22 novembre 2014

La stratégie Nabilla

Ce pourrait être le jeu des sept erreurs. Chacun fera son propre calcul. Il suffit de comparer les images. On constate les différences entre la réalité et la pub. La publicité raconte ce qu’elle veut. Y compris la pub sur les femmes battues. Elle n’est surtout pas réaliste, elle ne présente pas une information objective: elle doit faire croire à ce qu’elle montre.


nabilla,benattia,crime,violence,violence conjugale,femme battue,mensonge,féministe,oms,J’existe

Nabilla Benattia se publicise elle-même de manière permanente. Ce n’est qu’ainsi qu’elle survit puisqu’elle ne produit rien qui soit susceptible de laisser une trace. La présence médiatique doit être permanente et les consommateurs ont quelque chose du veau qui regarde là où il y a du mouvement même s’il ne comprend rien à ce qui se passe. Ce mouvement médiatique finit par se légitimer de lui-même: «J’existe médiatiquement parce que j’existe médiatiquement. La preuve? J’occupe les médias, donc j’existe, et si j’existe, c’est parce que j’occupe les médias».

Dans sa campagne de pub permanente, Nabilla est excessive. Forcément excessive. A un certain point les gens célèbres, adulés, éventuellement enrichis par leur célébrité, n’ont plus de mesure. Tous les débordements sont permis. Surtout quand la surenchère est le seul mode de fonctionnement permettant de cacher l’angoisse profonde de disparaître.

Nabilla est connue pour une seule petite phrase: «Allô, non mais allô, quoi». Notez que d’autres sont passés à la postérité pour à peine plus que ça. Par exemple Jules César et son fameux «Veni, vidi, vici», ou le trait fulgurant de Coluche: «Vous devriez visitez Anvers rien que pour l’endroit».

nabilla,benattia,crime,violence,violence conjugale,femme battue,mensonge,féministe,omsUne petite phrase et beaucoup de provocations quand-même, pour la demoiselle. Mais, attention, elle se montre toujours drôle, joyeuse, libre, autonome. Et pourtant, dans l’affaire qui l’a conduite en prison, elle se présente cette fois en victime. Elle a même affirmé avoir été battue tous les jours et craindre pour sa vie.

Je passe sur les caméras de surveillance qui infirment les premières déclarations de Miss gros seins. Je passe aussi sur les différents témoignages contradictoires des uns et des autres, et sur le fait que les fuites, comme d’habitude, viennent probablement de l’entourage immédiat dans lequel elle est plongée - son avocat, celui de son compagnon, ou du Parquet lui-même. Forcément: des informations provenant des auditions ne peuvent pas se retrouver sur la place publique sans qu’elles n’y aient été mises intentionnellement par une des parties concernées. On alimente encore le tribunal de l’opinion et la story telling est en route. Les témoignages de sa grand-mère et d’une copine amplifient soudain la stratégie de la femme battue. D’autres  témoignages disculpent Thomas ou le montrent en victime de Nabilla, notamment sur une plaie au dos qu’il aurait eu bien de la peine à se faire lui-même à moins d’être contorsionniste.


Le délire dont elle se sert

Dans toute affaire pénale la présomption d’innocence prévaut. On ne condamnera donc pas Nabilla plus vite que les juges. Mais il est permis de se rappeler que la demoiselle n’hésite pas à faire elle-même preuve de violence pour sa pub, comme sur la vidéo (ci-dessous) que j’avais commentée en parlant de la tendance «Orange mécanique» de Nabilla. Un coup de pied dans le ventre d’une autre femme, une agression gratuite et délibérée: cela fait le buzz.

nabilla,benattia,crime,violence,violence conjugale,femme battue,mensonge,féministe,oms,Alors, Nabilla en femme battue? Ne se sert-elle pas du délire paranoïaque féministe pour se protéger? Si l’on compare ses photos (images 1 et 2) avec celle de la pub sur les femmes battues (images 3 et 4), cherchez les erreurs: pas un coquard sur Nabilla. Soit elle ment, soit la pub féministe ment. Parce que, battue tous les jours, elle ne peut s’en sortir sans marques. Marques pourtant assez difficiles à trouver sur son corps, qu'elle montre généreusement...

Quelqu’un ment. Les féministes ou Nabilla. Les féministes, on a l’habitude de leurs mensonges. Le mensonge est leur survie financière: si les vrais chiffres de la violence étaient relayés par les médias, si les journalistes faisaient leur boulot plutôt que de se soumettre à la doxa Féminista, elles perdraient d’importantes subventions prises entre autre sur le dos des hommes qu’elles mettent pourtant en accusation.

Vous l’avez peut-être déjà lu: l’OMS affirme qu’une femme sur trois a été battue dans sa vie:

«On estime que, dans l’ensemble du monde, une femme sur trois a subi des violences physiques ou sexuelles infligées par son partenaire et que 7% des femmes seront victimes d’une agression sexuelle perpétrée par un autre que leur partenaire à un moment donné de leur vie.»

Ce chiffre est le résultat d’études compilées dont l'absence de rigueur n’est pas le principal défaut. Il va faire le tour des rédactions le 25 novembre, début de la quinzaine sur la violence faite aux femmes. Ce chiffre signifie aussi qu’un homme sur trois est un cogneur de femme. Notez, étant donné qu’il suffit de critiquer sa compagne sur son habillement, ou de lui dire une fois «J’en ai marre» dans un moment d’énervement pour que cela entre dans la violence conjugale, il n'y a pas besoin de beaucoup de vraie violence pour faire du chiffre.


nabilla,benattia,crime,violence,violence conjugale,femme battue,mensonge,féministe,oms,Contagion émotionnelle

On devrait donc voir une femme sur trois comme les deux modèles de la pub féministe ci-dessus. On devrait croiser une femme voilée sur trois avec un coquard ou des lunettes noires même en hiver. Sauf que non, cela n’arrive pas. Parce que la violence conjugale est un type de délit mineur en nombre par rapport au volume de l’ensemble des délits ou crimes: 1,5 % à 2,5% de femmes en seraient victimes, et 1% à 1,5% d’'hommes.

On ne devrait tenir compte que des jugements définitifs des tribunaux, sans quoi les enquêtes sont toutes dans la surenchère. Ainsi les documents qui concluent à une femme victime sur trois sont constitués d’auto-déclarations et d’extrapolations. Ce n’est que du virtuel. Rien de vérifié. Rien de démontré. Rien de jugé par des tribunaux. Les gorgones font elles-mêmes les tribunaux. Aucune preuve n’est apportée. Mais cela permet de contrôler de plus en plus les hommes et de vivre grassement sur l’argent des subventions.

La stratégie Nabilla est celle de nombreuses accusatrices. On sait que la victimisation des femmes marche bien, et qu’elles seraient fragiles, vulnérables, donc victimes par nature. Au passage il est amusant de constater que la justice alimente le pire stéréotype féminin, celui contre lequel les féministes sont censées s’être battues, mais dont en même temps elles profitent largement: la vulnérabilité féminine.

Quand une femme accuse, on la croit immédiatement. Elle trouvera rapidement un soutien de groupes féministes qui ont besoin de victimes réelles ou imaginaires pour boucler leur budget. Nabilla ne fait qu’utiliser un truc qui marche, et qu’elle fait sien avec fracas pour tenter d’éviter la prison. Au prix de cracher sur son compagnon.

nabilla,benattia,crime,violence,violence conjugale,femme battue,mensonge,féministe,oms,C’est une bonne façon de commencer ce 25 novembre la quinzaine du mensonge - heu, je veux dire: de la violence réelle ou imaginaire faite aux femmes. Pour celle, réelle ou imaginaire, faite aux hommes, qui sont statistiquement les victimes principales de tous les violences, crimes, délits, et de la guerre, on réprimera un sourire gêné et l’on parlera d’autre chose.

Quand vous lirez «Une femme sur trois est battue», rappelez-vous de Nabilla. Elle met en lumière une stratégie simpliste mais efficace basée sur l'accusation implicite et généralisée des hommes. Une stratégie à laquelle on croit par contagion émotionnelle, sans qu’une telle accusation implicite soit vérifiée. Mais cela devient si dérisoire, si manifestement manipulé, que le public croira de moins en moins aux campagnes misandres dont j’accuse publiquement les auteures de mensonges délibérés et crapuleux. Mensonges qui servent aussi à faire accroire à une violence «naturellement» masculine, alors que les cas connus montrent souvent une co-création des situations de violence de couple, aggravée fréquemment par l’alcool ou par un trouble psychique tant masculin que féminin. Mais cela permet aux féministes de produire un stéréotype dénigrant des hommes et d’inventer la légende urbaine de la supposée «domination masculine» et d'y ajouter celle, notoirement exagérée, de la femme battue. Comme s’il n’y avait pas autant de dominantes femmes que de dominants hommes.

Rappelons-nous ceci: une femme battue sur trois dans le monde? C’est un homme cogneur sur trois. Mais aucune preuve formelle ne vient étayer cette accusation extrêmement grave contre les hommes.

Les hommes, réveillez-vous, bande de cogneurs!

 

La vidéo violente de Nabilla à Miami. Réalité ou mise en scène pour le buzz? Cette vidéo reste encore en ligne, mais pour combien de temps? Il semble que toutes les publications de ces images soient progressivement retirées du net.

 

12:45 Publié dans Féminisme, société | Lien permanent | Commentaires (12) | Tags : nabilla, benattia, crime, violence, violence conjugale, femme battue, mensonge, féministe, oms | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

On me dit à l'oreillette que c'est une femme sur trois victime de violences en tout genre en fait.
Dans le monde.


A propos , savez vous que Pascale Boistard , notre secrétaire d'État actuelle chargée des droits des femmes semble intéressée par le fait de mettre le terme "fémicide" à l'ordre du jour pour les violences en tout genre non sexistes et non spécifiques mais présentées comme telles ayant entrainé la mort..?

http://www.lesnouvellesnews.fr/index.php/civilisation-articles-section/civilisation/4047-feminicide-dans-le-texte

Écrit par : nemotyrannus | 22 novembre 2014

@ Némo:

Votre oreillette ne dit pas la même chose que l'OMS, dont j'ai extrait un passage dans mon texte. :-/

Pour le fémicide, on est dans un état d'esprit revanchard assez habituel. Alors qu'homicide est bien compris comme tout meurtre ou assassinat, vouloir le changer ne résulte que de l'idéologie. La novlangue avance...
:-)

Écrit par : hommelibre | 22 novembre 2014

Ouh la la !
Votre dernière phrase pourrait être comprise comme une injonction à passer à l'acte ...
Au vu de l'ambiance générale, c'est risqué !
On s'est fait traiter de violent pour moins que ça, d'après votre billet.

Concernant Nabila : il me semble que peu de personnes adultes ont mordu à l'hameçon de l'histoire de la femme battue. Peut-être les jeunes fans inconditionnels de Nabila, qui crient à l'injustice, mais ils doivent bien être les seuls.

Écrit par : Calendula | 22 novembre 2014

Calendula, c'est du 2e degré. J'aurais pu écrire "supposés" cogneurs.

Écrit par : hommelibre | 22 novembre 2014

Vous avez peut-être raison sur Nabilla. J'espère que peu de gens auront pris ses affirmations sans recul. Mais cela démontre la facilité avec laquelle aujourd'hui on peut invoquer cette accusation. Cela fait désormais partie des stratégies possibles, susceptibles de rapporter beaucoup en ayant investi un minimum.

Écrit par : hommelibre | 22 novembre 2014

En définitive, la stratégie de Nabilla aura attiré l'attention une réalité : fausses accusations existent et elles peuvent être proférées facilement.

Quant au 2ème degré : oui, bien sûr ! Moi aussi ;-)))

Écrit par : Calendula | 22 novembre 2014

Yes.
:-)

Écrit par : hommelibre | 22 novembre 2014

@nemo sur le terme féminicide, si vous êtes anglophone je vous conseille de regarder ces vidéos.

https://www.youtube.com/watch?v=k1U_5q86ooM

https://www.youtube.com/watch?v=0OFHNOS-x5A

Apparement l'idée du mot fémicide serait une attaque sur le vocabulaire pour justifier une justice à deux vitesses dans laquelle une personne (plutôt un homme) qui a tué une femme serait condamnée plus sévèrement qu'une personne (en particulier une femme) qui a tué un homme.

Écrit par : De passage | 22 novembre 2014

J'ajoute qu'il y a une mimétique dans ces accusations: posture victimaire, discours stéréotypé. C'est trop convergent. Dans un traumatisme il y a de nombreuses connotations individuelles qui l'authentifient, parce qu'elles détournent utilement du stéréotype. Notre société médiatique (aboutissement de la société du spectacle) fonctionne aux stéréotypes de posture, de mots, d'émotions alimentées par l'idée que nous-mêmes nous nous en faisons.

Il y a des signes, il faut les décrypter. Le pire est de croire par contagion émotionnelle. C'est ce qui se passe actuellement avec Trierweiler, qui accuse Hollande d'avoir ordonné de la droguer pour qu'elle se taise. Et les anglais sont choqués. Mais personne n'a vérifié. Ce peu d'exigence de vérification me dérange. L'émotion provoque l'adhésion et l'émergence du tribunal de l'opinion - en fait, de l'émotion. L'émotion c'est ce qui vend.

Je me dis, comme certains auteurs l'ont exprimé il y a plus de 50 ans, que cela manque de sexe.

Écrit par : hommelibre | 22 novembre 2014

Selon le site http://www.populationmondiale.com/#sthash.6Au8BQWv.dpbs, il y a, en date du 22 novembre 2014, 7 259 941 711 personnes vivantes sur terre. Admettant que la moitié sont des femmes, si une femme sur trois subit de la violence physique ou sexuelles, cela fait plus de 1 209 990 290 femmes battus et autant d'hommes cogneurs.

Écrit par : Yvon Dallaire | 22 novembre 2014

Et si Nabilla n'était que le reflet d'une certaine catégorie de la jeunesse actuelle soit vouloir à tout prix la célébrité, l'argent, la reconnaissance d'exister sans y être préparée et étant accroc aux réseaux sociaux pour faire passer son message : j'y suis arrivée et pas toi (sous-entendu t'es nulle) ?

Quant à la violence dite masculine, elle existe et il ne faut pas la nier. En outre, dire d'un mec qu'il est violent parce qu'il aurait dit "ta robe est moche" à sa femme/copine/compagne c'est un raccourci détestable qui existe.

La violence féminine existe aussi, n'en déplaise aux anti-mâles, puisqu'il existe des prisons pour femmes et que certaines sont incarcérées pour de longues peines pour avoir tué : il ne faut pas la nier non plus, elles cognent, crient beaucoup, cassent de la vaisselle surtout celle qui provient de la famille du mec: jouissif paraît-il et injurient très bien. Et il y a celles qui, par jalousie sans doute, se mêlent de la vie des autres femmes avec des remarques plutôt acerbes tant sur le comportement que sur l'habillement : elles trouvent systématiquement le mot qui fait mal !

Écrit par : Lise | 23 novembre 2014

La Suisse et son influence ... #nabilla ; #debilla est genevoise.
L'équipe de tennis suisse bat l'équipe de France et emporte la coupe Davis et le saladier ... à Lille, en terre française.

Les Français (cocorico), doivent l'avoir mauvaise ...

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 23 novembre 2014

Les commentaires sont fermés.