26 mai 2014

France: la déroute socialiste selon le premier ministre automate

Le coq Manuel Valls a déposé bec et ergots. Son intervention après le désastre socialiste est d’une insignifiance abracadabrantesque. Il fait du Hollande, c’est dire. Lui, ce forfante qui croyait avoir assis son autorité sur ses rodomontades contre Dieudonné, est aujourd’hui comme un enfant pris la main dans le pot de confiture.


france,européenne,valls,le pen,front national,Après un mea culpa très rapide, il se défausse sur les autres responsables politiques. «Oui j’ai fait une bêtise mais c’est pas de ma faute, les autres aussi!», s’écrie-t-il presque. Aucune réelle analyse des raisons qui, selon lui, ont amené les français à placer le Front national en tête de l’élection. Manuel ne pense pas, il ponce. Il frotte deux ou trois idées de manière répétitive.

Il reconnaît rapidement que depuis 30 ans les vrais débats n’ont pas eu lieu - ça on le savait, mais n’en cite aucun!

Il désigne un bouc émissaire, comme tous les partis en déroute ou tentés par l’extrémisme: pour lui ce sont les fraudeurs du fisc. Ces chiens galeux ont mis la France à genoux. Manolito dresse les français les uns contre les autres, il ressort comme un paravent la vieille lutte des classes. Quelques fraudeurs contre la masse des smicards. La gauche doit se fasciser un peu plus pour survivre. Ça va être rock’n’roll, la France des prochaines années.

Mais Manuel Valls ne propose aucune analyse sur les causes de la fraude (fiscalité trop pesante) ni sur les moyens d’enrayer le déclin industriel du pays. Il rase gratis: il réaffirme sa volonté de sortir de l’impôt 1,8 millions de français, alors que la moitié de la population n’en paie déjà pas. Le revenu de la lutte contre la fraude fiscale ne saurait compenser l'insuffisance des ressources.

Il propose également d’économiser, ce qui est une autre manière de promettre l’austérité. Il réaffirme enfin sa volonté de simplifier l’administration des régions. Projet nécessaire mais insuffisant. En résumé les deux seules mesures concrètes que propose Manuel Valls sont la baisse de fiscalité pour quelques ménages et la diminution du nombre des régions. Aucune vraie réponse au désastre électoral (13,9% des voix, 29% pour l’ensemble de la gauche) ou au sentiment de dérive des français. Il affirme - mais cela ne mange pas de pain - que l’école et la justice doivent être au service des français. Quand on sait que l’école socialiste est le lieu d’endoctrinement et d’implantation des théories délirantes de la féministerie, on comprend que les mots n’ont décidément plus le même sens. Le travestissement atteint un haut niveau: les socialistes profitent de leur propre débâcle pour tenter de s’imposer encore plus.

Cette intervention n’apporte aucune analyse lucide, courageuse, audacieuse, responsable de la politique gouvernementale, ni de l’état de la France. Enfumage, enfumage. Du Hollande. On dirait le discours électoral de 2012 revu à la baisse. La gauche semble avoir lâché gouvernail et grappin. Faudra-t-il que le PS tombe à 3% pour qu’il commence à faire son introspection? Même pas sûr. Il n’y a plus grand chose à attendre de ce parti quasi suicidaire. Un parti de bourgeois et d’énarques qui prétendent parler au nom des plus démunis. Manuel Valls, c’est l’enfumage des français en direct à la télévision. C’est l’autosuggestion d’un club de déconnectés dans une téléréalité de dimension hexagonale. On le disait grand communicateur. Aujourd’hui son discours convenu lui vaut un zéro pointé. Même ses derniers mots, dits sans conviction, ne sont pas de lui: «Pour l'amour de la France». C'est du Le Pen.

En réalité Valls est carbonisé. Il suffit d’observer avec acuité son intervention, qu’il a pourtant dû répéter une bonne vingtaine de fois, les yeux sur le prompteur, encadré par son coach d’expression affective authentique. Un ton compassionnel, des phrases creuses et souvent sans énergie, le regard fixe et un vague geste stéréotypé de sa main droite, une pauvreté de tonalité et de volume: c’est le premier ministre automate. En nommant Valls, Hollande - qui s’est protégé pendant toute la campagne - a surtout songé à éliminer un concurrent pour 2017.




08:40 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (15) | Tags : france, européenne, valls, le pen, front national | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

Il faudrait un jour prochain s'inquiéter également du projet socialiste du mariage pour tous, qui a poussé les chrétiens dans les bras du Front National.
Était-ce une mesure nécessaire à ce moment de l'Histoire ?

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 26 mai 2014

Mince !!!
J'avais oublié la présence dans les derniers divers gouvernements de certains "étrangers", ainsi que du président Nicolas Sarkozy, juif hongrois, Taubira, Rama Yade, Valls l'espagnol, Rachida Dati.

Comment laisser passer une telle occasion d'exprimer le ras-le-bol des Français ?

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 26 mai 2014

" ainsi que du président Nicolas Sarkozy, juif hongrois, "

Désolée de vous contredire V-LD. Son grand-père l'était. Dans le Judaïsme, seule la mère transmet la judéité de l'enfant. Ce qui n'est pas le cas de Sarko qui a fait sa communion, sa mère étant catholique.

Écrit par : Patoucha | 26 mai 2014

Décidément ce matin ... rien ne va plus !
Ne pas oublier le référendum de 2005, sous Jacques Chirac est un devoir.
On se doit de le mentionner comme analyse de cette impressionnante victoire d'un Front National et de cette vague bleu Marine.

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 26 mai 2014

Une belle et juste analyse de l'attitude du gouvernement en place. Valls oublie que le gouvernement doit tenir compte de tous les français, non seulement de ceux qui votent socialiste. Il n'y a pas ceux qui ont raison et ceux qui se trompent, c'est Valls qui se trompe. Il y a une grande part de la population qui pense que le gouvernement fait fausse route, Valls doit en tirer les conclusions et les conséquences; baisser les impôts ne suffit pas pour gagner la bienveillance des Français.

Il y en a un qui est encore pire que Valls et qui n'a pas compris le message: Mélenchon pleurniche et cherche la faute chez les autres http://www.lalibre.be/actu/international/l-emotion-de-jean-luc-melenchon-face-a-la-vague-brune-5382e68035704f05d69d6cb8

Écrit par : Ben Palmer | 26 mai 2014

Bien le bonjour John ce terme automate sied à merveille à de nombreux politiciens .Je ne mentionnerai aucun parti mais n'en pense pas moins
Monsieur Valls comme beeaucoup d'autres doit avoir le disque cérébral complètement usé par l'utilisation du franglais
Excepté baisse d'impots et taxes par-ci par -là ,cette pauvreté mentale montre bien le bal des hypocrites qui essayent de faire ployer le peuple sous le poids de la culpabilité
Vous mangez trop,vous buvez trop,vous fumez trop,vous devez être rentables fainéants qui me pensez qu'à gaspiller votre argent alors qu'on assiste à des déploiements de grande surfaces vrais temples alimentaires qui eux basés sur le rendements voient défiler chaque jour des millions de visiteurs clients qui dépenseront pour manger et pour enfin se sentir exister loin du regard cupide de certains dirigeants
Le franglais aurait-il détraqué le raisonnement de nombreux politiciens
Mais ou sont passés les hommes viriles ceux qui ne tombent pas la tête la première dans la soupe à la grimace ,spécialité Union Européenne
Comme tous ou presque ont des problèmes de poids grâce à leur jalousie inconsciente,le peuple a droit à tous les égards ceux-là mêmes qu'ils n'osent se dire à haute voix,j'aime trop manger,fumer,boire mais je suis complexé par mes boudins ventraux ,alors autant accuser le peuple de tous mes défauts/et ça rime en plus/rire
Toute belle journée pour Vous

Écrit par : lovsmeralda | 26 mai 2014

Je découvre la prestation théâtrale de Mélenchon. Non, il ne veut pas comprendre et repart de plus belle sur ses vieilles recettes, seules justificatives de son existence politique.

Théâtre ou pathos, je me demande même...


@ Lovsmeralda:

"...ceux qui ne tombent pas la tête la première dans la soupe à la grimace": on ne les entend pas beaucoup ces temps.
:-/

Écrit par : hommelibre | 26 mai 2014

Il est temps de ne plus pratiquer la langue de bois!

Hier soir, lors des débats - journalistes et politiques - sur trois chaînes française, aucun n'a osé parler de la vraie votation pour le FN soit l'immigration et l'insécurité. Donc, ils continuent dans la voie qui leur a coûté des voix. J'ai hâte de voir ce qui va se passer sur le terrain.....


Je suis fondamentalement contre l'UE!

Écrit par : Patoucha | 26 mai 2014

@ Patoucha:

"...aucun n'a osé parler de la vraie votation pour le FN soit l'immigration et l'insécurité".

Le débat est donc toujours confisqué. Navrant.

Écrit par : hommelibre | 26 mai 2014

Manuel Valls se voile la face.
Personne ne doit démissionner.
Ni Harlem Désir, ni Christiane Taubira, encore moins François Hollande.

En 2017, les candidats aux élections présidentielles seront trois femmes.
Royal pour les Socialistes, Lagarde pour la droite traditionnelle et Le Pen pour le Front National.

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 26 mai 2014

@John c'est vrai mais peut-être attendent -ils un meilleur moment pour enfin nous sortir de cette mélasse bon genre et courbettes ,je plaisante car ils finissent tous par me donner le migraine
Cependant qu'on aime ou pas Marine Le Pen qui a un ciel actuel de gagnante ,vrai électrochoc elle et son parti devrait galvaniser les Socialistes de plus en plus mous
Henri Salvador et Fernandel pourraient chanter à Messieurs Vals et Hollande ,le Travail c'est la santé et le Tango Corse car le bateau des belles promesses comme la baisse d'impots suivie illico d' une subite hausse de l'essence,aide à comprendre les Français qui doivent en avoir marre de ces politiciens d'Opérette
J'en profite pour souligner, car la critiques Socialistes Suisses n'ayant tardé ,qu'il n'est nullement besoin d'être UDC pour applaudir au Boomerang de la Marine Nationale
Elle au moins n'a pas peur de déranger l'ordre établi par ceux-là même qui sèment le chaos dans leur propre désordre semé de réformes à bien plaire et qui coutent les yeux de la tête à tous les électorats de France et de Navarre
Ces politiciens font penser à un parc d'éoliennes qui elles sont sensées raporter de l'argent alors qu'eux dépensent l'argent du contribuable pour s'en mettre plein le gésier lors de leurs forums et autres attrape- nigauds internationaux avec pour seul et unique but d'être photographiés.. tous ensemble!
Ils doivent avoir le complexe de la Cane-bières de Pagnol!

Écrit par : lovsmeralda | 26 mai 2014

Le plus drôle c'est notre "ami" Souaille avec ses 63% de pro européens !

Je suis assez content que ceux qui voulaient nous faire les poches se sont pris une claque magistrale.

Bon, est pas encore sorti de l'auberge, il y a ce crétin de Jean-Claude Juncker qui revendique la présidence de la Commission.

Écrit par : petard | 26 mai 2014

@ Pétard:

Les discours de type soviétiques ont toujours su présenter les baffes comme de grandes victoires du peuple...
:-)

Écrit par : hommelibre | 26 mai 2014

Déroute du PS, implosion de l'UMP par les affaires, ces deux partis ne vont pourtant pas mourir rapidement, tant il semble qu'aucunes personnalités ne soient capable d'émerger pour faire table rase, opérer des refontes.
Hollande veut encore réchauffer la soupe aigre. Valls parle de résultats médiocre "de la majorité" (difficile de parler de majorité quand on ne représente plus personne.). Fillon va se profiler en chevalier blanc.
Bref le coup de balai qui permettent un renouvellement chez les deux ex poids lourds de la politique française n'est pas pour l'immédiat.
Je crains que la lente décadence ne perdure encore longtemps pour finir de pourrir ces organismes qui se sont faits sur du bipartisme.

Tant mieux en quelques sorte, parce qu'il faudrait vraiment du nouveau, hors sérail, mais c'est quand même le désert à part le FN.

Passer du bipartisme simple, au bipartisme avec un joker diabolisé n'est pas encore satisfaisant.


La faute d'abord au système de la proportionnelle et aussi cette habitude en France de ne pas voter pour, mais contre quelqu'un.
Une partie des votes UMP représentent ceux qui ne voulais pas se résoudre à voter FN ou PS. Ce n'est en rien un soutient umpiste. Tandis que beaucoup de vote FN viennent d' europhobes ou euroseptiques niés par les deux partis historiques.
Ce n'est pas ainsi que l'on va renouveler beaucoup de choses.

Je crains qu'en 2017, il n'y aie plus personnes avec des propositions positives et que ce sera la même bataille de "votes contres" avec un ou une élue par défaut qui ne satisferont pas une moitié des français au bout du compte ...

Mais voyons d'abord comment MLP va agir avec sa position dominante actuelle

Écrit par : aoki | 26 mai 2014

Après avoir regardé un florilège des autres réactions: Copé, Cambadélis, Fillon, EELV, etc, il n'y en a pas un pour rattraper l'autre. Degré de maturité politique: zéro.

Écrit par : hommelibre | 27 mai 2014

Les commentaires sont fermés.