28 avril 2014

Mesdames, serrez les cuisses!

Ou alors, si vous les écartez, assumez-en les conséquences. Car l’écartement des cuisses en public pourrait être ressenti comme  une sollicitation sexuelle. C’est du moins ce qu’affirme une sexologue et psychiatre suisse dans le Matin de samedi. Elle commente une campagne agressive sur un comportement masculin, lancée en Turquie par des féministes sur le thème: «Serre les cuisses» et «N’empiète pas sur mon espace».


Cuisses03.jpgFemmes, écartez les cuisses!

En Turquie certains hommes ont, semble-t-il, l’habitude d’écarter au maximum les jambes dans le métro et le bus. Peut-être pour protéger leurs attributs testiculéens d'un écrasement inopiné. Les amourettes, ça se protège. Donc certains écartent les cuisses. Au point de toucher leurs voisines - ou leurs voisins (image 1, cliquer pour agrandir)! Je trouve cela très inconvenant pour raison d’espace personnel. Chacun a droit à une place entière et à n’être pas importuné par un voisin ou une voisine. Cela relève de la politesse et de la plus élémentaire vie en société.

Cette seule raison suffirait: «N’empiète pas sur mon espace». Mais si la question est plutôt sexuelle, comme il le semble, c’est une toute autre affaire. Si des féministes turques et la psychiatre sexologue suisse veulent en faire une croisade, alors remettons les choses en place.

cuisses02.jpg

D’abord, pourquoi vouloir contrôler les hommes et leur sexualité? Plutôt que de les brimer, proposons aux femmes de faire de même: «Femmes, écartez les cuisses!». Ainsi nous seront à égalité totale dans un entremêlement de jambes digne de Fellini.

Qu’elles cessent donc de vouloir formater, contrôler, commander la sexualité des hommes et de vouloir les réduire à leur volonté. La campagne, par son impératif et son univocité, est bien révélatrice de cette volonté de formater et de commander les hommes et leur sexualité.

 

Vive Ségolène

Si maintenant écarter les cuisses peut être ressenti comme une sollicitation sexuelle 

Cuisses01.jpg

non désirée, alors c'est valable pour les deux sexes. Et l’on devrait demander que les femmes n’écartent plus les cuisses dès qu’elle sont dans un espace public. Ou dans la pub. Ou au yoga. Ou en sport (les altérophiles). Ou dans certaines séries policières où des enquêtrices sexy et en jean ne se privent pas d’écarter. Ou dans le train (image 3), car visiblement il n'y a pas que des hommes qui écartent les cuisses. Ou en spectacle (image 4: Tori Amos, Madona, Shakira, Miley Cyrus - dont la sollicitation est particulièrement explicite). Ou ailleurs.

On devrait, dans la même idée, faire comme Ségolène Royal: interdire le décolleté. Elle a démenti mais cela a été confirmé par une intéressée. Il est logique, dans une démarche de non-sollicitation sexuelle, de demander aux femmes de ne mettre que des ras du cou. En effet le décolleté, en dévoilant la poitrine, est aussi une invitation sexuelle. 

Cuisses12.jpg

D’accord, chez Ségolène c’est une dérive monarchiste: elle interdit aussi de fumer dans la cour du ministère quand elle y passe, et de marcher dans les couloirs qui jouxtent le salon où elle déjeune.

Bref plus de décolletés, plus non plus de jupes courtes, de tops qui dévoilent le ventre, toutes choses qui peuvent être considérées comme des sollicitations non désirées par les hommes. On pourrait aussi demander d'enlever le rouge à lèvres, dont les psychologues reconnaissent la forte connotation sexuelle. De même le parfum est une manière d'envahir l'espace de l'autre dans une sollicitation non demandée.

Si l’on demande aux hommes de se freiner pour des raisons sexuelles, on doit demander la même chose aux femmes. Si l’homme ne peut plus montrer sa virilité ouvertement, cachons la féminité des dames. On pourrait aussi couper seins et couilles pour éviter tout risque de démonstration inopportune. Le monde féministe sera triste, certes, mais asexué, cul pincé et robe de moine. Un petit pas pour les femmes, un grand pas pour l'humanité. Un grand pas en arrière, mais un grand pas quand-même. C'est la grandeur qui compte.



cuisses06.jpgElle aimerait bien?

La psy voit aussi dans les jambes écartées des hommes un rappel des visites chez le gynéco, Heu, par quel mécanisme de transfert? Mystère.

Je suggère pour elle une autre interprétation. Si elle imagine une visite chez le gynéco plutôt qu’un plan sexe, il est probable qu’elle visite le gynéco plus souvent que son homme. Sinon les jambes écartées devraient lui rappeler la position du missionnaire. 

A raison d'une visite par année chez le gynéco, on peut évaluer son degré d'abstinence. On comprend qu'elle ne voie dans les jambes écartées des hommes qu'une invitation sexuelle: peut-être qu’elle aimerait bien...

Enfin, les anatomies féminine et masculine étant différentes, l’écartement des cuisses est aussi une question de confort masculin. Les testicules serrés, ce n’est pas bon pour la fertilité. Et écrasés, je vous dis même pas!... Des amourettes en sauce façon suchi.

Vivre ensemble n'est pas toujours aisé. Certains font des efforts. A titre d'exemple, l'image 6 montre le comportement animal dans un train. Il y a du mieux. La civilisation est passée par là. 

cuisses05.jpg






 



En bonus, voici quelques suggestions de séduction par les jambes, à l’intention de nos délicieuses compagnes qui pourraient en avoir besoin:

 

 

Et puis tiens, une altérophile, est-ce que cela prend aussi le métro?

cuisses11.jpg

10:04 Publié dans Féminisme, Humour, Psychologie, société | Lien permanent | Commentaires (13) | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

coucou Homme Libre

ah bon,c'est passionnant l'anatomie masculine ;)), en parlant de Jojo, on l'a jamais vu chanter les cuisses serrées, ça doit libérer des vocalises également mdrrr, sinon celui qui veut être tranquillou, il peut toujours prendre la ligne sncf pour Clermont fd, wagon entier pour lui, peut essayer de s'étaler pied en éventail sur tout les sieges, faire la roue,le poirier,les aérer,y'a jamais personne lol!!!
bon après midi, bizzzouxxx!!!

Écrit par : Sarah | 28 avril 2014

Coucou Sarah,

MDR!!!
Le sncf Clermont tranquillou, faire la roue et le poirier, même les aérer!!!...
Va falloir que j'essaie...
;-)))
Tout bon a-m pour vous aussi. Bizzzouxxx!!!

Écrit par : hommelibre | 28 avril 2014

Drôle et piquant votre texte et tellement vrai!

C'est très désagréable et lorsque cela m'arrive, je lui balance un coup de pied dans les jambes et/ou chevilles, ce qui se révèle très efficace.

Écrit par : Lise | 28 avril 2014

Je prends souvent les transports et je peux certifier une chose, c'est que hommes comme femmes sont à égalité dans l'écartement des jambes.

Sinon petit astuce pour avoir la paix, dire à la personne que la place est déjà prise la personne va arriver dans cinq minutes.

Bref quoiqu'on dise sur les effets de la voiture dans l'environnement, on est beaucoup plus libre que dans les transports où la présence de personnalités indélicates nous est imposée.

Écrit par : revenant | 28 avril 2014

La pub de Yves St Laurent est magnifique. La femme très belle, les limbes de sa robe si aérienne qu'on croit y humer le parfum qui la drape.

N'avez vous pas constaté que pour une bonne stabilité en position statique et debout, il vaut mieux avoir les jambes écartées?
Quand il fait très chaud, il vaut mieux les avoir écartées que serrées.

N'avez-vous pas remarqué que les jeunes femmes se dandinent souvent pattes écartés, surtout lorsqu'elles sont juchées sur de hautes échasses?
Naturellement c'est pour conserver leur équilibre, sans quoi, elles tomberaient.

Jeunes gens et jeunes femmes, lorsque vous vous sentez beaux et belles, n'hésitez pas à vous mettre en valeur, c'est pour vous plaire à vous-même et pour le bonheur des autres. C'est aussi un grand bonheur de pouvoir vivre en soi et pour soi-même. Au diable les opinions!

Écartées ou pas, les jambes et leur démarche sont l'empreinte de votre identité. Votre singularité. On peut identifier quelqu'un de dos en reconnaissant ses jambes, ses chevilles et comment il pose un pied devant l'autre.

Par ailleurs, il faut cultiver la sensualité avant le sexualité; la volupté avant la vigueur, parce que c'est elle qui en sera la source; le désir avant la délectation.

Pour savoir si c'est vrai, testez en vous mettant à faire de la sculpture (peu importe le matériau, pourvu qu'il soit celui que vous aimez).

Écrit par : Beatrix | 29 avril 2014

Par contre testicule est un nom masculin... vous devriez le savoir. :o)

Écrit par : Yves | 29 avril 2014

Merci Yves. Ciel!... je les avais féminisés... Les voilà remis dans leur genre.
:-)

Écrit par : hommelibre | 29 avril 2014

La statique est un autre point de vue intéressant Beatrix. L'écartement des jambes est aussi destiné à s'assurer un bon appui - ce qui n'est pas forcément utile quand on est assis dans un métro, mais par suite il représente symboliquement l'aplomb mental.

Reste que dans un métro chacun a droit à une place entière...

Je vous suis aussi sur la démarche, expression d'une identité. La démarche montre le mouvement de l'être et sa manière d'aller dans le monde, dans la vie. En coaching par exemple on peut travailler une attitude personnelle en travaillant sur la posture corporelle et sur la manière d'occuper l'espace.

La sensualité et la volupté avant la vigueur: en écriture aussi. Le goût, le rythme, la sonorité des mots sont souvent plus suggestifs que leur jeté brut. Entrer dans une phrase c'est toucher, palper une idée, que la phrase soit longue ou courte. Selon ce que j'écris, les mots ont pour moi une réalité presque physique.

Écrit par : hommelibre | 29 avril 2014

Appel au sexe ou non, les femmes qui ont de fortes cuisses ne peuvent les serrer.

Ségolène Royal refuse le décolleté mais à la télévision n'hésite pas à mettre ses jambes en valeur.

A ce propos, studios de ls télévision: Ségolène au courant du fait que Sarkozy ne supporte pas le chaud, transpiration excessive, Ségolène, avons-nous appris par les médias, anciennes présidentielles, en arrivant pour le grand débat dans le studio concerné demanda de faire de cet endroit hausser la température...

Écrit par : Alix | 29 avril 2014

Il faudra remettre la compresse sur la question des salaires féminins inférieurs aux salaires masculins. Comment c'est calculé ? Les femmes se plaindraient-elles que la caissière de la Migros est moins payée que le prof de l'EPFL ? Je ne vois pas d'autres hypothèses, et cette escroquerie féministe revient au devant de la scène reprise sans autre par les voyous (qui sont presque tous de sexe féminin aujourd'hui) des médias officiels à 464 CHF /an...

Écrit par : Géo | 29 avril 2014

C'est une propagande via la burqa! Ne cherchez pas plus loin!

Écrit par : Patoucha | 29 avril 2014

Rien à voir mais ai trouvé un ou deux liens (en langue de rosbeef) vers les études sur les violences conjugales démontant pas mal d'idées reçues.

http://www.csulb.edu/~mfiebert/assault.htm

Et une autre montrant comment on la traîte envers les hommes. Et comment on la fait taire. Et surtout comment on fait naître l'idée que le phénomène ne serait que l'expression d'un self défense de madame.

http://pubpages.unh.edu/~mas2/V71-Straus_Thirty-Years-Denying-Evidence-PV_10.pdf

Idée née via les études partiales d'un certain Michael Kimmel dont on peut voir la ligne de pensée à travers cette critique.

http://www.mindingthecampus.com/originals/2013/05/a_classic_text_on_genderand_it.html

Et dont l'idée à , à l'évidence , fait la traversée de l'Atlantique...

Écrit par : nemotyrannus | 29 avril 2014

Merci pour ces liens Nemotyrannus. Le déni est tenace.
Je vais lire tranquillement C. Young sur Kimmel.

Écrit par : hommelibre | 29 avril 2014

Les commentaires sont fermés.