12 février 2015

François Hollande : la rechute

Le spectacle des socialistes français revigorés par les attentats a fait le tour de l’hexagone. Esprit du 11 janvier par ci, sursaut républicain par là, Valls et ses amis ont monopolisé l’après-attentat à leur compte. C’est la politique parisienne.


francois hollande,manuel valls,djihad,islam,musulmans,chrétiens,religion,école,peillon,Statistiques ethniques

 

Et cela ne donne pas envie. Cette gauche tente de se reconstruire une idéologie à bon marché en recyclant la lutte des classes et le combat des pauvres et exclus contre les riches (comme si ce paradigme pouvait changer le monde). C’est ainsi que dans la bouche d’une sociologue givrée (mais tous les sociologues ne sont-ils pas  givrés?) entendue sur Ce soir ou jamais il y a peu, les tueurs sont victimes de la société. Comme si la pauvreté justifiait le crime. La victimisation fait des ravages dans certains esprits.

 

Valls l’a dit: il y aurait un apartheid en France. Une partie de la population, identifiée par sa couleur de peau, son accent, sa manière aléatoire de parler le français, ses zones d’habitation, sa culture et son origine ethnique, serait stigmatisée, empêchée, enfermée à demeure dans des ghettos de banlieue où les enfants achètent des armes en vendant du shit.

 

Les français issus de l’immigration arabo-musulmane sont-ils pourchassés pour leur origine? Le mot apartheid demande vérification. Au nom de la même liberté d'expression accordée à Charlie, sortons le débat sur la place publique. Le gouvernement doit autoriser les statistiques ethniques. Il est absurde de se priver de cet outil d’analyse de la société sous le prétexte fallacieux d’anti-racisme. C'est un déni de réalité. La Suisse pratique les statistiques ethniques, par exemple pour connaître la prévalence dans la criminalité, sans que cela ne donne lieu à des pogroms.

 

Dans ce déni français un sociologue n’y retrouverait pas ses petits. Le droit de la nationalité prime sur l'origine ethnique, ce qui en soi est normal. Mais quand ce droit contribue à effacer toute connotation d’origine ce n’est plus un droit c’est une exécution. Il n’y a pas de hasard à ce que de nombreux musulmans de France revendiquent haut et fort leur appartenance à la communauté islamique. Ils défendent leur identité d’origine. Une manière de dire qu’ils ne viennent pas de nulle part.

 

Sil y a une majorité d’enfants de cette immigration dans les prisons française cela déteint sur le sous-groupe dont ils sont issus - et auquel ils s'identifient bien plus qu’ils n’endossent les valeurs de la démocratie. L’amalgame, ils le font eux-mêmes. Le refus de toute connotation ethnique devrait nous imposer la formulation suivante: «Deux français ont tué 12 personnes dans les locaux de Charlie Hebdo». Dit ainsi, on ne comprend pas ce qui sest passé et les raisons de lattentat. Si l’on enlève le contexte l’affaire n’a plus aucun sens. La bonne formulation est: «Deux français d’origine arabo-musulmane, soutenus et peut-être encouragés et formés par des groupes terroristes musulmans, ont commis un attentat criminel au nom de leur religion et de leur prophète».


Les manifestations du 11 janvier ont été organisées en réponse à un acte idéologique dans le cadre d’une affirmation grandissante de l’islam culturel en Europe et de l’islam militaire au Proche-Orient. Si l’on ne tient pas compte de cela on peut supprimer les chaires de sociologie dans les universités françaises (ce qui n’est pas très dommageable, au fond).

 

 

 

francois hollande,manuel valls,djihad,islam,musulmans,chrétiens,religion,école,peillon,Islam, religion des socialistes

 

Remettre les statistiques ethniques à l’ordre du jour doit permettre de poser un diagnostic social plus précis sur la société et sur les conséquences d’une immigration laissée à elle-même. Le déni, l’autruche, les bisounours, sont des postures de gauche (et parfois de droite) inutiles et dangereuses. Elles ne font que reporter le problème, le laissant grandir et gangrener peu à peu la société. C’est ce qui arrive déjà aujourd’hui. Cette fracture pourrait durer sur plusieurs générations encore faute d'avoir été prise en compte dès le début.

 

On a confondu protection légitime des minorités avec dictature des communautarismes et des particularismes. On pratique encore l’auto-flagellation blanche occidentale avec la régularité de termites mangeant la maison. Le discours de gauche, prétendument destiné à la solidarité et à l’antiracisme, est forcément victimaire. Reconnaître dans les bourreaux les victimes d’hier est une vision myope. On refuse aux populations arabo-musulmanes leur Histoire, leur origine de conquérants féroces et d’esclavagistes à grande échelle. Décidément, chez eux ou en France, on nie que cette communauté ait un passé et une identité autre que l’abstraction républicaine parfois insipide.

 

Les propos de dirigeants socialistes ouvrent grande la porte à l’islam contre le christianisme. La gauche française est quelque part liée aux attentats. C’est sans doute la raison pour laquelle elle tente de se refaire une virginité angélique sur les cadavres sanglants dde Charlie. Il suffit de lire les propos qui suivent pour savoir ce que veut la gauche française: débarrasser le pays de toute trace de christianisme et installer l’islam comme religion dominante.

 

Je ne parle pas ici du port du voile, que la gauche a combattu, et que de nombreuses musulmanes revendiquent aujourd’hui pour exprimer leur liberté de choix selon leur propre culture. Je pense aux propos tenus par des dirigeants politiques socialistes, propos qui sont comme un appel d’air.

 

«Il n’y a pas  d’avenir pour la France sans les arabes et les berbères du Maghreb». (Jean-Luc Mélanchon). Tiens, on est dans les catégories ethniques ici!

 

«Le catholicisme est incompatible avec la liberté, contrairement à l’islam». (Vincent Peillon, ancien ministre socialiste de l’Education Nationale). C’est sans doute de l’humour. 

 

«Ce n’est pas un délit de prôner le djihad». (Bernard Cazeneuve, ministre de l’Intérieur. le 5 août 2014). Apologie du terrorisme?

 

«Évoquer les racines chrétiennes de la France, c’est faire une lecture historique frelatée… qui a rendu la France peu à peu nauséeuse». C’est toujours le même Bernard Cazeneuve. 

 

«C’est une immense chance pour la France d’être le premier pays musulman d’Europe». (Edwy Plenel, directeur-fondateur de Mediapart). Cet homme est une icône de la gauche dure française, celle qui a combattu toute religion comme privatrice de liberté intellectuelle. Cherchez l’erreur.

 

 

 

francois hollande,manuel valls,djihad,islam,musulmans,chrétiens,religion,école,peillon,La messe est dite

 

Plusieurs éléphants socialistes français ont affirmé leur préférence ou intérêt pour l’islam (1,5 millions de voix musulmanes auraient fait élire François Hollande), depuis Napoléon déjà. La religion fait toujours problème en France. En 2008 Vincent Peillon, cité plus haut, écrivait dans son livre La Révolution n’est pas terminée:

 

«C’est à elle [l’école] qu’il revient de briser ce cercle [les déterminismes], de produire cette auto-institution, d’être la matrice qui engendre en permanence des républicains pour faire la République, République préservée, république pure, république hors du temps au sein de la République réelle, l’école doit opérer ce miracle de l’engendrement par lequel l’enfant, dépouillé de toutes ses attaches pré-républicaines, va s’élever jusqu’à devenir le citoyen, sujet autonome».

 

Et dans le même ouvrage:

 

«Ce qui manque au socialisme pour s’accomplir comme la pensée des temps nouveaux, c’est une religion nouvelle : Donc un nouveau dogme, un nouveau régime, un nouveau culte doivent surgir, afin qu’une nouvelle société prenne la place de l’ancienne». 

 

«La laïcité elle-même peut alors apparaître comme cette religion de la République recherchée depuis la Révolution».


 «C’est au socialisme qu’il va revenir d’incarner la révolution religieuse dont l’humanité a besoin, en étant à la fois une révolution morale et une révolution matérielle, et en mettant la seconde au service de la première».

 

La messe est dite.

 

La messe cathodique aussi. Après l’union sacrée, grâce à quoi Hollande a repris des couleurs - plus 20 points dans les sondages - la réalité reprend ses droits. Et montre que le 11 janvier n’était pas un chèque en blanc au journal satirique défoulatoire mais con qu'est Charlie ou au gouvernement, mais un soutien à la libre expression. A propos de chèques, Charlie en a reçu beaucoup. Ses morts rapportent. C’est un business, avec de pleines pages de pub dans des magazines comme Science & Avenir. 21 millions d’euros grâce à la vente du numéro spécial, des millions d’euros de dons: pour un moribond qui n’intéressait plus grand monde, Charlie s’en sort bien.

 

Pour François Hollande, l’illusion aura duré à peine un mois. Selon le dernier sondage Ipsos il rechute de 8 points. La foule est versatile. Ou lucide. Elle n’amalgame pas le 11 janvier avec les socialistes. Socialistes qui, face au parti de Marine Le Pen, n’ont gagné l’élection partielle du Doubs qu’avec 51,5% des voix. Une peau de chagrin. La tentative de recycler la lutte des classes a-t-elle fait long feu?


La valse de Hollande dans les rues de Paris a cessé de faire tourner les têtes. Le président dit: j’ai changé. Je parie qu’il n’a pas changé. On ne change pas ainsi. Et les français ne sont pas complètement idiots.

 

 

13:24 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : francois hollande, manuel valls, djihad, islam, musulmans, chrétiens, religion, école, peillon | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

Soyez prudent sur vos sources.

«Il n’y a pas d’avenir pour la France sans les arabes et les berbères du Maghreb». (Jean-Luc Mélanchon)

La citation est apparemment issue d'un faux tract
http://www.lefigaro.fr/politique/2012/05/31/01002-20120531ARTFIG00401-le-pen-assume-son-faux-tract-contre-melenchon.php


«Le catholicisme est incompatible avec la liberté, contrairement à l’islam». (Vincent Peillon, ancien ministre socialiste de l’Education Nationale).
Ce n'est pas une citation directe de Vincent Peillon mais un résumé de son comportement fait par Riposte Laïque
http://ripostelaique.com/vincent-peillon-le-catholicisme-est-incompatible-avec-la-liberte-contrairement-a-lislam/



«Ce n’est pas un délit de prôner le djihad». (Bernard Cazeneuve, ministre de l’Intérieur. le 5 août 2014). Apologie du terrorisme? http://www.enquete-debat.fr/archives/bernard-cazeneuve-ce-nest-pas-un-delit-de-proner-le-djihad-85489



«Évoquer les racines chrétiennes de la France, c’est faire une lecture historique frelatée… qui a rendu la France peu à peu nauséeuse». C’est toujours le même Bernard Cazeneuve.
http://www.paris-normandie.fr/detail_communes/articles/2087382/les-racines-chretiennes



«C’est une immense chance pour la France d’être le premier pays musulman d’Europe». (Edwy Plenel, directeur-fondateur de Mediapart). Cet homme est une icône de la gauche dure française, celle qui a combattu toute religion comme privatrice de liberté intellectuelle. Cherchez l’erreur.
http://www.bfmtv.com/mediaplayer/video/plenel-une-chance-pour-la-france-dtre-le-premier-pays-musulman-deurope-314770.html

Écrit par : De passage | 12 février 2015

@ De passage:

Il y a eu un faux tract mais les propos sont revendiqués par le politicien. Mélenchon confirme ses propos:

www.fdesouche.com/303360-je-le-redis-il-ny-a-pas-davenir-possible-pour-la-france-sans-les-arabes-du-maghreb-et-des-berberes-melenchonrmc


Sur Peillon: en effet c'est un résumé d'article, et j'aurais dû l'indiquer comme tel. Toutefois il exprime la pensée de Peillon qui a dit: "On ne pourra jamais construire un pays de liberté avec la religion catholique." Il ne dit cela ni du protestantisme ni de l'islam, qui semblent donc plus compatibles avec la liberté laïque que le catholicisme. Ce discours de Peillon considère la hiérarchie comme le mal absolu, donc l'islam ne peut que le séduire avec son apparente absence de hiérarchie (qui n'est qu'apparente car seuls les personnes autorisées parlent au nom de l'islam).

Un résumé de Peillon, en particulier dès 2'38":
www.dailymotion.com/video/x15bn4e_vincent-peillon-la-revolution-francaise-n-est-pas-terminee_news


Sur la chance de la France, il y a aussi Manuel Valls:
www.medias-presse.info/manuel-valls-lislam-deuxieme-religion-de-france-est-une-chance-pour-la-france-autres-propheties-de-nos-eminences-republicaines-en-2014/22872

Écrit par : hommelibre | 12 février 2015

Vive la France !!!

http://www.20min.ch/ro/news/monde/story/Un-parti-musulman-aux-departementales-14623340

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 12 février 2015

@ victor-Liviu : je pense que s'il y avait un parti catholique qui présente une liste elle serait interdite au nom de la laïcité. Ah elle est belle la France.

Écrit par : uranus2011 | 12 février 2015

"Charlie s'en sort bien". Là, je n'adhère pas. On dirait que les animateurs du journal exploitent la mort de leurs camarades. C'est une accusation indécente!
Pour le reste,bravo, j'adhère,je trouve votre réflexion excellente.

Écrit par : Mireille Vallette | 12 février 2015

@ Mireille:

Pour Charlie c'est un constat objectif, un constat "sociologique"...

Écrit par : hommelibre | 12 février 2015

Il faut donc trois révolutions: religieuse, morale, matérielle

Ces trois révolutions pourquoi ne pas les fondre en une seule?

Changer les mentalités, faire évoluer en commençant par évoluer soi-même?

Partage, solidarité (devrait se pratiquer dès l'école maternelle)

Ecouter /apprendre à se mettre à la place de l'autre (empathie)
"Au nom de la liberté d'expression j'ai parfaitement le droit de traiter ta mère de chienne de mon point de vue" mais si je me mets à la place de l'enfant de la mère en question? La parole est d'argent, dit-on, d'or, le silence?
Faire attention... ne pas infliger, imposer à l'autre ce que l'on ne voudrait pas que l'autre nous fasse ne saurait remettre en question la laïcité, en revanche, la liberté d'expression "tout et n'importe quoi) ou à condition de doser voire renoncer à blesser, offenser (on ne "mutile" pas que physiquement. La laïcité n'entend pas détruire les religions. Qu'il faut avoir peu de choses à faire, à voir et voir venir pour diffuser de tels projets, de tels objectifs?! Croyez-vous que les musulmans laisseront détruire l'islam, les cathos convaincus leur "amour pour l'amour" (la charité)les protestants progressistes, non laxistes en et pour en ce quoi "en quoi" ils croient à commencer par le libre-arbitre? C'est-à-dire que malgré vents et marées ils avancent l'espérance ancrée au cœur? Veut-on détruire l'être humain, si oui, comment ne pas parler totalitarisme...désindividualisme... (fait, "geste" des nazis)! Exactement ce qu'il ne faut pas faire: travailler à déshumaniser l'humanité.
Hélas! comment ne jamais penser que quant à déshumaniser les rapports, sans oublier sadisme, porno, porno "hard"! etc., nous sommes en bonne voie...?!
Nos enfants, en quels bain, "terrain"... avec quel "climat"! sous quels "cieux" les cultive-t-on?

Écrit par : Myriam Belakovsky | 12 février 2015

«La messe est dite»


Non, c'est la «prière du vendredi» qui est dite ou qui édite...

Je partage le point de vue de Houellebecq quand il dit que les musulmans de France ne peuvent pas voter à gauche. La gauche s'est illustrée avec le mariage pour tous. Une position extrêmement perverse aux yeux des musulmans.

D'ailleurs, comme par hasard, un nouveau parti musulman vient de donner de la voix.

Écrit par : petard | 13 février 2015

"journal satirique défoulatoire mais con qu'est Charlie"
Excellent ! On aurait pu dire "bête et méchant" sensu stricto...

Écrit par : Géo | 13 février 2015

Les commentaires sont fermés.