09 mars 2015

L’horloge de l’Apocalypse (2) : presque une légende urbaine

Le Matin dimanche d’hier revient sur l’horloge de l’apocalypse. Il ne resterait donc que quelques instants avant la disparition de l’humanité. J’ai déjà exposé ici les raisons de douter de ce concept. Il paraît important de compléter la critique.


doomsday clock,réchauffement,climat,Qui?

 

Cette horloge, en anglais Doomsday Clock, est présentée comme un indicateur planétaire universellement reconnu. Elle est supposée avertir les humains de l’imminence plus ou moins grande d’un danger catastrophique pour la survie de notre espèce. Il faut cependant chercher la valeur réelle de cette supposée information avant de lui accorder un éventuel crédit. 

 

«Les membres du Bulletin se réunissent chaque année pour changer l'heure de l'horloge de l'Apocalypse en prenant en compte la course à l'armement nucléaire, les tensions politiques, mais aussi le péril écologique depuis 2007».

 

La première question est: qui décide de faire avancer ou reculer cette horloge? Une association de scientifiques atomistes qui compte 18 prix Nobel dans ses rangs. De quoi impressionner le public. Cette association édite un bulletin. Chaque année les membres du bulletin «mettent la pendule à l’heure». C’est donc un petit groupe de scientifiques (11 selon mon calcul), scientifiques qui terrorisent le monde et lui imposent leur vision par une posture unilatérale, relayée par la presse sans discernement, et sans aucune contre-hypothèse de nature à réfuter les arguments (ce qui est davantage de l’ordre du religieux que du scientifique). Scientifiques dont la posture intellectuelle est uniquement catastrophiste et apocalyptique. Des légendes urbaines se constituent pour moins que cela.

 

 

 

Quoi? 

 

Deuxième question: quels sont les critères qui déterminent la fin du monde? Trois sont retenus. Une guerre nucléaire, les dérèglement climatiques et l’émergence des nouvelles technologies comme les nanotechnologies et biotechnologies.

 

doomsday clock,réchauffement,climat,

«Aujourd'hui, le réchauffement climatique incontrôlé et une course aux armes nucléaires résultant de la modernisation des énormes arsenaux existant représentent des menaces extraordinaires et indéniables à la survie de l'humanité».

 

Les risques liés aux nanotechnologies ont été ajoutés à cet indicateur. Celui-ci est donc le résultat d’un mélange des genres. Par exemple, quel lien y a-t-il entre l’éventualité d’une guerre nucléaire et le réchauffement climatique? Et que viennent faire les nanotechnologies ici? 

 

D’abord il est possible que l’humanité survive à une guerre nucléaire même si les dégâts pourraient être terribles. La guerre nucléaire n’est pas automatiquement l’origine d’une disparition de notre espèce. Ensuite le danger climatique pointé par le «clan Doomsday» est le C02. Sans revenir sur la controverse C02, n’y a-t-il pas d’autres dangers au moins aussi graves, comme l’érosion des terres cultivables, l’amoindrissement des ressources en eau potable, les conséquences d’un usage intensif de forceurs de croissance végétale ou de pesticides et autres molécules? Aucune justification de ce choix n’est avancée par le clan. Le C02 est à la mode: en est-ce la raison? Enfin où est-il démontré que les nanotechnologies représentent un danger massif et imminent pour l’humanité? Ces scientifiques, prix Nobel compris, auraient été parmi ceux qui refusaient le train au XIXe siècle. A moins qu’ils ne se foutent ouvertement de nous.

 

Comment peut-on associer dans la même échelle de mesure une guerre nucléaire, dont les effets sont immédiats et limités, et un changement climatique dont l’effet (s’il est négatif) se produira dans un ou plusieurs siècles? Comme le souligne l’article du Matin citant le professeur Dominique Bourg (philosophe et professeur à la Faculté des géosciences et de l’environnement de l’Université de Lausanne: «L’horloge agrège dans un indicateur unique des phénomènes qui ne se déroulent pas à la même échelle et dont les conséquences peuvent être très différentes».

 

doomsday clock,réchauffement,climat,Par ailleurs, la présentation du réchauffement comme une catastrophe éradiquante pour l’humanité n’est en rien démontré. J’ai déjà souligné ailleurs que les périodes plus chaudes ont été associées à la prospérité des groupes humains, et que le passé récent (depuis environ 3’000 ans) a été plus chaud qu’aujourd’hui. Enfin, il n'y a aucun repère de temps et de grandeur sur l'horloge pour évaluer la gravité d'une éventuelle catastrophe en regard du passé. 

 

 

 

Pour qui?

 

L’article cite également le philosophe Pascal Bruckner, qui a publié en 2011 Le fanatisme de l’Apocalypse. A la question: «L’idée même de cette horloge de la fin du monde vous paraît contestable?» il répond: «Ce qui me frappe, c’est qu’elle usurpe le pouvoir qui était classiquement dévolu à Dieu ou aux dieux. Désormais, les hommes fixent eux-mêmes le moment de leur fin. On voit bien que le but de cette horloge est de placer un pistolet sur la tempe de l’humanité... (...) Tout cela repose sur une pensée religieuse, même si elle est mise en musique par des scientifiques. L’horloge réactive en particulier les vieilles terreurs chrétiennes du Jour ultime. Elle donne une image frappante, mais ce n’est rien d’autre qu’une mythologie.

 

Aujourd’hui la peur prime sur la raison et les thèmes apocalyptiques prolifèrent. Ils trouvent une résonance parce que notre histoire humaine est balisée régulièrement par ce thème. La punition divine, le Jugement dernier, le Déluge, etc, sont quelques-uns des visages que prend cette morbidité.

 

Celui ou celle qui veut croire en cette parodie scientifique, en cette nouvelle attitude de type religieux qui accompagne l’écologie, en la prophétisation de la fin du monde, est libre de le faire. Tout le monde peut croire les légendes urbaines. 

 

Au fond, nous sommes des enfants: nous aimons nous faire peur. Mais pendant que nous nous cachons la tête sous l’oreiller médiatique, les décideurs mènent le monde à leur guise.

  

10:41 Publié dans Environnement | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : doomsday clock, réchauffement, climat | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

Cela nous rappelle vivement les prédictions de Paul Ehrlich, lamentablement à côté de la plaque mais encore plus dangereuses que l'apocalypse climatique. "En 1977, avec John Holdren et Anne H. Ehrlich ils publient Ecoscience: Population, Resources, Environment où ils évoquent des solutions à la surpopulation, depuis le planning familial volontaire à la stérilisation forcée pour les femmes après avoir donné naissance à un nombre prédéfini d'enfants"
http://fr.wikipedia.org/wiki/Paul_R._Ehrlich

Écrit par : Ben Palmer | 09 mars 2015

Quand on lit l'article dans The Bulletin, on ne découvre rien de scientifique dans ce calcul de l'heure de la fin. On y trouve une simple constatation de faits plus ou moins avérés ou même faux. L'arsenal d'armes nucléaires, plus il y en a plus on s'approche de la fin? Des réchauffements climatiques, il y en a eu dans l'histoire de notre planète. Et aussi des ère glacières!

Que des "scientifiques" signent un tel pamphlet me laisse pantois. L'un d'eux Pierrehumbert "has been named Chevalier de l'Ordre des Palmes Académiques by the Republic of France. He was a lead author on the IPCC Third Assessment Report, and a co-author of the National Research Council report on abrupt climate change." Avec Pachauri, destitué de sa fonction de président de l'IPCC (GIEC) pour être soupçonné d'harcelement sexuel, et qui disait que la lutte contre le réchauffement était sa mission et sa religion, cela en fait déjà deux au sein de l'IPCC qui ne savent pas distinguer entre science et religion.

Écrit par : Ben Palmer | 09 mars 2015

En effet Ben, rien, aucun référentiel à propos de l'heure. Ce n'est qu'un effet de manche, une recherche de sensations pour les médias. Personne ne les supervise apparemment. Et personne en leur sein ne les met en question.

Écrit par : hommelibre | 09 mars 2015

Ils ne démordent donc pas les Témoins de Jéhova car dès la fin de la guerre La fin du monde était déjà programmée par eux
Mais très subtils ils y avaient ajouté une clause ,il fallait adhérer à leur mouvance religieuse pour être sûr de pouvoir se dorer la pilule sur les plages de leur nouveau Paradis
Ce qui prouve que pour faire du commerce il n'est nul besoin d'avoir suivi des cours spéciaux ,la peur à elle seule étant un très bon moteur
Et entre nous comme Poissons d'Avril il y a mieux mais peut-être plus cher car c'est bien connu février c'est le mois des invendus déjà utilisés et re-vendus meilleur marché

Écrit par : lovejoie | 09 mars 2015

L'entropie a-t-elle rapport avec un monde allant se désagrégeant par le non sens de nos dirigeants, le nôtre au service de la vanité de base ("Tout est vanité")! La technique l'emportant sur l'éthique, le terrorisme croissant, les pollutions allant de pair avec l'aliénation mentale décelable dans la dégradation de l'Amour qui fut celui de l'âge de la raison, Descartes, puis romantique puis quoi aujourd'hui?

Islam, soumission donc contrainte, fin des libertés, de l'autonomie, du for intérieur: fin des acquis tels les Droits de l'homme? Paupérisation, médecine "Art touchant au Sacré désormais entreprise commerciale, dérèglements scolaires insensés... Art contemporain?
Culture, Social, Soins aux budgets se réduisant comme peau de chagrin
Recherche en ses utilité ainsi qu'application?

De sorte qu'avec ou sans horloge par la perte de nos repères sociaux, éthiques, spirituels (si on ose encore prononcer ce mot) nos dégradations variées écologiques par mille poisons toujours en fin de compte au service de la finance et de ses financiers nous vivons la fin d'un monde qui avec le respect, le souci de l'autre (la foi (comme une étoile de bonne Espérance, un "cap")! l'espérance et la charité (des égards pour soi comme pour les autres, l'empathie) allait évoluant.

Fin d'un monde vivable parce que, entropie aidant? allant toujours plus se dégradant, s'altérant, s'aliénant?

Écrit par : Myriam Belakovsky | 10 mars 2015

P.S. Vos lecteurs et lectrices comme moi non scientifiques, John Goetelen, s'ils le souhaitaient, chercheraient se rapprochant de l'horloge (?) sur Google, la réponse à la question suivante:

effets de la fonte du pergélisol?



Bonne journée.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 10 mars 2015

Les Indiens du Grand Nord Américain sont plus futés,pour eux chaque nuit est porteuse d'un nouveau monde

Écrit par : lovejoie | 10 mars 2015

citations d un chef Sioux

5) Le sentiment de fraternité pour toutes les créatures de la terre, du ciel et de l’eau était un principe réel et actif. Les Lakotas éprouvaient pour le monde des animaux et des oiseaux un sentiment fraternel qui écartait tout danger ; en fait, certains d’entre eux étaient devenus si proches de leurs amis à plumes ou à poils qu’ils parlaient en véritables frères une langue commune.

6) Cette conception de la vie et de ses relations consistait à humaniser et à donner au Lakota un amour respectueux. Elle a rempli son être avec la joie et le mystère de la vie ; elle lui a donné le respect pour toute la vie ; elle lui a fait une place pour toutes les choses dans le système de l’existence avec la même importance pour tous.

Luther Standing Bear

plus ici: http://www.arcturius.org/chroniques/10-citations-dun-chef-sioux-qui-vous-feront-tout-remettre-en-question-sur-notre-societe/

Écrit par : pachakmac | 10 mars 2015

@ Myriam:

Oui, peut-être le pergélisol en effet. Mais encore une fois, quelle certitude pouvons-nous avoir d'un événement pas encore survenu et dont on ne peut connaître à l'avance le déroulement et si l'effet sera plutôt positif (nouvelles terres cultivables en Sibérie et au Canada) ou plutôt négatif, et pour quoi?

Bonne journée à vous aussi.

PS: je ne suis pas scientifique mais j'aime la science et sa vulgarisation, et la réflexion qu'elle induit.

Écrit par : hommelibre | 11 mars 2015

Les commentaires sont fermés.