15 juin 2014

Fête des pères : lettre ouverte de Noémie

Je publie aujourd’hui un texte d'une rare force. C'est une suite au billet écrit en 2008 et toujours actif, «Père absent: la souffrance des filles». Noémie, une internaute, écrit une lettre à son père et la publie sous le billet précité. Cette lettre est très forte. Elle mérite une mise en lumière. Noémie le souhaite aussi. Je la livre telle que reçue ce matin, sans en retoucher le contenu, et avec ma réponse. Je remercie cette internaute pour ce texte poignant et lumineux.


«-Lettre ouverte-

 

fête des père,papa,fille,absence,Toujours dur de commencer ce genre de lettre, s’adressant à toi, toi qui n’es plus là, Papa. «Papa», un mot qui a tant d’importance et qui me paraît tellement «étranger» a la fois.

17 fêtes des pères sous forme de prières. Aujourd'hui, je décide de mettre ma pudeur de côté, j’écris cette lettre afin de te faire vivre encore et encore comme je le peux.

La petite fille que tu as laissé à l’âge de 6 ans est devenue une jeune femme, souvent effrayée face à ce monde bien grand. Papa tu sais, ce nest pas facile, ici, les gens se font bouffer l’esprit par la mondialisation, ils sont égoïstes, ils jugent sur les apparences et ont perdu leur simplicité.

Papa, personne ne devrait avoir à écrire ces mots, pourtant j’ai peur quand je me rends compte que le son de ta voix et la sensation de tes mains protectrices sur mon visage s’effacent de ma mémoire.

Néanmoins, je suis invincible quand je repense à l’époque des Beatles, de Georges Brassens et Michel Berger. Mon monde s’arrête de tourner et mon sang se glace quand j’entends Jango Reinhardt, l'espace d’une seconde j’ai l’impression que c’est toi qui joues ces gammes ..... «Oui tu es là». Plus rien ne peux m’atteindre a cet instant!

Ce n’était qu’un mirage, mon cœur se serre, une fois de plus tu n’es pas là ... Décidément je ne m’y habituerai donc jamais .

Il n’y a pas de mot assez fort pouvant décrire le vide que tu as laissé dans ma vie . 

Toutes ces rentrées des classes, le jour de l’obtention de mon permis, toutes ces larmes versées pour des chagrins d'amour et j’en passe ..... Toutes ces fois où je levais la tête au ciel et te maudissais de nous avoir laissé me demandant alors : «Pourquoi ?, Pourquoi as tu fais ça Papa ?» 

Je serai à jamais hantée par une seule question : «Qui va vouloir rester pour moi alors que même mon père a préféré partir ?»

Ne t’inquiète pas Papa, je ne t’en veux pas. Tu as été un homme aimant hypersensible, un père parfait et un artiste hors pair ! 

fête des père,papa,fille,absence,Aujourd’hui je te rends hommage, être ta fille est la plus belle chose qui aurait pu m’arriver sur cette Terre. Car grâce a toi je suis qui je suis. Tu m’as laissé la force de me battre, de ne pas avoir le droit de tomber !!!!

Je souris au fond quand certains me voient comme une gamine «ahah si vous saviez ....» {Take a walk in my shoes before you juge me} .

Dans chacun de mes souffles, dans chacune de mes larmes, dans chaque décision et battement de mon cœur, tu continues de vivre .

La femme que je suis devenue n’en n'est pas moins sortie indemne.

Papa, j’ai beau chercher autour de moi, l'homme qui t'égalisera n'existe pas, et toi, toi tu ne reviendras pas Papa,

Tu resteras a jamais mon Roi.

 

{Nous sommes des milliers dans cette situation, à ressentir ce même vide autour de nous malgré la foule, des milliers à regarder durant des heures les photos qui nous restent, à tenter de nous rappeler encore et encore des moindres détails de peur de les oublier un beau matin, Oui nous sommes des milliers à passer des nuits entières a noircir des pages blanches.

Cette lettre va en déranger plus d’un. Peu importe, après tout, la vérité dérange.

Alors voilà, aujourd’hui, j’ai brisé le silence, pour toi Papa G.V}»

 

****

 

«@ Noémie,

 

Votre lettre ouverte est très émouvante et forte. Tout ce que vous écrivez est, on le sent, à fleur de votre coeur et très pensé. Vous semblez avoir trouvé un chemin en vous, mélange du manque intense que l’on imagine bien en vous lisant, et d'un désir de vivre tout aussi intense.

Quel beau cadeau, cette lettre, pour un père qui pourtant n'est pas là. Puisse-t-il vous lire, par hasard, ou simplement entendre cela en lui quand il pense à vous, où qu’il soit. Vous lui offrez la puissance du père, que, par je ne sais quelle configuration qui vous est propre, vous avez gardée en vous et que vous lui restituez avec peut-être d’autant plus de force que le vide de son absence demande à être rempli par ce qu’il reste de votre mémoire.

Je comprends ce que vous dites des traces qui s’effacent. Elles finissent toujours un peu par s’effacer, même quand il est présent, pour laisser place à notre propre trace, celle que nous-même transmettrons. Il reste des bribes, des impressions, des flashes, les souvenirs furtifs de moments, de regards, de sourires, d’une voix, d’un sentiment, d’une main. Moi-même je me souviens encore de la main chaleureuse de mon père, qui est mort depuis longtemps.

fête des père,papa,fille,absence,Il est et restera votre Roi. C’est normal. C’est irremplaçable. Un compagnon, un mari ne pourra le remplacer, heureusement, car ce souvenir de votre père fait partie de votre intimité. Cela reste une force. Le remplacer serait prendre le risque de vous blesser vous-même. Il faudra créer un autre roi, un père que vous contribuerez à faire prendre forme et corps. Avec lequel vous serez partenaire plus que fille. Ce ne sera donc pas la même chose et ce ne devra pas l’être. Ils ne doivent pas être en mimétisme ou en compétition. Votre présence active de femme adulte changera la donne.

Restera un doute, que vous exprimez: «Qui va vouloir rester pour moi alors que même mon père a préféré partir ?»

Ce doute, on peut l’avoir même sans cette absence du parent. Et puis, il n’est pas parti à cause de vous, cela ne se peut pas. Alors il n’y a pas de raison qu’un compagnon ne veuille pas rester avec vous. Des conseils de père vous manqueront un peu pour mieux comprendre les hommes, donc vous apprendrez par vous-même, ou par des discussions avec des amis ou avec un compagnon. Parler, c’est important.


Je ne sais pas ce qui s’est passé, et ce n’est pas mon rôle de le savoir ici. Mon coeur se serre en vous lisant: «... et toi , toi tu ne reviendras pas Papa,». Cependant l’hommage que vous lui rendez, c’est votre coeur qui le fait. C’est ce qu’il y a eu de beau entre vous et lui, et qui reste si vivant en vous.

Merci pour cette touche de lumière que vous déposez aujourd’hui ici, et que je me permettrai peut-être de reproduire à part entière sur un nouveau billet, si vous n’y voyez pas d’inconvénient. Vos paroles toucheront d’autres personnes, filles, pères, et elle sont guérissantes.

Merci encore Noémie, d’avoir écrit cette lettre ouverte, et de nous faire partager quelque chose de si précieux en vous.

 

****

 

De Noémie, un peu plus tard à 09h20:

 

«Merci pour ces mots et cette réponse.

Si cette lettre ouverte pouvait faire le tour de la terre dans toute les langues, alors j’en serai la plus heureuse.

Ça ne le fera pas revenir, certes, mais si ces mots et maux peuvent en aider d’autres, alors c’est le but.

Je reste évidemment a votre disposition pour plus de nuances.

Chez moi il est 3h 20 du matin, toutes les nuits à l’heure où le sommeil emporte le commun des mortels avec lui, mon rendez vous avez mes démons commencent .. . 

Bon dimanche a vous.»

 

 

17:12 Publié dans Guérison, Psychologie, société | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : fête des père, papa, fille, absence | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Les commentaires sont fermés.