20 novembre 2014

Et si l’on supprimait les TPG ?

La grève des riches fait jaser. Riches? Oui, même si la gauche tente de mettre de l'émotion et son imagerie habituelle du petit contre le gros. Eux, aux TPG, sont dans une couche aisée de la classe moyenne. Mettre de l'émotion n'est qu'un écran de fumée.

Aujourd'hui tout le monde suit une ligne dominante - les transports publics - comme si aucune autre pensée n'était possible, comme si penser autrement était un sacrilège. Mais au fond, a-t-on besoin des TPG? Et si les transports publics étaient le problème et non la solution? Si ces gros machins bouchaient la circulation plus qu’ils ne la libèrent? On devrait alors envisager toutes les pistes, y compris de les supprimer. L’idée ne serait pas populaire aujourd’hui, malgré la grève des riches des TPG. Mais un calcul approximatif donne à réfléchir. 


TPG,geneve,transports publics,public,grève,mobilité,voiture,tram,Evaluation des performances

Tentons d’abord d’évaluer le nombre de passagers pris en charge par le transport public et par le transport privé, .

A Genève, les trams Bombardier ou Stadler peuvent transporter entre 366 et 388 personnes au maximum (places assises et debout). Les Duewag, 265 personnes. Dans les trolleybus il y a entre 132 places totales pour les derniers modèles (image 1 TPG) et 180 pour de plus anciens. On se demande d’ailleurs pourquoi avec ces nouveaux trolleys les TPG réduisent l’offre de places voyageurs. Les plus gros bus Evobus transportent 150 personnes. Au total les TPG (Transports Publics Genevois) disposent de 231 bus, 95 trolleybus et 104 trams. Soit en arrondi 78’000 places au total, si je n'ai pas commis d'erreur. 

Et les performances? Prenons comme exemple la route de Chêne aux heures de pointe. Un tram passe environ toutes les 4 minutes, soit 15 à l’heure, soit environ 5’700 passagers/heure. C’est performant. La circulation privée totalise pour sa part 9’200 véhicules par jour sur cette même route, avec des maxima de 671 par heure aux heures de pointe. A une personne par voiture cela fait moins de 700 voyageurs. Par rapport à 5’700 pour le tram, le transport privé est nettement moins performant. Même à 4 personnes par voiture on est à peine à la moitié des capacités du tram.

Mais c’est très différent aux heures creuses, soit la majorité des heures roulantes pour les transports publics. D’une part il y a moins de trams, d’autre part beaucoup moins de voyageurs. Mais le système TPG occupe toujours la même place sur la route, par les sites propres. Ainsi, pour 4 heures de pointes dans une journée, on monopolise une voirie très importante, alors que les autres heures de la journée sont largement sous-utilisées. Le système TPG est une grosse installation, très coûteuse, pour un rendement discutable et peu souple par rapport à la voiture, qui sera toujours infiniment plus souple que les transports publics: avec une voiture on part quand on veut, on va où on veut.

Et puis, l’exemple de la route de Chêne est particulièrement positif pour les trams. Mais dans d’autres rues, les bus qui transportent au mieux 150 passagers sont nettement moins performants. La politique de soutien fort aux transports publics est donc discutable. tpg,geneve,transports publics,public,grève,mobilité,voiture,tramD’autant plus que sur le principe, la circulation privée est le pilier de la mobilité humaine. Et elle doit le rester car c’est la liberté de mouvement qui est en jeu.

 

Si l'on supprime les TPG?

D’abord cela libérera de la place sur la voie publique. Tout ce qui est réservé aux bus et trams reviendra aux voitures, dont le nombre pourrait aisément doubler, et aux deux-roues. Et pour les esthètes, je dis que les voitures ne sont pas plus hideuses que les files de bus et de trams qui s’entremêlent joyeusement aux heures de pointe (image 2, 22 Cantons)! Donc il y aura plus de mobilité privée.

Cependant beaucoup de personnes n’ont ni voiture ni deux-roues. On peut dès lors inciter au co-voiturage. Gageons que sans TPG, il se développera de lui-même. Mais on peut le soutenir, par exemple par des exonérations de taxes pour les automobilistes qui le pratiquent. On peut aussi envisager un prix de 1 CHF par course, soit 6 CHF aller-retour dans la journée s’il y a trois passagers en plus du conducteur. Soit environ 120.- CHF par mois pour les jours travaillés (à 5 par semaine). Largement de quoi payer l’essence: 15 km aller-retour en moyenne à Genève, pour 20 jours ouvrés - soit 300 km par mois; à raison de 8 litres aux cent km en moyenne des véhicules, cela fait 24 litres, soit un peu plus de 40.- CHF par mois. Gain: 80.- CHF.

On peut aménager certains arrêts de tram et en faire des lieux de prise en charge des voyageurs par les automobilistes. Ces aires de chargement peuvent même être divisées selon des destinations globales; rive droite, rive gauche, centre. On peut aussi tenir un site internet en temps réel pour faciliter la réservation de places.

Dans le même temps l’Etat pourrait favoriser les véhicules peu polluants et détaxer les voitures à moteur électrique. On renouvellerait plus vite le parc automobile, avec réduction de la pollution à la clé. De plus, sans subvention d’Etat aux transports publics, les automobilistes ne devraient pas payer par leurs impôts pour des services qu’ils n’utilisent pas. Enfin on peut imaginer des petites compagnies privées avec de petits bus (20-40 places) qui desserviraient certains tronçons.

tpg,geneve,transports publics,public,grève,mobilité,voiture,tramL’argent économisé par l’Etat (pas de subvention aux TPG) servirait à construire des parkings souterrains en grande et petite ceinture, et à affréter des véhicules pour transporter sur de petites distances les personnes âgées ou handicapées, ou des familles. Le trajet peut alors être conçu à la carte, selon le besoin de l’usager. Des aires d’arrêt facilité seraient créées en différents lieux des communes et de la ville.

Cette hypothèse de la suppression des transports publics devrait être sérieusement étudiée, tant sur le plan économique que sur ceux de la circulation et de la facilitation de la mobilité. Car il faut être conscient que si les TPG ont l’avantage du nombre de personnes transportées à certaines heures et sur certains parcours, ils ont un très net désavantage dès qu’il s’agit de s’adapter au besoin et de moduler tant les horaires que les parcours, alors que la voiture et les deux-roues permettent de le faire avec un talent inégalé.

Mais qui, quelle force politique, osera proposer une idée si audacieuse et si contraire aux canons actuels? Puisse cette idée faire son chemin et montrer que, contrairement à ce que l’on croit à Genève, il n’y a pas qu’une seule vision pour penser les solutions de la mobilité. Le libéralisme politique et économique, base de la liberté individuelle, pourrait bien nous pousser à abandonner ce mastodonte des TPG, qui tient plus du dinosaure que d’un service léger, rapide et économique comme on devrait l’attendre aujourd’hui.

Genève a enfanté d’un monstre, avec de grosses portions de ses voiries bloquées jour et nuit pour une utilisation totale et permanente de moins d’une heure par jour - puisqu'entre deux trams les sites propres, inaccessibles aux voitures, ne servent à rien (270 trams jour environ sur la ligne 12, 10 secondes par passage). Pendant 23 heures par jour la moitié de la surface de certaines grandes rues ou artères est inutilisée et bloquée. La politique du site propre est une politique d'empêchement et d'immobilité. En fait les transports publics genevois ne sont pensés que pour les 4 heures de pointe quotidienne, alors que la mobilité, fondement du développement de l'humanité, ne peut être enfermée de manière rigide.

Une politique d'empêchement et d'immobilité. C’est irrationnel. C'est déraisonnable. Une politique de nantis sans plus d'idéal autre que de garnir les plates-bandes. C'est peut-être le destin de l'Europe entière. Mais la liberté et la mobilité, ce n'est pas de bétonner la ville et la vie à coups de sites propres.

 

09:22 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (27) | Tags : tpg, geneve, transports publics, public, grève, mobilité, voiture, tram | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

Supprimons tout, le reste suivra !

Écrit par : Tagada tsoin tsoin | 20 novembre 2014

J'aime beaucoup les idées folles, dont certaines se sont souvent révélées sages au cours des temps. Vous n'avez pas tenu compte, dans votre calcul (manifestement provocateur, donc incomplet encore) de l'argent récupéré sur la vente des trams et bus actuels, des salaires récupérés, et je ne cite que ce qu'il y a de plus évident).

Écrit par : Mère-Grand | 20 novembre 2014

Quel bonheur de lire de temps à autre les contributions d'un citoyen engagé qui ne bêle pas avec le troupeau.
Oui, si nous faisions vraiment les calculs, nous serions certainement surpris.
J'ai récemment renoncé à renouveler mon abo demi tarif CFF, le train me coûte plus cher que ma voiture hybride, même si je suis seul dans le véhicule.
La souplesse, la flexibilité, l'esthétique, la performance et l'évolution spectaculaire pour des véhicules silencieux et non polluants promettent encore de belles décennies à la voiture et aux transports individuels motorisés.
Un des éléments qui n'a pas été mesuré à la suite de cette grève des TPG, c'est le potentiel d'acquisition de nouvelles parts de marché par les taxis.
Hier fut une journée test pour beaucoup de citoyens qui utilisaient pour la première fois cette alternative. Beaucoup auront pu vérifier l'efficacité globale et surtout le rapport qualité-prix. En effet, si le taxi est toujours considéré comme un luxe dans notre pays, nombreux sont ceux qui ont fait le pas et abandonné un véhicule dans leur ménage pour utiliser des taxis deux fois par jour tous les jours ouvrables de l'année. Ils font des économies !
Un simple exemple : Aéroport-Gare à 18.00, pour 25.- en dix minutes. Qui dit mieux ?

Écrit par : Pierre Jenni | 20 novembre 2014

Tant qu'on y est, on devrait aussi supprimer les voitures: elles sont moches, occupent inutilement l'espace public, font du bruit, polluent, tuent des centaines millers de gens par an, etc. La marche à pied, au contraire, devrait être valorisée pour réduire les coûts de la santé; naturellement, on devrait aussi interdire toutes les assurances, c'est dégeulasse. > pour votre prochain post n'oubliez pas d'inviter Sarah Palin

Écrit par : Paolo | 20 novembre 2014

Les taxis? Ce n'est généralement qu'à l'étranger que nous avons recours à ces voitures avec chauffeurs … et que nous avons les moyens de nous accorder ce luxe.

Écrit par : Mère-Grand | 20 novembre 2014

Et bien justement Mère-Grand, c'est bien là mon propos. Cette grève aura permis à certains de vérifier que votre remarque n'est pas fondée.
Je vous encourage à vérifier que, par exemple à Londres, où les taxis sont très populaires, le prix est plus élevé à salaire égal. (UBS survey)
Pour plus d'infos, je vous suggère de prendre connaissance de mon billet à ce sujet : heytaxi.blog.tdg.ch/archive/2008/05/26/vous-avez-dit-chers-les-taxis.html

Écrit par : Pierre Jenni | 20 novembre 2014

@ Paolo:

Sarah Palin? Vous n'y pensez pas! Elle ne saurait pas poser les Etats-Unis sur une planisphère.

Non, vous feriez bien l'affaire dans le genre. Quoique, elle a quand-même de l'humour, elle, au moins. A son corps défendant, certes...

Voitures moches, pas tant que ces bus et trams que l'on voit sur les images, et quand en plus ils étalent d'immenses pub, ça craint.

Elle n'occupent pas inutilement l'espace public car elles y sont présentes en permanence, contrairement aux trams et bus. Il n'y a que la nuit ou le 1er janvier au matin que l'on peut voir certaines rues vides. Les voitures occupent plus régulièrement l'espace. Les TPG non.

Elles font du bruit et polluent? De moins en moins, justement, et la tendance va s'accentuer: voitures propres et presque silencieuses. Elles polluent moins que les chevaux d'antan, ancêtres de la mobilité individuelle. Elles tuent? Non, certains conducteurs tuent.

La marche à pied, bien sûr, mais pas pour tout le monde. Les assurances? Ah, enfin un peu d'humour... Mais cela n'a rien à voir.

Bon, Sarah Palin, faut voir quand-même. Elle est plutôt sexy. Plus que Valérie Solano, la secrétaire du SEV qui se félicitait hier d'avoir dansé sur la tête des usagers. Je vais y réfléchir.

Écrit par : hommelibre | 20 novembre 2014

@ Mère-Grand: il faut lancer des idées, elles suivent ensuite leur cours. En effet j'ai omis quelques millions de recettes! Que l'on pourrait investir dans des passerelles pour piétons afin de sécuriser les traversées de certains axes et de diminuer le nombre d'arrêts sur les routes.
:-)

Écrit par : hommelibre | 20 novembre 2014

@ Pierre:

On pourrait aussi encourager les grands taxis capable d'embarquer 4 ou 5 personnes dans une direction, ce qui partagerait le prix de la course entre les usagers. Non?

On pourrait rendre à la voiture ce qu'elle a toujours été: un utilitaire d'exception dans une dynamique de liberté individuelle et de mobilité souple (les TPG étant la mobilité dure, rigide). La liberté individuelle étant aujourd'hui la règle, on ne comprend pas que des pisse-froid sonnent des charges aussi sombres contre les bagnoles.

Écrit par : hommelibre | 20 novembre 2014

Oui John, c'est ce que je rappelle à Pascal Holeweg dans son billet.
Le développement du transport collectif par taxis figure dans la loi et j'ai oeuvré dans ce sens depuis près de trois ans auprès des TPG pour développer des synergies. Tout est resté lettre morte. Il n'y a pas de volonté politique et les cadres de l'époque n'entendaient visiblement pas se mouiller. Pire, ils ont supprimé l'offre de taxibus qui permettait de joindre la gare et l'aéroport en dehors des horaires TPG pour seulement un tiers du prix de la course !
causetoujours.blog.tdg.ch/archive/2014/11/19/transports-publics-genevois-une-greve-contre-une-prise-d-ota-261939.html

Écrit par : Pierre Jenni | 20 novembre 2014

Je constate que la provoc a encore de l'avenir...

En outre, je ne savais pas qu'il fallait être employé aux TPG pour réclamer des réductions de salaires. Et deux cents francs en moins sur un salaire de 5000, ça fait quand même 4 %. Il y a longtemps que l'on n'a pas vu des chiffres pareils pour les augmentations !

Enfin je ne pense pas qu'on puisse parler de prise d'otage en faisant la grève des transports publics. Il reste la voiture ou les deux pieds de chaque citoyen.

Ultime remarque : la décision de faire grève est éminemment subjective et n'a pas à être justifiée auprès de ceux qui ne sont pas concernés. Faire la grève c'est porter sur la place publique un problème que l'on n'arrive pas à faire connaître autrement.

Un point d'accord, quand même, avec vous : Barthassat, ministre des sanctions et du vent...

Écrit par : Michel Sommer | 20 novembre 2014

Comme je vous ai dit hier sur votre message des TPG est-il normal d'avoir 7 directeur pour une entreprise pareil.

QUID des administrateur au TPG qui milite contre des frontaliers dans la vie politique (CERUTTI Amaudruz par exemple) et ils sont un nombre important.

Enfin, votre idée est intéressante mais irréalisable dans un pays aussi fermé que la Suisse. Faire payer des course 5, 6 francs...why not comme on dit mais QUID des chauffeurs de taxi qui paient une licence très chère.

Dans le monde du foot on vire à tord l'entraineur quand ca va pas. Dans une entreprise on fait pas forcément pareil. Pourtant d'après l'extrait du Registre du Commerce il y a une belle brochette de personne qui devrait démissioner afin d'assumer la gabgie que l'on vit depuis longtemps. Votre compte rendu de la route de Chêne est intéressant mais souvent loin de la réalité. Les perturbations entre la gare et meyrin sont de plus en plus fréquent et il m'est déjà arrivé de marcher dans ce trançon.

Donc je réitère, tout le monde accepte une augmentation de 25% des députés mais les TPG coutent trop cher! Si vous faite un tour sur le But de l'entreprise vous constaterez qu'on parle de faire "des prix incitatifs". Le but est raté dans tous les cas. Je me tairai sur la politique de petit copain à l'interne qui est de refourguer des mandats de travaux soit à son entreprise personnel soit à ses amis. Je soutiens la recherche d'idée mais je vous pousse, vous que je trouve si pertinent parfois, à creuser un peu plus sur le fonctionnement malsain à l'interne qui a été maintes et maintes fois rapporté par des collaborateurs.

Bien à vous

Écrit par : plumenoire | 20 novembre 2014

"votre remarque n'est pas fondée"
Elle est fondée en ce sens que je ne fais que rapporter ma propre expérience. Il est vrai qu'en général je me déplace dans ma propre voiture lorsque je le besoin se fait sentir, et je pense que je ne suis pas le seul.
Mais rassurez-vous, je ne mène aucun combat contre les taxis et je me suis même souvent demandé si leur utilisation systématique en cas de besoin ne coûterait pas moins cher que l'entretien d'un véhicule particulier. Mais comme père de famille nombreuse j'ai toujours apprécié de pouvoir me rendre où je voulais et quand je le voulais à un prix qui me semblait abordable par rapport à celui des trains et des taxis.

Écrit par : Mère-Grand | 20 novembre 2014

Merci pour ce billet un brin provocateur John !

Rien ne devrait être tabou en politique et certaines idées mériteraient d'être creusées.
Toutefois l'attachement aux transports publics relève aussi de la culture, il va probablement de pair avec la discipline je pense. J'en veux pour preuve l'efficacité - ou n'inefficacité - de ce mode de transport selon les pays. Dans les pays germaniques, au nord de l'Europe, ainsi qu'en Suisse alémanique, dans un milieu culturel plutôt discipliné, les transports publics fonctionnent généralement bien. Dans les pays latins au contraire, les gens sont plutôt individualistes et préfèrent se déplacer en voiture. Dans ces pays, les prestations fournies par les transports publics sont souvent lamentables (dessertes, fiabilité des horaires, fréquences, propreté, etc).

A Genève qui est un monde en soi comme chacun sait, le problème est politique me semble-t-il. Fidèle à notre politique du consensus, on a voulu faire plaisir à tout le monde (racolage politique ...) en mettant sur pied d'égalité les transports publics et les déplacements individuels. En cela, on fâche tout le monde car il faut bien arbitrer les deux modes de transport là où ils sont en concurrence : carrefours avec feux tricolores et les voies de circulation affectées spécifiquement. Tout ceci explique que la vitesse de croisière des TPG est l'une des plus faible d'Europe sans que les automobilistes y trouvent pour autant leur compte.

Bonne fin de journée !

PS : Je reviendrai pour l'interview de Sarah Palin autour d'une tasse de thé ...

Écrit par : Jean d'Hôtaux | 20 novembre 2014

Avez-vous remarqué avec cette journée de grève que ça roulait presque mieux ? Du côté du Pont du Gd-Lancy et les routes en amont et aval ça roulait beaucoup mieux car vu qu'il n'y avait pas de bus/trams leurs feux prioritaires ne prenait pas le pas sur les feux des automobilistes. Moins de bouchons, moins de files d'attente.

Écrit par : Eric | 20 novembre 2014

Dans d'autres pays il y a par exemple les dolmuş (Turquie), les ГАЗе́ль (Russie), etc. Ce sont des véhicules de taille moyenne, genre gros minibus Ford Transit - comme celui qui dessert les hôpitaux ou la Vieille-Ville - d'une capacité de 13 passagers. Ca fonctionne très bien, ce n'est pas cher et c'est même très pratique pour aller d'un endroit à un autre, sur de courts trajets.

Ce que je trouve étonnant, avec "nos" TPG, c'est qu'à partir d'une heure avancée, les lignes habituellement desservie par des gros bus articulé - par ex. la ligne 8 entre OMS et Veyrier - est quasiment vide... alors qu'il suffirait de mettre des navettes de taille plus modeste.

Et pour les soirées "festives" avec de gros raoûts programmés d'avance, eh bien oui, on peut laisser les gros machins circuler. Mais franchement, après 20 heures, il est rare de voir une rame de tram 12, de bus 8 ou autre totalement bondée.

Un peu de bon sens, messieurs les planificateurs des TPG, un peu d'anticipation et surtout une vision plus juste des passages et des fréquences. Attendre 30 minutes sur les lignes extra-urbaines un bus qui arrive quasi vide, c'est frustrant.

Et un dernier point : puisque les horaires sont affichés, pourquoi ne pas les respecter ? Lorsqu'il est écrit que le bus passera à 21:23 et qu'à 21:22 il a déjà passé, qu'il faut attendre une demi-heure supplémentaire pour une minute d'avance que le ou la conductrice n'a pas su "négocier" en temps réel, il y a un vrai sentiment d'injustice.

Je terminerai avec une perle : si vous regardez les affichettes collées sur les distributeurs, à la rubrique "bagages" - qui comporte une icône de valise - vous pourrez découvrir avec stupéfaction que le volume maximum du bagage que vous pourrez prendre est .... 50 cm3.

Oui, 50 cm3, soit un demi-litre.

Bon, le poids est limité à 30 kilos.

Mais pour qu'un bagage de 50 cm3 (la taille de chambre de compression d'un boguet) pèse 30 kilos, ça doit au moins être du plutonium...

Vous ne me croyez pas?

Regardez...

http://nsa34.casimages.com/img/2014/11/20//141120051953992129.jpg

Écrit par : Keren Dispa | 20 novembre 2014

Je n'ai jamais compris pourquoi en Suisse, on ne construit pas des métros - à part Lausanne - ça ne "bouffe" pas les voies de circulation pour les autres usagers, c'est ultra rapide, pratique, aucune pollution à chaque arrêt, tout est automatique.

Dans les années 60/70 on a supprimé les trams et ensuite on a recommencé avec le même mode de transport : pourquoi n'a-t-on pas construit des métros ?

@ plumenoire : sept directeurs et encore plus d'administrateurs, je suis d'accord avec vous : c'est inacceptable !

Écrit par : Lise | 20 novembre 2014

ERRATUM:

j'écrivais "Oui, 50 cm3, soit un demi-litre."

FAUX!

50 cm3, c'est un demi-décilitre... un vingtième de litre.

Même moi je m'y perds ^^ avec ma bouteille d'un litre d'Evian dans un TPG, je suis en illégalité totale!

Écrit par : Keren Dispa | 20 novembre 2014

Excellent Keren!
:-)))

Les 50 cm3, oui, il y faut du plutonium pour faire 30 kgs. Quand je circule avec mon sac à épaule ou mon sac à dos, ou mieux: ma valise à roulette pour ma sono portable, je suis hors gabarit! Mais comment fait-on pour aller en TPG prendre le train ou l'avion? 50 cm3, comme format, c'est pingre.

Pour le reste, d'accord avec vous. Les 12 sont peu remplis après 20 heures (sauf fêtes en été ou sortie du Grand Théâtre, les 8 doivent rouler à perte le soir, bref, c'est tout le problème de la rigidité et du too big. Je ne suis pas aux gouvernement ni aux TPG, je ne peux donc connaître toutes les réflexions et délibérations qui se sont tenues depuis trente ans, et je sais qu'il est plus facile de critiquer que d'agir. Mais quand-même, ce choix du gros et du rigide, n'était-il pas plus idéologique que pragmatique? Car, franchement, je ne le trouve pas adapté à Genève.

Écrit par : hommelibre | 20 novembre 2014

@ Lise:

Je partage vos questions sur le métro et le tram. Avoir choisi délibérément de tout mettre au même niveau (au sol) conduit forcément à des tensions et des freins mutuels. C'était prévisible. L'objectif est sans doute de mettre les voitures hors de la ville. Mais est-ce juste? Que l'on doive tous freiner quand on est nombreux, ok, mais de là à exclure...

Écrit par : hommelibre | 20 novembre 2014

@ Hommelibre : je vous suis totalement et ne suis pas d'accord avec le principe d'exclure les voitures dans les centres villes, chaque citoyen doit pouvoir se déplacer comme il l'entend et non comme le désirent les élites politiques.

En ce qui concerne les tramways, si défaire et refaire c'est toujours travailler (expression des couturières !), il faut constater que cela dénote d'un manque de vision total, oublier que l'urbanisme existe et ne pas prendre en considération non seulement le bien-être des commerçants mais également celui des citoyens et touristes en leur donnant la possibilité de se déplacer de façon moderne et non comme en 1950 !

Écrit par : Lise | 20 novembre 2014

@ Plume Noire:

D'accord avec vous sur le nombre de dirigeants, cela ne tient pas la route. Dans le privé c'est plus rationnel. Ici on se demande pourquoi il y a tant de places de direction ou d'administration. Est-ce vraiment justifié? Je soutiens l'idée que les services de l'Etat soient régulièrement audités par un ombudsman pour éviter les doublons, les copinages, et autres.


@ Eric:

En effet, j'ai entendu d'autres constatations allant dans le même sens. Les TPG font bien partie du problème qu'ils sont censés résoudre...


@ Jean:

En effet les cultures sont différentes, et Genève n'est pas connue pour sa discipline... :-)
Un changement radical serait sans doute long à mettre en place, et très long à décider. Mais je pense que l'on gagnerait à repenser le concept de transports à Genève, tenter sur papier déjà de tout remettre à plat, pour explorer d'autres solutions et peut-être comprendre les erreurs qui ont été faites dans le passé. Par exemple le retour du tram en site propre. C'est compréhensible si l'on pense trams, mais on peut penser autrement que trams.

Écrit par : hommelibre | 20 novembre 2014

Il me semble important de relever qu'à Zürich, qui est souvent prise en exemple, les trams ne circulent pas en site propre. Au contraire, il est possible de traverser les voies presque partout pour rejoindre les petites ruelles transversales que l'on a dû condamner à Genève.
Lorsque le couloir est définit par un muret physique, ce trottoir est abaissé pour permettre aux voitures de le traverser.
Le site propre est une aberration qui non seulement n'améliore pas de manière significative la vitesse commerciale des TPG, mais oblige les TIM à faire des détours et encombrer la circulation.

Écrit par : Pierre Jenni | 20 novembre 2014

@John : Merci pour Barbara. Bonne soirée

Écrit par : grindesel | 20 novembre 2014

Tiens, pour une fois je suis d'accord avec Michel Sommer! Santé!

Écrit par : Johann | 20 novembre 2014

Tout en comprenant bien que votre intervention a pour but de secouer le cocotier et de pousser à réfléchir autrement, j'ai envisagé sérieusement la suppression des TPG.
D'abord du point de vue d'une privatisation totale : on aurait donc une entreprise qui devrait vivre sans subventions et trouver un repreneur-investisseur et un business-plan viable pour amortir l'achat des véhicules, payer la maintenance et des salaires. Pour en arriver là, on devrait certainement passer par une votation populaire et les citoyens se prononceraient pour ou contre un projet , qui devrait être relativement bien décrit, avec le prix des abonnements, billets et la comparaison avec les prestation actuellement offertes etc. Je ne suis pas sûre que l'entreprise privée en sortirait gagnante.

Deuxièmement : la suppression totale des transports en commun avec l'option des grands taxis privés et un co-voiturage organisé de façon optimale. On aurait donc une ville sans moches trams et bus et des jolies petites voitures et mini-bus qui finiront par ne plus être polluants. Les gens apprendraient une sorte de fonctionnement et de logique floue, qui permettrait de redonner à la voiture en ville toute sa dimension conviviale ( on peut rêver !)
Il me semble pourtant que cet apprentissage serait difficile et demanderait des efforts sur la durée, car le jour de la grève, je n'ai vu personne faire du stop, ni personne proposer aux gens en rade de les transporter un bout de chemin. Le réflexe de car-sharing n'est pas inné.

Mon parcours matinal n'est entravé par aucun bus, ni tram, c'est d'ailleurs la raison pour laquelle je prends ma voiture : il n'y a pas de ligne de bus pour aller de mon domicile à mon lieu de travail, sauf à prendre deux bus et le temps de trajet serait triplé à cause du détour que cela implique.
Les ralentissements sont dus au trafic pendulaire, au fait qu'il y a des centaines de voitures qui convergent vers la ville et que je dois "couper" ces files compactes.
Ce matin, bloquée derrière deux bétonneuses, puis par un camion-poubelle, puis par un poids-lourd en deuxième position, je me suis dit que le trafic utilitaire ne pourra pas être supprimé. C'est moche et que ça sent mauvais, mais c'est vraiment incontournable et utile.
Et les bus scolaires ? Il faudrait avoir une flottille de mini-bus privés
que les parents devraient payer, forcément plus cher puisque cela exige davantage de conducteurs ( même payés au salaire minimum) que le gros bus actuels.
Vous direz que je suis de mauvaise volonté et que j'ai des oeillères, que je manque de vision.
Mais je trouve compliqué d'effectuer un virage à 180° avant même que le CEVA ne fonctionne, alors que c'est peut-être le fleuron d'un concept de transports en commun efficace.

Écrit par : Calendula | 21 novembre 2014

Très intéressant commentaire critique, Calendula. Merci de contribuer ainsi à cette réflexion.

Cela montre que l'idée est difficile à mettre en place, si toutefois elle passait la rampe des réflexions de blog. Mais pourquoi pas? Cette grève, ainsi que l'observation de la circulation, montrent que le transport public à Genève fait partie du problème qu'il doit résoudre. Commençons à imaginer autre chose, même si cela prendra au minimum 50 ans pour éventuellement passer par les urnes (50 ans: oui je sais, je suis un optimiste...).
:-)

En tous cas votre analyse ajoute des paramètres dont je n'avais pas tenu compte, comme les bus scolaires.

On peut en effet attendre le CEVA pour voir s'il fait changer les choses. Et si l'on en venait un jour à supprimer les TPG au profit d'une nouvelle organisation citoyenne de la mobilité, le CEVA resterait probablement. Il ne mange pas de surface, étant presque partout enterré ou posé sur des tronçons déjà existants.

L'exemple du CEVA enterré est d'ailleurs la démonstration de ce que je dis. Pour qu'il fonctionne on a dû éviter les croisements avec les voitures. Comme on a creusé des tunnels à certains endroits pour fluidifier le trafic (Vésenaz, Lancy).

Écrit par : hommelibre | 22 novembre 2014

Les commentaires sont fermés.