15 mars 2014

A propos de stéréotypes (1): faut-il élargir les escalators?

Retour hier soir d’une journée à Lyon. Je traverse la gare et passe par la galerie marchande pour remonter vers l’arrêt du tram 15. Un escalator permet d’y accéder. Devant moi un couple dans la vingtaine.


stéréotype,culture,nature,féminisme,hommes,femmes,galanterie,rôles,relation,protection,Protection surannée...

Ils marchent côte à côte. Arrivés à l’escalator l’un doit céder la place: l’escalier roulant n’a pas la largeur pour se tenir à deux sur la même marche. Ils continuent leur discussion et, simultanément, le garçon ralentit un peu. La fille fait un pas en avant, à peine plus rapide. Il lui cède la place et elle passe devant.

Les mouvements de leurs corps était parfaitement synchrones, huilés, sans hésitation. L’homme laisse passer la femme devant lui. Héritage du supposé stéréotype de la domination masculine? Je connais bien assez de femmes dominantes et d'hommes dominés pour ne pas y donner suite. Celui de la faiblesse féminine alors, l’homme se plaçant derrière par une politesse qui compenserait une place sociale féminine que l’on supposerait dévalorisée? A moins que ce ne soit le réflexe protecteur de l’homme. L'un de ses rôles fondamentaux et historiques.

Stéréotype? Pourquoi pas? Aujourd’hui d’aucunes dénoncent tous les stéréotypes comme des oppressions culturelles et des instruments de domination, voire des emprisonnements. A les entendre il faudrait les défaire tous. Ce qui donnerait, au pied d’un escalator, une bousculade pour éviter que l’un ou l’autre passe pour le faible ou le dominant. A moins d'élargir tous les escalators!

Balivernes. Si la femme avait hérité de la nature et de la société le rôle de protection physique de l’homme, elle serait musclée comme un camionneur et sa densité osseuse serait plus importante. Il y en a quelques unes, mais une petite minorité.


... ou stéréotip-top?stéréotype,culture,nature,féminisme,hommes,femmes,galanterie,rôles,relation,protection

Pour ma part je laisse en général passer la femme, sauf si l’aspect pratique de la chose est compliqué ou si une nécessité objective l’emporte. Je n’admets pas que la femme soit dans un rôle protecteur à mon endroit. Je n’inverse pas les rôles. Les comportements sont multiples et variés mais il y a des balises fondamentales autour desquelles les relations s’organisent. La galanterie, concept éminemment sexiste et pourvoyeur de stéréotypes paraît-il, reste une forme plaisante de relation entre l’homme et la femme. Celles qui y verraient un instrument de domination devrait faire une séance supplémentaire chez leur psy.

Il peut arriver fortuitement qu’une femme me protège. Ce ne doit être ni la norme ni l’habitude. Les stéréotypes ont une utilité: confirmer, amplifier et ancrer culturellement une disposition naturelle. Par exemple, protéger sa famille pousse l'homme au courage en cas de danger. Les stéréotypes ne sont pas des schémas d’oppression - d’ailleurs qui est le plus contraint: la femme protégée ou l’homme destiné à prendre les coups pour la protéger?

Il n’y a pas de privilège à protéger: c'est un devoir masculin. Pas besoin d'en faire trop mais d'être vigilant et disponible quand c'est nécessaire. Il est utile de le rappeler, dans une époque qui veut démanteler la culture, faire table rase du passé au nom d’un égalitarisme dogmatique, et qui nie la nature jusque dans ses fondements élémentaires. La théologie victimaire ne saurait s’exonérer du constat des différences femmes-hommes et des répartitions de fonctions que ces différences engendrent. Les stéréotypes, aussi réducteurs soient-ils dans la théorie (je n'ai moi-même jamais aimé me laisser enfermer dans une image), servent d’abord à ancrer une balise. Libre à chacun d’en élargir les modalités et de les ajuster aux circonstances et à ses besoins.

Le progrès, s’il y a progrès quelque part, c’est la conscience de sa possible liberté par rapport à un schème donné, mais ce n’est pas la déculturation de la société et la négation de l’utilité des constructions culturelles et biologiques.

Un détail cependant: messieurs, on ne laisse pas une femme en jupe courte monter l'escalier devant soi...


11:51 Publié dans Philosophie, Psychologie, société | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : stéréotype, culture, nature, féminisme, hommes, femmes, galanterie, rôles, relation, protection | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

j'ai trouvé un truc de dingue.

http://www.prejuges-stereotypes.net/indexFlash.htm#

ces gens là nous disent disent se qu'on doit penser !!!

Écrit par : leclercq | 15 mars 2014

@leclercq

Eh oui l ami, ça s appelle le pret à penser dont les antifas, les femrads, les anars en sont les plus fervents garde-chiourmes.

Écrit par : Lan coup | 16 mars 2014

@hommelibre,

Il est utile de rappeler ce genre de petite règle :
"Un détail cependant: messieurs, on ne laisse pas une femme en jupe courte monter l'escalier devant soi...".
Je ne la connaissais pas, parce que je n'ai jamais porté de mini-jupe (Juste parce que ça ne me va pas, pas parce que j'ai quelque chose contre elle).

Il y en a une autre, que j'ai découverte de façon drolatique:
Je descendais des escaliers en compagnie d'un ami, en discutant. Sans que je m'en rende tout de suite compte, il avait accéléré, de façon à me précéder de 3-4 marches.
J'ai donc essayé de le rejoindre et ai accéléré le tempo.
Il s'est alors exclamé : Ralentis ! Laisse-moi descendre devant toi, n'essaye pas d'être de front avec moi, car un homme doit descendre en contre-bas, pour pouvoir rattraper une femme qui descend les escaliers et qui pourrait trébucher."
Je suis tombée des nues d'étonnement ! Et me suis donc arrêtée net. Sans tomber des escaliers. Mais qu'est-ce qu'on a ri !
J'ai trouvé cet épisode tout à fait charmant et la preuve d'un décalage dans les moeurs, ou le savoir-vivre, entre lui et moi.
J'ai découvert une faiblesse que je n'avais pas imaginée.

Depuis quelques mois, on m'a proposé par deux fois son siège dans le tram ou le bus. Je suis à la fois touchée et rassurée par la prévenance réelle des co-voyageurs, mais bien-sûr un peu inquiète de l'image de fragilité que je pourrais projeter.
Je ne me sens pas moins solide que l'année dernière et je n'ai pas l'impression d'avoir pris de coup de vieux, mais la réaction des autres passagers m'envoie un autre message...

Écrit par : Calendula | 16 mars 2014

Les commentaires sont fermés.