19 mars 2014

Pacific 231

1923. Dans cette période d’après-guerre tout semble permis. L’Allemagne a été défaite. Humiliée. L’empire austro-hongrois détruit, l’empire ottoman démembré. La France occupe illégalement, de son propre chef, le bassin de la Ruhr, région industrielle de l’Allemagne, pour se payer des dommages de guerre. Personne ne bouge. La France fait ce qu’elle veut.


pacific 231,honegger,musique,russie,europe,trains,france,guerre,dada,surréalisme,andré breton,hitlerLa défaite contre la Prusse en 1871 lui avait ôté une partie de l’Alsace et de la Lorraine, annexés par le IIe Reich allemand. Une humiliation telle que la statue de Strasbourg, place de la Concorde à Paris, fut voilée de noir jusqu’en 1918. L’esprit de revanche rôdait. Victor Hugo lui-même écrivait:

Deux provinces écartelées ;
Strasbourg en croix, Metz au cachot ;
Sedan, déserteurs des mêlées,
Marquant la France d'un fer chaud ;

La France a repris l’Alsace et la Lorraine en 1918, dans la grande humiliation contre le Reich défait. Elle a ensuite pratiqué une politique d’apartheid, les citoyens locaux n’ayant pas le même statut selon leur origine.

(Rien que ce va-et-vient de revanches préparant de nouvelles guerres, suivies d’autres revanches, me fait penser que la construction européenne a du sens et a été au départ courageuse.)

1923. Le mouvement dadaïste, sorte de grande douche intellectuelle, venait de mourir. Le surréalisme préparait la relève. André Breton en publierait le premier manifeste l’année suivante. On ne savait pas encore - ou l’on refusait de penser - que l’humiliation de l’Allemagne appellerait à une revanche. Le monde était en sursis. Hitler pensait sa théorie, qu’il allait poser sur papier en 1924 dans «Mein Kampf». Dix ans plus tard il prendrait lepacific 231,honegger,musique,russie,europe,trains,france,guerre,dada,surréalisme,andré breton,hitler pouvoir. Vingt ans plus tard l’Europe serait rouge de sang et noire de bombes.

1923. Les fabricants de cigarettes se demandaient comment en vendre plus. Le publicitaire Edward Bernays eut la réponse: faire fumer les femmes. La première grande conquête du féminisme se préparait: stimuler la consommation de clopes en faisant fumer les suffragettes sous prétexte d’égalité.

1923. Le charleston faisait un tabac en Amérique. Les robes des femmes raccourcissaient. Le style Art Déco était partout, signe tangible de la mondialisation des idées et des réalisations en architecture. Igor Stravinski achevait l’orchestration des Noces, pièce musicale d’après des chants populaires, surprenante et jouissive, relatant le mariage d’un paysan russe. L'oeuvre fut créée cette même année 1923 aux Ballets russes de Serge de Diaghilev, dans une chorégraphie de Bronislava Nijinska.

1923. Le métal des chars et des fusils cède temporairement la place à celui des automobile. Les 24 heures du Mans connaissent leur première édition. Le premier autogire, ancêtre de l’hélicoptère, se soulève du sol. On vole à une vitesse folle: 429,925 km/h. Les trains se lancent à l’assaut de tous les continents.

Les trains. De plus en plus longs, lourds. Ils transportent voyageurs et marchandises. Ils sont tirés par des locomotives d’une puissance exceptionnelle. Dont la Pacific 231, qui fit pacific 231,honegger,musique,russie,europe,trains,france,guerre,dada,surréalisme,andré breton,hitler,le bonheur des voyageurs de l’Orient Express et des amateurs de trains électriques. Pacific est une locomotive express, à vapeur. 231 signifie : de chaque côté 2 roues porteuses avant, 3 roues motrices, 1 roue porteuse arrière.

En 1923 le compositeur français Arthur Honegger crée «Pacific 231», aussi appelé «Mouvement symphonique n° 1». Honegger use de l’atonalité, propose des sonorités auxquelles l’oreille n’est pas encore habituée. Sous les notes il exprime la sensualité de la locomotive. Honegger eut une influence considérable à son époque, entre autre sur Gershwin. A propos des trains et de cette musique qui représente la modernité, le compositeur dit ceci:

«J'ai toujours aimé passionnément les locomotives. Pour moi, ce sont des êtres vivants... Ce que j'ai cherché dans Pacific, ce n'est pas l'imitation des bruits de la locomotive, mais la traduction d'une impression visuelle et d'une jouissance physique par une construction musicale. Elle part de la contemplation objective : la tranquille respiration de la machine au repos, l'effort du démarrage, puis l'accroissement progressif de la vitesse, pour aboutir à l'état lyrique, au pathétique du train de 300 tonnes, lancé en pleine nuit à 120 à l'heure. Comme sujet, j'ai choisi la locomotive type Pacific, symbole 231, pour trains lourds de grande vitesse.»


Voici la loco imaginée par Arthur Honegger, «Pacific 231»:


Une deuxième version, dans le film à l'intitulé identique de Jean Mitry. Réalisé en 1949, le son est de moindre qualité. C'est un document pour cinéphiles. Et puis, il y a cette introduction en bruitages de gare:

 



21:23 Publié dans Art et culture | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : pacific 231, honegger, musique, russie, europe, trains, france, guerre, dada, surréalisme, andré breton, hitler | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

Sublime morceau de musique que ce Pacific 231 offert en demande de mariage
C'est vrai qu'en étant aussi dégourdie pour faire trente six mille choses à la fois peut-être était de la part de mon futur époux une indication qu'il me faudrait aller encore et toujours plus vite, ce qui fut le cas
pour vivre 40 ans de bonheur complet souvent emplis de roulements de colère mais combien c'était vite remis sur les rails de la tendresse
Dommage qu'il y ait eu des gares pour permettre aux belles familles de venir nous rejoindre ,là c'est plus une loco qu'il aurait fallu c'est un abonnement avec la Nasa et départ pour plus de 50 ans sans les revoir

Écrit par : lovsmeralda | 19 mars 2014

Joli tableau contextuel autour d'une oeuvre que je ne connaissais pas vraiment.

Un rapprochement de notre période actuelle n'est pas fortuit je pense.
Nous sommes aussi dans l'émergence d'un siècle avec ses fulgurances futiles ou tranchantes, issues d'un chaos prometteur d'incertitudes.
Votre papier résonne comme un appel à l'émergence des esprits dadas, surréalistes où musiciens contemporains. Ceux qui essayaient de réinventer la perception de l'esprit et des choses.

Sur l'émergence de la construction européenne, je me souviens que l'on disait; s'il n'est pas possible de réunir les états politiquement, alors il faut le faire commercialement.
Je dirais que la tentative actuelle d'une politique commune européenne est peut être l'ambition de trop.

Écrit par : aoki | 19 mars 2014

coucou Homme Libre,
tout en musique ce soir, c'est sensuel dans le tunnel,
et puis Arkona Peau d'ours en plus,sympa,
bonne soirée bizzzouxxx!!!

Écrit par : Sarah | 19 mars 2014

Coucou Sarah!
Je pensais à vous il y a même pas une heure.
Yes, bôcou de zik.
Et puisque c'est vous, ma new entry en avant-première:

www.hommelibre.ch

Bizzzouxxx!!!

Écrit par : hommelibre | 19 mars 2014

bonne journée Homme Libre, bien sympa la nouvelle entry!!!bizzzouxxx!!!

Écrit par : Sarah | 20 mars 2014

Les commentaires sont fermés.