20 août 2014

Le maire Vert est-il pervers ?

On l’apprend aujourd’hui: il n’y aura pas de poursuites pénales contre le maire de Baden et député Vert à Berne, Geri Müller. Encore heureux. Reste la dimension publique de l’affaire. Réaliser des selfies nu dans son bureau et les envoyer à sa copine du moment relève-t-il de la faute ou de la connerie?


geri muller,selfie,nu,baden,berne,vert,maire,On le sait, les élus sont très exposés. Le moindre geste est épié. Certains sont prudents et discrets, d’autres moins. C’est le cas du maire Vert ou de la secrétaire de la Confédération.

La différence est que le premier souhaitait voir ses envois rester dans la sphère privée, alors que la secrétaire postait sur son compte Twitter visible par ses 11’000 followers. Elle revendique d’ailleurs d’avoir tournée plusieurs centaines de films pornos. Se montrer nue ne lui pose pas de problèmes. Le premier aurait éventuellement fait pression ou abusé de son autorité pour récupérer les images compromettantes. L’absence de suites pénales ferme ce chapitre et le dément. 

Le maire et la secrétaire sont mis en cause pour avoir pris leurs selfies dans leurs locaux professionnels respectifs, en l’occurrence des bâtiments publics. Mais en arrière-plan, l’information est pimentée parce qu’il s’agit de sexe et que le sexe contient souvent l’idée de transgression, voire de perversion. S’ils avaient envoyé une photo d’eux le nez dans un dossier, cela aurait passé inaperçu. 

Pourtant l’époque regorge de stars qui usent de la nudité provocatrice et de l’allusion sexuelle pour leur publicité personnelle, soit sur les réseaux sociaux, soit sur scène. Mais elles ne sont pas logées à la même enseigne. Ce qui est attirant et excitant chez Lady Gaga ne l’est pas chez Geri. Un politicien est supposé exemplaire. Un modèle de vertu.

geri muller,selfie,nu,baden,berne,vert,maire,

Cela me dérange. On fait des pieds et des mains pour que les personnes homosexuelles ne soient plus ostracisées. Des politiques de premier plan assument publiquement leur homosexualité. Pourquoi donc un hétéro serait-il stigmatisé pour faire des trucs certes transgressants et inhabituels, mais pas pénaux pour autant? Si l’on ne veut pas que la politique s’occupe de nos fesses, ne nous occupons pas des fesses des politiciens.

Pour revenir au maire Vert, la seule question est de savoir si un règlement interdit de se promener nu dans son bureau et de s’y prendre en photo. Si ce n’est pas le cas, il n’y a pas de faute, pas même morale car il n’a rien fait qui atteigne la morale. Tout au plus a-t-il choqué la pruderie ce certains. Mais je doute d’être suivi sur ce point.

geri muller,selfie,nu,baden,berne,vert,maire,On pourrait lui reprocher de faire ces photos pendant ses heures de travail. Or c’était peut-être pendant ses temps de pause, voire en-dehors des heures de travail.

Il restera jugé par la population de sa ville et du pays. Cette bouffée d’adolescence pour séduire sa copine lui coûte cher, alors que son travail de député et de maire est peut-être excellent. Moi je ne le juge pas. Je lui souhaite de rebondir. Je pense qu’il ne doit plus s’exprimer sur le sujet, ne présenter aucune excuse, et continuer son job dès que possible, pour ne pas se soumettre au tribunal de l’opinion. Pour moi il n’y a pas faute. C’est plutôt une connerie. Une grosse connerie d’envoyer sa photo nu à une copine. Au moins on devrait l’envoyer sans sa tête. Sur les réseaux il n’y a plus de vie privée. Big Brother is watching you. On le dit assez aux ados. Geri Müller devrait le savoir.

 

 

 

PS: pour illustrer ce billet je prend un risque fou: je poste trois selfies de moi dans différentes positions. Mais ne le dites pas à ma copine ni à la Tribune de Genève...



07:27 Publié dans Humour, Philosophie, Politique, société | Lien permanent | Commentaires (14) | Tags : geri muller, selfie, nu, baden, berne, vert, maire | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

Est-ce qu'on travaille mieux quand on est nu? Est-ce que les politiciens ont trop de temps libre?

Écrit par : NIN.À.MAH | 19 août 2014

Non, on ne dira rien à votre copine, surtout que vous avez l'air d'être en galante compagnie...

Écrit par : Michèle Roullet | 19 août 2014

@ Michèle:

:-))) !...

@ NIN.À.MAH:

Oh, j'imagine que cela ne lui a pas pris longtemps, surtout avec le stress que quelqu'un entre dans son bureau. Sauf hors heures de travail. Je préfère dédramatiser que charger la barque.

Écrit par : hommelibre | 20 août 2014

Je suis tout à fait d'accord avec votre billet.
Si M. Müller n'a pas fait profiter de son "nu" au grand public, il n'y a pas de faute morale ni professionnelle.
Ce sont les voyeuristes ayant débusqué son message confidentiel qui seraient à blâmer.

J'imagine que nos édiles formuleront un nouvel article dans le règlement de comportement des magistrats et fonctionnaires à l'intérieur des édifices de l'Administration en général, sans quoi ces actes incriminés devront être considérés comme un non lieu, un non évènement. Pas même un manquement tant qu'ils ne font pas l'objet d'une publicité ou d'une diffusion.

M. Müller avait manqué d'humour, il aurait pu porter le masque d'Anonymeous.

Écrit par : Beatrix | 20 août 2014

@Hommelibre depuis le temps n'avez vous pas compris que ce parti comme celui des Socialistes n'a qu'un but? celui de nous ridiculiser en obligeant le peuple à faire ce qu'eux par derrière ne feront jamais ou l'inverse c'est selon leur humeur et l'adage parlant de sellotape au sujet du selfie montre bien qu'ils s'en tapent tous comme de l'an 40
Pourvu qu'on parle d'eux c'est l'essentiel,le reste il n'en ont rien à fiche et puis pourquoi se géner quand on sait le nombre de citoyens leur obéissant comme les anciens chrétiens courbant la tête à la suite de sermons ou les pasteurs savaient viser du regard les paroissiens mais surtout ceux de la classe la plus défavorisée il va de soi

Écrit par : lovsmeralda | 20 août 2014

Vous avez raison de dédramatiser le sujet.

S'il tenait à la discrétion, pourquoi a-t-il appelé la police ? parce qu'il a eu peur que la dame en question s'en serve contre lui, son blablabla pour dire qu'elle avait des problèmes psy n'est pas crédible.

Écrit par : Lise | 20 août 2014

L'histoire du "maire vert" est ce qu'on appelle un cas d'école.

Jusqu'à présent, on pensait que seuls les ados faisaient des choses irréfléchies avec leurs web-cams et appareils de photo de leur natel.
G. Müller fournit de façon éclatante la preuve que nous tous pouvons être dépassés par les événements. Il va être pris comme exemple dans tous les cours "d'éducation aux dangers d'internet". S'il peut aider à éviter que des ados perdent la face, tout ceci n'aura pas été vain.

Pour un cas révélé, combien d'heureuses histoires excitantes qui réussissent à rester cachées ? Il serait étonnant que les seuls cas existants soient tous révélés au grand public.

Je trouve le procès concernant le temps de travail gaspillé pas très pertinent. Les politiciens ont des semaines ultra-chargées et travaillent souvent les soirs et les week-ends. Le travail doit déborder sur le domaine et le temps privé et visiblement, il est épossible de se délasser au bureau....
Je peux parfaitement m'imaginer que de courts moments d'évasion de toutes sortes aident à supporter la pression. Le problème se trouve dans le choix de cette évasion et des personnes concernées. On ne saura probablement jamais, pourquoi il y a eu rupture et panique, à un moment donné. Il s'agissait d'une relation entre deux adultes consentants, mais comme dans la vraie vie, quelque chose s'est mis à clocher.
La dame est une enseignante de 33 ans ? WoW - c'est cela, le vrai scoop :-)))
Le manque de discernement des deux personnes concernées est à mes yeux le vrai enjeu. Ne sommes-nous pas soulagés de ne pas être à leur place ?
Pour vivre heureux, vivons cachés et oublions les selfies.

Écrit par : Calendula | 20 août 2014

En attendant et puisque les allusions sexuelles sont si licites que ça on va pas se gêner, que Geri aille se faire foutre, cela lui fera le plus grand bien, et qu'il démissionne au plus vite. Baden n'a pas besoin d'un connard pour maire...

Écrit par : Géo | 20 août 2014

Votre conclusion est logique, Calendula. Ceux qui sont exposés sont l'objet de toutes les projections, dévotions déplacées, agressions. L'écran de l'ordi sur internet ressemble parfois à la fenêtre du village derrière laquelle quelqu'un vous épie. Ce genre d'affaire montre ce qu'il y a dans la tête des gens qui épient, soit dans l'arrière-boutique de la société. Sous le prétexte de bonne morale on déverse d'étranges nourritures mentales. De ce point de vue la civilisation n'est qu'embryonnaire.

Ceux qui ont choisi la "lumière", la visibilité, vivent dans la contrainte d'obéir à ceux qui les regardent. Les politiciens en particuliers. J'ai lu aujourd'hui que M. Muller a présenté des excuses. Ça c'est le plus nul. A qui présente-t-il ses excuses? Qui a-t-il agressé pour avoir à proposer des excuses? Je trouve que cela n'a pas de sens. Il n'a agressé personne. A-t-il même trahi la confiance des électeurs? Rien ne le démontre en l'absence d'un règlement précis. Et différentes discussions me montrent que ce genre de transgression n'est pas exceptionnel. Les électeurs seraient-ils blessés par son comportement? Je n'adhère pas à cette hypothèse qui le rendrait responsable de leurs réactions. J'attendais plus de fermeté de sa part. Tant pis. Quand la société sera bien lisse et les individus bien neutralisés, on crèvera d'ennui plus que du cancer.

L'électronique et les outils de communication imposent de nouvelles règles. Si le cas de M. Müller peut servir à d'autres, tant mieux. Le manque de discernement: ou bien une sorte de mise en danger un peu volontaire quand-même?

Écrit par : hommelibre | 20 août 2014

Il n'y a rien d'immoral dans les agissements de M. Muller car, en effet, ne dit-on pas "nu comme un Vert" ?

Écrit par : JMC | 21 août 2014

Nu comme un vert ? :-))) Ca tombe à pic !

En réponse à hommelibre, au sujet des excuses et pour rebondir lourdement sur le jeu de mot irrésistible de JMC :

Transparent comme un verre ?

La nouvelle place publique et la mise en lumière jouent effectivement avec le risque de la transparence soudaine et embarrassante.
La posture contemporaine la plus enviée serait celle de la personnalité célèbre et au sommet de son succès (acteur-chanteur, politicien, entrepreneur,) entourée d'un halo de mystère suggérant une vie privée excitante, et la maîtrise de son image. Cela correspond à des photos ou des vidéos glamour.
A un moment donné, le halo disparaît et le personnage apparaît, tel l'empereur du conte d'Andersen : nu.
Le job de beaucoup de médias est de percer l'opacité du halo et de chercher à découvrir s'il y avait quelque chose de sexy derrière. Le bonheur d'un large public consiste à se repaître de l'image brisée et de la perte de contrôle. Les révélations génèrent beaucoup de profit et de buzz.
Vu depuis mon salon, il est difficile de comprendre pourquoi et comment les personnages publics peuvent se faire prendre par ce système. On a eu assez d'exemples et d'avertissements embarrassants.
Geri s'est faussement cru à l'abri et c'est cette naïveté qui peut être fatal au politicien Müller. Les requins de la politique n'attendent que ce genre de faiblesse, pour discréditer un collègue. A présent, Geri Müller aura à compter ses vrais soutiens et tester la solidité de son réseau.

Les excuses sont la reconnaissance publique de la perte d'un combat qui ressemble à une corrida, où les taureaux nombreux auraient gagné, face à une célébrité individuelle, le torero. Nous avons tous vu des images de ces hommes "habillés de lumière" dont le pantalon est déchiré à l'arrière et qui s'enfuient piteusement de l'arène.

Geri Müller n'est pas une célébrité flamboyante, mais un politicien avec le vent en poupe. Comme vous, je pense qu'il devrait affirmer son droit à une vie privée, maintenant que les excuses ont été faites. La reconstruction passe par là.
Les excuses ne portent pas tant sur le fait qu'il aurait agressé quelqu'un, mais il sait bien qu'il a un électorat à choyer et celui-ci est certainement, en partie, du genre à apprécier les bonnes manières. On s'excuse, même si on a juste renversé un verre d'eau sur une nappe anti-taches ;-)))

Écrit par : Calendula | 21 août 2014

La mode étant aux excuses que ce soit pour un fait récent, ancien ou encore plus, allons-y laissons-le s'excuser ! Cependant ramener tout cela à une banale affaire d'adolescence revécue me semble un peu simple. Tout comme argumenter que puisqu'il n'y a pas de règlement l'interdisant alors il est blanc comme neige .
Non je pense que les citoyens de sa ville (et eux en priorité) ont le droit de savoir , de juger et le cas échéant de trancher si l'attitude de leur président a été digne et s'il mérite encore la confiance. Après la croyance que h'importe qui peut exercer n'importe quelle fonction (avec les conséquences parfois pitoyables constatées)on voudrait nous faire croire qu'une fois élu, on peut finalement tout se permettre (probablement pour montrer combien on ressemble à tout le monde !). Pas d'accord. Il y a avec la fonction (et pas seulement honorifique) que ce monsieur exerce une exigence de comportement qui doit nécessairement en faire partie. Non, un élu n'est pas un citoyen ordinaire, à plus forte raison s'il est président de commune.
p.s. l'évocation de la dénonciation pénale visait l'usage de son titre de président pour faire appel à la police, donc 'abuser' de sa position. Ce qui n'a pas été retenu.

Écrit par : uranus2011 | 21 août 2014

@ Calendula:

MDR :))) ! Le seau d'eau sur la nappe antitache j'adore. Sur la raison des excuses, le public à choyer confirme le fait de donner le pouvoir sur soi à ce public. Sur les bonnes manières, je comprends, cela marche ainsi, mais c'est un peu hypocrite. Le public ne se pose jamais de questions sur lui-même, il plonge dans le jugement. C'est aussi pour cela que je préférerais "pas d'excuses". Assumer et assurer. Et rdv aux prochaines élections.

Pour la reconnaissance de la perte d'un combat, on peut imaginer d'autres manières, comme: "J'ai fait une connerie en croyant disposer d'une impunité, j'ai joué avec le feu, je prends le boomerang". Cela suffirait sans formuler explicitement d'excuses, à mon avis.


@ Uranus:

Votre position se défend aussi. Mais je pardonne volontiers une connerie de ce genre. Ce serait différent s'il y avait harcèlement sur le personnel, détournement de fonds, etc. Je n'attends pas une telle perfection de l'élu. Et s'il s'est cru protégé d'impunité, c'est assez humain. "Pas vu pas pris". En tous cas je regrette que l'on donne autant d'éclat à cette affaire. Et pour autant je ne partage pas nombre de vues de M. Müller. Cela dépasse son cas personnel, et la connotation sexuelle fait monter les enchères. Aurait-il passé quelques coup de fil privés depuis l'appareil téléphonique de son bureau que l'on n'en parlerait pas, alors que c'est réellement discutable.

Écrit par : hommelibre | 21 août 2014

"relève-t-il de la faute ou de la connerie?"

Les deux mon capitaine!

"Pourtant l’époque regorge de stars..... soit sur les réseaux sociaux, soit sur scène"

Il n'est pas une star, mais un Conseiller national. Personne ne l'empêche de s'exhiber nu - on ne connaît pas l'heure du sexe... - :) mais qu'il le fasse chez lui!Serait-il un chaud lapin en mal de sexe, ou un exhibitionniste? Une personne entrerait dans le bureau... elle virerait au vert...

"C'est un Le maire de Baden est élu par le peuple.. Seuls des incidents graves pourraient justifier que l'on retire sa fonction à un élu argovien."

Après cette déclaration, tous les élus pourront faire des "selfies" dans leur bureau....bien chauffés...:) Le réchauffement de la planète en somme!

Le policier genevois nazi, épinglé sur Facebook, jouit du statut de fonctionnaire. Il ne peut être renvoyé.....

Trop drôle la première photo.

Bonne soirée!

Écrit par : Patoucha | 23 août 2014

Les commentaires sont fermés.