03 juillet 2014

Où sont les 130 garçons manquants ?

- Mais enfin, hommelibre, de koi vous nous causez aujourd’hui?

- De Valérie Trierweiler, mâme Michu. Que fait Valérie Trierweiler? 

- Oui, koik’elle fait la dame?

- Elle manifeste pour les adolescentes enlevées par Boko Haram. Et que fait Michelle Obama?


hommes,femmes,adolescents enlevés,eill,boko haram,syrie,otages- Oui koik’elle fait Michelle, ma belle?

- Idem. Et que font les people?

- Idem?

- Non: pareil qu’idem. 

- Normal, hommelibre: elles défendent leur camp. Elles vont quand-même pas se battre pour l’autre camp, nan, ça va pas la tête? Elles sont pas partageuses.

- Et où sont les 130 garçons manquants?

- Cékoi c’t’histoire?

 

C’est l’histoire de 130 gars enlevés par l’Etat Islamique en Irak et au Levant, dans le nord de la Syrie il y a un mois. De tout jeunes gars de 13-14 ans selon Human Rights Watch:

«Le 29 mai, l’EIIL a enlevé 153 garçons, âgés de 13 à 14 ans, originaires de la ville majoritairement kurde de Ain al-Arab (Kobani en kurde), alors qu'ils rentraient chez eux après avoir passé leurs examens de fin d'année dans la ville d'Alep. Cinq garçons ont réussi à s’échapper et l’EIIL a libéré 15 autres garçons le 28 juin, apparemment en échange de la libération de trois membres de l'EIIL détenus par les forces kurdes.

hommes,femmes,adolescents enlevés,eill,boko haram,syrie,otagesDeux des garçons qui se sont échappés ont rapporté aux médias que l’EIIL forçait le groupe à suivre des cours dans le camp sur la charia et sur l'idéologie djihadiste ;  l'un des garçons a ajouté que les combattants de l’EIIL frappaient ceux qui selon eux se comportent mal.»


130 garçons retenus en otage par des djihadistes: qui en a entendu parler? Personne. Que fait Valérie Trierweiler?

-  Elle défend son camp.

On avait compris. Et puis, après tout, ce ne sont que des kurdes. Si au moins ils étaient français, américains, israéliens, ou même belges, on en parlerait beaucoup plus.

Et puis, et puis... ce ne sont que des garçons.


- Qu’est-ce que vous en dites, mâme Michu?

- Michelle, ma belle, sont des mots qui vont twès bien ensemble, twès bien ensemble...


Images: l'Eill en action.

14:17 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (18) | Tags : hommes, femmes, adolescents enlevés, eill, boko haram, syrie, otages | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

Une absurdité de plus.

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 03 juillet 2014

Horribles ces images ! Indignes de l'humanité.

- Qu’est-ce que vous en dites, mâme Michu? Faudrait déclencher un Shitstorm dans les médias sociaux pour que ça cesse, non?

Écrit par : Ben Palmer | 03 juillet 2014

Ben, je crains que nous n'ayons que peu d'influence sur ces gens, qui probablement revendiquent leur extrême violence comme légitime, comme un trophée. La terreur est leur arme. Montrer leur terreur est nécessaire mais cela peut aussi les servir.

Mais vous avez raison, peut-on déclencher une réaction par les réseaux sociaux? Possible. Ne serait-ce que pour dire très haut combien nous rejetons la terreur, et combien la terreur est inhumaine. On peut espérer que les musulmans modérés prendront un peu plus la mesure du drame qui se joue.

Je suis assez pessimiste cependant pour espérer que cela change sur place. Les enjeux sont très forts, et les soutiens se moquent de notre avis.

Mais je vais penser à un billet sur le thème de cette terreur, en espérant qu'ils soit ensuite partagé sur les réseaux. Qu'en pensez-vous? Avez-vous d'autres idées?

Écrit par : hommelibre | 03 juillet 2014

@hommelibre, ma remarque concernant les réseaux sociaux était à prendre au deuxième degré. On ne peut pas changer le monde en s'asseyant devant un écran et un clavier pour exprimer sa colère et son dégout. Cela donne peut-être bonne conscience, mais c'est totalement futile, car les gens qui commettent ces horreurs sont insensibles à ces sentiments, sinon ils auraient arrêté depuis longtemps, de dégout de voir les victimes de leur crimes.

Malheureusement, je ne vois pas de solution pour faire cesser ces atrocités. Mais je me demande: où sont les mères de ces hommes? N'y a-t-il personne qui les a éduqués, qui leur a communiqué les vraies valeurs de la vie humaine?

Écrit par : Ben Palmer | 03 juillet 2014

En effet, ces temps j'entends beaucoup de personnalités féminines françaises s'émouvoir lorsqu'on parle de "jeunes filles". Dernièrement, Geneviève de Fontenay nous fait le coup de la sentimentaliste révoltée au sujet du Niger. Mais il est vrai que lorsque les garçons sont concernés, nous n'entendons pas d'indignation particulière dans les élites, ce qui prouve qu'il y a une misandrie sous-jacente dans notre société.

Écrit par : John | 04 juillet 2014

Je reste convaincu que l'article dénonce l'attitude du vieux système 2 poids 2 mesures dont les femmes people et influentes nous font la preuve en prenant la défense des filles et pas celles des garçons, qui eux, ne méritent pas leur attention.

Patrick Jouvet, où est tu ?
"Où sont les Femmes" ?

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 04 juillet 2014

@ Ben:

Ok. Faisons comme nous pouvons là où nous sommes, c'est déjà ça. Ces images, très choquantes, sont malheureusement la réalité là-bas. Notre écran est peu de chose, c'est vrai, et la distance nous protège, mais au moins nos "nons" s'additionnent aux "nons", notre voix s'exprime, aussi faible soit-elle.


@ John et Victor-Liviu: deux poids deux mesures, misandrie, nous y sommes en plein. A ce stade, à mon point de vue, je ne veux plus tenter d'expliquer les choses, trouver des justifications. Seulement me dresser comme un mur contre cette violence.

Écrit par : hommelibre | 04 juillet 2014

La solidarite selective, ou segregation sexuelle, un nouveau concept ou simplement une lachete de plus ?

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 04 juillet 2014

Je trouve qu'on pourrait malgré tout entreprendre quelque chose !

Si les people ont été mus et émus par quelque groupe des pression, il faudrait retrouver ce groupe-là et les responsabiliser par rapport aux garçons en question.
En effet, il n'y a aucune différence de fond entre les deux affaires.
Envoyer ces garçons faire la guerre et peut-être à la mort ou vendre les filles comme épouses, après les avoir converties de force : les deux procédés sont inqualifiables.

Aucune idée de comment ça se passe sur les réseaux sociaux. Et à cause de cela, je devrais peut-être me taire ici.
Pourtant, ce serait intéressant d'obtenir des millions de signatures d'inconnus et de se profiler en tant que citoyens concernés. Il ne faut pas laisser tout le terrain aux people, dans le cas où ce genre de démarche d'indignation collective représente un levier concret.

Écrit par : Calendula | 04 juillet 2014

"Pourtant, ce serait intéressant d'obtenir des millions de signatures d'inconnus et de se profiler en tant que citoyens concernés" Si ces gens de l'EIIL ne sont pas capables de ressentir les horreurs qu'ils commettent, ne comptez pas sur des millions de signatures (qui plus est de la part de non-musulmans) pour leur apprendre la valeur de la vie et de leur inculquer un semblent de sentiment.
Le tout est une question de mentalité. La mentalité fait partie d'une culture et d'une éducation que ces gens visiblement n'ont pas.

Écrit par : Ben Palmer | 04 juillet 2014

Bonjour,
Ben il ne s'agit pas de faire la morale aux fous, mais juste d'ennuyer suffisamment ceux qui les pilotent et qui les soutiennent, pour qu'ils leur demandent de faire pédale douce sur ce genre d'action.

Écrit par : pat | 04 juillet 2014

@pat et Ben Palmer,

Effectivement, les appels et les signatures de célébrités ou de simples anonymes n'ont pas permis, jusqu'à présent, de libérer les écolières kidnappées.
Il y a probablement des démarches à entreprendre en coulisses et à actionner des leviers autrement plus puissants que des happenings médiatiques.
Dans le cas des écoliers syriens, il faut juste être cohérent et se mobiliser également, si on y a cru au moment de l'enlèvement des filles.
Je ne suis pas spécialiste des fatwas, mais il me semble que dans un tel cas, les personnes habilitées à en prononcer pourraient en faire bon usage. Si on commettait des actes barbares et lâches ( kidnapping d'adolescents et d'enfants) au nom de ma religion, et que j'étais un peu dans les sphères des autorités morales, j'aurais de la peine à regarder faire en silence.

Écrit par : Calendula | 04 juillet 2014

Ils commettent ses actes barbares en face et en vue de ce qui souffrent ou périssent; il entendent les cris, ils voient le sang couler, ils voient les corps. Ne croyez pas qu'une autorité quelconque et encore moins des protestations dans les réseaux sociaux (ils n'ont rien d'autre à faire que des tirer des lignes téléphoniques et d'installer des modems au milieu du désert, de trimbaler des tablettes dans leur sac à dos pour surfer? Permettez que je rigole ..) puissent les amadouer.
Ils ont une mentalité qui leur permet de tuer, une religion qui les incite à la haine et à la violence, c'est dans leur sang!

Écrit par : Ben Palmer | 04 juillet 2014

Je doute que l'ADN y soit pour quoi que ce soit.

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 04 juillet 2014

Franchement je ne sais pas comment trouver les groupes qui ont motivé une action comme celle des jeunes filles au Nigéria. Si quelqu'un connaît une filière je veux bien participer à la démarche.

Je pense comme Ben que l'on ne changera pas la mentalité de ces gens sur le terrain. On voit que la bataille se joue entre musulmans eux-même, avec une prise de pouvoir en ligne de mire. Par contre je ne pense pas que l'ensemble des musulmans se reconnaissent dans la terreur que l'on voit se développer et qu'il s'agit d'une frange - une frange de plus en plus active et dangereuse, certes. Mais comme Pat ceux qui les pilotent et les soutiennent pourraient être plus sensible à leurs relations internationales. Cela dit, il faudrait une réaction de même niveau que pour les jeunes filles. Et encore, Boko Haram n'a pas été battu, et ils continuent à tuer impunément dans le nord-est du pays.

Je pense cependant que d'une manière ou d'une autre nous devons marquer notre totale condamnation de ces pratiques. En solidarité avec les victimes, et pour rappeler que notre civilisation est fondée sur d'autres valeurs (même si, hélas, nos dirigeants ont contribué à armer l'Eill...).


Un pavé dans la mare: si les occidentaux renversaient leurs alliances et soutenaient Bachar, la guerre s'arrêterait probablement plus vite et l'Eill serait hors-jeu... Mais c'est un autre débat.

Écrit par : hommelibre | 04 juillet 2014

Un crime doit être puni.
Peut importe le criminel et sa motivation, un crime reste un crime.
Je crains fort que ce ne soit ni le lieu, ni l'endroit pour traiter la question d'une quelconque manière psychologique.

Aucune excuse ne doit être admise, ni dans ce cas, ni dans aucun autre.

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 04 juillet 2014

28.07.2014
Valérie Trierweiler ne parle toujours pas des garçons ...

http://www.atlantico.fr/pepitesvideo/lyceennes-enlevees-boko-haram-hidalgo-et-trierweiler-appellent-ne-pas-oublier-1681236.html

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 29 juillet 2014

@ Victor-Liviu:

En réalité Valérie Trierweiler ne veut pas dire: "Ne les oubliez pas" mais: Ne m'oubliez pas"...

Féminisme de m****...

Écrit par : hommelibre | 29 juillet 2014

Les commentaires sont fermés.