29 janvier 2015

Où avais-je la tête ?

Il y a la tempête

Celle du siècle, disait-on. 

Ville bloquée, ville fantôme. 

New York, New York!


new-York-Blizzard-2015.jpgLa tempête attendue accouche d’une souris. On ne se moque pas de la météo, activité très audacieuse. Tenter de déduire le temps de la semaine suivante est un exploit. L’atmosphère terrestre, système organisé d’une rare complexité, parfois se dérobe à nos investigations. C’est un mouvement jamais terminé. Une succession indéfiniment répétée d’états transitoires. La météo n’est pas que de la science, elle est aussi autre chose. De l’art, peut-être. L’art, parfois, rend compte du temps inaccompli et, occasionnellement, de la complexité du monde. 


 

 

Il y a Picasso, Duchamp, et d'autres peintres décortiquant cette complexité. L’un au travers de ces visages vus sous plusieurs angles simultanément (image 2), comme pour n’exclure aucune facette du sujet. L’autre en peignant les états successifs de ce Nu descendant un escalier (image 4)Derrière ce que l’on voit il y a ce que l’on ne voit pas.

 

 picasso01-DE01840.jpg

 

Il y a Marion13 ans, suicidée. Souffre-douleur de sa classe, elle n’a pas su comment faire front. Elle s’est pendue il y a deux ans. Sa mère publie aujourd’hui un livre: «Marion, 13 ans pour toujours» (Editions Calmann-Lévy). (Image 3).

 

 

 

Il y a les attentats et cette sorte de guerre qui n’en n’est pas une. On attend la suite sans savoir où elle frappera. Pas de ligne de front. Pas d’ennemi visible sur un terrain d’opération délimité. La guerre symbolique est économe. Elle n’a pas besoin de nombreuses batailles si chacune d’elles est médiatisée avec efficacité. Dix-sept morts sont comme cent mille. L’effet Charlie c’est comme si l’Irak était tombé. 

 

 

 

Il y a le divertissementToute une société de spectacle et de divertissement, même. La mise en scène du monde à l'usage des masses. Divertir c’est détourner l’attention. De quoi les attentats nous divertissent-ils? Quel est le spectacle derrière la scène?

 

 


Marion01.jpgIl y a L’emprise
Ce téléfilm projeté il y a trois jours sur TF1 met en scène une femme battue. Menacée dans sa vie, craignant pour celle de ses enfants, sur le point d’être étranglée, elle finit par tuer son conjoint. Au procès elle est acquittée. On ne peut qu’être d’accord avec cet acquittement. Il s’agit de légitime défense. Dans le film on voit le comportement d’un homme malade. En forçant le trait à ce point le film suggère que la violence conjugale, celle qui fait l'objet de campagnes, est extrêmement rare. Elle n’a rien d’un système pensé et voulu par les hommes pour assujettir les femmes comme rabâchent certaines. C’est une pathologie. Hommes ou femmes auteurs de cette violence sont des malades. Un regret cependant: le téléfilm utilise ses personnages de manière très volontariste, idéologique, comme des pions, pour démontrer une thèse. Cela réduit la cohérence et le crédit aux protagonistes dans certaines scènes clés. Au fait, à quand un téléfilm sur un homme battu?

 

 Duchamp Nude Descending a Staircase, 1912.jpg


Il y a la religionRelier. Relier l’Homme en lui-même, dans ses multiples aspects et contradictions. Relier l’Homme et l’Univers, la conscience et les actes. Vaste ambition. Aussi vaste que de tenter une prévision météorologique exacte pour 2016 ou de définir le climat planétaire des deux siècles à venir. Relier les parties morcelées de l’être, comme la déesse égyptienne Isis rassemblait les morceaux épars de son frère et amant Osiris. Relier le temps: l’avenir n’est peut-être pas la suite aléatoire du présent. Qu’est-ce que c’est, «relier»? Par exemple, séparer la tête du corps, ce n’est pas relier.

 

 

 

Il y a toi dans ce bus.

 

 

 

Il y a la lumière qui revient: cinquante minutes depuis Noël. 


 

 

Il y a, au-delà des groupes et de leurs guerres, des individus à découvrir, des coeurs à aimer, des printemps à déshabiller.

 

 

 

printemps-01.jpg

Bien sûr, où avais-je la tête?

Il y a d’autres soleils à venir.

 

 

 

 

 

 

 

 

12:32 Publié dans Divers, Météo | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Les commentaires sont fermés.