17 juillet 2014

De Kaboul à Tripoli : un chapelet de guerres

Le Proche-Orient couvre la région qui va du Maghreb à l’Afghanistan. Une région largement prise dans des guerres, principalement des guerres civiles. Une région qui accumule la souffrance des populations, mises sous le joug des radicaux, vecteurs de guerre.


Triste constat pour les populations arabo-musulmanes.


proche-orient,moyden orient,israel,hamas,gaza,afghanistan,pakistan,mali,libye,irak,guerre,iranL’Afghanistan sort d’une guerre d’où les pays occidentaux se retirent, mais reste dans une autre guerre entre pouvoir central et talibans. Une guerre incertaine, de guérilla, faite de fronts mouvants, d’attentats, mais qui vise bien la prise de pouvoir dans l’ensemble du pays. La dernière offensive talibane date de la fin juin, dans le sud du pays.

Selon le quotidien Libération: «Ce vaste assaut et les combats qui ont suivi ont déjà fait plus de 150 morts, ont dit les autorités : environ 100 talibans, selon le ministère de l’Intérieur, auxquels s’ajoutent au moins 21 soldats et une quarantaine de civils, dont des femmes et des enfants, a indiqué Omar Zwak, le porte-parole du gouverneur de la province.»

L’instauration d’un pouvoir taliban, intégriste et théocratique, fera de ce pays une base d’autres guerres. Celle d’Al-Qaïda, mais on ne peut exclure une extension islamiste conquérante vers les républiques musulmanes voisines d’Asie centrale (Tadjikistan, Ouzbekistan, etc).


Le Pakistan est également aux prises avec la guérilla talibane à l’ouest. Les tensions avec l’Inde ne sont pas éteintes.


L’Iran souffle le chaud et le froid et ambitionne d’être le gendarme de la région. Ce qui n’ira pas sans guerre, de même ampleur que celle menée à l’époque contre l’Irak. L’Iran finance deux branches armées très actives: le Hamas et le Hezbollah.


La Turquie est toujours en guerre contre les 20% de kurdes de son territoire, qui demandent une nation. Elle s’est impliquée contre Israël. Elle vise aussi un leadership régional.


L’Irak est en lambeau et le califat islamiste s’installe sur une partie des terres, et sur l’est de la Syrie. Les ambitions hégémonistes sur l’islam sont explicites: demande de soumission des musulmans du monde entier au nouveau calife. L’expansion de ce nouveau proche-orient,moyden orient,israel,hamas,gaza,afghanistan,pakistan,mali,libye,irak,guerre,iranpôle de guerre islamiste ne sera stoppée que par les armes.


La Syrie est toujours enlisée dans une très dure guerre civile. L’émergence du califat confirme les craintes de nombreux occidentaux: la lutte contre Bachar et le soutien à la rébellion a servi les franges les plus radicales de l’islamisme, celui pour lequel guerre et conquête de territoire sont les seuls objectifs. On n’entend d’ailleurs plus guère les gouvernement occidentaux au sujet de Bachar. Peut-être se mordent-ils les doigts d’avoir combattu un rempart contre les radicaux?


L’Arabie Saoudite, le Qatar et les Emirats arabes unis achètent actuellement beaucoup d’armes. Contre quels ennemis? Ils contribuent aux guerres locales en finançant des mouvement radicaux.


Dans la partie nommée Moyen-Orient, le Liban est le théâtre d’attentats périodiques, et occupé par le Hezbollah, milice chiite en action en Syrie aux côtés du pouvoir légitime.


La Jordanie, Etat arabe qui aurait pu devenir la patrie des palestiniens, est en paix relative. Mais le pouvoir a montré dans le passé sa détermination militaire contre le terrorisme palestinien qui voulait prendre le pouvoir (septembre noir).


Israël est en proie épisodiquement à de petites guerres locales contre le Hamas. Les guerres menée contre cet Etat par des coalitions armées arabes sont cependant encore dans les mémoire et ont contribué au changement des frontières. Le Hezbollah reste une menace, ainsi que la Syrie.


L’Egypte connaît de nouveaux épisodes de guérilla interne contre les Frères musulmans.


proche-orient,moyden orient,israel,hamas,gaza,afghanistan,pakistan,mali,libye,irak,guerre,iranEn Libye, les tribus se déchaînent à nouveau. Le pays est dans une guerre civile tribale presque permanente.


On peut étendre le Proche-Orient au Mali et au Soudan, pays qui sont cibles eux aussi du radicalisme militaro-politique de l’islam intégriste.



On le voit, toute cette région est soit en guerre - guerres petites, de guérilla, ou massives et dures comme en Syrie et possiblement en Irak - soit en préparatifs de futures guerres. La question du gazoduc qataro-saoudien qui devait passer par une Syrie démantelée, est pendante. Sans oublier les tensions liées aux différentes branches de l’islam, et aux origines ethniques de cette région: de quoi alimenter des guerres régionales pendant au moins un siècle.

Les populations subissent, quand elles ne sont pas utilisées comme boucliers humains. Dans de nombreux pays le niveau de vie n’évolue pas, ni l’éducation, ni l’économie. Les dirigeants ne veulent probablement pas d’amélioration: une population plus riche et plus formée sera moins encline à soutenir une guerre, et le pan-islamisme verrait sa tactique des vases communicants (solidarité musulmane) en être fortement écornée.


Triste constat pour les populations arabo-musulmanes.


11:00 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : proche-orient, moyden orient, israel, hamas, gaza, afghanistan, pakistan, mali, libye, irak, guerre, iran | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

"On peut étendre le Proche-Orient au Mali et au Soudan, pays qui sont cibles eux aussi du radicalisme militaro-politique de l’islam intégriste."

Comment appelle-t-on - sous l'influence des médias européens -ceux qui les soutiennent? Combattants? activistes? palestiniens? terroristes, C'est selon, pour ces derniers.....!

Écrit par : Patoucha | 18 juillet 2014

Rectification: Lire Comment "les"appelle-t-on....."et par"
ceux qui.....

Écrit par : Patoucha | 18 juillet 2014

Les commentaires sont fermés.