16 janvier 2015

Parler de l’islam

L’Europe a été marquée par la question religieuse. L’émergence du protestantisme au XVIe siècle a commencé à révolutionner les institutions et la pensée médiévale. Le schisme protestant fut une forme de révolution. On peut penser qu’il a inspiré les Lumières et la révolution française, du moins dans la promotion de l’égalité des citoyens, suite logique de l’égalité devant Dieu de tous les humains.


religion,islam,christianisme,prophète,critique,protestants,L’exemple protestant

Avec la Réforme, l’Europe entrait dans une longue période de turbulence marquée par des guerres et des tueries. Faut-il rappeler le massacre des Vaudois dans le Lubéron: 3’000 adeptes de cette branche du christianisme furent tués, dans un climat de violence qui grandissait et qui a abouti aux différentes guerres dites de religion. Les Vaudois, sorte de précurseurs des protestants qui ont rejoint la Réforme par la suite, étaient les disciples de Pierre Valdès (d'où la dénomination: Vaudois, sans lien avec le canton suisse). Ce Pierre Valdès fut propagateur d’une approche plus humble de la foi. Selon Wikipedia: «Pierre Valdès était un riche marchand de la ville. Vers 1170, il écouta un passage de la vie de saint Alexis narrée par un troubadour. Ce récit lui fit éprouver le désir de vivre plus près du Christ, de suivre nu le Christ nu. Il légua ses biens à sa femme pour suivre l'idéal de pauvreté apostolique, c'est-à-dire imiter la vie des apôtres».

Les persécutions et violences contre les protestants ont duré presque trois siècles, jusqu’à la révolution de 1789. Ils ont payé cher leurs convictions religieuses et sociales. A côté des pogroms et massacres de l’époque, et des pogroms contre les juifs, ce que l’on nomme aujourd’hui «islamophobie» est à peine plus subversif qu’une blague d’apéricube. Au XIXe siècle la controverse autour de la séparation de l’église et de l’État fut particulièrement vive. La religion fut en discussion critique pendant quatre siècles! Je rappelle ici cette citation de Voltaire: «Tant qu’il y aura des fripons et des imbéciles, il y aura des religions. La nôtre est sans contredit la plus ridicule, la plus absurde, et la plus sanguinaire qui ait jamais infecté le monde».


La question islamique

Il est normal et souhaitable de traiter ouvertement de la question islamique, comme cela fut fait de la question chrétienne. Pour plusieurs raisons. D’abord parce que de nombreux européens pensent, à tort ou à raison, qu’elle est une menace pour la démocratie. Il faut dire que les branches politiques et militaires de l’islam sont très actives et ont beaucoup d’adeptes.

religion,islam,christianisme,prophète,critique,protestants,On peut aussi discuter des versets guerriers. Si les musulmans modérés n’y font pas référence, ils existent néanmoins. Et si nombre de musulmans ont déclaré, après le 7 janvier, que les tueurs ne sont pas des musulmans, ils ont tort. Les croisés du Moyen-Âge n’étaient-ils pas des chrétiens? Oui, ils l’étaient. Les égorgeurs d’aujourd’hui sont bien des musulmans parce qu’ils se réfèrent au livre, au prophète, aux rites de tous les musulmans.

Les musulmans feront-ils un jour le ménage dans le livre, dont les contradictions sont trop extrêmes? Cela ne nous appartient pas de le savoir. Mais nous pouvons en discuter. Discuter l’islam est aujourd’hui une nécessité. La religion ne doit pas échapper à une analyse critique. La discussion peut tourner sur tous les sujets: démocratie et islam, prosélytisme, mélange du militaire, du politique et du religieux, volonté d’hégémonie, idolâtrie fanatique du prophète (présenté comme plus important que père et mère), place du sacré dans la société, entre autres.

Il n’y a qu’un islam et différentes manières de le pratiquer. Respecter les musulmans c’est considérer qu’ils sont ce qu’ils disent, et qu’ils sont collectivement responsables de leur religion. Toute réforme, si elle a lieu, doit venir d’eux. Alors, cessons de les infantiliser. Leurs réactions négatives à propos du «Je suis Charlie» montrent que la question est très loin d’être réglée. Dans nombre de familles musulmanes les thèses rigoristes semblent plutôt bienvenues. La critique de notre mode de vie, de nos sexualités par exemple, est vive.

Nous devrons vivre longtemps avec l’islam. La question que je posais le 7 janvier: faut-il interdire l’islam?, est peu réaliste, même si elle sert d’étape dans la construction d’une réflexion. Elle sert d’abord à reconnaître qu’il y a un problème. Oser discuter l’islam, le critiquer, voir aussi ce qu’il a de bon, est une nécessité. Autant pour nous occidentaux chrétiens d’origine, que pour les musulmans s’ils souhaitent un jour une relation apaisée avec la démocratie occidentale.


religion,islam,christianisme,prophète,critique,protestants,Voie erronée

Oser critiquer l’islam c’est aussi oser critiquer une culture dans ce qu’elle montre de dérangeant pour nous. On ne fait pas la paix en économisant sa salive.

Parlons ouvertement, par exemple de l’idolâtrie envers Mahomet, malheureusement sacralisé au point que l’on tue en son nom comme s’il était Dieu. Tant que l’on met le prophète au-dessus des autres humains on est idolâtre. Parlons aussi du fait que les musulmans sont très nombreux à avoir perçu les caricatures de leur prophète comme une offense. L’attentat contre Charlie était prévisible dans cette logique de réparation d’une offense. Devons-nous nous censurer pour autant? Non. Mais nous pouvons creuser davantage nos propres motivations et assumer les conséquences de nos choix. Car dans l’immédiat, l’islam ne changera pas. Si une des branches militaires de l’islam décide de tuer ceux qui sont désignés comme offensant le prophète, elle le fera. Beaucoup d’entre nous mourrons peut-être.

Nous vivons avec cela désormais. A nous donc, aussi, de prévenir cette gangrène guerrière de l’islam par la surveillance des milieux musulmans. Ce n’est pas de la discrimination, c’est une fonction régalienne de l’Etat quand un groupe déclare la guerre à ses citoyens, ou quand les jeunes français musulmans des «quartiers» se montrent de moins en moins perméables au discours citoyen et républicain et de plus en plus ouverts au discours radical, comme le soulignait un acteur de terrain sur C dans l'air.

Parlons, parlons encore, autant qu’il le faudra. Et dans cette discussion enfin ouverte, bannissons les mots stupides, les mots clichés, qui ne servent qu’à imposer le silence: islamophobie en est l’exemple actuel. Non, la critique de l’islam n’est pas un crime pénal ou moral. C’est pour nous une activité intellectuelle normale. Et non, l’islam n’est pas à égalité historique et sociétale avec le christianisme, qui a généré une bonne partie de nos valeurs - même laïques. Mettre l’islam à égalité avec le christianisme, c’est nier toute notre histoire européenne, nier d’où nous venons. Alors que si l’islam a quelque chose à nous apprendre, c’est justement la revendication de notre identité propre et de nos origines historiques.

L’objectif de fraternité humaine ne sera pas atteint en gommant notre propre histoire et nos frontières culturelles. L’occident veut effacer les différences, dans la culture, entre les ethnies et les  religions, entre les sexes. Ce n’est pas ainsi que l’on apprend à vivre ensemble. Cette voie est clairement et définitivement mauvaise, c’est une erreur intellectuelle et philosophique. Ne nous étonnons pas, dans cette logique castratrice, cette logique de déni de nous-mêmes, que des choses retenues explosent de plus en plus. Ceux qui n’ont que le mot «islamophobie» à la bouche, qui veulent revenir à un discours d'avant le 7 janvier - discours qui n'a produit aucun apaisement depuis 30 ans - portent une responsabilité symbolique dans les attentats.

Adhérer à une religion est un choix. Cela n’a rien à voir avec une couleur de peau ou une race, que nous n’avons pas choisies. La critique des religions, et même la moquerie à leur égard, ne sont pas des activités criminelles.

15:09 Publié dans Philosophie, Politique, Psychologie | Lien permanent | Commentaires (23) | Tags : religion, islam, christianisme, prophète, critique, protestants | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

Petite info : Taubira s'est rendue devant le magasin Super Cacher et s'est fait virer immédiatement par les habitants du quartier ! La presse n'en a pas parlé.

Écrit par : Gedeon Teusmany | 16 janvier 2015

La presse, à part Atlantico, n'a pas non plus mentionné sa circulaire dont je parlais dans mon précédent billet.

La "liberté d'expression" à la sauce des médias français...

Écrit par : hommelibre | 16 janvier 2015

Affirmation très excellente et très courageuse dans notre époque de haine de soi-même et de l'intelligence critique qui parcourt l'Occident.

Écrit par : Mère-Grand | 16 janvier 2015

"La presse, à part Atlantico, n'a pas non plus mentionné sa circulaire dont je parlais dans mon précédent billet."

Mais si : http://www.lemonde.fr/societe/article/2015/01/14/les-fermes-consignes-de-christiane-taubira-aux-procureurs_4555880_3224.html?xtmc=taubira&xtcr=4

Écrit par : Atlantico | 16 janvier 2015

« La presse, à part Atlantico, n'a pas non plus mentionné sa circulaire dont je parlais dans mon précédent billet. »

Surenchère pénale par clientélisme politique.
Les limites de la fermeté des démocraties à sanctionner les infractions chevauchent maintenant celles à partir desquelles on considère une politique comme étant abusive, à force d'aggraver la peine à chaque manifestation repétée de l'infraction, au lieu d'appliquer simplement les peines déjà prévues.

L'obsession sécuritaire des politiques, et de la société, a simplement transformé les partis politiques en fascistes sacrifiant les libertés individuelles et méprisant la condition humaine par vanité de laisser une trace de leur exercice du pouvoir avec des lois portant leur nom.

A mon avis, ne devrait pas survivre un jugement par la Cour Européenne des Droits de l'Homme.

Écrit par : Chuck Jones | 16 janvier 2015

@ Atlantico:

Ce n'est pas la même. Le Monde parle de celle du 12 janvier. Je mentionne celle du 9.

Écrit par : hommelibre | 16 janvier 2015

Le protestantisme avec le moine Luther est parti du catholicisme. le bouddhisme de l'hindouisme. Ne faut-il pas qu'une révolution ou réforme de l'islam parte de l'islam?

Les événement, propos les plus agressifs, vulgaires jusqu'en blogosphère peuvent-ils, chez nous, disposer favorablement les musulmans on, tout au contraire, sous l'insulte provoquer une crispation? Il suffirait d'un imam genre Jésus de Nazareth en le contexte musulman pour changer la donne... mais en partant, en remontant jusqu'à la source même du conflit, musulmans "modérés* ou non: le coran.

A ne pas oublier que Luther obtint que la lecture de la Bible jusqu'à la Réforme réservée aux initiés devienne la norme et la norme pour tous et toutes.

Une telle démarche suggérée de Réforme musulmane regarderait de façon positive les musulmans en nos pays de liberté religieuse en mesure de mettre ces futurs militants musulmans à l'abri.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 16 janvier 2015

Islam tue; l'abus d'Islam est dangereux pour la santé.
En voila des mises en garde nécessaires dorénavant.

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 16 janvier 2015

C'est l'abus de l'Histoire qui tue les foules musulmanes et nous avec eux. Les imams devraient tous commencer par une présentation contextuelle du Coran, son évolution, sa raison d'être...il y a 1'400 ans, un temps immense à l'échelle de l'Humanité, des valeurs, de l'évolution, des connaissances humaines et spirituelles de notre temps. Comment oser la littéralité du texte transposée intégralement à notre temps! C'est plus qu'abominable. c'EST IRRESPONSABLE.

Ensuite, il faut revoir chaque interdit les plus triviaux. Comme l'interdit du vin. C'est extraordinaire cette affaire. La foi islamique m'a appris que le Prophète a évolué dans ses paroles au cours des ans. D'abord il dit que les bienfaits du vin sont moindre par rapport à l'absence total d'alcool. Plus tard, il en interdit la consommation devant le spectacle présenté par quelques ivrognes débauchés qui font honte à l'islam. Aujourd'hui, notre responsabilité personnelle dirait qu'un alcoolique invétéré qui ne se contrôle plus devrait signer à la Croix-Bleu pour s'éviter le pire pour la suite de sa vie. Nous avons aussi nos codes face à l'abus d'alcool et sa dépendance.

Et la chose extraordinaire et que j'ai vécu c'est que lorsque vous dites:

"Mais alors le Prophète avait lui aussi une connaissance intime de l'alcool puisqu'il en a testé ses bienfaits par rapport à ses propres paroles".

le bon musulman rigoriste vous répond: "Horreur. Tu salis notre Prophète. Il n'a jamais consommé d'alcool". J'y étais pas. Mais à mon long nez je sens que Mohamet a du faire l'expérience du vin avant de l'interdire de sa ligne de conduite personnelle. Pour cela et pour d'autres choses, je vais sans doute me faire assassiner...

Restons zen dans ce monde de brutes épaisses et incultes.

Écrit par : pachakmac | 16 janvier 2015

Vous avez envie de cauchemarder ?
http://geneve.blog.tdg.ch/archive/2015/01/15/l-islam-participe-a-la-construction-de-l-identite-suisse-263737.html

Écrit par : Géo | 16 janvier 2015

J'aime bien les gens qui prennent un exemple absolument futile pour justifier en fait que les versets ont été écrit à un temps défini, hors le Coran a été révélé pour toute époque et tout lieu. En réalité l'Islam a été depuis toujours, car c'est Dieu Qui a Réformé à travers les trois religions monothéisme qui possèdent toutes la même bases et ont été confirmé dans le Coran. "Peuple d'Israël" "Moïse" AWS, "Jesus" AWS occupent une place dans les versets qui est loin d'être anodine.
L'Islam et son Message s'avère beaucoup plus complexe qu'on le pense, voilà pourquoi il y a des exégèses et des savants qui passent leur vie à étudier l'Islam. D'ailleurs les savants eux-mêmes ne sont pas toujours unanimes sur un fait.
C'est comme pour la science ; réchauffement climatique le GIEC 97% des scientifiques avancent que le réchauffement climatique est un fait réel et 3% le refusent. Ces 3% représentent aussi la science.
Pour le vin, c'est Dieu Qui l'A Interdit, pour la simple et bonne raison sans doute que l'être humain dans sa nature vorace ne sait pas s'arrêter. Il doit y avoir d'autres raisons, mais c'est un verset dans la Sourate El Baqarah qui a été révélé après un verset faisant penser que le vin était encore autorisé, c'est bien après El Baqarah qui est la deuxième sourate du Coran.Mais l'ordre du Coran contrairement à ce que l'on pourrait penser n'est pas chronologique, les hadiths nous le prouvent.
D'ailleurs en parlant de hadiths, Mohammed SWS lors de son ascension a choisi le lait au vin, voilà pourquoi les soirs de noce, les mariés musulmans partagent le lait et non le vin.
L'Islam bien que possédant les mêmes bases que les autres religions s'avèrent être toutefois différent du catholicisme. Alors n'y ajoutez pas le boudhisme, l'athéisme, la laïcité ou toute autre culte fabriquée.

Écrit par : spartacus | 16 janvier 2015

spartacus, il est bien là, dans vos propos, le clash civilisationnel. Respecter l'islam et ses valeurs n'est pas prendre TOUT pour argent comptant. Cela c'est de la dictature. Vous devez admettre que les êtres humains ne sont pas tous prêts à adopter une religion qui arrive du monde arabe comme le monde entier n'as pas accepté (à juste titre) la colonisation chrétienne et son dieu mort sur la croix. Je suis parfaitement au courant que le Coran intègre les trois religions saintes, qu'elle ne renie pas Jésus et Marie ni la religion juive. Alors pourquoi l'islam brûle-t-il des églises et des synagogues? C'est un mystère, n'est-ce pas? Oui. La vengeance comme explication de la création d'Israël. Un peu court quand on a la foi en un dieu d'Amour Tout-Puissant dans son Jugement juste. Quand aux autres croyances du monde et aux athées, ne vous en déplaise et malgré ce qu'en dit le Coran, ces gens ont le droit de vivre et de croire ou ne pas croire à un dieu. Cela ne fait pas d'eux des personnes mauvaises ni n'ayant aucun droit sur cette Terre si ce n'est d'êtres des esclaves sexuels ou autres des élus musulmans...ou alors la mort certaine pour les récalcitrants qui refuseraient ce statut scandaleux...

Je regrette. Mais si l'islam ne fait pas un geste en direction de l'ouverture religieuse, je crains le pire pour nous tous. Et c'est un converti musulman qui vous le dit, un converti qui n'a pas choisi le chemin du djihad violent comme beaucoup mais qui se sert du grand djihad pour convaincre les musulmans de se réformer et de rentrer de plein pied dans le XXIème siècle. Si j'échoue dans ce combat, du moins je n'aurai aucune crainte à me présenter devant la justice divine. C'est tout ce que je peux vous dire. Je ne crois pas à la dictature mais à la démocratie. Nous sommes au XXIème siècle et pas au VIIème siècle. Désolé si cela vous fâche.

Écrit par : pachakmac | 16 janvier 2015

@pachakmac
Je vous remercie ici pour la réponse que vous m'avez faite sur votre blog. Elle correspond tout à fait à ce que je sais de votre conception de la religion à travers vos différentes interventions. J'ai souvent eu l'occasion de vous en féliciter d'ailleurs.
Alors, en tant qu'athée, il ne me reste qu'une interrogation, que je vous livre sous forme abrupte. Car c'est plus un reproche qu'une question, toute réponse étant très probablement hors de ma compréhension. Comment avez-vous pu, en homme épris de liberté (me semble-t-il) vous engager dans une démarche qui vous enferme définitivement et vous interdit tout retours en arrière?

Écrit par : Mère-Grand | 17 janvier 2015

L'amour pour une femme est plus grand que mes doutes sur sa religion et son Prophète. J'avais des doutes sur le dogmatisme de ma maman pour son pape mais je l'aimais profondément et la respectais dans sa croyance. J'étais donc embrigadé dès ma naissance dans une religion dont j'ai remis en doute les dogmes. Cela m'a permis à grandir et à forger et développer ma propre vision divine, définitivement personnelle et individuelle, ce qui correspond bien à la démocratie. L'islam m'apprend à son tour à grandir dans un autre registre. Et j'en suis infiniment reconnaissant envers celle qui m'a quitté bien trop vite pour un autre. Je comprends très bien votre reproche. Je me traite aussi de grand con amoureux qui ne voit rien venir. Cette fois je vois venir l'ennemi à moi. J'espère que je me trompe aussi. Cela me permettra de mourir paisiblement comme un citoyen démocrate ordinaire. Très belle journée à tous, y compris à mes ennemis qui voudraient éventuellement ma mort.

Écrit par : pachakmac | 17 janvier 2015

"Comment avez-vous pu, en homme épris de liberté (me semble-t-il) vous engager dans une démarche qui vous enferme définitivement et vous interdit tout retours en arrière?"
L'islam interdit à ses filles d'épouser un non-musulman. J'ai vu beaucoup de Suisses musulmans en Afrique et en Indonésie piégés de cette manière.
Vous imaginez la réciproque ? Que l'on interdise aux musulmans d'épouser une européenne ?
L'islam interdit aux non-musulmans deux villes importantes : la Mecque et Médine. Vous imaginez le foin si on interdisait deux villes en Europe, Rome et Genève par exemple, aux musulmans, eux qui pensent que l'Espagne leur appartient ?
Non, l'islam n'est pas une religion comme les autres. Peut-être un jour, mais il y a du chemin...

Écrit par : Géo | 17 janvier 2015

Quelques petites perles relevées chez Barraud dans les com de Polbaire:

«C’est cela qui fait si mal aux yeux : de voir que le premier décret de la loi islamique sur le sol français aura été de lapider ceux-là mêmes qui l’ont laissée grandir, qui l’ont couvée et tolérée.»


«C’est toujours ainsi que ça se passe, dans les films de créatures : le monstre, en sortant de son œuf, commence toujours par bouffer le vieux savant fou qui l’a engendré et qui l’a regardé éclore, fasciné»

Écrit par : petard | 17 janvier 2015

Et ceci, qui ne vient pas de Barraud mais était signé Berpaul (enfin, presque):

"Si l'on peut affirmer, sans provoquer de scandale dans l'espace public, que l'Afrique est le continent noir, pourquoi alors ne pas agir à l'identique dans une stricte réciprocité pour l'Europe (donc le continent blanc) et par extension pour la Suisse et les autres pays européens, comme le faisait le général de Gaulle pour la France (il sera quand même difficile de disqualifier l'avis du général par le biais de la "nauséabonditude"):

"Nous sommes quand même avant tout un peuple européen de race blanche, de culture greque et latine, et de religion chrétienne. Essayez d'intégrer de l'huile et du vinaigre. Agitez la bouteille. Au bout d'un moment, ils se sépareront de nouveau. Les Arabes sont les Arabes, les Français sont les Français. Vous croyez que le corps français peut absorber dix millions de Musulmans, qui demain seront peut-être vingt millions et après-demain quarante ? Si nous faisons l'intégration, si tous les Arabes et Berbères d'Algérie étaient considérés comme Français, comment les empêcherait-on de venir s'installer en métropole, alors que le niveau de vie y est tellement plus élevé? Mon village ne s'appellerait plus Colombey-les-Deux-Eglises, mais Colombey-les-Deux-Mosquées ! "

(Cité par B. Stora, Le transfert d'une mémoire, Ed. La découverte, 1999."

En effet, aucune nation ne peut exister si l'on nie le principe de distinction, principe qui n'implique intrinséquement ni haine de l'autre ni envie de l'envahir ou de le dominer, mais simplement le désir légitime d'être souverain chez soi (le droit des peuples à disposer d'eux-même, qui devrait évidemment être aussi valide pour les peuples européens).

Car il faut bien être conscient d'une chose : soit on a la nation ET la distinction, mais conserver la nation dans l'indistinction, ce sera toujours impossible. Une nation dont les valeurs de base seraient ainsi l'ouverture, l'accueil, la non-discrimination, se présenterait de la sorte, quasi ontologiquement, comme une aberration politique, destinée à une fin probable. L'étude de l'histoire et l'observation de l'actualité illustrent ce constat comme une évidence."

C'est plutôt bien envoyé, non ?

Écrit par : Géo | 17 janvier 2015

"le désir légitime d'être souverain chez soi (le droit des peuples à disposer d'eux-même, qui devrait évidemment être aussi valide pour les peuples européens)"

Et donc, pour les Nuls de la political correctness, le droit de blasphémer et de faire des caricatures de qui on veut...

Écrit par : Géo | 17 janvier 2015

Ce qu'il y a de bien avec youtoube et la modernité, c'est que les paroles ou discours de Charles de Gaulle sont en libre service... et dire qu'il y a des crétins, oui des crétins UMP et Cie pour se revendiquer de ce grand homme.

Écrit par : petard | 17 janvier 2015

Ouais, c'est très bien youtoube et merci pour les commentaires de chez Barraud. celui-ci vaut son pesant de cacahuètes :

Commentaire de Charles GALTIER le 14 janvier 2015 à 23:46
Il y a longtemps que la liberté d’expression n’existe plus en France: exactement depuis que les honteux verdicts du “tribunal” de Nuremberg en tirant méchamment vengeance des vaincus ont ouvert le signal du retour à la barbarie et aux mensonges sur lesquels reposent aujourd’hui un Occident dévoyé!

C'est donc vrai, il y aurait encore de vieux nazis ? Des vrais de vrais, pas du bazar de blogs foireux ? Il faut mettre les paléontologues sur le coup, c'est Jurassic parc !

Écrit par : Géo | 17 janvier 2015

"grand con amoureux"
Ce qui m'importe avant tout, c'est que nous nous parlons en toute sincérité. J'ai moi-même agi en "grand con amoureux" à propos dans d'autres circonstances, comme le font tous ceux qui connaissent dans leur vie le bonheur et la souffrance, son compagnon inévitable, pour ceux qui les fréquent un peu trop souvent peut-être.
Alors, même si je ne suis pas tombé dans ce piège-là, je vous considère comme un ami en sentiments … et en connerie.

Écrit par : Mère-Grand | 17 janvier 2015

hi hi hi! Merci Mère-Grand. je vous retourne mon amitié en toute niaiserie. Nous allons nous battre et finalement notre connerie ne sera pas si conne que cela au final. L'Amour est plus fort que la Mort. C'est une des certitudes des gens heureux qui doutent en permanence et qui ont beaucoup appris dans la vie, qui rendent en retour tout ce qu'ils peuvent d'eux à la société. J'ai une reconnaissance immense pour la société dans laquelle je suis né et ai grandi. Et j'ai une autre forme de reconnaissance pour toutes les sociétés du monde qui m'apprennent tellement et m'ouvrent à de nouveaux horizons. J'ai posé un petit billet de chaman pour nos jeunes terroristes en herbes. Espérons qu'ils soient un peu impressionnés par ce surnaturel qui ouvre à la beauté artistique en n'oubliant pas le mystère de la Vie, Dieu ou pas Dieu à la base de tant de Beauté qui nous entourent malgré les horreurs de l'Humanité.

Écrit par : pachakmac | 17 janvier 2015

Les commentaires sont fermés.