eux, ils en sont quittes à recourir aux vocables inventés par Claire Bretécher: ils disent «vrai frère» ou «vraie soeur», «demi» et «faux-demi».
N'essayez pas de savoir comment on nomme le nouveau copain de la mère de son faux-demi...

Écrit par : leclercq | 16 mars 2015

C est bien la première fois que je suis en désaccord avec un de vos texte.
Je trouve qu il a bien fait de porter plainte contre elle. La violence est inacceptable, petite ou grande, peut importe le sexe. Il est temps que des femmes/feministes subissent la même médecine qu elle imposent aux hommes depuis 30ans.
C est une bonne facon de faire realiser aux féministes les conséquences de leurs lois (je parle des exagérations) Quend une femme en est visé.

Malheureusement, comme la plupart des femmes faisant face a la justice, elle va surement bien s en tirer, en comparaison d un homme.

Écrit par : MasculinisteEgalitaire | 17 mars 2015

Acte de Bravoure, Médaille de la Ville par le sénateur Marini pour L'UMP Mohamed RIZKI.

http://youtu.be/abHVCQcOwBQ

Écrit par : Bernard | 29 mars 2015

Les commentaires sont fermés.