21 novembre 2014

La ville dont le Prince est un enfant

Est-ce encore utile de célébrer une journée des droits de l’enfant ce 20 novembre, alors que la politique familiale des sociétés modernes vise à réduire le rôle des parents et de la famille? Je ne parle même pas des familles monoparentales, car la plupart du temps elles n’en sont pas. Ce sont des familles dont les parents sont séparés et dont l’un d’eux a la résidence habituelle des enfants.


enfant,journée de l'enfance,esther alder,ville de geneve,citoyen,parents,monoparental,care,Mono

Les vraies familles monoparentales sont celles où il y a décès d’un des deux parents, ou disparition de celui-ci. Il ne reste qu’un seul parent en vie. Ce sont aussi des familles qui ne sont pas recomposées. En effet si le parent gardien est à nouveau en couple, il est soulagé de certaines tâches qu’autrement il effectuerait seul. 

Cela n’est pas anodin. L’enfant à qui l’on répète qu’il est dans une famille monoparentale finira possiblement par croire qu’il n’a plus qu’un parent. L’éducation, l’autorité et l'affection de l’autre parent sont potentiellement dévalorisés, niés par cette appellation impropre. Appellation qui devrait être considérée comme une maltraitance psychologique puisque c’est un mensonge délibéré fait à l’enfant.

Non, les enfants de parents séparés n’ont pas perdu l’un des deux. Ils sont enfants de familles bi-parentales mais séparées. Cependant, quels que soient les motifs qui ont fait choisir le mot «monoparental», il sert à montrer qu’un parent séparé a bien de la peine à élever seul ses enfants. L’argent, le travail, le temps libre, la répartition des rôles quand il faut éduquer, tout est plus compliqué. Et dans la tendance actuelle du «Care» et de la société maternante, l’Etat propose de pourvoir à cette éducation que les parents et les familles ne seraient plus en mesure d’apporter.

Cela se fait au prix de postures étranges. Aujourd’hui par exemple, la Tribune de Genève (édition papier, et en réduit sur son site) fait un état des lieux des propositions destinées aux enfants qu’offre la Ville de Genève. Je retiens en particulier les propos d’Esther Alder, Conseillère administrative de la ville. Elle soutient que les enfants devraient être mieux entendus. Par exemple ils pourraient être sondés sur leur vision de l’installation d’un musée.

enfant,journée de l'enfance,esther alder,ville de geneve,citoyen,parents,monoparental,care,Qu’entend-on par là? S’il faut leur demander ce qu’ils attendent d’un musée ou ce qu’ils souhaiteraient y voir, pourquoi pas. Avec des limites quand-même: ils ne peuvent imaginer l’ensemble des prestations proposées. Leur apport dans ce domaine peut être très intéressant mais aussi très limité. L’apport d’équipes d’adultes spécialisés doit prévaloir. Ils ne peuvent non plus dessiner le musée tel qu’ils le voient. Si le résultat n’est pas celui qu’ils attendent ce peut être dévalorisant pour l’enfant.

 

Thérapie

Madame Alder soutient également la participation des enfants sur la programmation d’un spectacle. Là encore, il faut aussi réserver des surprises à l’enfant. Les choix d’adultes servent aussi, parfois, à lui montrer d’autres repères que les siens propres. Faut-il leur demander leur avis sur l'aménagement des places de jeux? Il faut là aussi faire preuve de recul. L’enfant est dans le désir, et plus rarement dans le recul. Par contre on peut observer pendant une période toutes les places de jeux afin de tenir compte de l’utilisation de l’espace et des jeux les plus utilisés. L’enfant qui joue montre mieux que par un sondage ce qui lui convient et ce dont il s’écarte.

On demande aussi aux enfants de s’exprimer sur leur place dans le quartier, en vue de développer leur esprit citoyen. Des enfants ont ainsi pu s’exprimer sur ce sujet par un concours de dessins. N’approche-t-on pas là d’une thérapie plus que d’un sondage? Et à ce stade où il faut exprimer son vécu, la notion de concours n’est-elle pas malheureuse et de nature à piéger l’enfant dans l’esthétisme ou dans l’attente prévisible des adultes? 

Enfin Madame Alder voudrait inventer une ville dont «les princes sont des enfants», citant le titre d’une œuvre de l’écrivain Henri de Montherlant. Là je ne suis plus d’accord (sans parler de cette pièce dont le contenu est étrangement inapproprié dans ce contexte. Madame Alder a-t-elle bien lu la pièce de Montherlant?). Ecouter les enfants, oui. Leur faire une place, oui. Mais en faire des princes de la ville, non. C'est encore l'enfant idéalisé par l'adulte. La sensiblerie envers les enfants a profondément perturbé les rôles dans notre société. L’enfant roi reste le modèle, surtout quand les familles n’en ont qu’un.

 

enfant,journée de l'enfance,esther alder,ville de geneve,citoyen,parents,monoparental,care,Pouvoir

Mais la vie, la ville, sont faites par et pour les adultes. C’est ainsi, et les regrets sur une enfance idéalisée et pure n’y changent rien. L’enfant n’est pas un être fini, c’est pourquoi il est protégé et considéré comme mineur. Il suffit de voir les enfants jouer ensemble sans adulte pour constater comment ils reconstituent des clans, des dominations, des soumissions. Les princes enfants ne feraient pas autrement si la ville leur appartenait. Or les apprentissages de la démocratie et de la liberté ne sont pas compatibles avec cela qu’il faut traverser puis désamorcer en soi.

Il est important que les enfants sachent qu’ils n’ont pas de pouvoir égal à celui de l’adulte. Il faut leur donner envie de ce pouvoir, envie d’être adultes. Et d’ici là, laissons-les jouer à leurs jeux. Ne les incluons pas trop vite dans nos vies politiques. Quand ils demanderont qui décide des aménagements de quartier, les profs parleront des élus, donc des partis. Comment s’assurer qu’un prof restera totalement neutre dans sa description des tendances politiques d’un pays? Qu’il ne va pas tenter de préparer l’enfant à recevoir une vision plus qu’une autre? De l’incitation citoyenne à la manipulation, le pas est vite franchi, même sans mauvaise intention de la part des profs.

Enfin, on continue à donner à l’Etat un rôle d’éducateur des enfants. Pour ma part je pense que l’on doit rendre ce rôle avant tout aux familles, même séparées. La famille, plus que jamais, est le contrepoids au politique, à l’économique et à toutes les idéologies. Elle est l’apprentissage de la solidité individuelle dans un cadre collectif. Elle est le lieu de découverte concrète, vécue, des règles. Elle est la matrice d’une appartenance identitaire qui donne un socle à l’enfant, quitte à ce qu’il le modifie ultérieurement selon sa propre expérience. Elle est un lien avec l’origine de la société. Elle doit continuer même avec des familles séparées (cause majeure, à mon avis, de l’emprise de l’Etat). La garde partagée, qui équilibre les places parentales dans l’univers de l’enfant, permet d'éviter de faire de celui-ci un enjeu. Les deux parents éduquent encore, même séparés. C’est une des pistes pour réhabiliter l’éducation parentale. Il y en a d’autres. 

Laissons les parents maîtres chez eux et lâchons un peu les baskets aux enfants. C’est en bonne partie dans le réel, en devant se débrouiller, qu’ils apprennent le monde et son fonctionnement.


_________________________________________________________________________________

sexisme,discrimination,today,channel nine,lisa wilkinson,karl stefanovic,habillement,critiques,

Concours de nouvelles Edilivre, vendredi 21 novembre dès 19 heures.

 



sexisme,discrimination,today,channel nine,lisa wilkinson,karl stefanovic,habillement,critiques,


Sortie numérique des Contes de Crocodile River.

 

 

 

Commentaires

"familles monoparentales"

le mot famille n'a pas a être employé dans ce cas là, une mère avec son enfant ce n'est pas une famille c'est une dyade mère enfant, une famille c'est un père une mère un où des enfants pas autre chose.

Écrit par : leclercq | 20 novembre 2014

http://gisme.free.fr/docs/text/PARENTALITE.pdf

Madane Adler met l'enfant à égalité avec les adultes elle a tort l'enfant est un adulte en devenir pas autre chose.

Écrit par : leclercq | 20 novembre 2014

Vous remettez l'église au milieu du village : la famille - séparée ou non - doit le rester pour les enfants. Un enfant a deux parents et non un seul même si le parent gardien est plus présent. Si l'autorité parentale est désormais conjointe, c'est bien dans le but de favoriser l'éducation qui doit se faire à deux.

Comme vous le soulignez très justement, les enfants s'organisent très vite en "clans" et il me paraît que ce soit contreproductif de vouloir très jeunes les assimiler à prendre des décisions d'adultes où il y a de fortes chances que certains s'imposeront en se plaçant en vainqueur (c'est moi qui ai raison, mon idée a été retenue, etc... ) et que d'autres se sentiront
"de trop" avec le risque d'être mis à l'écart.

Perso, je n'aime pas le qualificatif de "famille monoparentale": un enfant aura toute sa vie deux parents, comme il aura deux grands-mères et deux grands-pères (certains enfants ont ... trois grands-mères, le père remarié dont la 2ème épouse se place en ... troisième grand-mère ! et prend la place de la vraie grand-mère ... j'en parle en connaissance de cause !)

Écrit par : Lise | 21 novembre 2014

Je suis assez d'accord avec vous sur le terme monoparental qui, effectivement, n'est pas juste et peut porter à confusion. Je fais partie de cette "catégorie" et il est cependant évident que le père de mes enfants a sa place dans tout ce qui tourne autour d'eux. Il reste un partenaire évident et non de second plan. Je vous rejoins donc sur cela John.

Écrit par : vali | 21 novembre 2014

Les commentaires sont fermés.