21 septembre 2014

Magnificat

B. insère un CD dans l’appareil. Une compilation de Simon et Garfunkel. Elle revient s’asseoir en face de moi et me raconte la suite. Ses vacances siciliennes, son pèlerinage pour retrouver la tombe de son grand-père, mort là-bas pendant la seconde guerre mondiale.


magnificat,taormina,sicile,felloniD’habitude, B. voyage plus loin. Surtout au Cambodge. Elle anime un groupe de soutien à un orphelinat dans la région de Phnom Penh et s'y rend deux fois par année. Cette fois elle a pris une semaine de vacances à Taormina. Superbe ville, lumineuse, en Sicile. Elle a visité les volcans, vu la lune brillante se lever sur la mer, et assisté à un spectacle particulier.

 

Le spectacle est écrit et dirigé par Monica Felloni, qui travaille avec des personnes handicapées. Le titre: «Magnificat anima mea dominum». «Mon âme, exalte le Seigneur». Ce n’est pas un spectacle religieux. C'est un cri à la vie. Un spectacle sur l’humanité dans sa plus grande variété. Un spectacle «Dédié à la vie, à l'humanité sous ses formes infinies, à l'utopie de la paix.»

 

magnificat,taormina,sicile,felloni«Toute la production est basée sur le principe de reconnaître, au travers de l'art, les attitudes et les compétences de ceux qui vivent dans des conditions de vulnérabilité sociale, physique et mentale, et sur la considération que nous sommes tous des chefs-d'œuvre et, en tant qu'êtres humains, des pièces uniques.»

 

Le chant, la danse, le corps poussé à son extrême dans ses représentations, produisent un spectacle fascinant. Quand B. me le raconte je suis hypnotisé. Je vois presque la jeune femme handicapée, en robe rouge, qui chante comme une diva. Je devine ce jeune homme en chaise roulante, secoué, riant de tout son visage comme un soleil.

 

«Parce que c’est une occasion unique de donner de la visibilité à la beauté de la diversité, contre la standardisation et l'approbation esthétique.»

 

magnificat,taormina,sicile,felloniMonica Felloni et son co-directeur Piero Ristagno prennent dans l’ombre les laissés pour compte et les amènent dans la lumière de la scène et du regard des autres.

 

Quand B. cesse de parler l’album de Simon et Garfunkel joue «The Boxer». Parfait dans le moment. C’est pourquoi je l’insère ci-dessous. J’ai encore la robe rouge de la jeune femme dans les yeux.


Pour voir les vidéos j’ai choisi de vous proposer le lien vers le site de l’association Nèon et du théâtre de la diversité afin que vous puissiez l’explorer à votre convenance, si vous le souhaitez.

 

Il y a, sur le site de cette association, plusieurs vidéos: en gros plan, une performance de rue pour annoncer le spectacle. La cantatrice intervient vers 7:30, après une interprétation captivante de Libertango d'Astor Piazzola. Dans la colonne de droite de courts extraits du spectacle d’environ 30 secondes.

 

 

 

 

 

 

magnificat,taormina,sicile,felloni

 

 

 

 

17:01 Publié dans Art, Art et culture, Philosophie, Poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : magnificat, taormina, sicile, felloni | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Les commentaires sont fermés.