03 mars 2015

La gauche française en chute libre

Selon un sondage paru hier les différentes droites seraient créditées ensemble de 65% des voix aux prochaines élections départementales françaises. Les gauches n’en recueilleraient que 35%, dont 19% pour le parti socialiste. Ce sondage doit affoler les états-majors de ces gauches, dont le socle se réduit comme peau de chagrin.


gauche,front national,socialiste,ps,ump,france,élections départementales,marine le pen,guerre,libéralisme,socialisme,Sans coup férir

Un sondage n’est pas une élection. Dans un sondage on peut envoyer un signal de mécontentement aux acteurs politiques, sans que ce signal ne se traduise massivement dans les urnes. De plus les départementales sont des élections locales. Elles n’ont pas valeur de test national. Prudence donc avec des chiffres que la réalité n’a pas encore confirmé. Le seul test grandeur nature est celui des européennes, où le Front National a réalisé 25% des voix.

Cependant ces intentions de vote suggèrent que le FN est un recours possible pour un nombre grandissants de français. D’un côté on a une gauche arrogante, clivante, déchirée, guerrière et sombrant dans la confusion anti-libérale, sans plus de grande idée à faire valoir et dont le discours vide fait le lit du Front. De l’autre on a une droite partagée entre sa tendance pro-européenne qui n’arrive plus à donner une image positive du libéralisme, et sa tendance nationale qui rafle progressivement la mise sans coup férir.

Sans coup férir...
Le rêve de Hollande, soit monter dans les sondages sans bouger, Marine Le Pen le fait en direct! Elle ne dit presque rien, laisse les événements travailler en silence le coeur de français, et engrange les dividendes d’une situation d’extrême tension inter-ethnique que son parti annonce depuis des décennies.

La gauche et son discours anti-raciste et anti-frontiste, pseudo-solidaire, ne convainc plus grand monde hormis ses aficionados. Un discours dévitalisé à force d’être utilisé hors de propos, trop hypocrite et partisan, où la répétition du mot «nauséabond» fait office de rituel religieux pour motiver des troupes abêties. Ceux qui ont voté Hollande en 2012 lui ressemblent.


La droite à 85% des intentions de vote

Si la droite est libérale, le parti socialiste est alors devenu un parti de droite. Ce qui amènerait les droites, la nationaliste, la libérale et la sociale-libérale, à 85% des voix en France. Mélenchon peut retirer ses gants de boxe, il est hors-course. L’appel à la révolution de certains internautes sur quelques gauche,front national,socialiste,ps,ump,france,élections départementales,marine le pen,guerre,libéralisme,socialisme,blogs est pitoyable. Les nostalgiques du grand soir et des contraintes qui en suivraient ne sont pas tous morts. Les postures autoritaires ou d'imprécation en inspirent encore. La gauche aurait dû réduire cette tentation autoritaire. Mais les humains sont ce qu'ils sont et la gauche n’a pas rempli sa mission. Sa fin est inéluctable.

L’isoloir est le dernier point de réflexion avant de glisser le bulletin dans une urne. Il n’est pas certain que l’élection confirme le sondage. Mais le signal est là, puissant, assourdissant.

Le sondage indique également que la moitié des jeunes de 25 à 34 ans et 45% des ouvriers voteront FN. Ce parti s’ancre chez les jeunes et les classes populaires. C’est un bouleversement sociologique dont les conséquences à terme sont encore incalculables. Toujours selon ce sondage le FN trouve également écho auprès des abstentionnistes (52% des intentions de vote).

Le Front National dispose-t-il du personnel politique capable intellectuellement de gouverner? J’en doute. Ses théories sont-elles dangereuses? Elles le sont si l’on considère qu’il y a des sujets tabous en France. Il serait d’ailleurs étonnant que l’on stigmatise la droite nationaliste alors que le régime en place a envisagé publiquement, à un moment, de nationaliser Florange.

Ses théories le sont devenues parce que la gauche a fait l’autruche sur les sujets sensibles depuis plus de 30 ans, contribuant ainsi à hypertrophier certaines thématiques et à en radicaliser l'approche. Le nationalisme a-t-il de l’avenir après sa dérive guerrière et fasciste des XIXe et XXe siècles? Certainement. La nation et sa traduction politique, l’Etat, ont encore de beaux et longs jours devant eux. Nous sommes citoyens de nations, et même une éventuelle mondialisation politique reposera sur des administrations régionales et locales, lesquelles seront ancrées pour longtemps dans les frontières des anciennes nations.

Un sondage ne fait pas l’élection. Néanmoins il en suggère le parfum et montre l’évolution du sentiment des citoyens. L’usage par Valls et Hollande d’une rhétorique moins internationaliste est supposé séduire l’électorat, dont le régime constate qu’il est très majoritairement de droite. Cette rhétorique n’apportera sans doute pas de voix à gauche mais à terme il fera se fracturer le parti socialiste, qui verra ses radicaux rejoindre la gauche extrême, ses opportunistes rester sur le bateau, et le parti changer de nom.

Un score en forme de déroute pourrait accélérer une réforme identitaire du parti socialiste, dans sa thématique, dans la philosophie qui l’anime et dans son positionnement sociétal. Son nom pourrait donc changer, en vue également de la tentative de récupérer en partie l’électorat perdu. Le changement n’est pas si grand, le PS étant déjà un parti libéral. Le plus dur sera alors de le dire très clairement, et de dire aussi que le libéralisme est un choix positif de société.

Les commentaires sont fermés.