07 août 2014

La Russie se ferme à l'occident

Dans l’imbroglio politique actuel entre l’est, l’ouest et le sud, cette information est possiblement d’une grande importance. Elle confirme le changement de ton en politique internationale: la Russie prononce un embargo sur les produits alimentaires venant d’Europe et des Etats-Unis. La rupture se confirme. L'Union Européenne veut en appeler à un arbitrage international.


russie,embargo,europe,eurasie,Ce changement de ton était audible dans le concert d’accusations contre la Russie. Russie que l’on aime ou non mais qui est un partenaire naturel de l'Europe de l'ouest. Aujourd’hui cette Russie répond clairement: nous ne voulons plus commercer avec vous. D’une certaine manière, elle déclare: «Nous ne voulons plus de vous». Et pourquoi en serait-il autrement? Moscou, qui estime n’avoir rien à se reprocher en regard de la géopolitique mondiale et des appétit féroces qui s’expriment suite à la «révolution» ukrainienne, ne se laisse plus traiter comme un enfant ni humilier sans conséquences.


On a par exemple vu le rapprochement russo-chinois, en particulier par le contrat gazier. On a vu également Vladimir Poutine visiter utilement les pays d’Amérique du sud. Cette ancienne zone d’influence américaine se tournera-t-elle vers l’Eurasie? Suite à l’embargo russe sur les produits alimentaires européens et américains, le Brésil s’est déjà déclaré intéressé par la proposition russe d’augmenter les importations provenant du continent sud-américain.

 

«L'Union européenne envisage de saisir l'Organisation mondiale du Commerce (OMC) au sujet de l'embargo imposé par la Russie sur de nombreux produits agroalimentaires en provenance d'Europe, a indiqué jeudi à l'AFP l'ambassadeur de l'UE à Moscou Vygaudas Usackas.


Ce jeudi matin , le Premier ministre russe Dmitri Medvedev a révélé que Vladimir Poutine avait signé mercredi un décret bannissant des étals russes et pendant un an tous les fruits et légumes, le lait, le fromage, le poisson, le bœuf et le porc et la volaille en provenance de l’Union européenne, des Etats-Unis, du Canada, de l’Australie et de la Norvège.

 

Un peu moins de 10% des exportations agricoles de l’Union européenne vont à la Russie d’après la Commission Européenne, soit l’équivalent de 11 milliards par an. Le pays importait en 2013 pour près de 1.5 milliard de dollars de produits alimentaires venant des Etats-Unis, parmi lesquels 276.000 tonnes de volailles, soit près de 8 % des exportations américaines du secteur. La France, elle, destinait 6,5 % de ses exportations alimentaires à la Russie en 2012, et a expédié 1,17 milliard d’euros l’année dernière de produits agro-alimentaires.»


La Russie n’est pas dans une posture déconfite et impuissante face à l’Europe. Elle construit autre chose, elle développe d’autres zones de relations économiques. L’Europe n’est en tous cas plus un partenaire apprécié. 11 milliards d’exportations vers la Russie resteront en rade à l’ouest. Le gaz va être renégocié à la hausse. Cela signifie que la Russie ne s’évalue pas en compétition avec d’autres fournisseurs et que l’Europe paiera. L’Ukraine n’est plus fournie en gaz. l’Europe devra prendre sur ses stocks pour aider l’Eldorado des nouveaux oligarques. Et donc payer la facture.

 

A long terme la perspective d’une unification économique mondiale recule. Les pays émergents pourraient être de plus en plus intéressés par les nouveaux espaces dans laquelle la Russie est très active. On assiste peut-être à la balance mondiale prévue de longue date mais que l’on ne voyait pas très réellement: balance de l’ouest vers l’Asie - et ici l’Eurasie. La mise en place complète et dynamique prendra encore du temps mais le mouvement semble lancé. L’Eurasie est un projet cher aux russes. C’est le fil de leur Histoire et une partie de leurs racines.


Les européens de l’UE ont probablement eu tort de vouloir isoler le frère russe. L’Europe pourrait à moyen terme ne plus commercer que dans son marché intérieur. Ce qui ne peut que contribuer à l’affaiblir économiquement. La Russie se ferme à l’Europe: la «révolution» ukrainienne a engendré de douteuses conséquences. L'ouest commence à en payer le prix. 

 

 

19:07 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (25) | Tags : russie, embargo, europe, eurasie | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

La Russie n'est pas une huître.
Que l'UE saisisse l'OMC, démontre à quel point elle est touchée par l'embargo, qui n'est pas unilatéral.

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 08 août 2014

Philippe Souaille est déçu.
Lui qui rêve d'un gouvernement mondial ...

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 08 août 2014

Pour paraphraser Poutine; le traité de Lisbonne est une catastrophe majeure pour les pays européens !

Une telle inanité identitaire, un tel suivisme est un naufrage collectif
Bien sûr que Poutine allait réagir.
Frédéric Vincent, un porte-parole de la Commission, a qualifié la riposte russe de «clairement politique».
Sans Blagues ?!? il est grassement payé pour analyser aussi finement ?
Evidement l'UE suit bêtement les bêtises de Washington et c'est l'Europe qui en paye le prix. La clairvoyance est aveuglante d'un discernement extrêmement pointu.
Ce porte parole rajoute « l’Union européenne reste déterminée à la désescalade de la situation en Ukraine ».

C'est aussi clair et limpide que du sirop de jus de chique !

Écrit par : aoki | 08 août 2014

Le plus grand perdant risque bien d'être le peuple russe qui va retrouver l'ambiance Brejnev avec concombre saucisson gras a tous les (bons) repas. Mais ça tout le monde s'en moque à commencer par les instituts de sondage russes dont les travaux sont tellement prévisibles. Restera la vodka.

Écrit par : pat | 08 août 2014

pat, connaissez-vous la Russie autrement que par des caricatures éculées?

Écrit par : Keren Dispa | 08 août 2014

Comme je lis la presse finlandaise, j'aurais des informations concrètes à transmettre. Je pars de l'idée que tout est à prendre avec des pincettes.

Le journaliste du "Helsingin Sanomat" a compilé des sites russes, pour livrer des informations très concrètes ce matin, dans l'édition en ligne.
Il faut savoir que le commerce entre la Russie et la Finlande est très poussé et les sanctions touchent beaucoup d'agriculteurs, de transporteurs et de commerçants.
Le journaliste évoque en premier les statistiques sur les importations alimentaires, chiffres officiels parus il y a 3 mois.
Sont importés : 70 % des fruits consommés en Russie ( mais autonomie en pommes), 30 % du porc , 50% du boeuf.
Les produits laitiers sont importés "massivement" des pays baltes et de Finlande. Grande autonomie en pommes de terre.
La Russie est presque autonome quant au poulet, mais son prix a augmenté à cause d'une pénurie de porc. Il est prévu que le prix de la viande va augmenter de 6 %. L'augmentation a déjà commencée, à cause des restrictions d'importations en provenance de Pologne et d'Ukraine.

Selon le journal économique russe "Kommersant", les sanctions sur les importations vont faire augmenter l'inflation de 1,5 % sur l'année. Les importations alimentaires représentent un bon 10 % de la consommation des Russes.
Ainsi formulé, ça n'a pas l'air catastrophique, mais l'augmentation du prix ou la pénurie de lait, viande, fruits est difficile pour la population.

Est cité également un certain Leonid Holod,(article paru sur le site russe Slon.ru)
Il aurait préféré qu'on développe d'abord l'agriculture russe, pour assurer une plus grande autonomie alimentaire, et puis qu'on renonce aux importations seulement dans 2-3 ans, pour ne pas pénaliser les consommateurs.
Les Russes auraient déjà commencé à "faire les hamsters", car c'est un réflexe conditionné pour toute personne âgée de plus de 30 ans. Cela fait augmenter les prix et crée une ambiance stressante.


En lisant tout cela, je pense qu'on peut imaginer que monsieur et madame Tout-le-monde va être touché directement par les sanctions et que ça va très vite. (Il me semble que les sanctions occidentales visaient directement des personnes au pouvoir et non la population dans son ensemble.)

Sur France 2 hier soir, on a montré un producteur français, qui a déjà dû renoncer à l'envoi de leurs fruits et des camions bloqués à la frontière entre la Finlande et la Russie.

Chez nous, il va y avoir pléthore d'offre et il paraît que les prix vont baisser.
En Russie, ce sera l'inverse, pendant 2-3 ans, avant qu'on n'ait injecté l'argent et l'énergie nécessaires pour le développement de l'agriculture et l'élevage locaux. (Pourquoi ne l'a-t-on pas fait plus tôt ???)
Les USA ne vont pas être beaucoup touchés, leurs exportations vers la Russie ne représentent que 1% de leur production.

Ces sanctions ont donc des répercussions très concrètes, qui touchent les Occidentaux de différentes façons. Je ne m'aventurerai pas à vouloir comprendre ce qu'il en sera du "le panier de la ménagère" en Russie.

Écrit par : Calendula | 08 août 2014

C'est justement là, que l'expérience vécue par le peuple russe sera d'une grande aide.
Les famines d'avant la chute de l'URSS, les longues files d'attentes, le peuple russe les connait trop bien.
Ils en ont l'habitude, mais cette fois-ci, c'est pour la bonne cause.

Ce n'est pas pour autant que cela fait d'eux des perdants, loin de là, "pat".

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 08 août 2014

Gaza, Syrie, Ukraine

Autant de fronts sanglants et guerriers, simultanés qui ont pour toile de fond commune, ressources énergétiques en lien avec la Russie.

Le reste est du blabla médiatique qui détourne notre attention de cette lutte entre deux blocs sur les ressources énergétiques. Sans qui la vie moderne n'est pas viable. Et l'agresseur n'est pas celui désigné par les médias en l'occurrence.

On est bien loin des déclarations de façade, du commerce amical et de coopérations dans le concert des nations. C'est même le contraire dans les faits, et on est pas à quelques morts près, pour justifier aux yeux du monde les bienfondés politiques de l'escalade des tensions.

Les terrains de batailles étaient jusque' à présent éloignés de l'autre côté de la Méditerranée. Inexorablement la bagarre se rapproche.
Mais en quoi cela nous concerne-t-il ?
Indirectement, bien sûr, les ressources en matières premières concerne tout le monde, mais pourquoi prendre parti pour un camp ? Quelles avantages ?
Parier sur un vainqueur ? Grave erreur ! On risque simplement de devenir le nouveau champs de bataille en finalité.
S'il en était autrement le problème de l'Ukraine serait resté un problème régional.

A moins que, ô félicité suprême, je me trompe.

Écrit par : aoki | 08 août 2014

IRAK
Non mais regardez moi cet abruti d'Obama !

http://www.rts.ch/info/monde/6051169-barack-obama-autorise-des-frappes-militaires-ciblees-en-irak.html

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 08 août 2014

Keren Dispa avez vous un argument a opposer? je dis en raccourci la même chose que Calendula: le peuple russe va prendre de plein fouet les conséquences des décisions "courageuses" de Poutine.... et ce bon peuple le soutiendra encore à 87 % jusqu'à en crever.....

Écrit par : pat | 08 août 2014

@pat
- « ... je dis en raccourci la même chose que Calendula: le peuple russe va prendre de plein fouet les conséquences des décisions "courageuses" de Poutine...»

Concrètement, quelles conséquences ?

Écrit par : Chuck Jones | 08 août 2014

Répondre à ce commentaire
pat, connaissez-vous la Russie autrement que par des caricatures éculées?
Écrit par : Keren Dispa | 08 août 2014
* * * * * * *
[...]
Répondre à ce commentaire
Comme je lis la presse finlandaise, j'aurais des informations concrètes à transmettre. Je pars de l'idée que tout est à prendre avec des pincettes.
[...]
Je ne m'aventurerai pas à vouloir comprendre ce qu'il en sera du "le panier de la ménagère" en Russie.
Écrit par : Calendula | 08 août 2014
* * * * * * *

Répondre à ce commentaire
Keren Dispa avez vous un argument a opposer? je dis en raccourci la même chose que Calendula: le peuple russe va prendre de plein fouet les conséquences des décisions "courageuses" de Poutine.... et ce bon peuple le soutiendra encore à 87 % jusqu'à en crever.....
Écrit par : pat | 08 août 2014

* * * * * * *
Pat!
J'ai compris!
vous êtes d'origine irlandaise!
Vous savez, ces personnes qui répondent à une question par une autre question.

Je re-formule ma question, et je vous invite à y répondre de manière sincère et directe:

"pat, à part les éculées caricatures, la Russie, la connaissez-vous?"
"Vy ponimayete, chto ya govoryu ?"

Écrit par : Keren Dispa | 08 août 2014

"Moscou, qui estime n’avoir rien à se reprocher en regard de la géopolitique mondiale et des appétit féroces qui s’expriment suite à la «révolution» ukrainienne, ne se laisse plus traiter comme un enfant ni humilier sans conséquences."

Décidément, il n'y a que les petits et les sans-grade que l'on peut se permettre d'humilier sans conséquence...
Quoique !...
Heureusement que nous avons C. Blocher et son parti qui vont nous éviter ces turpitudes. On ne va quand même pas se laisser humilier par l'UE sans conséquence. Bon, en fait, on va essayer...En réalité ce n'est pas une humiliation que l'UE nous impose, c'est juste la réponse du berger à la bergère.
Cela dit, qui va profiter d'exporter ses surplus de fruits et légumes vers la Russie ? Vous avez dit neutre ?

Écrit par : Michel Sommer | 08 août 2014

J'ai lu quelque part que la Biélorussie s'est réjouie de remplacer l'Union Européenne et de livrer à la Russie ce dont elle a besoin. La personnalité interviewée (je ne me rappelle plus son nom ni son titre) disait que c'était une "aubaine" pour les producteurs de son pays.

Je pense que l'Amérique Latine aidera Moscou, elle lui fournira les mêmes fruits et légumes qu'elle fournit à toute l'Europe pour ses prix concurrentiels. Quand nous dégustons des fraises en plein hiver, nous ne pouvons pas penser que ces plants, bien que ce soit des rosacées endurcies, ils ne peuvent nous faire l'offrande de leurs juteux fruits à travers la neige et le verglas. De même, les courgettes et d'autres légumes verts sur les étals Migros et Coop, pour une grande part, viennent de loin, ils ont besoins d'une moyenne de 1080 heures de soleil pour certains ou de lumière vive pour d'autres. De toute façon, ananas, bananes, citrons, oranges et autres moracées et oléacées ne poussent pas dans l'Union Européenne.

La Russie commence timidement à répondre aux mauvais traitement qu'on lui a fait depuis le début. Il n'y a pas que des Russophobes. Ceux qui soutiennent la politique multipolaire des pays émergents ne peuvent que reprendre espoir.

Il n'y aura pas de stabilité nulle part si le monde est monopolisé par une seule puissance qui est indifférente aux aspirations des autres peuples et du sien propre. Une seule puissance qui occupe plus de place qu'il ne lui est utile, qui se goinfre, qui pollue et qui détruit créera immanquablement des amertumes et des hostilités. La Russie l'a compris. Les USA y seront amené malgré leurs victoires négatives. La seule chose qui nous désole: tant d'humains piétinés, méprisés, et liquidés dans cette transition. Ce que Poutine voulait éviter.

Écrit par : Beatrix | 08 août 2014

@Keren Dispa

Vous demandez à pat : " la Russie, la connaissez-vous?"
Au risque de passer pour irlandaise, selon votre définition ;-))), j'aimerais creuser un peu par là et soulever des questions générales:

A-t-on le droit de parler de quelque chose qu'on ne connaît pas ?
Et avant cela: que signifie "connaître".
Faudrait-il avoir passé un examen de connaissances, avant d'avoir accès à ces lieux ?

J'ai la chance de pouvoir beaucoup voyager. Certes, je ne vais pas bien loin et pas pour longtemps, mais à chaque fois, je mesure mon ignorance.
Qui de vous connaît la civilisation nuragique ? Je suis tombée de haut en découvrant cela en Sardaigne. En Slovénie, j'ai découvert un pays surprenant, et j'ai dû revoir mes connaissances sur l'Autriche-Hongrie et la Yougoslavie.
Ce ne sont pas seulement des savoirs encyclopédiques, mais bien des explications, qui permettent de mettre le présent en perspective.

Ecrire, en exposant ses préjugés, son peu de connaissances ou en donnant un élément supplémentaire signifie qu'on est entré en communication.
Si on se retrouve immédiatement stigmatisé par un jugement ou une étiquette insultante, la communication est déjà terminée. Plus de développement possible, juste un ping-pong d'invectives.
Ici, nous sommes dans un espace, où s'expriment avant tout des opinions.
Beaucoup de commentaires ne sont que des opinions, des mouvements d'humeur, avant d'être des exposés d'experts. Nous transmettons souvent des liens, dont nous espérons qu'ils sont fiables.
Bien souvent, la place est occupée par des critiques envers d'autres commentateurs et de condamnations vite-faits de leur personne, comme si leur écrit avait permis un aperçu dans les tréfonds de leur âme et de comprendre l'entier de leur être.

Comment connaître la Russie ? Si on devait la connaître, pour avoir le droit d'en dire quelque chose, il n'y aurait qu'un grand blanc.
Il faudrait déjà connaître la langue, avoir traversé lentement une immensité, connaître l'histoire ancienne et récente, avoir vécu avec des gens. Un défi énorme.
La lecture, le visionnement de films et documentaires, la fréquentation d'expositions et de concerts ne sont probablement pas suffisantes.
Et nous devrions donc tous nous taire ou du moins ne rien dire qui puisse faire songer à de l'esprit critique. Et croire sur parole des personnes qui affirment avoir une connaissance fiable.

Cette façon de concevoir l'espace-commentaires remet complètement en cause le forum ouvert des blogs.
On est libre de dire des bêtises, faire preuve d'ignorance et se ridiculiser. C'est un peu la base de la liberté d'expression...
On est capable de se scier tout seul, on n'a pas besoin de censeurs qui soulignent cela en rouge et je bénis la possibilité d'avoir un pseudo :-)))

Écrit par : Calendula | 09 août 2014

"...On est capable de se scier tout seul, on n'a pas besoin de censeurs qui soulignent cela en rouge et je bénis la possibilité d'avoir un pseudo :-)))"

LOL! Après Kennedy..:D Vous excellez! J'adore! Vous me faites rire et on en a bien besoin.....

Bon week-end

Écrit par : Patoucha | 09 août 2014

"IRAK
Non mais regardez moi cet abruti d'Obama !

http://www.rts.ch/info/monde/6051169-barack-obama-autorise-des-frappes-militaires-ciblees-en-irak.html

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 08 août 2014 "

Il n'a pas osé le commentaire, mis dans plusieurs blogs, sauf chez vous John:

Regardez et surtout écoutez cet abruti d'Obama !
Protéger les irakiens, oui, protéger les gazaouis ... évidement NON !!!

Deux poids et deux mesures ?

Indignation ?

http://www.rts.ch/info/monde/6051169-barack-obama-autorise-des-frappes-militaires-ciblees-en-irak.html

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 08/08/2014

Écrit par : Patoucha | 09 août 2014

Calendula,
"Comment connaître la Russie ? Si on devait la connaître, pour avoir le droit d'en dire quelque chose, il n'y aurait qu'un grand blanc. Il faudrait déjà connaître la langue, avoir traversé lentement une immensité, connaître l'histoire ancienne et récente, avoir vécu avec des gens. Un défi énorme. "

Un peu comme quand on part en vacances en terre sainte, si on parle pas hébreu, on est cuit à la coque.

mais si on ose y aller, alors on découvre des gens admirables et une grande hospitalité. Une notion du partage, de l'amitié et toutes ces choses qu'on peut découvrir et qui donnent chaud au coeur. En Russie, en Amérique, en Chine, au Japon ou ailleurs.

Faut juste faire l'effort d'aller chez les autres sans ces préjugés à la con.
Je vous en donne l'idée, vous êtes probablement capable d'essayer.


Quant à Patoucha, la rémunérée pour venir polluer...

"LOL! Après Kennedy..:D Vous excellez! J'adore! Vous me faites rire et on en a bien besoin..... Bon week-end"

vous prenez la plume le samedi? Etonnant.
Ah non... le soleil s'est couché. donc vous pouvez reprendre votre flot de fiel haineux.
Le chandelier est éteint, allumez les lampes dans l'appartement.
Parce que à l'étage, chez vous, c'était et ça restera très obscur.
A l'extrème limite, venir polluer pour défendre tsahal, normal : on vous paie.
Mais venir la ramener sur la Russie... vous faites des heures sup?

Rien d'autre à vous répondre.

Écrit par : Keren Dispa | 09 août 2014

Oui Patoucha, c'est vrai, je n'ai pas eu le temps à ce moment là, précis, d'écrire le commentaire que vous précisez.

Néanmoins, Obama reste un parfait imbécile heureux.

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 10 août 2014

Merci Keren Dispa !
Qu'est-ce que j'en ai rigolé !

"Rien d'autre à vous répondre,
rien à dire aux trolleuses patouchesques mal touchées et payées pour troller."

mal touchées !!! Je crois que vous avez visé juste !

Bon dimanche à vous tous, Patoucha y compris !
Je commence à bien l'aimer ... elle ... ça doit être mon éducation chrétienne !

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 10 août 2014

Bonjour K.Dispa,

Vous m'écrivez en ces termes:

"Faut juste faire l'effort d'aller chez les autres sans ces préjugés à la con.Je vous en donne l'idée, vous êtes probablement capable d'essayer."

C'est marrant, parce que vous confirmez un peu mes propos : grâce à mon commentaire, vous pensez avoir compris quelque chose de fondamental sur ma personne ( tendance à avoir préjugés + craintes face à la confrontation avec l'inconnu). Quant aux préjugés, je ne suis pas bien placée pour évaluer les miens, mais en l'état, je pense que vous non plus ! :-)))
Plus haut, j'ai expliqué que je voyageais beaucoup, donc la question n'est pas là.
J'aime bien parler avec les gens et je trouve impoli d'attendre d'eux qu'ils parlent p.ex. l'anglais, donc pour moi, les connaissances linguistiques sont essentielles. Malgré cela, j'ai osé la Grèce, Istanbul ou l'Indonésie et ça s'est toujours bien passé. J'ai appris des mots, les chiffres et des bouts de phrase et le reste s'est fait par gestes ou dessins.

Mon regret de ne pas connaître le russe est en lien avec ma capacité à m'informer sur internet. Rien ne remplace la lecture des documents originaux.
Que sais-je sur la Russie actuelle ? Ce que je peux glaner dans les langues que je connais.
Je suis allée à St. Petersbourg, il y a déjà un moment de cela, et je considère que ce n'est pas suffisant. Ni le fait que ma mère soit originaire de Carélie. La Russie est un pays immense et très divers. La réalité des habitants doit être incroyablement différente, selon les régions. Les effets de l'embargo alimentaire le seront certainement tout autant.
Notre sujet ici est de savoir, s'il est légitime de se prononcer sur les effets de l'embargo, sans connaître la Russie.
Mes questions étaient :
A-t-on le droit de parler de quelque chose qu'on ne connaît pas et à quel moment peut on estimer que l'on connaît quelque chose ?

De mon point de vue, on en a le droit de s'exprimer sur tout.
Il s'agit d'exprimer son opinion, cela implique souvent de se positionner pour/contre. C'est "normal" sur les blogs et si pat s'exprime comme il le fait, c'est son bon droit.
Il faut avoir confiance dans les lecteurs, qui sont capables de forger leur propre opinion, en lisant un commentaire.
On peut écrire des bêtises, ça ne mange pas de pain.
Le problème serait dans la mise en circulation de fausses informations. Il arrive que l'on poste un lien qui mène a des manipulations ou que l'on rapporte des informations erronées.
Dans le cas de l'embargo sur les produits alimentaires, l'avenir nous dira ce que cela aura provoqué, ici ou là.
Toutes nos spéculations ici ne sont que cela : des plans sur la comète.

Écrit par : Calendula | 10 août 2014

Calmez vous, vous tous, svp. Pas la peine de vous déchirer au sujet de blocus russe sur agro-alimentaire européen. C'est les européens qui vont souffrir, et a la long terme perdre le marché russe.
Nous, les russes, nous n'allons subir RIEN DU TOUT !
La Russie est un pays autosuffisant. Dites vous bien, que si vos merdias vous abrutissent avec des mensonges sur la politique russe, ils font pareil sur les problèmes économiques russes !
En Russie on dit a propos de vos sanctions : "Vous voulez faire peur a un hérisson en lui montrant vos fesses nues ?"

Écrit par : ANNA | 12 août 2014

Est ce que l'un d'entre vous a pensé une seule seconde aux manouvres d'intimidation de l'OTAN
On a des avions de l'OTAN qui transitent depuis deux soirs le ciel Suisse
En Suisse le peuple a vécu les grandes manœuvres militaire ou les civiles malgré eux auront tous participé
Certains invitaient même l'Armée a venir manger chez eux alors que des militaires étaient cachés dans tous les coins et recoins pour faire croire à un ennemi invisible il va de soi
Aussi tous ces conflits se réveillant en même temps continuent à me tarauder les méninges ,on apprend plus à faire la grimace aux vieux singes dit un proverbe
Et tandis qu'en Occident tous les yeux sont occupés par ces conflits dans le dos de tout le monde d'autres saisiront leur chance pour faire quelque chose qui ne sera pas vu assez tôt mais qui sera perçu trop tard et c'est ainsi depuis les premières invasions barbares

Écrit par : lovsmeralda | 12 août 2014

Keren, la Russie est un pays autosuffisant en production agricole, à condition que le peuple ne soit pas exigeant sur la qualité et la quantité de nourriture....D'ailleurs la meilleure preuve de la suffisance de la Russie c'est qu'elle envoie 300 camions militaires "d'aide humanitaire" a l'est de l'Ukraine.... je crains que le contenu des camions soit humanitaire au même titre que l'euthanasie de tous les ennemis politiques du tsar. Je suis bien certain que les russes n'accepteront aucun contrôle étranger du contenu de l'aide humanitaire, et que les jeunes hommes fringants qui l'accompagneront prendront quelques semaines de vacances de l'autre côté de la frontière pour aider le peuple frère. Comment peut on croire aux balivernes qu'on nous sert la dessus?

Écrit par : pat | 12 août 2014

2'000 tonnes s'est quand même pas rien.
Alors que la France envoie en Irak 18 tonnes, 18 malheureuses tonnes !
Concernant un contrôle, même de routine, je suis certain qu'aucune objection ne sera faite par les russes.

Question d'Honneur !

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 12 août 2014

Les commentaires sont fermés.