06 mars 2015

Françoise Hardy : femmes et féminisme

Pour la chanteuse, la femme n’est pas forcément l’avenir de l’Homme. D’ailleurs qui croit encore cela aujourd’hui? En particulier quand on sait par exemple que rien qu’à Genève 23% des auteurs connus de violence sont des femmes? Une sur quatre: c’est loin d’être anecdotique. Les hommes n’ont rien à leur envier à ce point de vue (heureusement il y a bien d’autres raison d’aimer les femmes et de les trouver admirables). Je rappelle ici l'existence du centre pour hommes battus Pharos, à Genève, dont j'ai parlé précédemment


françoise hardy,féminisme,eva joly,cecile duflot,santé,Désenchantement

Françoise Hardy vient de publier un nouveau livre: «Avis non autorisés...». Comme elle le dit elle-même: «Le fil conducteur c'est tout ce qui m'énerve, en permanence». L’icône mélancolique parle d’elle, de la vieillesse, de la maladie. Pas pour faire le buzz. Elle ne nous a jamais habitués à la voir comme une provocatrice des réseaux sociaux ou comme avide de notoriété. Elle est plutôt discrète.

A 71 ans celle qui a enchanté une jeunesse éprise de liberté continue sa carrière avec ce qui lui reste de santé. Elle semble désenchantée. Mais aussi drôle et impertinente à ses heures. Et libre dans sa tête, et dans ses propos - normal, elle est de droite! Si elle parle d’elle ce n’est pas au hasard d’une vidéo volée. Elle assume son rôle public. Dès lors elle devient témoin impliqué de l’histoire d’une génération qui a secoué le monde moderne. Bien qu’icône, elle vit la vie des gens. Son statut ne l’épargne pas.

En 2012 elle exposait sa philosophie de vie dans une interview (extrait)«Je pense que la Terre est une école initiatique et que chacun de nous y vient pour apprendre quelque chose. On ne peut pas tout apprendre d’un coup. Mes épreuves ayant surtout été affectives, il me semble que j’ai pas mal appris sur ce plan : il y a un océan entre la vision que j’avais de l’amour à 17 ans et celle que j’ai aujourd’hui. D’abord parce qu’à force de répéter les mêmes schémas et de s’en prendre plein la figure, on finit par s’interroger».

Aujourd’hui elle en dit plus sur ce qui l’énerve: «La vieillesse est un naufrage, répète Hardy dans son essai. "C’est une dévastation. L’insupportable déchéance du corps". "Les vieux tendent un miroir de la dégradation que nul n’a envie de saisir, poursuit-elle dans son interview pour l'hebdomadaire. Pour ne pas vivre cette exclusion, je reste seule, chez moi.» Je ne partage pas ce désenchantement mais je le comprends. Peut-être un jour penserai-je la même chose si je me trouve invalide ou dans un corps trop usé, oubliant ce que l’âge apporte de recul, de sagesse, de lucidité sur l’être humain - et sur soi-même en premier.


françoise hardy,féminisme,eva joly,cecile duflot,santé,Glapissement

Elle s’affirme plutôt Juppéiste et n’est pas tendre avec François Hollande: «Il semblerait que plus une idée est politique, mieux l'électorat le gobe. L'une des belles idées de François Hollande en arrivant au pouvoir aura été la mutualisation de la dette au sein de l'Union européenne. Cela revenait à ce que les pays dits vertueux, ceux dont les citoyens avaient fait de gros efforts pour rester dans les limites imposées par les traités européens, paient pour ceux des pays irresponsables. N'importe quelle personne sensée se rendait compte de l'aberration d'une telle proposition…»

La gauche d’ailleurs n’est pas sa tasse de thé: «... la gauche française est quand même la plus archaïque d'Europe, voir même du monde! L'obstination des responsables socialistes, souvent issus de la bourgeoisie, à dresser les classes populaires contre les classes plus favorisées est une forme de manipulation dont la facilité finit par irriter».

Ses flèches sont plus acides à propos de certaines femmes politiques. Sur Eva Joly: «... Une vieille coquette qui est minaudante et maladroite».

Cécile Duflot reçoit une volée d’un bois plus dur: «Ses combats pour l'environnement ont beau être d'une importance incontestable, comment ne pas être choqué par l'arrogance et le sectarisme de cette petite bonne femme, persuadée de détenir la vérité au point de ne pas vouloir entendre ceux qui ne pensent pas tout à fait comme elle ou qui contredisent ses assertions en leur opposant des faits et des chiffres incontournables? Comment ne pas être irrité par sa logorrhée débitée sur un rythme de plus en plus précipité au point qu'on finit par avoir envie sinon de l'étrangler, du moins de la bâillonner pour qu'elle se taise enfin et nous laisse souffler? Elle ne parle pas: elle glapit».

Enfin, en femme libre qui a toujours eu sa place socialement, elle est expéditive sur le féminisme. Un peu trop peut-être, mais quand toutes les analyses thématiques sont faites, quand l’escroquerie féministe est dévoilée, que reste-t-il à dire? Rien, ou quelques mots, à peine un message personnel: «Je les trouve hargneuses, moches, c'est-à-dire pas féminines pour deux sous. Je n'ai jamais pu m'identifier en quoi que ce soit aux féministes».


Françoise Hardy n’a pas succombé à l’attrait du discours victimaire. Elle est une femme libre.

12:35 Publié dans Féminisme | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : françoise hardy, féminisme, eva joly, cecile duflot, santé | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

Hommelibre,je me permets de revenir sur ce sujet qui ne toutes manières jamais ne se tarira
Il y a une chose qui permet de dire en riant ,vive les secrets de famille qui vous occuperont l'esprit jusqu'à votre dernier souffle
Ce qui permet après plusieurs téléphones auprès de gens connus de longue date de confirmer que les femmes nées pendant ou juste après la guerre de 14 -18 étaient froides comme des glaçons
Leurs maris se défoulaient dans les bistrots à coup de cartons ou avaient d'autres occupations loin des regards , cependant une chose est certaine si elles avaient inconsciemment dans l'idée de dégouter des hommes leur descendance féminine c'est malheureusement ou heureusement le contraire qui arriva car de plus en plus jeunes les filles prirent un énorme plaisir à se faire draguer
Ce à quoi les hommes ont tous répondu et dès les années 60 ces femmes frigides ,peut-être bi-sexuelles mais sans oser se l'avouer relevèrent d'autres défis comme imiter les plus jeunes pour rendre la pareil aux hommes qui désormais devaient les voir rappliquer elles aussi dans les lieux publics et sans y avoir été invitées par eux
Elles créèrent des clubs féminins pour boire leur café en groupe et tout ceci aux bistrots du coin , tout le monde ou presque connait la suite
D'où la très grande importance de conserver des liens avec les personnes plus âgée afin de confirmer ou pas un ressenti qui permet de faire une croix sur certains aspects de la vie pas toujours agréables à vivre mais mieux appréhendés quand on connait vraiment ce qui a été vécu par les anciennes générations qui sont importantes pour passer le flambeau aux plus jeunes
Sans doute que ces femmes souvent très belles mais désagréables comme des portes de granges auraient préféré ne jamais se marier et surtout ne jamais avoir d'enfant Mais ceux ci dotés du pouvoir à deviner de suite leurs sentiments auront eut plaisir en tous cas pour les plus culottées à ne jamais se laisser dominer par elles .
Ce qui prouve que la beauté extérieure n'est pas et de loin signe de bonté du cœur
très belle journée

Écrit par : lovejoie | 16 avril 2015

Des féministes MLF on les disaient "mal baisées"!
Puis, à Lausanne, par exemple, le MLF (désormais dépassé) "éclata" chacune rentrant à la maison pas forcément le cœur plein de chansons.

Pour les lesbiennes la lutte, ou disons-le au masculin, "le" combat continuait.

La politique qui, à par les éligibles, et "pourquoi"! qui y croit encore?

Ce sont de nouveaux paradigmes qu'il faut à l'"humain" en nous.

Entropie ou non, actuellement, à force de stagner, tourner en rond: nous régressons.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 16 avril 2015

Elle est surtout une vraie capricorne, fidèle à elle-même; courageuse et endurante et intègre de 17 ans à 71 ans et plus si affinités. :-))))

Écrit par : Corélande | 16 avril 2015

Toutes mes excuses je me suis trompée d'article je pensais être sur celui du Féminisme
Mais j'en profite malgré tout pour ajouter ceci.Les guerres ayant occasionné nombre de mutations génétiques celle de 39 donna l'occasion aux femmes nées aux alentours de 1840-1890 de prendre en charge leurs petits enfants alors qu'elles même avaient subi de nombreuses fausses couches les privant de cet amour maternel qu'elles auront pu exercer à satiété
Navrée pour la gaffe et non le lapsus comme dirait Madame Belakovski /rire

Écrit par : lovejoie | 16 avril 2015

Insupportable féministe:
https://www.youtube.com/watch?v=0Oq9V7HP02I

Écrit par : Sapho paslefaire | 10 mai 2015

Dire les raisons pour lesquelles on "aime" les femmes (ou les hommes) ou on les "apprécie"?!

Aimer ne s'explique pas.

Dès qu'il y a "raisons" d'aimer n'y a-t-il pas visées, calculs?

Quand on sera mariés, disait un homme à sa fiancée, enfin j'aurais quelqu'un pour cirer mes souliers...

La vieillesse est-elle un naufrage: naufrage ou "étape"?

Les Hyperboréens estimaient se "déplacer légèrement" non mourir... ce qui peut inviter la personne à s'interroger sur la réalité de ces mondes dits parallèles.

Qui détient la vérité?

Personne

Le Christ Lui-même en fin de compte ne sait plus très bien... et, selon les auteurs, loin d'être mort sur la croix s'en va chercher jusqu'en Inde réponse à ses questions... ce qu'on ne pourrait que souhaiter à ce parti socialiste français pour ne parler que de lui.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 11 mai 2015

Les commentaires sont fermés.