02 août 2014

Est-ce vraiment un mépris ?

Je n'ai pas encore parlé des places roses. Au prochain coup. D'abord la pub pour Twingo et la critique acerbe sur Twitter. J’ai quelques difficultés à souscrire à cette critique. Je vois surtout l’humour, un humour bien stéréotypé, oui. L’humour fait souvent dans le stéréotype. Une blague belge suscite le sourire à cause des comportements que l’on attribue aux belges. Il n’y a pas de prétention de vérité. On ne sait même pas d’où cela vient. Idem pour les blondes, dont personne n’imagine qu’elles soient particulièrement idiotes, mais dont on se régale des bourdes et du narcissisme ravageur qu’on leur prête. Elles-mêmes en rien souvent, et les brunes ne s’en régalent pas moins que les hommes.


femmes,pub,clip,renault,twingo,sexisme,Je ne verrais aucun sexisme particulier si l’on stigmatisait par l’humour des conducteurs hommes pour leur prise de risque:

«C’est l’histoire d’un mec en Deuche qui se fait dépasser par une Lamborghini. En face un 40 tonnes arrive à pleine allure. Le conducteur du bolide accélère et se rabat à la dernière seconde juste avant l'accident. Le mec en Deuche est vexé. Quelques kilomètres plus loin il trouve un tracteur devant lui et se met à le dépasser alors qu’un autre 40 tonnes arrive en face. Au moment de donner le coup d’accélérateur salvateur et de se rabattre, le mec réalise qu’il a une 2 chevaux, pas une Lamborghini...».


Bon, alors l’histoire du jour est une pub pour la Renault Twingo. Une auto faite pour les femmes, paraît-il. Des femmes qui auraient tendance à improviser au volant et se gareraient n’importe où. Mais qui laissent un petit mot au cas où cela dérangerait (vidéo 1).

Des réactions hargneuses sur Twitter ont poussé la marque à retirer ce clip: «Renault, la palme de la pub sexiste», ou «... un tel mépris des femmes». Je ne sais pas ce qu’en pensent les femmes. Moi je trouve cela simplement marrant et accrocheur.

femmes,pub,clip,renault,twingo,sexisme,Sur la vidéo 2, une femme témoigne de l’impact de la publicité: «Une femme va immédiatement s’identifier au personnage, alors que l’homme n’y voit qu’une histoire». Eh bien, comme propos sexiste misogyne, c’est gratiné. Selon cette personne les femmes ne seraient pas capables de prendre du recul et d’avoir de l’humour? Il y a donc bien une différence fondamentale, irréductible entre les hommes et les femmes? Les tenantes de la théorie du genre nous auraient menti à l’insu de notre plein gré?

Et de là à demander des sanctions pénales contre le sexisme, au même titre que le racisme, le saut est fait. Surveillez vos lectures, Big Mother is watching you.

 

A suivre: les places roses.












Et une petite rigolote pour la route:

 

Quand on ridiculise les hommes, ce n'est pas sexiste.

femmes,pub,clip,renault,twingo,sexisme,


Et pour ne pas oublier les lectrices:

femmes,pub,clip,renault,twingo,sexisme,

 

11:48 Publié dans Féminisme, Humour | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : femmes, pub, clip, renault, twingo, sexisme | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

évidement ce sont des vaches sacrées.

http://livre.fnac.com/a2062587/Natacha-Polony-L-homme-est-l-avenir-de-la-femme?PID=1

"des imbéciles heureux «et des imbéciles heureuses». Encore cette dernière proposition doit-elle être considérée comme pure licence littéraire. Allons donc ! Insulter une femme ? Oser une plaisanterie ? On n'y songe pas. Il convient aujourd'hui de ne s'adresser aux femmes que pour la flagornerie, les ronds de jambe et la pêche électorale. Pour leur vendre verroteries et babioles. Nul ne se risquerait en ces temps de progressisme à la moindre critique, la moindre réserve - et que dire d'un bon mot douteux, forcé­ment douteux - à propos de ces nouvelles vaches sacrées."

on n'est plus dans l'égalité mais dans la domination féminine, dominantes intransigeantes, castratrices, votant des lois de genre pour asseoir leur pouvoir, pouvoir dictatorial, qui n'admet pas d'opposition, qui impose une pensée unique, qui punit comme bon lui semble.

à l'époque du code Napoléon malgré la loi elle commandaient dans les foyers le code Mapoléon aboli, pour plus d'égalité, maintenant, la bride a été lâchée, elles commandent dans l'espace public aussi, à coup de mensonges de mauvaise foi, d’intransigeance.

http://www.huffingtonpost.fr/nicolas-bersihand/lettre-de-george-sand-au-comite-central_b_5542939.html

"que le moment est venu de reconnaître en principe ses droits à l'égalité civile et de les consacrer dans les développements que l'avenir donnera, prochainement peut-être, à la constitution sociale. Puisque les mœurs en sont arrivées à ce point que la femme règne dans le plus grand nombre des familles, et qu'il y a abus dans cette autorité conquise par l'adresse, la ténacité et la ruse, il n'y a pas à craindre que la loi se trouve en avant sur les mœurs. Au contraire, selon moi, elle est en arrière."

et quand elles sont en politique la plupart font ça.

"L’autre monde féministe est un ensemble de nébuleuses constitué de centaines d’associations, voire de milliers sur toute l’Europe. Sa vocation est de secourir des femmes, de venir en aide. Ses militantes, extrêmement engagées, ont une fonction unique: une fonction sociale de réparation. Ainsi, lorsqu’il s’agit, par exemple, d’associations de défense contre les violences faites aux femmes, on observe la plupart du temps une «réaction de militantes» à propos du sujet qui les préoccupe.

Ces associations-là, de terrain, ne se réclament de personne, faute de grande figure du féminisme comme Simone de Beauvoir, mais ne sont pas sans influence. Elles sont proches des médias de gauche et arrivent très bien à se faire entendre. Ce qui me paraît inquiétant, c’est qu’à partir de leur combat quotidien, ces associations dégagent une image de la femme – leur image propre de la femme, c’est-à-dire celle qui constitue leur «ordinaire» et dont elles font une «généralité». Ces féministes, qui s’occupent de femmes violées ou de femmes agressées, induisent de leur constat une condition des femmes qui remonte à la presse par le biais de leurs amies journalistes. J’ai été très frappée de voir – que ce soit pour la prostitution, pour la pornographie, ou encore pour le harcèlement – qu’aussitôt que ces associations s’intéressent de près à ces sujets, ils se répercutent immédiatement de façon négative dans les médias, télévision y compris.

À quoi cela tient-il?
Tous les secteurs «société» des grands médias sont confiés à des femmes socialement, idéologiquement et politiquement très proches de ces associations féministes. Ces journalistes s’alimentent de ce que leur apportent les associations, et ces informations sont transmises quasiment sans nuance. Elles participent donc à cette «chape de plomb» que j’évoquais précédemment. L’année dernière, au moment du débat sur la prostitution, j’ai vu à quel point il était difficile de faire entendre une parole différente.

Autre exemple marquant: au moment du débat sur la parité femme/homme dans le monde politique, l’ensemble des journalistes des secteurs«société» des médias étaient pour la parité. Or je condamne totalement cette espèce de connivence objective de génération, de milieu culturel et politique. Tout cela me semble très grave, parce que cette nébuleuse composée des différentes associations constitue, par son lien avec la presse, une sorte d’idéologie dominante. Par ailleurs, pendant les cinq ans du gouvernement socialiste de Lionel Jospin,

un certain nombre de femmes ministres s’étaient entourées, dans leur cabinet, de représentants de ces associations. Il s’opérait ainsi une sorte de lobbying immédiat."

http://www.pensamientocritico.org/elisbad0105.htm

Écrit par : leclercq | 02 août 2014

"votant des lois de genre"

qu'est que je disais à propos des lois, pour nos vaches sacrées.

http://www.la-cause-des-hommes.com/spip.php?rubrique76

"- des mesures discriminatoires de manière explicite :

Titre III, chap III, art 56. Le titre III concerne "la lutte contre les atteintes à la dignité à raison du sexe dans le domaine de la communication".. Il est enjoint au CSA et aux sociétés de programmes de veiller à "l’image des femmes", aux "droits des femmes"

elles commencent à nous courir sur le haricot avec tous leurs délires !!!

Écrit par : leclercq | 02 août 2014

Nabilla/Debilla devrait être aussi un combat des féministes.
Je m'explique.

Cette femme est tellement débile qu'elle fait honte à l'espère humaine et plus particulièrement à la gente féminine.

Je n'ai jamais entendu madame triple gencive Isabelle Alonso, la chienne de garde afficher du mépris pour elle, contrairement à Catherine Deneuve.

Le Conseil Supérieur de l'Audiovisuel avait émis un avis concernant les stéréotypes à la télé, la bimbo étant toujours présente.

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 03 août 2014

voilà le résultat du manque d'assimilation des immigrés.

http://www.leprogres.fr/rhone/2014/08/02/le-mari-violent-ecope-de-six-mois-d-emprisonnement-avec-sursis?utm_source=direct&utm_medium=newsletter&utm_campaign=le-progres-l-actu-du-samedi-3-aout-en-un-clin-d-oeil

quel retour en arrière depuis les années cinquante, tout ça à cause de les materner les prendre pour des victimes, leur descendants vont maintenant chercher leur épouses en Algérie, en reste encore les voisins souchiens pour aider cette pauvre femme.

évidement en commentaires on a droit aux clichés bidons habituels

"Ce genre d'argument est malheureusement classique quelle que soit la catégorie sociale"

celui là a bien intégrer la prêche féministe.

pour la même chose un souchiens aurait pris deux ans ferme, lui c'est du sursis.

je suis même étonné que son prénom soit cité "Karim" c'est presque de l'incitation à la haine raciale.

Écrit par : leclercq | 03 août 2014

Les commentaires sont fermés.