14 mars 2014

L’Eurasie, avec ou sans l’Ukraine

Un article paru hier dans Rue89 éclaire le bras de fer entre la Russie et les occidentaux. L’Ukraine est bien un enjeu international, tiraillée entre deux projets de communauté politique et économique: l’Union Européenne et l’Eurasie. Petit résumé.


poutine,eurasie,ue,usa,ukraine,crimée,europe,ouralL’Eurasie, une vision du monde

Qu’est-ce que l’Eurasie? C’est un projet concurrent à l’UE, une sorte d’accord de libre-échange des pays d’Asie centrale autour de la Russie. Ce n’est pas nouveau. Les nationalistes russes défendent cette union depuis les années 1990.

Poutine a repris cette idée, parlant même d’une Europe «de Lisbonne à Vladivostok». Il a depuis limité ses objectifs aux pays qui faisaient partie de l’ancienne URSS. Les deux premiers pays signataires ne sont pas des plus démocratiques: la Biélorussie et le Kazakhstan. Mais les laisser isolés ne les fera pas progresser.

L’Eurasie est à l’origine plus qu’une alliance économique:

«En 1998, Douguine trouva sa véritable voie : l’eurasisme, ou plus exactement le néo-eurasisme, puisque le premier mouvement eurasiste avait été fondé dans les années 1920 par des intellectuels russes de l’émigration (N. Troubetskoï, P. Savitski, N. Alekseiev, etc.). Ceux-ci affirmaient que l’identité russe est née d’une fusion originale entre les éléments slave et turco-musulman, que la Russie constitue un « troisième continent » situé entre l’Occident (dénoncé comme matérialiste et décadent) et l’Asie. (...) L’Eurasie représente la renaissance, c’est le pays des dieux, puisque c’est là que le soleil se lève. Le but déclaré du mouvement néo-eurasiste est de constituer un grand bloc continental eurasien pour lutter à armes égales contre la puissance maritime « atlantiste », qui représente le « mal mondial » entraînant le monde vers le chaos. Ainsi l’eschatologie se mêle à la géopolitique..» (Wikipedia)

Toutefois le projet de Poutine est plus mesuré et ne reprend pas cette eschatologie, sorte de «théologie laïque» de la fin des temps - ou de la fin de l’occident et d’une renaissance dont le berceau serait la grande terre qui va du pacifique à la mer Noire. Il a pour projet une union économique forte de 300 millions d’habitants, dirigée selon le modèle européen par une Commission du type Commission de Bruxelles.



La concurrence UE - Eurasie - USA
poutine,eurasie,ue,usa,ukraine,crimée,europe,oural
Il y a de la cohérence dans ce projet. D’abord parce que l’Europe n’absorbera pas la Russie - au mieux elle pourrait trouver un partenariat. L’UE est déjà très divisée sur la Turquie, tout en proposant à l’Arménie une association que celle-ci a refusé. On le voit, les dirigeant de l’UE vont chercher loin. Mais l’Arménie est-elle encore l’Europe, alors que la question est déjà posée pour la Turquie?

La cohérence est aussi géographique, malgré la barrière symbolique de la chaîne de l’Oural. Barrière pas très haute, et discontinue, mais à laquelle on a donné la fonction de délimiter l’Asie et l’Europe. Cohérence ethnique en partie, car la Russie est une nation diversifiée. Les mélanges de populations y ont été nombreux et les visages aux traits légèrement asiatiques ne sont pas rares.

Le projet d’Eurasie n’est pas pour autant gagné. L’Ukraine est visiblement divisée. Le souvenir est vivace de l’Holodomor, ou la Terreur par la famine organisée par l’URSS en 1932 et 1933, et qui avait causé la mort de plus de 7 millions d’ukrainiens. Si la Russie et l’Ukraine étaient un seul territoire il y a un millénaire, il fut séparé, puis réunifié, et encore séparé. Le pouvoir russe ne peut reprendre l’Ukraine entière dans sa communauté économique. Il le sait probablement et Vladimir Poutine reste prudent en garantissant sa protection à la seule Crimée. Peut-être d’autres régions de l’est suivront-elles. Quoi qu’il en soit le projet initial d’Eurasie sera amputé d’une partie plus ou moins grande de l’Ukraine.

L’UE et les Etats-Unis n’ont pas été ravis par le projet d’Eurasie. Le projet est teinté à l’origine d’anti-occidentalisme. La crainte d’une resoviétisation est vivace, bien que certainement exagérée. Quoi qu’en dise l’auteur de l’article il n’y a pas en Russie ou chez Poutine de discours appuyé contre l’occident, mais bien une volonté de contribuer à un monde multipolaire, selon ses propres propos. Un concept dont je faisais état récemment. L’UE a cherché à se rallier les anciens satellites de l’URSS dans le but d’empêcher le projet de Vladimir Poutine. L’Europe n’est pas innocente dans la lutte actuelle autour de l’Ukraine. Et à rejeter la Russie le plus loin possible, nous perdons une part de nous-mêmes.

Il est regrettable que Vladimir Poutine soit autant attaqué. Cet homme a réellement une vision géopolitique à long terme, une vision qui contribue à un équilibre mondial des pouvoirs.

 

Muse: United Sates of Eurasia

18:30 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : poutine, eurasie, ue, usa, ukraine, crimée, europe, oural | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

Merci pour Muse et son pastiche Mercury/Ravel, je ne savais pas que vous étiez amateur :-)

Écrit par : Mikhaïl Ivanovic | 15 mars 2014

:-)

Oui j'aime bien Muse. Dans ce morceau les sonorité Ravel/orientales et le titre collent bien! Par contre je n'avais pas tilté sur Mercury, mais en effet. Chanteur magnifique Mercury. Et Ravel, ou Debussy, ainsi qu'en général cette époque du classique, j'aime beaucoup.

Écrit par : hommelibre | 15 mars 2014

Oui, je crois que Matt Bellamy est aussi partisan d'une union Eurasienne comme contrepoids à l'Atlantisme (dont en tant que Britannique il devrait pourtant se trouver proche)
http://www.musewiki.org/United_States_of_Eurasia_(song)

Sinon, le rapprochement avec Queen est assez frappant ici, on dirait que les deux chansons s'enchaînent:

http://www.youtube.com/watch?v=v6EXvd-AI2A

Écrit par : Mikhaïl Ivanovic | 16 mars 2014

Les commentaires sont fermés.