21 mai 2014

Racisme : un mot qui perd son sens

Un journaliste du site Atlantico cite l’exemple d’une lycéenne française. Elle étudie dans un collège à Paris. Ses parents manient mal la langue, personne ne la stimule à lire ou à aller au théâtre. Elle-même ne montre pas de passion pour le français. Conséquence: elle reçoit des mauvaises notes.


roumanoff,taubira,racicme,noir,antilles,guyane,auvergne,belge,caron,Aminata

Aminata attribue ses mauvaises notes non pas à son manque de travail ou à son environnement incompétent et peu stimulant. Non, ce ne peut être à cause d’elle ou se sa famille. Elle accuse donc ses profs de racisme.

«Quelqu’un (sa famille, son entourage, ses copines?)  lui a mis ça dans la tête. Ainsi on l’a condamné à l’échec. Elle n’apprendra pas, sèchera car ses profs sont «racistes». En effet à quoi bon?»

Mais le racisme doit être prouvé. Une accusation opportuniste ne suffit pas. Aminata restera malheureusement convaincue d’être une victime. Elle échouera, accusera et ne prendra pas la responsabilité de travailler pour réussir. Aminata est déjà perdue. Elle se sabote elle-même. Puis accuse les autres d’en être la cause.

Ici, le racisme est un paravent pour masquer les vraies responsabilités personnelles et familiales.

L’article mentionne quelques exemple de racisme-paravent:

«N’importe qui en effet peut devenir procureur dans ces tribunaux de salut public. N’importe qui c’est à dire par exemple Aymeric Caron qui a qualifié de «raciste» Sophie de Menthon au prétexte que celle-ci s’oppose aux flux migratoires. (...) De quoi se plaint-elle? Aymeric Caron dit la même chose d’Alain Finkielkraut. Elle est donc en excellente compagnie.

N’importe qui c’est le dealer contrôlé par les flics toujours et nécessairement «racistes». N’importe qui c’est le Noir qui considère comme «raciste» la fille qui a refusé de coucher avec lui.»

 

 

Et maintenant Roumanoffroumanoff,taubira,racicme,noir,antilles,guyane,auvergne,belge,caron,

Un autre exemple récent concerne l’humoriste Anne Roumanoff. Elle a fait une imitation de Christiane Taubira s’emmêlant les pinceaux dans l’affaire des écoutes de Nicolas Sarkozy. On se souvient peut-être de cet épisode grand-guignolesque. Quand mauvaise foi et malhonnêteté s’affichent comme «parole de l’Etat», on peut se demander quel respect accorder à un ministre.

Anne Roumanoff, qui n’est pas spécialement ma tasse de thé, a donc taclé le ministre en lui attribuant un accent remarqué. Madame Taubira, d'origine guyanaise, n’a pas d’accent (enfin, si, très léger, mais guyanais). Pour illustrer cette origine, l’humoriste a forcé le trait et pris un accent inadéquat, d’Afrique de l’ouest. Un peu comme on mettrait du «chhhhh» à chaque mot prononcé par l’auvergnat Giscard D’Estaing. Ou comme on prendrait l’accent du midi pour citer François Bayrou. Mais bon: forcer le trait, caricaturer, fait partie de l’humour. 

Et bien Anne Roumanoff a été traitée de raciste par nombre d’internautes. Certes, le personnage Taubira, au centre de polémiques diverses, est un sujet sensible.

Mais à force de crier au loup quand il n’y est pas, on ne sera plus entendu quand il y sera.

La fâcheuse tendance au procès d’intention est une vilaine manie que beaucoup de français cultivent comme un art politique. Pour moi ce n’est qu’une tentative de formater tout le monde dans le même moule aseptisé et d’éviter toute argumentation étayée. Le totalitarisme du «tous les mêmes» sous une autre forme. Quel ennui. Quel étouffoir. 


Non, non, ne nous laissons pas absorber dans l’idéologie du silence, du refoulement et du travestissement des mots. Restons libres dans nos tête. 

Parlons, vivons, dansons, chantons!

 

 

 

06:56 Publié dans Humour, Politique | Lien permanent | Commentaires (15) | Tags : roumanoff, taubira, racicme, noir, antilles, guyane, auvergne, belge, caron | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

C'est ce qu'on appel cultiver un racisme imaginaire pour ensuite mieux le dénoncer.

Et ce sont les mêmes qui ensuite parlent de relativiser les faits quand on évoque des français victimes de racisme anti-blanc et anti-français par des jeunes beur des cités.

Vous auriez pu rajouter l'exemple de Voiblet sur son blog de 24 heurs quand il a entendu les journalistes de la Première traiter de xénophobe les habitants du canton ( je me souvient plus du quel ) qui ont accepté de remplacer à l'école l'allemand par le suisse allemand.

D.J

Écrit par : D.J | 20 mai 2014

J'ai l'impression qu'il n'y a pas que ce terme qui n'a plus de sens dans les débats chez nos voisins français.
Les idéologies se heurtent et rebondissent dans une grande cacophonie, comme si l'humanité avait perdu son orientation.

Il n'empêche que la course à la victimisation parfois hystérique entre le Cran, le Crif ou la Licra participe bien à ce brouhaha qui dépasse les bornes. Cela devient une vraie nuisance inhibant par une technique de la terreur, toutes communications spontanées et authentiques, toutes blagues ou ... expositions de certaines réalités ..!

Ces procès d'intentions comme vous dîtes, frisent le procès d'inquisition.
Je n'ai pas de sympathie particulière pour Eric Naulleau mais j'aime bien ce coup de gueule trop rare dans le monde télévisuel.

https://www.youtube.com/watch?v=0M6rGIiWeV8

Écrit par : aoki | 20 mai 2014

Les résultats des élections européennes feront, à mon sens, ressortir ce sentiment d'exaspération qui anime nombre de nos voisins face à ce chantage émotionnel (et pour tout dire, particulièrement immonde) constant : pas assez accueillants, pas assez tolérants, pas assez ouverts, pas assez...tout, finalement. Les centaines de milliers de clandestins qui tenteront leur chance en Méditerrannée cette année, les multiples nationalités, cultures et pratiques religieuses qui s'imposent de plus en plus dans l'espace public européen ont clairement tendu les opinions publiques. Je suis moi-même issu de l'immigration, mais je n'ai pas envie de voir le continent européen se 'Beyrouthiser'. Il n'y a rien de raciste, ni de xénophobe : simplement, une immigration de peuplement comme aux Etats-Unis ou au Canada n'est pas possible en Europe. La Suisse a toujours eu besoin d'immigrés, certes, mais pour le travail. Nous sommes un pays très diversifié, mais avec une culture commune du goût de l'effort, de la précision, du consensus, de la politesse et de la propreté. C'est pourquoi l'assimilation, plutôt que l'intégration, doit être la réponse.

Écrit par : Courant alternatif | 21 mai 2014

Merci pour cet article très instructif et bien écrit.

Écrit par : Generico | 21 mai 2014

Le racisme doit être prouvé, 7 ans d'écrits sur http://barondecuir.blog.tdg.ch le prouvent. Ce racisme-là n'est aucunement paravent. Il n'est, en l'occurrence, de loin pas qu'une question de couleur de peau ou de nationalité. On peut être Suisse, d'aïeux Suisses, et être victime depuis 37 ans à Genève de racisme politique, économique et médiatique, d'omerta et de discrimination systématique pratiqués par le pouvoir de droite, prostitué à l'appât du profit clanique.

Il suffit pour s'en rendre compte, de lire et relire les centaines de billets du blog http://barondecuir.blog.tdg.ch, que censure la TdG par retrait de son référencement, soit par atteinte grave à la liberté de conscience et d'expression, à l'honneur et à la réputation de son auteur.

En fait, il n'y a pire racisme au monde que celui qu'exercent les mystifiés et manipulateurs mystificateurs à l'encontre d'esprits rationnels et logiques, rares ténors s'élevant pour le bien de l'humanité contre l'abêtissement généralisé infligé par force, menace et coercition dès la naissance, au 99% des assujettis abusables, corvéables et malléables. Esclaves de telle corruption politique sous influence prioritairement financière, politique s'autorisant sans vergogne à passer pour représentative du respect du Contrat social et de la Volonté populaire.

Stop à toutes formes de racisme. Exigez vous aussi le retour du référencement sur le site blog.tdg.ch des écrits d'un nègre très maltraité à Genève.

Cordialement.

Jean-Marie Roth - Alias: Bas rond-de-cuir Ali Gniominy, Roi-Député du Parti Railleur d'Extrême-Centre-Gauche

Écrit par : Jean-Marie ROTH | 21 mai 2014

Et comme il est toujours pratique de se questionner soi-même: Pourquoi donc, à l'évidence, est-ce la Droite qui est majoritairement dénoncée, sur le blog boycotté par la TdG: barondecuir.blog.tdg.ch ? Les milieux de Gauche snobant pareillement, si ce n'est plus encore l'auteur!

En fait, déformation extra-professionnelle: Depuis que le Grand coup de Jarnac a repris mon respectable correspondant François, Tonton pour les ex-teams, je ne crois pas avoir vu de Gauche d'importance quelque part, et surtout pas à Genève, où une star socialiste aux Finances n'a rien pu faire lors qu'un malade n'ayant pu envoyer sa déclaration fut taxé 30'000.- sur 75'000.- de salaire. Et j'en passe.

Malgré tout: Sauvent encore l'honneur démocratique des Jean, Ziegler, Spielmann, ... marris certes, également, d'être si peu ou si tard enfin considérés. Mais ne disposant de l'influence omnipotente permettant de bloquer, de bousculer ou de propulser à volonté la condition de vie d'autrui, du fait qu'il démontre objectivement les conséquences crapuleuses de lois façonnées au service de certains et détriment des autres.

C'est donc à la source, aux responsables de lobbies faussant l'équilibre politique qu'il faut s'intéresser, pour déterminer qui, en amont des Chambres et Conseils, voire Tribunaux, travaille pour ou contre le mieux-être de l'ENSEMBLE des citoyens. Qui les défend et qui en discrimine une part, pratique l'actuelle ségrégation, et comment ! Et là, malheureusement, force est de constater que la perpétuation du drame social, spirituel et culturel se déroulant découle bien des votes de Droite. Composés d'une majorité de consciences peu regardantes, prêtes à adopter l'avis de qui offre minuscules avantages personnels immédiat. Droit d'être "comme tout le monde" croyant, et obligation de cacher au possible tout ce qui dérange la "majorité".

Je cesse de squatter votre mérité support en vue, et vous remercie pour votre attention.

Écrit par : Jean-Marie ROTH | 21 mai 2014

@ Jean-Marie:

Pas de souci. Je vous ai souvent lu. Votre énergie est remarquable dans l'adversité.
Et votre écriture puissante.

Écrit par : hommelibre | 21 mai 2014

Très touché par votre témoignage. Amicalement. JMR

Écrit par : Jean-Marie Roth | 21 mai 2014

Eh oui, John, avec la censure du blog de JMR par ce très intellectuel MABUT, c'est un des meilleurs blogs de la plate-forme de la TDG qui a disparu.
C'est navrant et bien dommage...

Écrit par : JMC | 22 mai 2014

@ JMC:

Bonjour, d'accord avec vous que c'est un blog costaud. Pour cette désindexation, je ne sais pas ce qui s'est passé, je ne peux me prononcer.
J'ai une fois reçu une remarque de mise au pas de M. Mabut, il y a des années. J'avais écris un commentaire menaçant à l'encontre de Corto, dont le harcèlement et la diffamation n'étaient plus supportables. J'espérais le faire sortir du bois. Mais je savais que j'étais allé trop loin. Mon indexation est alors passée des invités au blog citoyen.

Je ne rejette pas de faute sur M. Mabut. Je pense disposer d'une grande liberté de ton et de contenu, même si parfois je suis provocateur. Je soutiens en général M. Mabut contre des critiques que je ne partage pas.

Donc, je ne sais pas. Je reconnais que Jean-Marie écrit avec force et énergie, et pertinence, même si je n'ai pas les mêmes points de vue que lui. Parfois son style est ardu, tant il donne libre cours à sa créativité formelle!

:-)

Mais c'est un blog de caractère.

Bien à vous.


@ Jean-Marie:

Avez-vous écrit à M. Mabut, posément, pour mettre les choses à plat? Je pense qu'il ne refuserait pas d'entrer en matière.

Écrit par : hommelibre | 22 mai 2014

A propos de Corto et de ses protections, j'espère que vous n'avez pas raté ce matin sur les ondes de RTS 1 la preuve que Pravy Sector n'est pas antisémite : ils sont tous les jours en contact avec l'ambassadeur d'Israël. Pour y prendre leurs ordres ?

Écrit par : Géo | 22 mai 2014

@HL: Je n'arrive pas a trouver votre autre blog. L'avez-vous supprimé??? ou alors je n'ai pas les yeux en face des trous?. Merci. Amitiés

Écrit par : grindesel | 22 mai 2014

Vous êtes bien sympathiques et parvenez heureusement à me motiver encore, je vous en remercie vivement. Effectivement, M. Mabut et moi-même n’avons eu que de brefs échanges de courriels, et peut-être que de lui écrire directement débloquerait la situation.

Mais, sans nouvelles depuis 1 an du tapuscrit que je lui ai offert, je ne suis pas sûr que ça vaille la peine de perdre du temps de création à cet effet, et d’autre part ce n’est pas sûr non plus qu’il ait été seul à prendre la décision de retirer mon blog de l’étal.

Oh, pardon, en respect à des ouvrages comme le vôtre je dirai .. du présentoire.

Je sais, pour exemple, qu’un certain Daniel Cornu ne me porte pas dans son cœur, depuis moche lurette. Qui avait oublié à mon attention un gribouillis peu flatteur, genre « idiot ! Retour à l’expéditeur » à l’intérieur d’un manuscrit me revenant bien amoché. Il s’agissait en fait du tout premier essai de ce qui est devenu, une décennie après, le fondement de ma spécialité, le détournement d’infos. Mais l’inédit ne comportait pourtant que des inventions de style 1er avril, sans autre prétention ni piques politiques, à l’époque.

Et mon amour des témoins de Jehova, pour qui j’ouvrais la porte à poil, tout mouillé et hurlant, lorsqu’ils me sortaient du bain le dimanche matin, paraît ne jamais avoir trop enchanté le seigneur Guy Mettan. Et j’en passe. Mais je me fais sans doute des illusions et ces Messieurs m’adorent, ne vont donc plus tarder à le faire savoir …

En fait, excusez-moi, mais en la circonstance je pense que si quelqu’un doit écrire à l’autre, pour régler le problème sans plus de vagues, ce n’est plus moi. Cependant, toujours très arrangeant et vraiment, vraiment pas rancunier, je ne ressortirai pas même l’e-mail où M. Mabut m’écrit que je serai parmi les Invités de la TdG si je mets le blog sous mon vrai patronyme, et que la virulence de mes propos ne les gêne pas, mais mon anonymat si.

Ainsi, à l’époque, j’ai pondu des billets en lesquels je décortiquais les risques auxquels m’exposaient mes convictions à contre-courant, les raisons poussant un artiste incidemment fonctionnaire d’Etat, à séparer très distinctement ces deux aspects de sa personne. En effet, j’ai accès depuis bientôt trois décennies à des données très confidentielles, ai passé des jours de formation juridique relative au secret de fonction, devoir de réserve, etc. Je suis rôdé et sais très exactement pourquoi et comment placer chacun de mes mots. Car j’ai une vue d’ensemble de données personnelles sensibles dont ne disposent que très peu de spécialistes. Et du fond de ma conscience, jamais je ne révèlerais un secret pouvant nuire, même concernant mon pire ennemi si j’en avais un. Ni favoriser quelqu’un ou profiter d’infos d’ordre professionnel pour influencer quiconque.

C’est ainsi beaucoup plus difficile (donc intéressant) d’être en même temps poète humoriste pamphlétaire. Exclusivement en fonction de sources « extérieures ». De rester soi-même, à gérer le paradoxe, de ne pas s’auto-censurer soit tromper son public, tout en évitant de larguer quoi que ce soit d’appris sans être censé le savoir. Tout un Art. Ardu mais possible, je le prouve depuis longtemps.

Or, je n'avais d'autre choix que de commencer par me forger un personnage littéraire, pour bien différencier, en moi aussi, ce qui se dit et fait dans un cadre ou dans l’autre. Et, bien qu’heureusement la psychiatrie m’affirme que je ne suis nullement schizophrène, et c’est un fait, je suis divisé en trois entités souvent carrément antagonistes, celle du peu remuant collègue de travail sympa, celle du post-daliesque blogueur critique acerbe, et celle du Président d’Association éditoriale visant, en compagnie de V.I.P. à perpétuer une tradition de jeux éducatifs et écrits pour enfants et plus grands. Dépourvus de tout prosélytisme, influences … Tout ce qu’il y a de plus correct à l’aune de ce qui s’enseigne à notre époque.

Il fallait encore que je me trouve quelques pseudonymes « propres », sur différents supports, que les administrateurs sachent qui je suis mais pas nécessairement le lecteur, tout en cachant, année après année de moins en moins mon identité, ajoutant des photos de moi, de mon environnement. Et à mon nom depuis janvier 2014, dorénavant prêt à présenter la facture détaillée de décennies d’empêchements si nécessaire. Qu’un surcroît de représailles apparaît. Auquel cas je suis gagnant à tous les coups, mais au prix d’excessivement coûteux scandales publics dont Genève et la Suisse n’ont vraiment pas besoin. Raison pour laquelle je ne bouge pas et supporte aberrations, tant que je ne suis pas plus attaqué qu’à présent, je conserve une patience assez exceptionnelle.

Mais un incident bête, comme un refus durable de référencement, peut devenir l’étincelle susceptible faire déborder la vase que maintient encore le couvercle de ma bienveillance.

Bref, on imagine la scène, à peine m’étais-je identifié, à peine entré de plein pied en l’arène .. Ah, que se passe-t-il ? Remue-ménage dans le fichage, voila que ça monte les étages ... Roth, Roth ? Impossible, imprésentable, non conforme … au placard là aussi. Et s’il était possible de bloquer pareillement son bénévolat, depuis Mathusalem au sommet des annuités du manque de classe, et qu’il devait également voir le mérite pécuniaire de ses collègues progresser et stagner le sien lamentable, pour un doué diplômé à jamais plafonné, histoire de le miner, ce ne serait pas de refus visiblement. Du moins bloque-t-on déjà au possible ses idées trop limpides. Dont l’aboutissement, une fois intégrées, offre des champs d’ouverture d’esprit « peu catholiques ». tout est là.

Quoi qu’il en soit, pour en finir avec cette tartine-hommage que je vous offre ici, à vous et à JMC principalement, (qui voudra bien m’excuser de ne lui avoir répondu directement par geneveculture@romandie.com, faute de temps) croyez bien que je ne demande qu’à reprendre le fil normal de mes considérations. Cette stupide bisbille avec Sieur Mabut & Cie est un terrible gachis de sympathiques éclats de rire et profondes réflexions. J’en ai un lot à finaliser en attente, mais ne puis arrêter de tenir au courant mes lecteurs, en intégrant directement mes revendications dans mes récents billets.

On risque à coup sûr d’avoir un hilarant été, bien plus léger que ces derniers temps, si cesse ce boycott. Mais dans l’immédiat j’ai une montagne de choses à régler, et devrai de toute manière bientôt vous laisser durant quelques semaines. Pour un retour ensuite sur la scène publique et littéraire qui devrait arranger bien des choses. Et décider si oui ou non j'aide à évoluer ou quitte la blogosphère TdG, à nouveau référencé ou décidément discriminé.

Avec ma sympathie et mes meilleurs messages. JMR

Écrit par : Jean-Marie Roth | 22 mai 2014

@ Grindesel:

il est ici

http://genevebouge.blog.tdg.ch/

Écrit par : hommelibre | 22 mai 2014

Merci

Écrit par : grindesel | 22 mai 2014

Les commentaires sont fermés.