16 mai 2014

Le 16 mai: soulevons les jupes!

Avant de faire un aveu terrible, cette information: en France une initiative lycéenne a été reprise par l’Académie de Nantes et par le Ministère de l’Education nationale. Elle invite les lycéens à porter une jupe et du rouge à lèvres le 16 mai, pour, selon eux, «lutter contre les discriminations sexistes».


lgbt,discrimination,école,propagande,jupe,hommes,femmes,misandrie,sexisme,Harcèlement

Lesquelles? Celles qui viseraient les femmes, uniquement, car seuls les hommes sont invités à s’habiller en femmes. L’inverse serait sans effet puisque les femmes, depuis longtemps, s’habillent en jupe ou pantalon. Je note au passage que mettre une jupe est une caractéristique féminine: on fait de la discrimination en prétendant la combattre... 

Cette campagne a déjà eu lieu l’an dernier et certains professeurs étaient allés en classe en jupe. Il s’agit d’une campagne de culpabilisation misandre de plus.

Pourtant dit l'égalité n'est pas la similarité. C'est du harcèlement et c'est un non-sens que d'imposer l'égalité par le port de la jupe et du rouge à lèvres pour les garçons. Il y a, dans l'absurde, une autre manière de faire: s'habiller comme beaucoup de filles, en pantalons et sans rouge...

Si les femmes s’habillent comme elles l’entendent, elles n’ont pas à imposer de code vestimentaire aux hommes. Dans notre culture l’homme ne porte pas de jupe (sauf le kilt en Ecosse, en proportion assez faible de la population). Il en a porté, du temps des romains, du moins des toges ou tuniques dans certaines classes sociales, mais le pantalon a pris la relève. Les gaulois portaient en général le pantalon, et parfois une tunique courte sur des bas.

La tunique et la jupe ont été gardées pour les femmes à cause de leur commodité sanitaire: à une époque où il n’y avait pas de sanitaires publics, on urinait au sol et la pudeur féminine était protégée par le vêtement. Le pantalon aurait nécessité d’être enlevé entièrement, ce qui exposait les femmes à la vue de tous. Les différences sexuelles hommes-femmes ont suggéré cette différence vestimentaire. Il n’y a pas de discrimination. Mettre une jupe pour lutter contre les discriminations est donc stupide et lgbt,discrimination,école,propagande,jupe,hommes,femmes,misandrie,sexisme,inadéquat.

Par contre proposer, avec un prétexte moral bien-pensant, aux garçons de porter la jupe et le rouge à lèvres, c’est délibérément sexiste et humiliant pour les hommes quand c’est une contrainte. Il n’est pas humiliant d’être une femme, mais de nier, même temporairement, la construction de l’identité masculine qui passe entre autres par des codes vestimentaires. 

Je vais en surprendre ici car il m’est arrivé de porter publiquement une jupe. J’avais 19 ans et je vivais dans une communauté anarchiste pacifiste dans la région de Saint-Rémy-de-Provence. Nous habitions hors du bourg d’Eygalières, dans un mas en ruine au pied des Alpilles. Nous avions très peu de moyens financiers. Je m’étais confectionné une jupe (tissée main en couleurs arc-en-ciel), parce que je trouvais cela plus agréable pendant les grosses chaleurs. Au mas, seul notre petit groupe me voyait. Il m’est cependant arrivé de descendre au village avec ma jupe! Je ne vous dis pas les regards...

J’y allais avec un esprit certes un peu provocateur. Mais, ne voulant pas que notre communauté soit stigmatisée - c’était déjà assez de voir une bande de jeunes musicos qui bossaient de temps en temps aux champs et vivaient selon leur propres règles, je l’ai assez vite abandonnée. D’ailleurs ce n’était pas pratique pour travailler la terre, les postures au sol ou penché en avant dévoilant trop de mon anatomie. Et puis, les filles n’aimaient pas ça!

  

lgbt,discrimination,école,propagande,jupe,hommes,femmes,misandrie,sexisme,Propagande politique marxiste à l’école

Je reviens au 16 mai. L’école publique est devenue l’arène d’un combat politique et l’enjeu d’un bourrage de crâne. Elle ne s’occupe plus de simplement transmettre des connaissances, elle prend parti dans des querelles idéologiques. C’est injustifiable et inacceptable. 

Une société qui féminise à ce point les hommes, en vue de les soumettre, est une société qui va s’écrouler, parce que l’on n’a pas encore trouvé mieux pour les hommes que d’être, fondamentalement, des défendeurs et protecteurs. ils ne sont pas que cela, mais cette fonction est fondatrice d'une place dans la société. Sans cette fonction particulière, reconnue par la communauté, les hommes n'auront plus de motifs de faire des enfants. Que l’Etat-père ait pris de relais de certaines fonctions masculines (l’armée par exemple) ne remplace pas le fait qu’une femme enceinte ou allaitante a besoin d’un homme prêt à la défendre si elle est attaquée dans la rue, ou pour faire des choses qui lui sont difficiles. Sans cette fonction masculine (essentielle et construite) la survie de l’espèce est en danger. En effet toutes les organisations et stratégies, y compris le patriarcat, sont développées d'abord pour la survie et le développement de l'espèce.

L’idéologie gender et des LGBT ont aussi leurs entrées à l’école genevoise. Ainsi le site de la Fédérations Genevoise des Associations LGBT informe:

«Des exemplaires de la bande dessinée Les Autres, éditée par STOP SUICIDE, sont envoyés aujourd’hui à tous les établissements du post-obligatoire du canton de Genève avec le soutien du Département de l’Instruction Publique. Les élèves genevois auront ainsi accès à cet outil original de promotion de la santé.»

La BD Les Autres a été conçue entre autres par la Fédération LGBT, ainsi que par les centre d’aide aux victimes Lavi, dont on sait qu’ils donnent quittus à des accusations de violence ou de viol sans jamais les vérifier.lgbt,discrimination,école,propagande,jupe,hommes,femmes,misandrie,sexisme,

A propos de cette BD Les Autres, il faut savoir que les suicide des jeunes gay est un des chevaux de bataille des associations de défense homosexuelles, puisque le taux serait 3 à 4 fois plus élevé chez eux que chez les adolescents hétérosexuels. Ce que ces associations, dont on se demande pourquoi elles sont si nombreuses alors qu’elles travaillent sur le même thème (besoin de multiplier les subventions publiques?), évitent de dire, c’est que globalement il y a dans l’Union Européenne 4 fois plus d’hommes qui se suicident que de femmes. Et ce ne sont pas particulièrement des homosexuels: la grande majorité est hétéro. Pourquoi les LGBT pratiquent-ils une discrimination sur le suicide? Parce qu’il n’y a pas d’associations d’hommes assez organisées pour contrer cette forme subtile de misandrie. Tant que les hommes ne descendront pas dans la rue et n'opposeront pas de discours ferme au discours des marxistes féministes et LGBT, ceux-ci continueront à les piétiner.

Donc le Département de l’Instruction Publique soutient ouvertement les campagnes LGBT, comme je l’ai encore appris aujourd’hui. Or les LGBT, pour mémoire, sont un ensemble de groupes marxistes radicaux. Ils sont extrêmement politisés et nombre de leur blogs n’ont de cesse de casser de l’homme hétérosexuel sous le couvert du patriarcat. L’Etat encourage donc des polémiques politiques à l’intérieur de l’école, et favorise un discours ouvertement misandre. Entre cette politisation à outrance et l’oppression LGBT, cela finira probablement mal. Le respect des minorités ne les autorise pas à imposer leur loi au plus grand nombre. La tolérance est toujours un rapport de force en démocratie, elle n’existe que par la bienveillance de la majorité qui ouvre son esprit et son coeur. Elle n'est durable que s'il y a réciproque. Quand le gagnant à l'Eurosong disait, poing tendu: Ils ne nous arrêteront pas, c'est ouvertement une déclaration de guerre. La violence morale a ses limites et l’intolérance LGBT pourrait conduire à un retour de bâton.


Bon, pendant que l'on continue à bourrer le crâne des filles comme victimes, et celui des garçons comme coupables, on peut le 16 mai soulever les jupes pour savoir si c'est une fille ou un garçon. Car la nature à prévu des différences pour les reconnaître. On peut aussi détourner les affiches des stupidos. Elle est pas belle la vie?

 

 

 

Image du Blog mask-tub-et-brush.centerblog.net
Source : mask-tub-et-brush.centerblog.net sur centerblog.

07:27 Publié dans Féminisme, Philosophie, Politique, société | Lien permanent | Commentaires (14) | Tags : lgbt, discrimination, école, propagande, jupe, hommes, femmes, misandrie, sexisme | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

Le 17 Mai 1990 l'organisation Mondiale de la Santé a décidé d'enlever l'homosexualité de la liste des maladies.
Je me demande à quand le moment d'enlever la pédophilie de cette liste ?

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 16 mai 2014

Pour ce qui est des adultes consentants, je n'y vois pas de problème. Si l'on veut examiner la possibilité d'un trouble il faudrait recommencer à analyser le pourquoi des comportements, avec des examens approfondis (IRM et autres), puisque cela questionne et que l'hétérosexualité reste normative du point de vue de la survie de l'espèce. Car la norme est ici simplement le nombre et la possibilité de reproduction autonome. Mais si trouble il y avait, il ne concernerait étrangement que le désir. C'est difficile à classifier dans une pathologie de cet ordre, et il y aurait beaucoup de désirs hétéros que l'on pourrait qualifier de troubles.

Les modes de reproductions tels que PMA et GPA, outre le fait qu'il s'agit d'une manière de contourner l'infertilité essentielle du couple homosexuel, ne permettent pas à l'espèce de survivre en-dehors d'une société très poussée technologiquement, ou qui accepte que les femmes font des enfants pour tous les parents homo qui ont les moyens de payer. Mais ce n'est pas non plus une maladie. C'est une possibilité non prévue dans ce cas de figure.

Pour les enfants c'est autre chose, en effet.

Peut-être faudrait-il avoir un débat sur les questions que l'homosexualité pose aux non-homos. L'acceptation de l'autre n'implique pas qu'il n'y ait aucune question ni que cela soit facile. L'altérité n'est jamais une chose très facile ou automatique, dans aucun domaine.

Écrit par : hommelibre | 16 mai 2014

Plus précisément je ne lie pas la pédophilie à l'homosexualité. Des enfants des deux sexes peuvent être victimes par d'hommes comme de femmes. Je pense même dangereux moralement de lier les deux: on peut être entraînés dans le mécanisme du bouc émissaire.

Écrit par : hommelibre | 16 mai 2014

C'est toujours la même histoire, les filles sont victimes de discrimination sexiste et les hommes pas !

En prenant régulièrement les transports publics et en écoutant les conversations (surtout celles qui finissent par "tu dis rien, c'est secret" (!), je me suis rendue compte d'une chose, les femmes parlent très souvent en termes peu élogieux des hommes mais en revanche ces derniers parlent études, travail, voitures, vacances, loisirs, sports, etc... mais rarement de la gente féminine.

Écrit par : Lise | 16 mai 2014

J’ai du mal à saisir la finalité de cette manifestation. Le but semble être de lutter contre les discriminations sexistes en proposant aux garçons de revêtir une tenue vestimentaire fortement genrée et qui représente dans notre société la féminité. Il s'agit donc visiblement de mettre le garçon dans la "peau d'une fille" afin de lui faire comprendre ce qu'une fille peut endurer au quotidien, sous-entendu : propos sexistes, discrimination en tout genre etc.
S'il s'agit de cela, alors il y a dans cette initiative la négation de la différence des sexes et des différences dont peuvent s'exprimer les sexualités féminines et masculines.
Pire, il y a aussi la volonté de culpabiliser le masculin, qui au travers de la façon dont il pourrait exprimer et vivre sa sexualité est perçu comme aggressif, sexiste, dominateur, macho.
Ressentir du désir à la vue d'une femme habillée en jupe semble être aujourd'hui synonyme de perversité, et un raccourci malsain est constamment fait entre désir masculin et violence faite aux femmes.
Je pense que nombre d'ados ayant participé à cette manifestation souhaite soutenir l'idée de respect de l'autre dans sa différence. Mais en utilisant ce symbole vestimentaire "genré" porté par l'homme, ils sont dans la culpabilisation et la moralisation idéologique qui assigne au genre masculin la notion de mal et au genre féminin de bien. bref en plein dans l'idéologie sexiste féministe victimaire.

Écrit par : steppenwolf | 16 mai 2014

@ Steppenwolf : cela doit être cela, votre 4ème paragraphe est exactement ce que j'ai compris ce matin en lisant ce blog.

Écrit par : Lise | 16 mai 2014

@ Steppenwolf : cela doit être cela, votre 4ème paragraphe est exactement ce que j'ai compris ce matin en lisant ce blog.

Écrit par : Lise | 16 mai 2014

Coucou Homme Libre,
en jupette dans les champs, c'est rigolo, on peut facilement se tromper de poireau XD,
sinon bah je vais pas être d'accord avec vous, vive le retour de la mini toge mais bon le jean c'est bien aussi ;)))!!!bizzzouxxx!!!

Écrit par : Sarah | 16 mai 2014

@ Sarah,

Je viens de voir le troll qui a écrit en mon nom. Je l'ai effacé, et je suis désolé de ne pas l'avoir vu plus vite.
Doubles bizzzouxxx!
Le véritable homme libre, pas le stupide assez lâche qui me perroquette.

Écrit par : hommelibre | 16 mai 2014

pas grave, je sais bien que ce n'est pas vous ;)
bonne soirée!!!

Écrit par : Sarah | 16 mai 2014

http://www.europe1.fr/France/Lyceens-en-jupe-qu-en-pensent-les-eleves-2122257/#

"L'opération consiste également "en un temps d'échange sur les discriminations sexistes et les moyens éventuels d'y remédier dans la vie du lycée", a précisé mercredi le porte-parole du rectorat. Les lycéens devraient aborder des thèmes comme les écarts de salaire, l'accession aux postes de direction, la répartition des tâches ménagères."

mais quel connaissance ont les lycéens sur ces sujets !!!

aucune ce sont des proies rêvées à la propagande féministe.

Écrit par : leclercq | 16 mai 2014

Coucou Sarah,
Je ne vous ai même pas répondu. Ouaip, des fois que le ramasseur à côté ne voit pas bien où il met la main...

:-)))
J'espère que vous n'avez pas été blessé par ce troll et que nous échangerons encore longtemps. En tout cas vous savez que je ne vous écrirais jamais ça. Vous me connaissez de puis assez longtemps et vous me donner à chaque fois un sourire qui fait du bien.
Biiiiiiise!!!!!!!!!!!!

Écrit par : hommelibre | 17 mai 2014

Lu sur un autre forum:


"Peut être une autre version ?
Si on regarde sur Youtube les différents reportages realises sur la confrontation entre partisants de la jupe et leurs adversaires, on constate que l’on a affairre a la FIDL.

http://fr.wikipedia.org/wiki/F%C3%A...

Une organisation un peu sulfureuse sur le plan des finances, créé en commun par la gauche de gauche et le PC au même moment qu’SOS racisme, avec un ex dirigeant qui a des trucs a faire payer au PS....

Sur la liste de ses « luttes » les plus nombreuses concernent le refus de reforme des retraites et l’embauche de fonctionnaires....2 revendications typiquement lycennes par excellence...

C’est dire si l’initiative jupe vient bien spontanement des lyceens...

Du reste on les a envoyé au front avec les éléments de langage, mais sans les dossiers.

Il est amusant de les voir répéter des slogans appris par cœur et qui sont ceux du mariage des tous et pas du tout de l’égalité homme femme."

Écrit par : hommelibre | 17 mai 2014

Bon pas de quoi fouetter un chat cette opération (heureusement d'ailleurs pauvre matou). Pour ma part, j'ai trouvé assez bon enfant et je ne suis pas aller si loin dans la réflexion féministe.....
Je trouve plutôt sympa de la part de ces jeunes hommes de tenter de comprendre les problèmes que rencontrent parfois les filles, et il n'a avait aucune obligation.
Comment les filles pourraient elles rendre hommage de la même manière aux garçons? vestimentairement c'est déjà fait, le cliché de la barbe ou moustache peut-être....à voir.
@Victor-Liviu : la pédophilie n'est pas répertoriée comme une maladie mais une déviance......pénalement poursuivable et destructrice pour l'enfant.

Écrit par : vali | 20 mai 2014

Les commentaires sont fermés.