23 octobre 2014

Mais alors, que reste-t-il à la gauche ?

Si le parti socialiste français se réforme profondément, s'il renonce au surmoi marxiste comme suggère Manuel Valls, que lui reste-t-il? Sur quels thèmes les responsables du PS développeront-ils une nouvelle identité alors qu’ils marchent sur les décombres de la lutte des classes et du collectivisme?


socialisme,parti socialiste,france,manuel valls,lutte des classes,francois hollande,social,mariage gay,individualismeMaternage

On l’a vu, les grandes décisions de la gauche au pouvoir ont portés sur des questions sociétales et non économiques. Mariage gay, criminalisation des clients des prostituées. Sur le mariage gay, c’est dans la logique du temps: depuis mai 68 et même avant, la priorité est à la réalisation individuelle. «Quand je veux, comme je veux, ou je veux, avec qui je veux». Le refus des contraintes est devenu un fait marquant. Si le Front populaire de 1936 avait apporté les congés payés et les vacances à la mer, les années 1990 ont vu le Club Med faire sa publicité sur une image de plage idyllique accompagnée du slogan: «Le bonheur, si je veux». Plus individualiste, tu meurs. L’individualisme est donc bien devenu une marque forte de notre société.

Les socialistes français, en particulier, ont suivi cette option individualiste, fondamentalement libérale dans la mesure où le libéralisme porte en lui la liberté personnelle et la résistance à la morale collective incarnée pas l’Etat. Ils défendent les droits individuels (pour les devoirs, on ne sait plus très bien) et les minorités. On l’a vu avec l’affaire Léonarda: Harlem Désir et l’écologiste Placé avaient soutenu son retour en France, au mépris des lois et des rapports sur cette famille. Le mariage gay est dans cette logique individualiste: chacun choisit sa vie et les institutions doivent servir tout le monde de manière identique. C’est pourquoi, que l’on soit d’accord ou non, il restera et personne ne l’abrogera, même si la similarité dans les formes ne comble pas les évidentes différences sur le fond.

Ce débat a permis à la gauche de se définir momentanément comme progressiste en matière de société, les opposants étant taxé de réactionnaires. Un tel anathème est un peut court et ne fait pas un débat, mais c’est un sursis pour la gauche classique. Dans cette logique le féminisme échappera tôt ou tard à l’emprise idéologique socialiste qui traite les femmes collectivement en minorité opprimée. Ce stéréotype s'effondrera. 

L’individualisme, avec lequel la droite se trouve à l’aise, fait fondre l’essence même du socialisme historique. On peut même se demander à quoi bon Marx et les grandes révolutions des XIXe et XXe siècles, si c’est pour en arriver à une série télé qui montre un couple homo encore plus bêtifiant que certains couples hétéros. De Brokeback Mountain ou Philadelphia, films solides sur la question homosexuelle, à la série Brothers & Sisters et son petit couple homo si empêtré dans une normalité fabriquée que l’on regrette la Cage aux Folles, la chute intellectuelle est lente mais certaine. La revendication ancienne de singularité (Gay Pride) et la volonté actuelle de ressembler en tous points aux hétéros contient une contradiction que la superficialité des séries ne fait qu’alimenter.

Cette petite digression pour illustrer le débat à gauche. Il n’y a plus beaucoup d’économie dans ce discours. Pas grand chose sur l’emploi non plus. Les thèmes traditionnels restant à la gauche, ou revendiqués comme un monopole par elle, sont dès lors: la solidarité, la justice sociale, la protection sociale. 

La gauche semble donc condamnée au maternage. Ce qui, paradoxalement, est une fonction assez classique et familiale, peu en rapport avec un PS dominé par les féministes et les LGBT.

 

 

socialisme,parti socialiste,france,manuel valls,lutte des classes,francois hollande,social,mariage gay,individualismeL’Etat social

La solidarité et la justice sociale ne sont pas des monopoles de gauche. La droite les pratique aussi, différemment. La gauche utilise les richesses existantes, sans en créer de nouvelles, pour financer le social; la droite veut renforcer l’économie dont le social dépend. La ligne de démarcation est assez ténue entre faire rentrer de l’argent dans les caisses (droite) et l’en faire sortir (gauche). C’est donc au budget que l’on voit la différence. 

Et la justice sociale? Il y a pour cela des lois, des instances, un arsenal existant que la droite soutient comme la gauche. Mais on peut prendre le cas Léonarda pour tenter de montrer que l’on défend les petits contre le grand capital, cela ne fait pas l’affaire. Une famille taxée de profiteuse qui provoque le chef de l’Etat à la télévision ne saurait à elle seule servir de base à la démonstration d’un idéal un peu trop exhibé. Au contraire, elle fut même l’illustration de la dérive d’une politique sociale insuffisamment contrôlée. 

L’Etat social est un acquis à gauche, quand la droite est en théorie disposée à l’amender (code du travail par exemple). Cet Etat assure à la fois la solidarité et la justice sociale. Mais les exemples comme celui de la famille de Léonarda sont nombreux. Le modèle social manque de rigueur dans son application. Ce qui affaiblit son image.

Les thèmes historiques de la gauche sont aujourd’hui dilués. Mais alors, que reste-t-il de spécifique à la gauche? Le vieux clivage riches-pauvres. Mais cela ne fait pas un programme politique quand l’Etat est de toutes façons social, quel que soit le parti au pouvoir. On voit aussi que la gauche se profile sur le thème de la démocratie économique. Dans ses mouvances radicales elle propose la gestion des entreprises par les employés. Voeu pieu et peu réaliste. Les entrepreneurs, ceux qui ont les idées et l’énergie et qui en prennent les risques, iront voir ailleurs.

 

 

socialisme,parti socialiste,france,manuel valls,lutte des classes,francois hollande,social,mariage gay,individualismeHollande-Valls, le couple idéal? 

La gauche à venir, façon Manuel Valls, verra ses ambitions limitées. Elle imposera moins de doctrine d’Etat. En ce sens Najat Vallaud Belkacem, avec la théorie du genre à l’école et la criminalisation des clients de prostituées, appartient elle aussi au passé idéologique. Le féminisme, si prisé à gauche, s’effacera devant la somme des désirs individuels, ce qui est logique. NVB reste pourtant au gouvernement, possiblement par ambition personnelle et comme caution auprès des mouvements féministes, et aussi parce qu’elle est mignonne et qu’elle donne une image glamour du gouvernement. C'est un bel objet.

Donc on aura une gauche Valls adepte du moins d’idéologie, laissant une place grandissante aux réalisations et désirs individuels. Une gauche plus gestionnaire qu’idéologique. C’est en partie déjà le cas mais cela n’a pas encore été dit assez clairement.

Le couple exécutif actuel donne aussi une image nouvelle de la direction de la France. Le président commence à se faire plus discret et le premier ministre vient davantage en première ligne. Alors que Nicolas Sarkozy avait confiné le premier ministre au rôle de simple courroie de transmission ou de pâle clone, Valls affiche une indépendance d’esprit par rapport à François Hollande. Et celui-ci, peu compétent et illisible, mou, inapte à la fonction, renvoie l’image d’un président des chrysanthèmes. Le modèle des autres démocraties parlementaires européennes, quoi. La fin - peut-être - de la monarchie républicaine française. 

Dans ce sens, Hollande n’est pas une erreur de casting. Par son comportement et son incompétence, il est le fossoyeur de cette image monarchique. Son impuissance personnelle rejaillit utilement sur la fonction. Vu sous cet angle François Hollande est à sa place. Il fallait ce mauvais acteur pour désacraliser la présidence.

Ses successeurs tenteront de rejouer au monarque sauveur. Une partie de cette gauche continuera à soutenir de fait les roquettes du Hamas pour se donner une identité de rupture et de supposé humanisme, alors qu'elle ferait mieux de défendre la démocratie israélienne. A gauche, le désir de puissance qu’on peut lire dans la volonté de changer le monde ne s’éteindra pas d’un coup. Mais je doute que les français y adhèrent encore en profondeur. Manuel Valls a exprimé ce qu’au fond chacun pense ou pressent: l’individu a pris le pas sur le collectif. En cela la gauche Valls assume qu’elle doit changer sa manière de penser le monde. Cette évolution vers l’individuel est un nouveau paradigme. Grosse révolution culturelle pour le PS: penser individu et non plus collectif. Par Manuel Valls, le parti socialiste français prend sa part dans l’indispensable révolution culturelle générale. C'est peut-être la condition de sa survie.


Commentaires

Quand dame Royal ouvre sa gueule, Valls la lui ferme aussitôt.
Quelle ambiance !
Avec ce genre d'attitude et les casseroles de l'UMP, le Front National voit s'ouvrir devant lui un boulevard.
Les attentats au Canada les réconfortent dans leurs idées, programme et intentions.

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 23 octobre 2014

Quand dame Royal ouvre sa gueule, Valls la lui ferme aussitôt.
Quelle ambiance !
Avec ce genre d'attitude et les casseroles de l'UMP, le Front National voit s'ouvrir devant lui un boulevard.
Les attentats au Canada les réconfortent dans leurs idées, programme et intentions.

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 23 octobre 2014

La gueule de dame Royal, ailleurs, autre blog, le cul des musulmans: Victor-Liviu DUMITRESCU nous gâte. Souhaiterait-il que pour lui rendre la pareille quelqu'un écrive DUMITRESCU DUMITRESCUL? ou que, soudain touché par la grâce (on le sait: ne jamais dire de la fontaine que l'on ne boira pas de son eau) demain, qui sait, Victor-Liviu DUMITRESCU devienne Victor-Liviu DUMITRESCULTE?! en évitant de conclure par trou du(...)!

Écrit par : Myriam Belakovsky | 23 octobre 2014

"penser individu et non plus collectif. Par Manuel Valls, le parti socialiste français prend sa part dans l’indispensable révolution culturelle générale. C'est peut-être la condition de sa survie."

Franchement, une bonne part des membres du PS n'ont fait que penser leur individu personnel, tout le reste c'est des conneries. Un de mes oncles richissimes émargeait au PS et se comportait comme un des pires porcs capitalistes, enfreignant les lois et codes du travail, poussant au suicide des petits commerçants acculés de dettes. Finalement, il s'est fait escroqué par un plus malin que lui, juste avant de mourir dans sa connerie de mesquin dominant.

Écrit par : pli | 23 octobre 2014

Pli: oui, c'est le cas depuis des décennies au niveau des individus. Cependant historiquement le fond idéologique était basé sur la lutte des classe et le collectif. Dire "je" n'a 'as toujours été en odeur de sainteté au PS, sauf pour les éléphants et pour ceux qui ajoutaient une pincée de sel altruiste. Le "je" terrien, affirmé, indiscutable, résonnant comme un territoire, me semble avoir été plutôt de droite. Le "je" de gauche était connoté "nous", du moins me semble-t-il. Qu'en pensez-vous?

En tous cas le PS ni la gauche en général ne cadre plus avec une classe sociale bien délimitée. Le recours à l'individu est juste même si dans le cas du PS c'est une facilité. L'idéal individualiste proposé par Valls étant déjà largement en route il ne prend pas trop de risques. Mais il fallait le dire, il fallait cette rupture du discours. A partir de là tout peut s'imaginer sur des bases plus claires, dépouillées des diktats de l'Histoire et de ceux qui l'ont servie ou se sont servis d'elle.

Écrit par : hommelibre | 23 octobre 2014

@ Myriam Belakovsky,

Cela vous amuse donc de jouer avec mon nom de famille, vous, la croyante ?
Comme je me fous royalement de vos gueules étant athée ... vous allez en déguster.

Chacun va prendre pour son grade.

Myriam Belakovsky, vous êtes pas belle, mais bien moche, tant dehors que dedans.
Bella, chante Maître Gimms, en hommage aux belles femmes, mais pour les vieilles biques et moches, personne ne s'y colle.

John, s'il te plaît laisse ce message tel quel, tout comme le sien.

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 24 octobre 2014

Je laisse aujourd'hui puis j'enlèverai.

Écrit par : hommelibre | 24 octobre 2014

Monsieur Dumitrescu, le problème des noms sur blogs est qu'on ne sait pas s'il s'agit de noms de famille ou de pseudonymes... Tout commentateur peut se choisir aussi bien un nom fantaisiste qu'un nom de famille qui n'est pas le sien ce qui est la raison pour laquelle on peut espérer qu'un jour on demande aux commentatrices et commentateurs de ne plus signer sous pseudonymes lesquels peuvent de plusieurs façons prêter à confusion ou malentendu. Usurpations de pseudos également. Donc je ne joue en aucun cas avec un nom de famille pour jouer avec un nom de famille mais Vous salissez et insultez aussi bien les musulmans qu'une personne en donnant son nom: Ségolène Royal laquelle par ailleurs a fait savoir qu'elle devient lassée des petits noms la concernant ainsi qu'allusions
Pourquoi, Monsieur, n'écririez-vous au moins avec propreté ce que vous avez à dire?
Faut-il redire que le besoin de salir, dégrader, "vicier" (relisez vos lignes) signale un problème de l'auteur?

Écrit par : Myriam Belakovsky | 24 octobre 2014

Merci John.
Je n'aime pas les attaques à la personne, comme tu le sais.
Mais ... oeil pour oeil ...

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 24 octobre 2014

Salut John et bonjour.
Tu veut bien m'appeler au 0791556880 ?

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 24 octobre 2014

@Hommelibe Que reste t'il à la gauche ? plus grand chose quand on apprend grâce à l'Emission Envoyé Spécial diffusése hier au soir ce qu'il en est en réalité des trente millions d'amis inventés de toutes pièces par les publicitaires en tous genres en espérant que les selfiés ne soient pas utilisés pour alimenter la banque d'images des faux amis devenus robots parleurs malgré eux
Ces réseaux anti sociaux n'étaient qu'une grosse arnaque tandis que les vrais amis en chair et en os eux ont disparu pour certains se seront suicidés pour d'autres car tous oubliés ,jetés dans le containers de amis sûrs les seuls sur lesquels on pouvait compter vraiment en cas de réels soucis et qui eux répondaient toujours *présents*
Obama doit être ravi lui qui dès sa première investiture avait dit,Internet est un système que je démolirai d'autres non concertés auront malgré eux agi pour dégouter nombre d'Occidentaux et pour beaucoup des jeunes qui n'auront plus qu'à rejoindre le train désillusionnés de la vie
Hitler et d'autres tortionnaires comme Mengele rougiraient d'envie et heureusement que les clics pour se joindre à d'autres n'existaient pas en ces temps là bien que des hommes comme De Gaules et bien d'autres eux auraient senti le danger de suite et mis en garde des innocents ayant cru aux Anges mais qui eux entretemps étaient devenus simples arnaqueurs et vendeurs d'émotions

Écrit par : lovsmeralda | 24 octobre 2014

P.S. "Vous la croyante"?

Tout d'abord, si vous souhaitez le prendre ainsi:

si je correspondais au portrait que vous avez brossé de moi Vous manqueriez de charité!
Si je ne correspondais pas d'information: êtes-vous informé juste?

"Vous la croyante"? je m'efforçai de montrer que lesdites "stupidités bibliques" sont en fait (ou peuvent s'envisager) des situations qui passent le temps étant donné qu'il s'agit de "mentalité" pour commencer (que les fées existent ou non on peut faire le même travail avec "leurs" contes")! Est-ce avoir la foi?

En outre, avec d'autres, effarée par le peu de connaissances des détracteurs de la foi sur le sujet qu'ils entendent traiter: est-ce réciter un Credo?

Croyante? je ne sais pas... mais je puis admirer une page biblique comme apprécier une page de musique tout en passant ou sautant sur d'autres passages comme on peut choisir plutôt une partition de musique qu'une autre et le grand pianiste Dinu Lipatti disait toujours à ses élèves de ne pas choisir la partition qui ne leur disait pas.

Vous voyez, à propos de ma "croyance", par exemple, vous êtes mal informé. Puis-je prier l'auteur de ce blog de bien vouloir publier l'ensemble de mes commentaires, selon l'attente "polis, pertinents, courtois") sous peine de n'être pas impartial. Monsieur DUMITRESCU, en temps de djihamisme se répandant et d'antiféminisme montant (ensemble des blogs) s'agissant de Ségolène Royal, une femme, d'abord, lui-même prié (non "mis en demeure") de premièrement relire le commentaire qui lui a valu le mien en se demandant, en effet, comment sali, insulté...on ressent, on réagit?!

Écrit par : Myriam Belakovsky | 24 octobre 2014

Je serais curieuse de voir le visage de Monsieur DUMITRESCU. Ca m'étonnerait qu'il ait l'air d'un ange ou d'un agneau, peut-être un vieux bouc (0_0)?

Écrit par : Ambre | 24 octobre 2014

Faites une recherche Ambre, sur votre moteur de recherche préféré.
Vous me trouverez sans doute.
Près de Zottel ... le bouc.

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 24 octobre 2014

Ambre ... Lisez les commentaires d'abord avant d'insulter...

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 24 octobre 2014

Le tout premier commentaire est le mien.
Ensuite, on m'attaque.

John, tu trouve que c'est juste ?

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 24 octobre 2014

A Monsieur DUMITRESCU :
J'ai lu les commentaires et je n'insulte pas, je me pose la question après avoir ceci, de vous :

"Myriam Belakovsky, vous êtes pas belle, mais bien moche, tant dehors que dedans.
Bella, chante Maître Gimms, en hommage aux belles femmes, mais pour les vieilles biques et moches, personne ne s'y colle."

Si c'est charmant, alors c'est que je ne comprends rien.

Ceci est mon dernier commentaire ici car c'est le genre de polémique sans fin...

Toute belle journée pour vous comme dirait lovesmeralada...

Écrit par : Ambre | 24 octobre 2014

Ambre, il vous a certainement échappé au passage celui de M.B.-K


**************************************************
La gueule de dame Royal, ailleurs, autre blog, le cul des musulmans: Victor-Liviu DUMITRESCU nous gâte. Souhaiterait-il que pour lui rendre la pareille quelqu'un écrive DUMITRESCU DUMITRESCUL? ou que, soudain touché par la grâce (on le sait: ne jamais dire de la fontaine que l'on ne boira pas de son eau) demain, qui sait, Victor-Liviu DUMITRESCU devienne Victor-Liviu DUMITRESCULTE?! en évitant de conclure par trou du(...)!

Écrit par : Myriam Belakovsky | 23 octobre 2014

**********************************************

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 24 octobre 2014

Ambre, relisez vous et dites moi sincèrement ... un vieux bouc, pour vous, c'est quoi donc ?

******************************************************************************
Je serais curieuse de voir le visage de Monsieur DUMITRESCU.
Ca m'étonnerait qu'il ait l'air d'un ange ou d'un agneau, peut-être un vieux bouc (0_0)

Écrit par : Ambre | 24 octobre 2014

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 24 octobre 2014

Victor-Liviu DUMITRESCU, je confirme que vos commentaires sont presque toujours médiocres et superficiels. A l'image de votre site web...

Écrit par : Brian | 24 octobre 2014

Brian, je vous remercie pour votre franchise.
Je tenterais d'améliorer leur qualité.
Moi.

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 24 octobre 2014

A propos du commentaire d'AMBRE et de celui de Victor-Liviu DUMITRESCU et d'un troisième, non homme, celui de M.B.-K (A quand NKM/MBK avant que BK ne tourne en bécasse!) s'il s'agissait de moi, Ambre, il faut savoir que des insinuations au sujet du fondateur de Terre des Hommes sur les blogs ont été d'une telle gravité que je pensai devoir intervenir. Si Monsieur DUMITRESCU par K désigne mon nom d'avant mariage c'est qu'il doit avoir pris connaissance des rumeurs sur blogs concernant le fondateur de Terre des Hommes avec malveillance absolue moi-même également dénoncée être coupable avec lui en tant que sa descendante (celle du premier mariage) directe et, telle, Marine Le Pen descendante de son père coupables de l'être. Brouillée non à mort mais de fort longues années avec mon père, plus de vingt ans, je n'étais plus au courant de lui, Edmond Kaiser, sinon par la presse. Si je n'ai pa répondu sur chaque blog aux attaques c'est parce qu'il y a eu refus de publication en aucun cas par acceptation des infamies nocives écrites sur lui (et moi) sans avoir le courage de signer de leurs propres noms ce qui n'aurait pas suffit à empêcher pour l'un d'eux un procès en diffamation (lesquels, comme on sait, ne sont pas faits pour les chiens!) avec, de ma part, un procès pour tort moral qui se pourrait faire mais ne se fera pas concernant Monsieur Dumitrescu d'abord parce que, si cela est vrai, qu'il ne s'agit pas d'un pseudonyme, il a le courage de signer de son propre nom ses écrits. M.B:-K: s'il ne s'agissait pas de moi les visiteurs des blogs verraient illustrer pourquoi j'ai écrit qu'il faudrait sur blogs cesser le "pseudonymat" et quant aux noms de famille les écrire en entier.

Ceci dit: je confirme que parler du "cul" des musulmans en prière est scandaleux insultant et que, voyant devant moi, le nom de Monsieur Dumitrescu tel qu'il se termine j'ai souhaité lui faire reconnaître (en lui-même) qu'il vaudrait mieux éviter les insultes. Le dire par bonnes paroles, ce que l'on reproche désormais inconditionnellement! eût été prêchi-prêcha.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 24 octobre 2014

Myriam Belakovsky-Kaiser c'est souvent votre signature, Madame.
Nulle idée farfelue de ma part.

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 24 octobre 2014

Monsieur Dumitrescu, Bonsoir. Je n'avais pas de crayon sur moi.
Mon nom de famille n'est apparu en effet qu'en intervenant au sujet de mon père pour montrer le bien fondé de ma démarche comme il est arrivé en d'autres occasions. J'ai réfléchi à mon commentaire à propos de votre nom et reconnais avoir eu tort pour la forme à propos de votre nom qui, à votre prononciation, sonne non selon mon jeu de mot mais à votre accent: Dumitresciu!

Recevez donc mes excuses et si vous passez par CH Prilly venez donc rencontrer de visu l'épouvantail par vous dépeint.
Quant à l'allusion à mon âge, hélas! impossible de faire "tourner la manivelle" dans l'autre sens. Bonne soirée.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 24 octobre 2014

Merci Myriam d'apaiser cet échange. Je laisse la discussion telle quelle, je suggère qu'elle a lieu entre personnes de bonne foi et qu'elle n'est qu'un mouvement d'humeur. A ce sujet l'écrit est parfois délicat à manier car il ne rend pas compte de toute la personne, et cela prend du temps d'y répondre donc on efface moins vite les malentendus.

Écrit par : hommelibre | 24 octobre 2014

Victor, je suis hors de Suisse, difficile d'appeler.

Écrit par : hommelibre | 24 octobre 2014

Chère Myriam, l'invitation devient réciproque, tout comme les excuses.
A très bientôt.
Prilly ou Cointrin ...

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 24 octobre 2014

J'avoue ne rien comprendre à tous ces commentaires. On y passe de la vulgarité à une emphatique politesse.
Mon incompréhension est sans doute due à mon irrégularité à lire les commentaires... d'aucuns pourront dire, à ma naïveté; je la revendique.

Après vous "chère" madame, mais non, après vous monsieur, je vous en prie.
Un verre de Porto, une coupe de Champagne, un doigt de single-malt?
Avec plaisir très chère... Allons mon bon, trinquons, en bons amis.

C'est finalement assez comique... mais ça me dépasse.

Écrit par : Ambre | 24 octobre 2014

Je suis sidérée par certains commentaires : la violence non merci !

Écrit par : Lise | 24 octobre 2014

Ambre, depuis cette belle invention qu'est le téléphone, les se parlent et décident de s'entendre et se respecter mutuellement.

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 24 octobre 2014

"Le "je" terrien, affirmé, indiscutable, résonnant comme un territoire, me semble avoir été plutôt de droite. Le "je" de gauche était connoté "nous", du moins me semble-t-il. Qu'en pensez-vous?"

J'en pense que de nombreux socialos français sont des hypocrites qui se servent la soupe largement. Ils truandent souvent le fisc tout en prônant le partage. Tout cela est ridicule et montre une forme de folie dévastatrice, car ces guignols politiques de par de leurs inconséquences mercantiles et manipulatrices vont complètement à rebours de leurs dires. Ce n'est pas sans conséquences, le verbe aussi imparfait soit il doit trouver une incarnation dans les actes. Les politiques actuels n'ont pas de cohérence, je ne parlerai même pas de dignité. La conséquence risque bien d'être un raz de marrée très violent. Ils auront nui aux autres avant de nuire à eux même et à leurs proches. Les sanctions thérapeutiques de l'histoire peuvent être très violentes, nos politocards n'en ont pas conscience, ils subiront les conséquences de leur folie aveugle.

Écrit par : pli | 25 octobre 2014

Les commentaires sont fermés.