11 avril 2014

Parents trop fatigués = bébé content?

Les pleurs nocturnes des bébés ne seraient pas faits seulement pour demander à manger. Une drôle d’interprétation vient de sortir: les bébés pleureraient pour empêcher leurs parents de faire crac-crac et ainsi retarder la venue d’un petit frère ou d’une petite soeur.


pleurs,bébé,parents,survie,libido,sexualité,Parce qu’un bébé qui pleure, c’est sûr qu’il n’y a rien de moins érotique. Non seulement les larmes font retomber toute velléité d’érection, mais le manque de sommeil et la fatigue qui s’en suit font chuter la libido comme feuille d’automne. La zigounette en forme de spaghetti trop cuit, c’est d’un triste! Aussi triste qu’une minette sans désir.

 

Les bébés feraient donc exprès de pleurer pour tempérer les ardeurs de leurs géniteurs. C’est du moins ce que prétendent des chercheurs en biologie de l’Université de Harvard, sous la direction du professeur David Haig:

 

«... les pleurs de bébés auraient en réalité un seul objectif : monopoliser l’attention de leurs géniteurs afin qu’ils soient trop fatigués pour une nuit romantique et pour concevoir un petit-frère ou une petite-soeur».

 

 

J’accorde volontiers aux espèces vivantes - donc aux humains - la capacité de créer des stratégies de survies originales et efficaces. Et de ce point de vue les comportements n’ont pas forcément besoins d’être conscients et expliqués par l’individu concerné. Car il est difficile de demander au bébé s’il pleure pour manger, par angoisse philosophique, parce qu’il n’aime pas Céline Dion ou pour détourner ses parents de la reproduction. Dans les faits, c’est indubitable, ses pleurs nocturnes attirent l’attention. La conséquence en est une fatigue et une moindre libido parentales. C’est le syndrome du spaghetti trop cuit. De là à dire que c’est une stratégie de survie, pourquoi pas, mais comment le prouver?

 

Les chercheurs n’ont pas de doutes: «Espacer les naissances donne à la mère plus de temps pour se remettre de sa précédente grossesse, pour rendre son premier enfant plus indépendant, et augmenter ainsi ses chances de survie».

 

Comment alors expliquer que certains bébés ne pleurent pas la nuit? Ceux-ci voudraient peut-être au plus vite une soeur ou un frère, histoire d’avoir un souffre-douleur et d’exercer leurs talents de tyrans. Parents, méfiez-vous des enfants qui ne pleurent pas la nuit. N’en profitez pas pour faire des galipettes. Rien ne vaut quelques cris stridents et une bonne insomnie pour améliorer les chances de survie de l’espèce. 

 

Et puis, ça peut être bon le spaghetti trop cuit. Avec un peu de sel, de la sauce basilic et du fromage rapé...

 

 


17:48 Publié dans Humour | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : pleurs, bébé, parents, survie, libido, sexualité | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

Bref, une fois encore la preuve d'un esprit médiocre qui tente de nous tromper...
Il faut chercher la raison des pleurs des bébés. Ça n'a rien à voir avec la libido des parents !
Mais les pleurs sont des preuves que le bébé est soit inquiet, et que l'on doit le rassurer...
Ou bien qu'il manque de quelque chose... ou qu'il n'est pas à l'aise là où il est...
(Expériences de 5 enfants qui n'ont pas tous pleuré durant la nuit !)

Écrit par : Will | 12 avril 2014

Si les bébés pleurent pour empêcher leurs parents d'avoir des rapports, en ce cas, pourquoi les bébés ne pleureraient-ils que la nuit?

En temps de vacances, par exemple?

En revanche, depuis Françoise Dolto, notamment, nous savons que le corps d'un bébé malade peut dire les conflits non dits par conséquent non résolus des parents entre eux... compris manque de rapports amoureux?

Écrit par : Myriam Belakovsky | 12 avril 2014

Ahhh ... ces amérloques de malheur ... ils sont très forts !

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 12 avril 2014

@Will ou qu'il a fait pipi et qu'il faut changer ses langes ou que ses gencives lui font mal, certains ont des dents qui percent dès leur 4e mois pour se retrouver 50 ans plus tard sans aucune carie et pourtant dieu sait qu'ils en ont mangé de cette célèbre alimentation montrée du doigt par tous les peureux environnementaux qui a force de manger leurs trouilles les voient se retourner contre eux sous forme de maux parfois même incurables
Hygiénistes,biologistes tout ceci n'est que mascarade on connait les résultats commencés en 1923 pour la pureté sociale
Ces gens là disent n'importe quoi faut bien rentabiliser leurs diplômes sans doute
Et puis restons logiques avec nous-mêmes .Nos anciens ayant fait des recherches dans de nombreux domaines avec solutions pour aider les humains .
Les viennent ensuite depuis la célèbre éclipse lunaire de 99 cherchent désespérément ce qu'ils pourraient trouver pour surpasser les anciennes générations qui avaient élaboré des techniques pour faciliter la vie de tous les jours alors qu'aujourd'hui c'est carrément l'inverse.
Plus c'est moderne plus c'est bruyant et plus c'est polluant et plus vite à jeter
Et ça voudrait donner des conseils aux parents? c'est sans doute quelques cloches en attente du prochain train pour Romes

Écrit par : lovsmeralda | 12 avril 2014

Oui...lovsmeralda, comme vous dites : ''ou qu'il a fait pipi et qu'il faut changer ses langes ou que ses gencives lui font mal...''... ce qui veut dire que l'enfant qui pleure, pour l'une de ces raisons... n'est pas à l'aise ! Donc, il pleure. Je l'avais déjà dit. Quand un enfant n'est pas à son aise dans son lit, ou qu'il a froid, ou bien il trop serré dans ses langes... il pleure.

En 1984, ma fille Alexandra est née... et elle nous a pourri toutes les nuits avec ses pleurs !
À un moment donné j'ai eu la pensée de la jeter par la fenêtre. Cela faisait plus de 2 ans que toutes les nuits elle pleurait. Mais il y avait des frères et soeurs qui dormaient aussi, et que l'on ne pouvait pas réveiller.
Alors, à tour de rôle, maman et papa prenaient bébé à bras et dormait avec elle au salon.
Oui, je l'ai constaté : Alexandra était inquiète d'être seule à dormir. La raison ? Probablement parce qu'elle pleurait déjà à la naissance, à la clinique, la nuit. Et pour que les autres bébés et les autres mamans puissent dormir, maman la prenait dans ses bras, au lit... Allez savoir !

Écrit par : Wil | 13 avril 2014

Et moi qui croyait qu'on avait touché le fond avec la théorie du genre ...

Écrit par : revenant | 12 avril 2014

Il est utile, et sympathique, voire courageux, de faire savoir à qui l'on adresse commentaire/s sans omettre les possibilitées de malentendus divers pseudonymes y compris lesquels ne devraient pas être tolérés dès qu'ils sont insultants, dégradants ou de teneur telle qu'ils mériteraient procès.

Un @ suivi du nom ou pseudonyme de la personne à laquelle on s'adresse ne prend pas de temps... ou si peu tout en nous permettant de comprendre vite de quoi il s'agit.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 13 avril 2014

@Wil la liste des pourquoi comment et que doit-on faire serait longue et ce que vous relevez si justement peut aussi arriver chez des personnes âgées qui seules subitement développent des comportements étranges .Du moins supposés ainsi par ceux ne la connaissant pas
Ou comme pour des hommes habitués à une présence féminine toujours aux petits soins pour eux et qui pour une fois partie en voyage sans lui provoquera aussi de drôles de réactions chez nombre de ces messieurs
Personne n'est parfait et le bébé souvent produit de projections insensées de la part de familiers aura lui aussi son petit caractère bien trempé à laisser deviner à d'autres
Je connais un enfant d'un an et devenu scientifique qui a su comprendre surtout au moment du repas comment faire pour que maman et papa se disputent
Il était sans doute déjà au courant de la table des matières essentielles pour sa future vie d'adulte/rire
toute belle soirée pour Vous

Écrit par : lovsmeralda | 13 avril 2014

il y a une chose très importante et qui passe souvent aux oubliettes.Les célèbres secrets familiaux.Certains enfants hériteront de peurs ancestrales et toutes les psychothérapies même familiales n'en viendront jamais à bout
Les parents qui ont promis de se taire emportent leur odieux message avec eux dans leur tombe.
Odieux oui car généralement celui-ci sera révélé une fois tous les protagonistes décédés et le bébé devenu *quinquagénaire* , au 36e dessous en plein drame intime devra ajouter à son chagrin ce qui eut mieux valu entendre beaucoup plus vite ou jamais.
Surtout que dès le berceau un enfant sent les choses
Il faut se souvenir aussi qu'il y a des familles entières vouées à vivre des drames à la cadence du pas de charge, qui peuvent s'étaler sur une période de 12 ans avec un temps de repos pour reprendre à nouveau
Et pour les victimes seul l'âge et la force de ne jamais s'avouer vaincu face à l'adversité reste leur seule chance de pouvoir dire une fois la barrière des 66 ans et rugissants franchie ,si on avait su on serait point venu ou celui qui nous a dit de sauter lors de notre naissance a dû se tromper d'époque ou de parents ou il aurait pu nous doter d'un parachute ascensionnel pour nous enfuir dès la première occasion
On remarquera le symbolisme du mot Quinquagénaire proche du mot quinquets qui en argot signifie: ouvrir les yeux!

Écrit par : lovsmeralda | 14 avril 2014

Les commentaires sont fermés.