27 juillet 2014

Messieurs, profitez pendant qu’il est temps

Les hommes meurent plus jeunes que les femmes. Ou moins vieux, selon par quel bout on regarde. Les statistiques sont sans pitié. En Suisse la différence hommes-femmes est de 4,2 ans en 2012. Ailleurs dans le monde c’est variable mais la même tendance se retrouve.


VieHF1.jpgMais dites voir, n’y aurait-il pas comme une inégalité des sexes, pas là? Oooouuuhhh! Que fait la police? Parce que, l’air de rien, cela fait des milliers de francs ou d’euro de salaire ou de retraite qui ne sont pas versés aux hommes. Des années pendant lesquelles les filles de 90 ans se prélassent orteils en éventail sur la plage de Copacabana pendant que les hommes essaient depuis des années de faire comprendre aux vers de terre que leurs aisselles ne sont pas un terrain de foot.

Parfaitement, il n’y a pas d’âge pour bronzer à Copacabana.

Donc les hommes meurent plus jeunes et laissent derrière eux un paquet d’argent dont ils ne profitent pas. On sait déjà que le travail tue plus les hommes que les femmes. La pénibilité, les boulots à risques, font 4 fois plus de victimes chez les hommes que chez les femmes. Une bonne raison de les payer davantage, ce qui n’est pas le cas quoiqu’en dise la propaganda sur la supposée inégalité salariale.

Ensuite, dans tous les secteurs de statistiques les hommes meurent plus jeunes.

 

- Ben, mâme Michu, c’est toujours les meilleurs qui s’en vont en premier.

 

- Oh ça, vous alors m’sieur Tintouin, toujours à tirer la couverture à vous. Vous faites la victime maintenant?

 

- J’ai de bonne maîtresses...

 

viehf2-Espérance_de_vie.jpgA Genève les statistiques sont relativement détaillées.

Toutes tranches d’âge confondues les hommes meurent toujours plus jeunes (Suisse: image 1, France: image 2, cliquer pour agrandir). A 90 ans, il reste encore 12% de population féminine contre 5.3% de mâles. Soit environ un homme pour deux femmes. Si l’on veut refaire sa vie à cet âge canonique, faut rétablir la polygamie.

Les statistiques fédérale font elles un autre calcul. Elles évaluent le nombre d’années perdues. Si l’âge moyen des décès est entre 80,5 ans pour les hommes et de 84,7 ans pour les femmes, tout ce qui meurt en-dessous a perdu des années d’espérance de vie. Pour les fonctionnaires nous devrions tous mourir au même âge. C’est cela l’égalité: un chiffre statistique n’ayant rien à voir avec la réalité.

Le bureau fédéral de la statistique explique que les morts prématurées sont dues à des facteurs évitables: alcool, tabac, sédentarité, malbouffe. Soit, pour vivre vieux il ne suffit pas de vivre caché, il faut aussi vivre en moine. Mais alors que penser de celles (et des rares ceux) qui vivent plus que la moyenne? Ce sont des asociaux. Peut-être des voleurs d’années. Ils piquent aux autres les années qui sont ensuite dite en manque. 

Les hommes vivraient donc qualitativement moins bien que les femmes. Ah, leur fichu goût du risque! N’empêche, chacun choisissant son mode de vie, ils sont discriminés car ils perdent de l’argent uniquement à cause de leur sexe. D’ici qu’on les punissent pour toutes ces années perdues.

C’est trop injuste.

 

Mais, quand-même, on vit le temps qu’on vit. L’espérance de vie n’est qu’une moyenne, pas une norme. Celui ou celle qui meurt à 80 ans n’a rien perdu puisqu’il ne les a pas. Et puis, si les hommes bénéficiaient d’autant de programmes de prévention santé que les femmes, ils vivraient peut-être plus longtemps.

Les statistiques ont décidément l’art de créer le manque quand il n’existe pas. Mais ça donne une idée, ça: si les fédéraux affirment que ce sont des années perdues, je propose que l’on verse les retraites à 65 ans d’un coup, pour un montant correspondant à la moyenne de vie.

Ça va foutre la merde, oui, mais justice et égalité seront faites.

Nom d’une pipe!

 

 

07:17 Publié dans Humour, société | Lien permanent | Commentaires (29) | Tags : espérance de vie, hommes.femmes, longévité, égalité | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

"je propose que l’on verse les retraites à 65 ans d’un coup, pour un montant correspondant à la moyenne de vie.
Ça va foutre le merde, oui, mais justice et égalité seront faites."

Bonne idée!

N'oublions pas: en Suisse, l’âge légal de la retraite est de 65 ans pour les hommes et de 64 ans pour les femmes, ce qui veut dire qu'à age égal, au delà de 64 ans, les femmes puisent une année de plus dans l'auge de nos contributions pour la retraite.

Écrit par : Ben Palmer | 27 juillet 2014

"Le bureau fédéral de la statistique explique que les morts prématurées sont dues à des facteurs évitables: alcool, tabac, sédentarité, malbouffe."

Allonger sa vie, c'est si simple, il suffit de suivre les conseils de l'Office de la statistique (OFS), conseils qui sont les mêmes que ceux de nos grand-parents et de leurs grand-parents. Et la masturbation rend sourd
...
Quand je regarde l'espérance de vie dans les différents pays de ce monde, je constate que je peux vivre plus longtemps en migrant vers Monaco, où je peux gagner 5 ans ou vers le Japon (2 ans).
Et à la population du Mali (50 ans), j'ai envie de leur crier: arrêtez l'alcool, le tabac, la sédentarité et la malbouffe, vous êtes en train de vous tuer!

« Je ne crois aux statistiques que lorsque je les ai moi-même *interprétées*» (Winston Churchill, citation modifiée par moi).
En interprétant les statistiques sur l’espérance de vie de cette manière, l'OFS commet une grave erreur. Le décès d'un nourrisson pèse plus lourdement dans l'espérance de vie d'une population que celui d'une personne âgée. Alors les nourrissons, évitez l'alcool, le tabac, ....

Écrit par : Ben Palmer | 27 juillet 2014

Ravie d'apprendre que je vais vivre encore ... longtemps !

:-)

Ceci dit, il faut aussi prendre en considération que - vous n'êtes pas sans l'ignorer - les femmes étant moins bien payées que les hommes, elles finissent par se venger ... sur la longévité !

Écrit par : Lise | 27 juillet 2014

Ceci dit, il faut aussi prendre en considération qu'il y a des hommes qui sont moins bien payés que d'autres hommes. Est-ce qu'ils peuvent aussi se rattraper sur la longévité? ;-)

Écrit par : Ben Palmer | 27 juillet 2014

Mais qui vous dit que certains humains ont envie de vivre longtemps? c'est vrai après tout et plus on vieilli et plus on entend ce genre de réflexion ,ce qui amène à dire à certains patients regardant leur médecin avec compassion vous ne voudriez tout de même pas que je meurs en bonne santé surtout qu'elle a été gravement endommagées dès notre naissance et par qui ? justement par la médecine hygiéniste et les statiticiens
Tous ceux de cette époque vous diront nous on fume on boit on rit on participe au monde vivant en oubliant le monde des zombies qui eux ne rêvent que retraite en se gavant de films morbides et sordides dans l'espoir peut-être de devenir vampires bien que certains le soient déjà dans le monde des arnaqueurs en tous genres
Alors qu'on laisse chacun vivre sa vie comme il l'entend et au diable cette conformité qui en a conduit beaucoup à Auschwitz
Et basta au système Hygiéniste New Age voire Scientologue ,en Suisse on a donné avec pour seuls résultats des cimetières tellement remplis qu'il a fallut créer des Colombarium

Écrit par : lovsmeralda | 27 juillet 2014

Si les femmes, en moyenne, vivent un peu plus longtemps, ce n`est certainement pas parce qu`elles travaillent moins que nous les couillus. La plupart des femmes en effet, travaillent doublement, d`une part en entreprise, d`autre part dans le ménage. Le couillu est tres fier de lui quand il condescend a faire la vaisselle (parfois) mais l`un dans l`autre il fait surtout les doigts de pied en évantail quand il est a la maison. Les statisticiens fédéraux sont probablement plus pres de la vérité en disant que la cibiche et la picole contribuent grandement a faire la différence mais les femmes ont aussi une arme secrete: elles ont tendance a entasser le produit de la malbouffe sur leurs fesses tandis que nous plutot sur le bide et les toubibs savent bien que ca fait une nette différence en terme d`espérance de vie. Longue vie aux femmes!

Écrit par : joachim murat | 27 juillet 2014

Hommelibre je ne sais pas si vous avez connu l'âge de pierre mais moderne c'est à dire celui ou les villages n'avaient que des maisons accolées les unes aux autres ou aucun immeuble ne figurait dans le paysage de tous les jours ou l'air n'était pas pollué par des théoriciens ou les humains avaient un savoir vivre et respectaient les diverses nationalité
Ceci jusqu'au jour ou les immeubles défigurèrent de plus en plus de paysages menant les humains droit dans le mur de modes auxquelles auparavant seule la classe la plus aisée pouvait s'adonner .Clase tellement aisée qu'elle n'osait pas faire autrement que les moins nantis de peur de paraitre ridicule lors de rencontres à l'extérieur
ah ce monde des apparences auxquels nombre d'hommes au cœur fier et durs comme leur habitat et qui auront su résister ,ce qui encore aujourd'hui permet à certains nonagénaires pourtant très bons vivants n'ayant jamais craché dans leur verre de posséder encore un esprit vif , réaliste et nés pourtant dans les années 20
Ou le bât blesse dans votre monde actuel celui ou ne faisons plus que de très bréves incursion c'est les modes qui depuis la fin de la guerre s'en vont comme peau de chagrin pour revenir encore plus moche ,on le voit avec la mode bateau actuelle,jamais depuis la fin de la guerre n'avons nous pu voir mode aussi grunge
Et c'est justement pour ne pas être tombé dans le panneau des diverses modes proposées surtout vestimentaires et comportementales autres que le tabac ou l'alcool qui aura permis aux hommes de vivre plus longtemps ,ah ils auraient eut fière allure avec des petits sacs et les épouses auraient été parmi les premières à se moquer d'eux ,depuis 1990 on vit une sérieuse décadence imputable pour la majeure partie justement au comportements de nombreux humains qui ont pour beaucoup sans doute peur de sortir du troupeau des moutons
Ce qui les amènera pour certains à ne plus savoir ni lire ni écrire correctement ou abuser de textos préparés avant de partir en vacances! les royaumes de l'hypocrisie et des apparences on le sait ne mènent jamais à une vieillesse saine moralement celle-là même qui n'acceptera jamais qu'on lui dise ce qui ou non doit être fait en fonction de stupides statistiques
Et quand on parle de maisons qui ont du caractère,leurs habitants n'en doutons point en auront hérité leur force alors qu'aujourd'hui trop de béton use même la patience

Écrit par : lovsmeralda | 27 juillet 2014

@ Ben Palmer : oui oui Messieurs vivez plus longtemps mais restez classe et chic !

Pierre Dac avait écrit : La mort en définitive, n’est que le résultat d’un défaut d’éducation puisqu’elle est la conséquence d’un manque de savoir-vivre.

Écrit par : Lise | 27 juillet 2014

"On ne prend pas ma vie, je la donne"! est une parole des évangiles dite par Jésus de Nazareth lequel dit également: "Vous qui exploitez"! Il était indulgent, cet homme,(vrai Dieu vrai homme")! sans quoi il aurait précisé, rien de changé, depuis: "Vous qui exploitez et vous qui vous vous appropriez "sans scrupule comme sans état d'âme" la vie d'autrui au service de vos intérêts, gains et profits"!

Je partage le point de vue de lovsmeralda: choisir sa vie, sa mort, l'heure de sa mort, pourquoi pas! Choisir, non subir.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 27 juillet 2014

@ joachim murat

" La plupart des femmes en effet, travaillent doublement, d`une part en entreprise, d`autre part dans le ménage. Le couillu est tres fier de lui quand il condescend a faire la vaisselle (parfois) mais l`un dans l`autre il fait surtout les doigts de pied en évantail quand il est a la maison. "

j'arrive pas à voir dans cette enquête INSSE où la femme ferait une double journée.

http://www.insee.fr/fr/ffc/docs_ffc/ref/FHPARIT12g_D3tachesd.pdf

moi je vois dans ces enquêtes, que les hommes ont une demi heure de plus par jour de temps libre que les femmes en 2010, et que les femmes ont une demi-heure de temps physiologique en plus que les hommes, moi je vois pas où vous trouvez que les femmes ont une double journée !!!
surtout que quand elles s'occupent d'enfants ça leur prend beaucoup de temps elles les couvent et coté coté taches ménagères pour faire la même chose elles passent deux fois plus de temps qu'un homme, voir femme et hommes seuls.

@ Lise

"les femmes étant moins bien payées que les hommes"

pour le même travail rien ne prouve quelles soient moins bien payées.

http://blogs.mediapart.fr/blog/hommelibre/050312/inegalite-salariale-femmes-hommes-la-valse-des-chiffres

http://hommelibre.blog.tdg.ch/archive/2014/04/29/inegalite-salariale-caquets-et-accidents-professionnels-nouv-255443.html

"J’attends toujours que des fiches de paie ou des jugements des Prud’hommes démontrent une discrimination, supposée massive, pour des postes dans les mêmes entreprises avec le même profils femmes-hommes: formation, ancienneté, âge, compétence, niveau de responsabilité pareils. Si, toutes ces conditions réunies, des comparaisons massives de fiches de paie démontrent une inégalité, je m’inclinerai. En attendant je conteste totalement la réalité ce cette supposée inégalité."

"elles finissent par se venger ..."

se venger de quoi !!!

bon vous n'avez toujours pas compris que les affirmations féministes étaient un tissu de mensonges avec un total manque d'objectivité de d'honnêteté. il serait temps de vous réveiller.

Écrit par : leclercq | 27 juillet 2014

@ leclercq : les vendeuses sont moins payées que les hommes (exemple dans ma propre famille), des secrétaires hommes gagnent plus que les secrétaires femmes (je l'ai vécu), dans les banques cela existe aussi et dans le canton de Vaud une avocate avait saisi les tribunaux parce qu'elle était moins payée qu'un avocat dans la même Etude (requête retirée parce que les associés voulaient éviter les gros titres). Non ce n'est pas une idée farfelue.

De plus, vous n'êtes pas sans savoir que beaucoup de personnes, hommes/femmes, ne saisissent pas les tribunaux par peur ... de ne plus retrouver de travail.

Toutes ces différences n'existeraient pas si le principe de l'égalité salariale était réalisé.

Enfin, comment expliquez-vous que les familles monoparentales - très souvent formées d'une mère et un et/ou plusieurs enfants - doivent faire appel à l'aide sociale ? Je sais aussi que les contributions d'entretien grèvent fortement les budgets pour les hommes qui sont en très grande majorité contributeurs. Là je m'exprime en tant que secrétaire d'avocats !!!

Et "elles finissent par se venger" signifiaient simplement qu'elles rattrapaient - sur le ton de la plaisanterie - la période où elles avaient un salaire inférieur.

Je concluerai par ceci concernant votre dernière phrase : je ne défends aucune cause féministe et suis tout à fait réveillée, contrairement à votre affirmation. Relisez certains blogs de Hommelibre vous constaterez le contraire.

Écrit par : Lise | 27 juillet 2014

Comme dans beaucoup de domaines, ce n'est pas tant la quantité ou la longueur qui compte, mais la qualité.
A tout prendre, je préfère une vie courte et bien remplie, qu'une longue attente de la fin inexorable.

Ma soeur et moi, nous nous occupons de notre mère, veuve depuis bientôt 5 ans. Depuis toujours, elle s'était imaginée partir la première, puisque la famille de son mari aurait la chance de transmettre la longévité tant aux femmes qu'aux hommes. Quelle n'a été sa révolte, lorsque mon père est mort à 79 ans !( Effectivement des suites de problèmes liés à un mode de vie peu frugal, malbouffe et alcool, et un refus d'être bien suivi médicalement...).
Le veuvage est un état auquel il est difficile de s'adapter, d'autant plus que la solitude des personnes âgées est une réalité criante dans nos sociétés.
Je trouve que ma mère a une façon très touchante de s'adresser aux nouveaux veufs et veuves, lorsqu'elle leur adresse ses condoléances, ce qui arrive forcément plusieurs fois par année. Elle a les mots justes, intuitivement et de par la force de son propre vécu.
Les gènes et le sexe sont certes déterminants, mais le mode de vie n'est pas sans conséquences. Si on fume et on boit ( ce que les femmes font de plus en plus, semble-t-il) et que l'on gère carrière et famille dans la course contre la montre, on ne favorise pas la longévité. Il se pourrait bien qu'en accédant de plus en plus à un mode de vie masculin, les femmes perdent leur "avantage", tout relatif.

Écrit par : Calendula | 27 juillet 2014

@ Lise

je sais que vous êtes réveillée je l'ai constaté dans vos écrits.

"Toutes ces différences n'existeraient pas si le principe de l'égalité salariale était réalisé."

dans le tapage médiatique il est affirmé que pour le même travail l'ensemble des femmes gagnerait 25% de moins, ce qui est faux, l'écart réel à poste comparable est de 5 à 7%, et des variables non mesurables ne sont pas prise en compte, rendement réel, négociation de salaire etc, et avec cette réalité les chercheuses écrivent que le problème n'est visiblement pas la discrimination mais la ségrégation, et oui les hommes et les femmes ne choisissent pas les mêmes métiers ils ne sont pas identiques, alors pourquoi parler d'inégalités.

dans vos exemples cités plus haut, quels étaient les écarts de salaires, n'y avait t'il aucune variable, qui permette d'expliquer cette différence.

je ne pense pas que niveler les salaires est une bonne solution, pour plus d'égalité, on risque juste de payer les faignants au même salaires que ceux qui sont plus méritants, résultats ceux qui sont méritants seront démotivés.

"L’écart des salaires entre les femmes et les hommes
peut-il encore baisser ? Le problème de fond
n’est manifestement pas dans la discrimination
salariale au sens strict, qui pèse relativement
peu face aux facteurs structurels de l’écart ; son
élimination totale laisserait, toutes choses égales
par ailleurs, un écart de 19 %. Peut-on dire
alors que l’explication vaut raison, et que la discrimination
à l’encontre des femmes n’est pas
un problème sur le marché du travail ? Ce serait
négliger que les sources les plus importantes de
l’inégalité constatée sont liées à des phénomènes
de ségrégation, eux-mêmes largement issus
de normes sociales et de leur traduction dans
le partage des tâches domestiques et familiales
entre les femmes et les hommes ; les écarts de
salaires, en retour, contribuent peut-être à les
faire perdurer. Ce serait alors peut-être plus du
côté de politiques qui débordent largement le
seul champ du marché du travail que se trouveraient
les leviers d’une égalité effective face aux
choix professionnels."

"eux-mêmes largement issus
de normes sociales et de leur traduction dans
le partage des tâches domestiques et familiales
entre les femmes et les hommes " et oui les femmes et les hommes ne sont pas similaires n'ont pas les mêmes priorités de vie.

http://www.insee.fr/fr/ffc/docs_ffc/es398-399f.pdf

"Enfin, comment expliquez-vous que les familles monoparentales - très souvent formées d'une mère et un et/ou plusieurs enfants - doivent faire appel à l'aide sociale ? "

et oui une famille s’élève avec deux salaires, c'est une réalité, une pension alimentaire ne remplace pas un homme pourvoyeur.

http://www.parent-solo.fr/modules/smartsection/item.php?itemid=169

"P.S. : Que voulez vous dire lorsque vous écrivez " De même l'Etat n'a pas à rémunérer, par le biais de la politique familiale, les parents séparés " ou " L'argent public n'est pas là pour remplacer un conjoint défaillant ou un conjoint repoussé. ". Le titre de votre ouvrage prendrait-il tout son sens ici ?
C'est vrai : la famille est une affaire privée dans le sens que les gens sont libres de s'aimer, de se marier ou pas, de faire des enfants ou pas, et en même temps, c'est une affaire publique car l'avenir de la société ce sont des enfants qui ne sont pas des petits atomes isolés, mais qui vivent dans des familles. Il est tout à fait légitime que la puissance publique aide les familles à élever leurs enfants, mais elle n'a pas vocation à aider les gens dans leur mode de couple : cela ne regarde pas la collectivité. Elle fait déjà beaucoup pour traiter les divorces, assurer les placements d'enfants quand les parents sont défaillants, etc. Il faut savoir qu'1/3 des dépenses du Ministère de la Justice sont consacrées à la gestion des instabilités familiales. L'Etat dépense pour les enfants, pourquoi " récompenserait "-il un adulte qui se sépare de son conjoint ? Il est vrai qu'on sent encore l'empreinte des mentalités des années 1975-2000 pendant le'squelles les adultes se sont dit qu'ils pouvaient tout faire dans leur vie privée, que l'Etat providence les aiderait. Je pense que les choix de vie privée restent du domaine privé, et que chacun reste responsable de son enfant quoiqu'il arrive. "

"Les mères gardiennes ont de lourds problèmes et la trilogie divorce, dépression, chômage ou divorce, chômage, dépression frappe très fréquemment les pères non gardiens. En ce qui concerne les mères, elles doivent concilier leur vie professionnelle et la garde des enfants (souvent, elles conservent le logement). Durant 30 ans, avec la jubilation de la liberté conquise de la vie privée, on n'a plus voulu parler des conséquences du divorce sur les enfants. Il faudrait développer la médiation avant et après le divorce, de façon à ce que les deux parties puissent se projeter dans l'avenir pour se rendre compte de tout ce qu'il y aura à solutionner (traites de la maison, garde des enfants, voiture…). Dans des pays où la médiation est développée, il arrive que des couples renoncent à divorcer en prenant conscience des conséquences. Les gens de niveau d'éducation peu élevé n'arrivent pas à planifier leur futur au moment même où ils sont pleins de griefs et de blessures. D'où l'utilité du médiateur pour les accompagner.La médiation permet également d'organiser la séparation de manière plus rationnelle et plus apaisée. Malheureusement, les avocats n'ont pas intérêt à voir se développer la médiation, par crainte de perdre des affaires… "

Écrit par : leclercq | 27 juillet 2014

D'accord avec Calendula, tant que certaines femmes singeront les hommes, elles raccourciront leur longévité.

Écrit par : revenant | 27 juillet 2014

@ Joachim:

Oui et non. Une enquête fédérale a calculé il y a environ 3 ans le temps passé par chaque conjoint aux nécessités du ménage: travail professionnel, ménage proprement dit, bricolage, enfin tous investissements confondus. Résultat: le temps passé par chacun est identique à une heure près. Je ne retrouve pas immédiatement la statistique mais je l'ai quelque part.

L'erreur est de vouloir donner les mêmes tâches aux deux. Et puis pour les hommes qui en font moins, si les deux partenaires sont d'accord, pourquoi pas. Je connais des couples où c'est l'inverse. C'est leur choix.


@ Lise:

Garder la classe, oui, bien d'accord. Mais là aussi chacun a son comportement (femme ou homme). Le tout est de savoir si l'on se convient ou non. J'ai connu des femmes qui apprécient des câlins toniques. Moi qui suis assez doux, j'ai dû m'y mettre... :-) C'est pas mal aussi! ... :-)))


@ Lovsmeralda:

J'ai grandi dans un village et oui, il y avait une belle proximité. En même temps le besoin de liberté s'est coupé de cette très (trop) grande proximité. L'anonymat des villes en a fait respirer plus d'un.


@ Calendula:

L'exposition très grande des femmes aujourd'hui, présentée comme une victoire ou une jouissance, pourrait se payer un jour. Ont voit ce que les hommes ont subit et subissent aujourd'hui leur leur grande exposition. Il y a là quelque chose qui n'est encore perçu par presque personne, même pas par celles qui défendent cette exposition. Les différences fondamentales femmes-hommes pourraient bien en reprendre de la vigueur.

Écrit par : hommelibre | 27 juillet 2014

@hommelibre,
Qu'entendez-vous par "exposition" ? Le fait de prendre des risques de santé en consommant de l'alcool ou du tabac (et tous les additifs contenus dans les cigarettes) ? L'exposition au stress professionnel ?
Il est indéniable que nos corps ne sont pas interchangeables et je pense qu'on s'en rend bien compte dans le monde médical.
Récemment, il y a eu cette émission de "36,9°" de la rts, je crois, qui mettait en évidence les fait que les femmes meurent énormément de crises cardiaques mal diagnostiquées. Leurs symptômes ne sont pas identifiés assez rapidement, car ils sont différents de ceux des hommes.
Le dernier numéro de "Sciences et Vie" présente les résultats d'une recherche démontrant que les médicaments n'agissent pas de la même façon sur les hommes et les femmes. La recherche clinique se réfère majoritairement à des sujets masculins, qui permettent des paramètres plus constants que les femmes, dont le cycle hormonal peut perturber les mesures effectuées par les chercheurs. Ainsi, la posologie prévue ne conviennent pas forcément aux femmes.
Cela ne les empêche pourtant pas de vivre plus longtemps, du moins du point de vue de la moyenne statistique ! L'effet placébo a peut-être sa part dans le phénomène....

Écrit par : Calendula | 28 juillet 2014

"Le dernier numéro de "Sciences et Vie" présente les résultats d'une recherche démontrant que les médicaments n'agissent pas de la même façon sur les hommes et les femmes."
Y aurait-il discrimination des femmes par les médicaments alors que la loi exige l'égalité entre hommes et femmes? Où est la préposée (ou ministre) pour les droits des femmes quand on en a besoin ....

Écrit par : Ben Palmer | 29 juillet 2014

@ hommelibre

j'ai trouvé ce lien avec un fichier Exel de 85Kb

http://www.bfs.admin.ch/bfs/portal/fr/index/news/01/nip_detail.html?gnpID=2014-130

Écrit par : leclercq | 28 juillet 2014

@ Leclerc: oui, c'est le troisième lien. Merci!


@ Calendula:

J'ai une connexion assez basse ces jours, je fais court. Prendre des risques pour montrer sa force, être responsable juridique de la famille (anct les hommes), faire la guerre, explorer le monde, prendre des positions tranchées, en gros c'est un peu cela. A développer ultérieurement.

Écrit par : hommelibre | 28 juillet 2014

L'heure de notre mort est programmée à la naissance !

Cela m'a été inspiré par l'écoute de votre chanson :). Blague à part, vous pouvez avoir vos fans John :) C'est pas mal du tout!

Écrit par : Patoucha | 28 juillet 2014

@Calendula

Ouais sauf qu'il y aura toujours des médecins au parti pris douteux qui te diront que ce sont des "absurdités" des trucs "rétrogrades" ou que sais-je justement hostile eux-mêmes à la recherche scientifique sans en prendre conscience. Au nom du progrès n'avons nous pas mis en place la PMA ou GPA ?
Les femmes féministes ont bien compris leur enjeu dans l'engagement de leur combat vers la théorie du genre. Et si un jour le féminisme disparaissait ce serait plutôt le féminisme victimaire qui sera tôt ou tard jugé antisexiste. La norme serait donc à ce que j'appelle flottement des personnalités ou des âmes qui se comporteront comme bon leur semblent en dépit de leur synchronisation corporel.
Un jour virilité et féminité ne resteront que des marques historiques.

Écrit par : revenant | 28 juillet 2014

@revenant,

Le développement que vous décrivez n'est pas inexorable et on peut s'opposer à ce "flottement".
L'avenir est très ouvert, et malgré le mercantilisme et la tendance qui consiste à créer de nouveaux besoins dans tous les domaines, je pense que les combines médicales consistant à effacer les différences entre les sexes ne pourront pas se développer de façon massive. Ces trucs sont et seront certainement accessibles qu'à un petit nombre de personnes ayant les moyens de se les offrir.
En revanche, ce qui me semble plus problématique dans ce domaine: les transformations dues aux micro-polluants contenus dans l'eau. Il semblerait que cela amène p.ex. une féminisation des poissons et tout ce qui s'en suit, dans la chaîne alimentaire. Si nous buvons une eau qui continent toutes sortes de résidus, les conséquences seront plus dramatiques que des bidouillages chez des personnes qui en ont les moyens financiers.

Écrit par : Calendula | 29 juillet 2014

Oui j'en avais entendu parler, je crois qu'il y a quelque chose comme la phtalate par exemple. La pilule contraception étant évacuée sous forme d'urine pollue justement ces eaux.

Écrit par : revenant | 29 juillet 2014

Les phthalates sont des composés chimiques utilisés pour assouplir les plastiques. On les utilise depuis plus de 50 ans pour des emballages, bouteilles et articles en PVC.
Je ne vois pas comment elles arriveraient dans les pilules contraceptives.

Écrit par : Ben Palmer | 29 juillet 2014

Mais par contre je ne crois pas que l'on puisse s'y opposer, car de quels moyens disposons-nous pour être ne serais-ce qu'en désaccord avec les anthropologues qui se lèvent comme un seul homme pour dire que l'instinct maternel n'existe pas et est motivé par l'environnement, sous l'impulsion d'une certaine Françoise Héritier.
Le boulot de l' "évolution des mentalités" a pris beaucoup plus de temps qu'on le croyait. Il suffit de se pencher sur des extraits du Reader digest et je suis certain que la période d'entre deux guerre recèle également d'éléments prouvant la marche de la société vers une société où les rôles seraient interchangeables.

Écrit par : revenant | 29 juillet 2014

L'interchangeabilité des rôles est déjà réalisée depuis longtemps: en cas de guerre les femmes font presque tout ce que font les hommes - du moins si cela reste dans leurs possibilités physiques.

Écrit par : hommelibre | 29 juillet 2014

"en cas de guerre les femmes font presque tout ce que font les hommes"

http://www.cndp.fr/crdp-reims/memoire/bac/1GM/dossiers/femmes.htm

dans les campagnes avec l'aide des jeunes des hommes âgées et des travailleurs indigènes les femmes ont remplacer les hommes et les outils manuels pour le travail de la terre n'étaient pas adaptés à leur force physique, ça ne pouvait être que temporaire sinon ça les mets dans l'état de cette munitionnette.

"La journaliste Marcelle CAPY, féministe et libertaire, travaille quelques semaines incognito dans une usine de guerre.
Son témoignage paraît dans La Voix des femmes entre novembre 1917 et janvier 1918 :

« L'ouvrière, toujours debout, saisit l'obus, le porte sur l'appareil dont elle soulève la partie supérieure. L'engin en place, elle abaisse cette partie, vérifie les dimensions ( c'est le but de l'opération), relève la cloche, prend l'obus et le dépose à gauche.
Chaque obus pèse sept kilos. En temps de production normale, 2 500 obus passent en 11 heures entre ses mains. Comme elle doit soulever deux fois chaque engin, elle soupèse en un jour 35 000 kg.
Au bout de 3/4 d'heure, je me suis avouée vaincue.
J'ai vu ma compagne toute frêle, toute jeune, toute gentille dans son grand tablier noir, poursuivre sa besogne. Elle est à la cloche depuis un an. 900 000 obus sont passés entre ses doigts. Elle a donc soulevé un fardeau de 7 millions de kilos.
Arrivée fraîche et forte à l'usine, elle a perdu ses belles couleurs et n'est plus qu'une mince fillette épuisée.
Je la regarde avec stupeur et ces mots résonnent dans ma tête :
35 000 kg »."

c'est de l'interchangeabilité temporaire.

dans la guerre moderne l'interchangeabilité ne s'est pas faite. malgré les affirmation péremptoires des femmes militaires américaines.

http://books.google.fr/books?id=ReWvxz_4zWUC&pg=PT15&lpg=PT15&dq=smorgon+bataillon+de+la+mort&source=bl&ots=i_MrMn-gxQ&sig=dp6bybfYHEvYpPkHlJwxZOZS_9w&hl=fr&sa=X&ei=I97YU-qXGIGn0QXOioGwAg&ved=0CEEQ6AEwBA#v=onepage&q=smorgon%20bataillon%20de%20la%20mort&f=false

voir alinea 33

"Anu Bhagwati, une ancienne capitaine des Marines qui a décidé de quitter le corps d'élite de l'armée en 2004 en partie parce qu'elle ne pouvait pas combattre, s'est également réjouie de la décision.

"Je connais un nombre considérable de femmes dont les carrières ont été freinées par cette exclusion", a-t-elle dit, parlant d'un "moment historique".

apparemment elles n'ont pas très bien compris ce que ça voulait dire se battre en première ligne. à Smorgon "le bataillon de la mort" à découvert ce que ça voulait dire se battre en première ligne.

elles prennent surtout les gens pour des imbéciles comme d'habitude. et il y a suffisamment d'imbéciles pour leur dire amen.

Écrit par : leclercq | 30 juillet 2014

Leclercq:

"c'est de l'interchangeabilité temporaire."

OUI... :-)

Écrit par : hommelbre | 30 juillet 2014

Les commentaires sont fermés.