28 juillet 2014

Qui sera la copine d’Ampelmann?

Ampelmann est devenu une icône. Mais il est si seul que certains politiciens veulent lui adjoindre une compagne. Pour la reproduction? Même pas. Pour recevoir de l’affection? Encore moins. C’est pour la parité femmes-hommes.


ampelmann,berlin,allemagne,égalité,femmes,hommes,Ampelmann est le petit bonhomme rouge ou vert qui donne aux piétions le signal de s’arrêter ou de traverser la rue. A Berlin c’est une icône. Ce bonhomme berlinois y est reproduit sous de nombreuses déclinaisons.

Mais c’est un homme.

Des féministes allemandes ont donc fait tout un foin pour dénoncer ce sexisme. Elles veulent désormais lui adjoindre une copine rouge et verte. L’égalité des sexes passerait par là. Mais franchement, est-ce cela qu’on regarde? Qui connait la forme des petits personnages rouges et verts à Genève? Ou dans d’autres villes? Ce que l’on regarde est le signal dynamique, pas le sexe de la figurine.

Mais bon, on a l’habitude...

Un projet a donc été présenté: Ampelfrau allait courir les rues. Mais voilà: comment représenter une femme qui n’ait pas l’air d’un homme? En robe pardi! Et avec des couettes. Une sorte de Fifi Brindacier teutone.

ampelmann,berlin,allemagne,égalité,femmes,hommes,Et voilà que les mêmes féministes se sont fâchées toutes rouges (et vertes): l’Ampelfrau ressemblait trop à une femme et alimentait le stéréotype d’un «style femme»: robe et couettes n’étant bien sûr que de mauvaises représentations féminines produites par des cerveaux dégoulinants de méchant patriarcat.

Bon, bon, soit. Mais alors, comment représenter la femme en général pour la différencier de l’homme? Elles répondront qu’il n’y a pas à les différencier. Mais alors pourquoi vouloir adjoindre une copine à Ampelmann si sa copine est exactement comme lui? Et comment saura-t-on que c’est Ampelmann ou Ampelfrau?

On n’en saura rien!!! C’est à la fois désopilant et représentatif du féminisme. Il faut montrer les femmes en tant que femmes mais il ne faut les différencier en rien des hommes. Cherchez l’erreur.

Alors comment représenter la copine d’Ampelmann sans que rien ne la différencie de son mec? Hors de question de montrer les organes génitaux, objets maudits de la différenciation mâles-femelles. Imaginez nos chères jeunes têtes blondes demandant à chaque fois avant de traverser la route:

«Maman, c’est quoi encore la virgule qui pend? Un monsieur?

Et surtout, si au rouge la virgule pend, au vert je vous laisse imaginer...


Au fait, pour être politiquement correct, on devrait en finir avec les feux rouges et verts qui privilégient outrageusement deux courants politiques. Je propose donc qu’on mette le rouge en haut, le vert au milieu et un bleu en bas.

Mais non, cela va encore faire polémique: le vert freine tout, le rouge c’est l’immobilité, et le bleu c’est le mouvement.

Houuuuuuu..... Cela fait mal aux neurones rien que d’y penser. On n’en sort pas. Je propose alors trois feux noirs en formes de fesses: aucun parti n’est privilégié et l’on ne sait si ce sont des filles ou des garçons. Ça c’est l’égalité. Sauf que certains y verront du racisme.

Et puis en noir, comment savoir si l’on peut traverser la rue ou attendre, demanderez-vous?

Quoi?! Vous voulez le beurre et l’argent du beurre?

19:21 Publié dans Féminisme, Humour | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : ampelmann, berlin, allemagne, égalité, femmes, hommes | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

Bonjour HommeLibre,

Je vous lis silencieusement depuis environ 1 an depuis le Québec mais aujourd'hui j'ai décidé de commenter car je suis "crampé ben raide" par votre billet.

Je propose 2 solutions à ce dilemme:
1- une petite dame dans une burka
ou
2- une Femen avec le mot "patriarcat" inscrit

Vous voyez comme c'est simple! :-D

Depuis quelques jours je suis le tag #WomenAgainstFeminism sur Twitter et c'est consternant de voir les féministes contre ce tag, qui se targuent d'égalité, vouloir censurer ledit tag. Leurs arguments se résument la plupart du temps à des insultes.

Écrit par : Francois | 28 juillet 2014

Ce thème peut cristalliser un maximum d'opinions divergentes et peut donner l'occasion de remettre des priorités en place.
La politicienne SPD n'a pas rendu service à son parti, d'après ce que j'ai pu lire sur les sites allemands. Personne ne semble trouver le débat important ou utile.
L'initiative a le mérite de mécontenter tous les afficionados du petit bonhomme vintage, qui a été plébiscité au moment de la réunification.Entre autres, les Berlinois l'ont sauvé du couperet de l'uniformisation, qui se faisait sur le modèle de l'ouest. Le petit bonhomme est le témoin d'un passé que beaucoup ne veulent pas oublier. Un monument modeste, mais lumineux.
Ensuite, la discussion porte sur la silhouette possible de la femme! Là, c'est très rigolo. Les couettes sont donc out, mais que dire du chapeau du bonhomme ...
La politicienne en question voudrait une femme en pantalon avec des talons hauts !
Cette vision est refusée par plein de femmes, car elles ne s'y reconnaissent pas. Ensuite, il ne faut pas qu'elle soit trop féminisée pour ne pas devenir un danger pour la sécurité routière ?!
Bref : c'est la boîte de Pandore, qui donne une image ridicule d'une certaine classe politique. Il y a des sujets tellement plus brûlants, ne serait-ce que dans le domaine de la circulation et tout ce qui touche aux transports.

Écrit par : Calendula | 29 juillet 2014

Calendula, une civilisation qui s'occupe de tels détails devrait être heureuse: cela signifie qu'elle n'a pas de gros problèmes. Or, ce n'est pas le cas...

Mais au moins cela fait sourire, car en effet quelle silhouette trouver pour la femme? Une poitrine de profil? Les femmes à petits seins ne s'y retrouveront pas!
:-)

Le chapeau de l'homme, je n'y reconnais pas le mien non plus.
Mais comme vous dites, c'est un symbole historique et utilitaire, pas une représentation réaliste sexuée. On oublie que l'important est la signification du rouge et du vert.

On pourrait aussi faire plus abstrait: sens interdit rouge et flèche verticale verte. Sauf que Ampelmann est très bien pour les enfants, qui comprennent vite le message.

Écrit par : hommelibre | 29 juillet 2014

@ François:

La burqua serait assez visuelle...

:-D

Écrit par : hommelibre | 29 juillet 2014

Excellent blog comme d'hab...

J'ai trouvé sympathique ce personnage aux feux lorsque je suis allée à Berlin à fin 2012 et j'avoue ne pas comprendre comment on peut en faire tout un plat !

Ridicule de la part de cette politicienne ... de vouloir absolument "féminiser" les passages piétons.

Alors pourquoi ne pas demander à Conchita Wurst de poser en tant que figurine pour les feux berlinois : il représente l'homme avec sa barbe et la femme vêtue d'une robe puisqu'il a défilé pour la collection Haute Couture Jean-Paul Gaultier !

Écrit par : Lise | 29 juillet 2014

La vraie solution c'est de faire des passages uniquement pour les femmes et des passages uniquement pour les hommes. Enfin c'est ce que je crois comprendre a travers ces délires

Écrit par : pat | 29 juillet 2014

Je pensais proposer ce billet comme un concours. Et cela se fait tout seul. Cool.

@ Lise:

Conchita, bonne idée. En espérant que sa barbe ne noircisse pas l'image... :-)

@ Pat:

Yes, excellente idée aussi. Et tant qu'à faire on peut joindre l'utile: le passage pour dames devant le supermarché, celui pour homme devant le concessionnaire auto.

Arghhh!!! Qu'ai-je dit¿¿¿

:-D

Écrit par : hommelibre | 29 juillet 2014

J'aurais tant aimé lire la réaction de Per Amman sur ce sujet.
Ses dessins nous aurait égayés.

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 30 juillet 2014

Les commentaires sont fermés.