29 août 2014

Manuel Valls : une nouvelle détermination

Le premier ministre a tenu enfin un discours réaliste. On sait combien la gauche française est ambiguë à propos des entreprises, de ceux qui créent des emplois et des richesses. Hollande avait même déclaré pour être élu: «Je n’aime pas les riches».


manuel valls,gauche,france,entreprise,socialisme,libéralisme,Cela lui a coûté deux ans de son septennat, avant enfin de convenir que le grand soir de la révolution était passé depuis longtemps. L’Etat n’a pas vocation à être une entreprise. Mais il doit laisser les entreprises faire de l’argent et créer du travail.

« Moi j’aime l’entreprise », a lancé ce mercredi après-midi Manuel Valls lors de son discours à l’université d’été du Medef. (...)« opposer la gauche et le monde de l’entreprise » était « un vieux refrain ». Justifiant le choix, contesté à gauche, de la politique de l’offre fait par l’exécutif, il a souligné  : « Le retour de la croissance passera d’abord par le soutien aux entreprises. » Et d’expliciter : « Il n’y a pas d’emplois sans employeurs. C’est pourquoi il est absurde de parler de « cadeau fait aux patrons ». Une mesure favorable aux entreprises, c’est une mesure favorable au pays tout entier ! La France a besoin de vous ! la France a besoin de ses entreprises de toutes ses entreprises.... Quand les entreprises gagnent des marchés, c’est la France qui gagne. »


Il dit enfin clairement ce que la gauche n’a pas su dire depuis 30 ans. Le socialisme ne survivra que s’il accepte de renoncer à ses tentations centralistes et accompagnera le libéralisme pour en être un élément critique mais constructif, ou pour l’amender quand c’est nécessaire.

Il faut lui donner crédit de cette nouvelle détermination. Il est même possible qu’il remonte dans l'estime des français.

Il est par contre très discutable d'avoir placé une féministe radicale, très idéologique, à la tête de l'Education nationale: Najat Vallaud Belkacem. C'est une faute. L'Ecole ne doit pas être captive de courants qui clivent la société. Et pourquoi avoir gardé Christiane Taubira, qui était du côté des frondeurs? Mystère.

11:00 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : manuel valls, gauche, france, entreprise, socialisme, libéralisme | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

Le discours de Valls est clairement un coming-out. Un moment de lucidité face à l'évidence? Ou est-ce qu'il avait toujours cette conviction mais n'osait pas l'avouer ouvertement et contrarier son chef? En tout cas, cette annonce est une baffe phénoménale pour le président de la République et probablement une grande majorité de la Gauche, y compris les syndicats. Reste à voir comment cette nouvelle orientation sera mise en œuvre concrètement, par des actes forts et déterminés.

Najat Vallaud-Belkacem par contre est comme un furoncle dans son gouvernement. Une femme qui met son idéologie au dessus de la raison, une arriviste qui souffre de la même maladie que Montebourg, convaincue d'elle même et de ses idées.

Écrit par : Ben Palmer | 29 août 2014

Est-ce que les français seront capables de comprendre le discours réaliste de leur Premier ministre ?

Une première réponse sera donnée à la fin du week-end à la fin de l'intervention de M. Valls à l'Université d'été de La Rochelle.

Écrit par : Lise | 29 août 2014

"Najat Vallaud-Belkacem par contre est comme un furoncle " avec l'UDC valaisanne on avait la métaphore oncologique "les Homos sont des tumeurs à chimio traiter" Loretan version junior" avec l'anonyme Palmer on évolue du côté de la dermatologie et avec un peu d'effort le Palmer va nous préposer un traitement sur les boutons noirs qualifiés de comédons dans le politiquement correct
"hors sujet Goetel'haine vous êtes en progrès" j'attends avec impatience les commentaires zoologiques sur Taubira.
Je me suis rendu compte que l'ineffable Corto s'est encore amendé récemment,il a table ouverte dans votre auberge espagnole .

Écrit par : briand | 29 août 2014

Commentaires aussi bouchonnés que la traversée d'un mauvais rêve !
Qu'il est confortable de penser derrière un écran et de se prendre pour Voltaire !

Écrit par : asger | 29 août 2014

@ Ben Palmer

"Najat Vallaud-Belkacem par contre est comme un furoncle dans son gouvernement. Une femme qui met son idéologie au dessus de la raison, une arriviste qui souffre de la même maladie que Montebourg, convaincue d'elle même et de ses idées."

bien vu !!!

Écrit par : leclercq | 30 août 2014

Les commentaires sont fermés.