27 mars 2014

A propos de stéréotypes (3): le syndrome de Lara Croft

Les leaders de la cause des femmes luttent toujours contre les stéréotypes qui discrimineraient celles-ci par rapport aux hommes. Pourtant elles-mêmes ne cessent de créer de nouveaux stéréotypes de genre, comme si le stéréotype était un support de communication. Doit-on dès lors vraiment lutter contre les stéréotypes? Ne serait-il pas plus réaliste, si l’on admet que le stéréotype est un modèle pédagogique, de l’admettre, le comprendre, et d’en finir avec le débat victimaire?


genre,hommes,femmes,féminisme,violence,victimaire,La résonance victimaire

L’un des stéréotypes véhiculé par les leaders féministes est que la femme aurait toujours été discriminée et victime de la supposée domination masculine. Cette victimisation contient un stéréotype caché: celui d’une femme inférieure, incapable de trouver sa place par elle-même, dont l’Histoire millénaire confirmerait l’infériorité par une incapacité à se dresser contre l’injustice systémique dont elle serait victime.

En image inversée, le stéréotype masculin inventé par ces mêmes leaders féministes serait celui d’hommes massivement dominateurs, violents, déterminés à humilier les femmes ou à les maintenir dans une infériorité et une condition d’esclave. Pourquoi les hommes auraient-ils fait cela? On n’en sait rien. Les raisons, inconnues, ne sont jamais abordées ni exposées. Il faut réaliser ceci: il n’y a aucun motif sociologique documenté qui expliquerait la raison de cette supposée domination masculine. Mais qu’importe: la création de stéréotypes a plus besoin d’une image réductrice que d’une vraie raison.

A défaut de pouvoir démontrer clairement que les femmes auraient été écrasées, dominée, asservies, le ton victimaire suffit. Il rencontre forcément un niveau de frustration typiquement féminine et de culpabilité typiquement masculine suffisants pour mettre en place un schéma prégnant sur lequel on fonde une théorie sociale. En effet, selon un schéma assez répandu, que l’on retrouve dans une abondante littérature actuelle, les femmes se plaignent et les hommes sont coupables. C’est ce que je nomme la résonance victimaire.


genre,hommes,femmes,féminisme,violence,victimaire,lara croft,domination
Le syndrome de Lara Croft

Pour sortir de ce stéréotype de la femme dominée, créé de toutes pièces, on invente un nouveau stéréotype: la femme guerrière. Celle qui domine, maîtrise tout, se bat et gagne. Les Femen en sont un exemple, qui jouent complètement sur la superwoman agressive et dominatrice. Mais pas seulement elles: les femmes flics de plusieurs séries télé sont aujourd’hui des dominantes, qui mettent au sol très facilement des hommes plus costauds qu’elles, et qui prennent régulièrement l’ascendant psychologique. Il n’est pas rare aujourd’hui de voir un homme bousculé, insulté, brutalisé, frappé, dominé par une femme, sans que cela ne soulève la moindre réaction. Alors que l’inverse serait évidemment taxé de sexisme misogyne.

Ces femmes dominantes existent dans la réalité mais en faible quantité. La puissance physique et mentale de Ziva David dans la série NCIS est rarissime. On invente de toutes pièces une force féminine qui n’existe pas. Et l’on inculque aux homme la soumission aux femmes.

On est ici dans ce que j’appelle «le syndrome de Lara Croft»: inventer une super-héroïne qui n’a besoin de personne et qui gagne tout. Le super-héros version femme. C’est irréaliste. Car si c’était réel, on ne parlerait pas de prévalence masculine dans la violence, et l’on ne ferait pas de compétitions sportives séparées entre les sexes. L’apartheid sexué n’aurait pas lieu d’être et l’on verrait des courses du 100 mètres mixtes!

Donc d’une part les stéréotypes sont condamnés, d’autre part de nouveaux stéréotypes sont créés à l’envers de la réalité. Sans parler du double standard aujourd’hui largement répandu: les femmes sont égales mais elles sont quand-même plus victimes. Cela permet de lancer des programmes de soutien massifs aux femmes, totalement inégalitaires, alimentant ainsi le stéréotype que les femmes ne pourraient pas faire leur place par elles-mêmes. Le féminisme vu sous cet angle est non seulement malhonnête mais c’est une entreprise de spoliation de l’argent public au profit des leaders d’associations.



genre,hommes,femmes,féminisme,violence,victimaireLa violence supposée de l’homme est-elle un stéréotype?

A quel moment la victime - réelle ou inventée - devient-elle dominante? Je propose cette réflexion extraite du blog d’Orélien Péréol paru sur Agoravox. Une approche intéressante d’un stéréotype systémique qui se met en place dans notre société. L’auteur montre l’intérêt que l’on peut tirer à stigmatiser un genre, ainsi que l’aspect viral de ce discours.


«Les femmes sont immensément aidées dans notre société. Normal ! Elles seraient en situation de faiblesse permanente. Nombre d'associations sont subventionnées pour aider les femmes. La question du sorite (syllogisme) peut se poser : à partir de quelle quantité d'aides un groupe défavorisé cesse de l'être ? Parce qu'enfin à force de donner plus à celles qui ont moins, elles doivent bien finir par avoir autant, voire plus que les non-femmes. Comme personne ne pose cette question, la réponse ne risque pas d'apparaître. D'autant plus que ce surcroît de forces données aux femmes leur permet d'augmenter leur capacité à se présenter comme victime, seulement victime, tout le temps victime. C'est humain. N'importe quel groupe qui ferait l'objet d'une telle attention qualitative et quantitative ferait de même.

Nous vivons un temps bien étrange, et sans doute unique dans l'histoire de l'Humanité : nous sommes enjoins avec force à un grand nombre de prescriptions obligatoires concernant les mœurs sexuelles. Ces injonctions n'ont pas vraiment de centre, pas de parti reconnu, ni de leader fort, charismatique. Elles courent les mass-médias avec unegenre,hommes,femmes,féminisme,violence,victimaire exclusivité quasi absolue. Il nous faut lutter contre la domination masculine, contre les stéréotypes ! Ce mot dont l'usage a explosé ces derniers temps représente actuellement un des pires problèmes sociaux de notre temps, avant la guerre, le chômage, la reproduction sociale, le mal logement...

Certes, il y a un ministère du droit des femmes, mais on ne peut pas dire que ce soit un centre de décisions ou de fabrication de ce type de discours. Il y a « les féministes  ». On ne sait pas qui c'est, mais les féministes nous parlent sans arrêt. Leur discours moralisateur (culpabilisant pour les non-femmes qui s'entendent suggérer qu'ils sont coupables du malheur des femmes, des violences faites aux femmes) se nourrit « de lui-même  », c'est-à-dire de sa répétition dans les divers mass-médias. C'est le consensus dans les mass-médias qui engendre sa répétition, et son augmentation, augmentation en taille, en force et en surface, nombre d'objets dont il traite (les grands hommes, la parité en politique, la mixité des métiers, assez nouveau, mais bon, de certains métiers tout de même, pas de tous).

Ce discours ne fait pas l'objet de débat. Il y a des violences faites aux femmes. Point barre. Pas de violence faite aux hommes.

(...)


Il est temps de reprendre le chemin de la complexité du monde, des constats honorables et discutables et des interprétations intellectuellement correctes. Les hommes ne sont pas des victimeurs de femmes par nature et les femmes ne sont pas des victimes des représentations qui pèsent sur elles. Il y a beaucoup d'autres cas de figure.»


L’article en entier est disponible ici.

 

Précédents billets:


http://hommelibre.blog.tdg.ch/archive/2014/03/15/a-propos...

http://hommelibre.blog.tdg.ch/archive/2014/03/16/a-propos...



15:07 Publié dans Féminisme, Psychologie, société | Lien permanent | Commentaires (40) | Tags : genre, hommes, femmes, féminisme, violence, victimaire, lara croft, domination | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

@Hommelibre Pauvre monde en lisant l'article on a presque honte d'être femme.c'est qu'elles ne comprennent absolument rien au masculin ces walkyries de salon
Dommage que les coquines,rigolotes et restées fidèles n'aient plus envie de donner des leçons ,car certaines se feraient un plaisir de leur enseigner le baba pour savoir comment épauler un homme et ne pas prendre plaisir à le ridiculiser
Il est vrai que c'est un art que de savoir bien vivre avec un homme mais c'est pourtant si simple
belle soirée pour Vous

Écrit par : lovsmeralda | 27 mars 2014

Ca faisait longtemps que je n'étais plus revenu sur ce blog, triste est de constater qu'il contient toujours la même dose d'agressivité , et qu'il traite presque toujours des mêmes thématiques, thématiques d'ailleurs abordées de façon très personnelle et subjective, ce qui revient à dire, déconnectées de la réalité.
Comme d'habitude mais bon passons.

Va falloir commencer à lire mon grand:

"Les raisons, inconnues, ne sont jamais abordées ni exposées. Il faut réaliser ceci: il n’y a aucun motif sociologique documenté qui expliquerait la raison de cette supposée domination masculine. "
Raisons inconnues, non pas tant que ça, volonté égoiste de maintenir des privilèges sociaux, notamment en terme de places sociales et de salaires (pierre bourdieu, très bon sociologue, qui a écrit notamment un livre sur la domination "supposée" masculine.
Vous parlez de résonance victimaire: effectivement, on la voit chez vous, vous plaindriez vous de l'avancée légitime des femmes dans la société ? au passage et comme d'habitude faites soigner votre syndrome d'inversion (typiquement pervers).
"pour sortir de ce stéréotype de la femme dominée, créé de toutes pièces, on invente un nouveau stéréotype: la femme guerrière. "
Ca n'a jamais été une invention mon grand, les amazones en sont un exemple, et des femmes guerrières, il en existait jadis, par le passé.

"C’est irréaliste. Car si c’était réel, on ne parlerait pas de prévalence masculine dans la violence, et l’on ne ferait pas de compétitions sportives séparées entre les sexes. L’apartheid sexué n’aurait pas lieu d’être et l’on verrait des courses du 100 mètres mixtes!"
Pour ne pas changer vous ne concevez les rapports hommes-femmes que sous l'angle de la domination... et d'ailleurs votre argument ne tient pas la route, pourquoi ne séparereait t-on pas les hommes blanc, des hommes noirs, lors de ce fameux prestigieux 100 M ? puisque, les performances d'un tout de même exceptionnel christophe lemaitre, n'égaleront jamais les performances d'un usain bolt ?
Faudrait aussi séparer dans une logique complètement raciste, identique à la même logique discriminatoire qui pèse sur les femmes ?

Écrit par : oubliélepseudo | 27 mars 2014

@ Oubliélepseudo:

Quelques belles affirmations non étayées et la dose d'attaque ad hominem, dans la droite ligne de "Si tu veux abattre ton chien, dis qu'il a la rage".

Bourdieu n'a rien démontré. Il a fait ce que faisait son époque: amalgamer sociologie et marxisme. Le masculin était la cible idéale, facile, fantasmée. Pour le justifier vous-même devez utiliser un argument irrecevable en sociologie: "volonté égoïste". Irrecevable et dont chaque terme demanderait une définition précise avant d'être pris en compte. Avantage sociaux: les millions d'hommes qui ont travaillé dans les champs, les étables, les mines, les galères, avaient, à n'en pas douter, de magnifiques avantages sociaux à préserver...

La lecture victimaire est un biais. Elle ne résiste pas à un examen circonstancié. Et je n'ai pas inventé la lecture des rapports hommes-femmes sous l'angle de la domination, qui justement ne m'intéresse pas vraiment sauf pour comprendre des mécanismes ou pour passer au crible le discours féministe qui lui est imbibé de domination. Je suis clair à ce sujet, si vous ne l'avez pas compris c'est votre lecture qui n'est pas juste.


"... vous plaindriez vous de l'avancée légitime des femmes dans la société..." : non, pas plus que de la légitime avancée des hommes dans la société. Car ce que vous décrivez implicitement n'est qu'une frange de la bourgeoisie d'une époque ou des minorités dirigeantes. Ce n'est pas représentatif de l'Histoire.

Qui a assigné la guerre aux hommes et pourquoi? Voilà une question qui mènerait un peu plus loin que les stéréotypes de Bourdieu. Je l'ai développé ailleurs, je n'y reviens pas ici. Les guerrières ont été rares. Les amazones, probablement un mythe.

S'il y a selon vous une logique raciste dans la séparation des femmes et des hommes dans l'athlétisme et dans de nombreux sports, c'est largement admis par les femmes et les hommes. Mais ne vous privez pas de proposer au CIO et à toutes les instances sportives de rendre tous les sports mixtes. On en rediscutera après. D'ailleurs où est le problème de cette séparation? On dirait que pour vous la différence est insupportable.

Écrit par : hommelibre | 27 mars 2014

Ca me fait penser à ce que disait Nathalie Portman , ce syndrôme Lara Croft.

On avait peu de femmes à rôles intéressants au cinéma avant , elles faisaient plutôt déco. Du coup quand les gens ont demandé à avoir à l'écran des personnages forts en caractère , Hollywood et cie n'ont rien compris et on créé des Lara Croft Amazones un peu partout.

Écrit par : nemotyrannus | 28 mars 2014

@ Nemotyrannus:

"Hollywood et cie n'ont rien compris et on créé des Lara Croft Amazones un peu partout". En effet. Hollywood a créé des "doublons d'hommes" pour présenter des femmes "fortes". La revendication aboutit ici à ce que l'on ne distingue plus ce qui spécifie une femme d'un homme. Ça marche au cinéma, mais certainement pas dans le réel.

Les ados filles insultent bien les garçons, reprenant le pire d'eux, mais si un garçon s'énerve vraiment ce sera encore la fille qui en prendra plein la figure.

Écrit par : hommelibre | 28 mars 2014

"triste est de constater qu'il contient toujours la même dose d'agressivité" à mettre en relation avec "Va falloir commencer à lire mon grand ".
C'est ce qu'on appelle la logique féminine, ma petite ?

"ce sera encore la fille qui en prendra plein la figure." L'une d'elles en est morte l'année passée en France dans un lycée, à coups de poing...

Écrit par : Géo | 28 mars 2014

S'il vous plaît arrêtez de voir les femmes comme des hystériques c'est fatiguant

http://aujourdhuilaturquie.com/fr/les-femmes-kurdes-larme-ultime-contre-letat-islamique/

Sinon cet article fait peur à lire je conseille à l'auteur de regarder les vidéos de Anita Sarkeesian ici : https://www.youtube.com/watch?v=X6p5AZp7r_Q&list=PLn4ob_5_ttEaA_vc8F3fjzE62esf9yP61

elle analyse de manière très intelligente les clichés dans les jeux vidéo, en plus il y a des sous titres français... parce que franchement votre idée qu'on voit trop de femme forte est d'une part fausse et d'autre part ridicule.

Écrit par : mat | 12 septembre 2014

"Sinon cet article fait peur à lire"

Ceci explique sans doute votre réaction pavlovienne...
Bon ton lien soit-disant très intelligent annonce déjà la couleur. Une opportuniste qui nous parle de la pluie et du beau temps. What else ?

Écrit par : juste de retour | 12 septembre 2014

" parce que franchement votre idée qu'on voit trop de femme forte est d'une part fausse et d'autre part ridicule."

"Pour sortir de ce stéréotype de la femme dominée, créé de toutes pièces, on invente un nouveau stéréotype: la femme guerrière. Celle qui domine, maîtrise tout, se bat et gagne. Les Femen en sont un exemple, qui jouent complètement sur la superwoman agressive et dominatrice. Mais pas seulement elles: les femmes flics de plusieurs séries télé sont aujourd’hui des dominantes, qui mettent au sol très facilement des hommes plus costauds qu’elles, et qui prennent régulièrement l’ascendant psychologique. Il n’est pas rare aujourd’hui de voir un homme bousculé, insulté, brutalisé, frappé, dominé par une femme, sans que cela ne soulève la moindre réaction. Alors que l’inverse serait évidemment taxé de sexisme misogyne.

Ces femmes dominantes existent dans la réalité mais en faible quantité. La puissance physique et mentale de Ziva David dans la série NCIS est rarissime. On invente de toutes pièces une force féminine qui n’existe pas. Et l’on inculque aux homme la soumission aux femmes."

qu'i y a t'il de faux dans cet écrit rien !!!

Écrit par : leclercq | 13 septembre 2014

Bonjour, je suis un développeur de jeux vidéos indépendants, et je mène depuis plus de quinze ans une analyse globale de l'évolution vidéoludique dans son ensemble.

Je peux vous assurer qu'il serait imprudent d'appuyer un argument quelconque sur les dires d'Anita Sarkeezian. En effet cette jeune femme a lancé une campagne de financement collaboratif (crowdfunding) de plusieurs milliers de dollars pour produire une série de vidéos censées "explorer les stéréotypes genrés et malconceptions dans le design et l'écriture des personnages féminins dans le milieu du JV", en plus de ses revenus publicitaires conséquents (monétisation YouTube).
Si l'on retire le coût effectif du matériel et du fond vert, cela représente plusieurs dizaines de SMICs pour donner son avis propre sur un thème sociologique dans un loisir grand public.
Depuis peu, cette même demoiselle a réussi à transformer son public cible en audience et donne des conférences sur les représentations de la femme, avec comme principal leitmotiv "Listen and believe", soit "écoutez et croyez", une requête expresse d'abandon par ledit public de toute initiative critique à l'encontre d'opinions imposées de fait comme des "réalités".

Du point de vue technique, elle n'a pas de vraie expérience tant au niveau de la pratique ludique qu'au niveau du développement et se contente malheureusement d'extrapoler différentes pratiques marketing du milieu du jeu vidéo puis de les traduire malhonnêtement en comportements misogynes récurrents chez tous les hommes hétérosexuels ayant de près ou de loin lu un livre, vu un film ou touché à une manette de jeu.

Ce type de femmes principalement reconnues via la plateforme de microblogging Twitter ne sont aucunement là pour défendre la place ni même le rôle des femmes dans la société, seulement pour se faire de l'argent en exploitant à tort la surface du débat sans chercher à le développer dans le sens de la résolution.

Bien à vous.

Écrit par : Err | 29 décembre 2014

@ Oubliélepseudo:

" les amazones en sont un exemple, et des femmes guerrières, il en existait jadis, par le pas"

pendant la révolution russe les femmes ont demandé l'égalité au feu, résultat un échec cuisant, sur 1700 engagée dans le bataillon de la mort seules 300, ont été volontaires, pour une attaque, à Smorgon chaque femme était accompagnée de deux hommes, résultat des crises d'hystérie dans la tranchée de départ, des retours vers la tranchée arrière en rampant. alors les femmes guerrières de nos jours franche rigolade "ma grande"

Écrit par : leclercq | 28 mars 2014

" D'ailleurs où est le problème de cette séparation? On dirait que pour vous la différence est insupportable." je tolère la différence...surtout les différences interinviduelles en général ;)

Vous n'avez toujours pas répondu à ma question: pourquoi ne sépare t-on pas les hommes blancs des hommes noirs lors de compétition de 100 M ou autre ? la différence entre un lemaitre très doué, et un usain bolt est significative... et encore... lemaitre est une exception... alors l'éloge de la différence couillon ? ^^

Écrit par : oubliélepseudo | 28 mars 2014

oubliélepseudo @ Toujours la logique féminine ? Ce serait à vous de nous expliquer pourquoi on devrait faire des compétitions raciales.

Écrit par : Géo | 28 mars 2014

@ Géo

"oubliélepseudo" est incapable de reconnaitre quand elle a tort et aussi incapable de se remettre en question !!! et oui logique féminine, c'est pourquoi à un certain stade il n'y a que la fermeté pour remettre les pendules à l'heure.

Écrit par : leclercq | 28 mars 2014

"je tolère la différence..."
C'est beau la tolérance. Avec quelle marge d'écart votre tolérance?... :)

Les différences interindividuelles sont des touches dans les catégories. Il y a des catégories, la nature les a créées. Les catégories de sexe existent. Les catégories de genre existent aussi, puisqu'elles sont même aujourd'hui théorisées et revendiquées.

Concernant votre question, je dirais aussi: quel est votre intention en introduisant ici les différences noirs/blancs?

On pourrait d'ailleurs introduire les différences entre les noirs éthiopiens et les noirs congolais. Entre les longilignes et les musculaires. Après tout on tient bien compte des différences de musculatures pour les coureurs de 100m ou de 10'000m.

Vous devriez poser votre question sur les différences aux instances sportives mondiales. Ma réponse n'a pas de valeur particulière, n'étant pas dans ces instances. Les différences entre les sexes sont peut-être simplement plus significatives globalement que celles entre les noirs et les blancs. Mais demandez-leur. Je me contente de constater que certains sports ne sont pas mixtes, qu'en moyenne les hommes ont plus de masse musculaire que les femmes, et que cela induit que si une femme et un homme en viennent aux mains, c'est plus la femme qui prendra les coups. Sauf quand une femme bat son homme dans un couple: l'homme n'ose pas répondre.


Tiens, décidément, ce monde est bien injuste, comme on peut le lire dans wikipedia:

"Le lancer du marteau est une discipline de l'athlétisme, originaire d'anciennes pratiques celtes, qui consiste à lancer un boulet en acier de 16 livres anglaises (7,257 kg) pour les hommes et 4 kg pour les femmes, le plus loin possible."

Écrit par : hommelibre | 28 mars 2014

D'abord le sport :
Vouloir nier que l'homme est généralement plus fort musculairement d'une femme serait une perte de temps ridicule.
A mes yeux, le vrai problème dans une compétition sportive est le recours au dopage et sa dissimulation réussie. Un homme dopé contre un homme non-dopé n'est pas une compétition valable ou intéressante.
J'ai toujours été intriguée par les soeurs Williams ou Aurélie Mauresmo. Sont-elles des exceptions tout à fait naturelles ou pas ?
Elles, elles devraient se mesurer à des hommes, simplement parce qu'elles ont une envergure musculaire un peu équivalente. Mais ça a certainement déjà été fait.
Lemaître, Djokovic ou Federer, ainsi que les frêles patineuses artistiques sont des individus intéressants, parce qu'ils ne sont pas spectaculairement musclés. La performance semble résider dans la maîtrise du geste.

Ensuite personnages de cinéma:
Avec Lara Croft : est-on dans une narration qui se veut réaliste ou ressemblant à la réalité ? Certainement pas !
Je pense qu'il s'agit entre autres d'une esthétisation et d'une tentative d'innovation dans des films d'action. C'est aussi fait pour le regard des hommes, pas seulement pour flatter l'égo féminin ou leur donner de fausses idées sur leurs capacités réelles.
Il faudrait faire des statistiques pour connaître la prévalence de personnages féminins du type amazone dans le cinéma occidental. Y a-t-il augmentation et quelle est la proportion de personnages conquérants par rapport aux paumées, hystériques, simplement sexy ou banales.
Je ne vais pas très souvent au cinéma, mais tout de même, je ne dirais pas que j'aie vu beaucoup de films qui donnaient une image unilatéralement positive et combattante de la femme. Mon point de vue est probablement incomplet, car je ne me déplace pas pour les "films d'action".

Les femmes-policiers ou agentes secrètes des séries télévisées sont un cas intéressant. J'ai également été frappée par leur multiplication et me suis demandée ce qu'on essayait de nous communiquer.
Ces femmes sont toujours tellement sexy, belles et jeunes. En voyant leurs décolletés, leurs talons-aiguille et leurs coiffures, j'ai de vrais problèmes à avoir l'illusion de la réalité. Et à nouveau, je ne suis pas sûre que ces fictions aient pour unique but de passer un message d'auto-affirmation du type viril aux femmes.
Moi, j'y vois un modèle très traditionnel et un défi difficile à relever : être à la fois très professionnelle dans un monde dur, tout en gardant sa féminité. Il faut être super belle , pour avoir droit à exercer ces métiers dangereux et trouver le temps de faire le shopping, les heures de salon de beauté et coiffeur.
La saison 20 de "New York Policie Judiciare" est marrante pour ça: la fliquette a une poitrine de rêve et des t-shirts flatteurs. Heureusement, il y a la commissaire Van Buren, pour donner un semblant de réalisme.

Ziva David est un personnage, dont les capacités physiques et mentales ont une justification narrative romanesque. Selon le scénario, elle a bénéficié d'un entraînement très particulier et d'une lourde histoire familiale pour en arriver là et elle est plutôt dépeinte comme un cas peu enviable. Elle, elle s'habille de sorte à pouvoir courir, terrasser un terroriste ou sauter d'une voiture qui recule.
Je trouve le personnage d'Abby ( la scientifique gothique et déjantée) beaucoup plus enviable. Elle représente un modèle positif, tout en étant assez incroyable.
Selon moi, Abby est le vrai personnage subversif de cette série ( qui par ailleurs est quand même une sacrée entreprise de propagande pro-Navy ...)
Elle est intelligente, très affirmée dans ses relations aux autres, elle se fiche d'avoir l'air grotesque ( ou : elle s'habille comme elle le veut, sans faire attention aux normes). Avec ses couettes, elle est une sorte de avatar américain de Fifi Brindacier.
Fifi Brindacier ! L'aïeule du féminisme suédois. Qui aurait su dire, dans les années 1950, qu'Astrid Lindgren allait avoir un tel succès...

Écrit par : Calendula | 29 mars 2014

@ Calendula

par rapport au tennis

http://www.lapresse.ca/sports/tennis/201008/17/01-4307182-et-si-serena-affrontait-des-hommes.php

Écrit par : leclercq | 29 mars 2014

Abby, personnage subversif! Oui, et comment. C'est en effet un personnage très intéressant. On pourrait y trouver un stéréotype punk (ils en font aussi) mais en même temps très pro bien qu'un peu imprévisible. Mais au final: gentille et obéissante. La subversion est plus dans le look et dans une douce impertinence que dans une attitude de fond comme Ziva.

Ziva n'est pas gentille ni obéissante. Elle accepte le cadre bien qu'elle tente de s'en démarquer. Elle a une place dans la narration, oui, mais je doute qu'il y en ait beaucoup de telles sur le terrain, même au Mossad. C'est une sorte de Lara Croft.

Di Nozzo est plus atypique malgré les apparences. Il peut être autoritaire, violent, jeté émotivement, dans l'autodérision. Un peu borderline?

Gibbs est typique. Chef, commandant, prêt à se mettre physiquement en danger: le mec classique! Ses histoires vaguement amoureuses ou avec son père, pour l'humaniser, sont pour moi les moins intéressantes.

Les séries comme le cinéma doivent si possible proposer des physiques attractifs, surtout pour les femmes. Donc les femmes flics ont soit de la séduction, soit un look pas très police, pourvu qu'elles puissent être les meilleures. Les visages sont secs même après des acrobaties, le souffle pas stressé, les talons pas cassés, le débardeur pas troué, les épaules nues et parfaites même après des chutes, et elles conduisent de manière aussi dangereuse que les mecs (à part de rares cas inverses).

Il n'y a quasiment pas de femme perdante dans les séries policières. Pas beaucoup d'hommes perdants non plus d'ailleurs... :-)

J'ai pris Lara Croft comme modèle parce qu'elle a été l'une des première et a été présentée comme le versant féminin du héros. Elle est sexy pour les yeux des hommes, mais je pense que les femmes enregistrent aussi le look et le comportement. Comme les adolescentes enregistrent les look et comportements des chanteuses à la mode.

Je pense que la tendance actuelle est vers ce modèle de femmes, même s'il y a toujours des paumées qui crient pour un rien (vision d'homme...:-D ). Les anciennes héroïnes n'étaient pas des guerrières: Autant en emporte le Vent, Les oiseaux se cachent pour mourir, montraient la force des femmes dans leur engagement, leur durée dans cet engagement, leur force morale autant que mentale.

Fifi a inauguré un modèle de fille combative et pas très intellectuelle. Ses valeurs sont surtout l'opposition, de ce que je me souviens. Sa liberté est de faire ce qu'elle veut: elle est détachée des nécessités sociales. C'est amusant pour des fillettes, comme les pirates sont amusants pour les garçons. Mais cela ne va pas plus loin. Les valeurs des adultes sont plus intéressantes car durables et faisant référence.

Fifi a été mise en valeur comme modèle de déconstruction des stéréotypes. Si la fille y gagne de courir dans les champs comme les garçons, pourquoi pas? Je ne me souviens pas qu'elles aient attendu Fifi pour cela. Par contre, la déconstruction des stéréotype, qui se fait essentiellement et mélangeant et en multipliant lesdits stéréotypes, fait l'impasse sur une question importante: à quoi servent les stéréotypes, en quoi sont-ils utiles? je rappelle ici que l'image de la fille plus réservée que le garçons est à associer avec le fait que la sexualité n'a pas les mêmes conséquences pour une fille que pour un garçon. Le but n'était as d'opprimer les femmes mais de les préserver.

Écrit par : hommelibre | 29 mars 2014

@leclerqc,
Merci pour ce lien, qui répond en partie à mes interrogations ! Il s'agit d'estimations théoriques, mais plausibles.
La fin de l'article donne un élément intéressant: l'importance de la gestion du stress dans une situation de compétition. Pour le haut niveau, le mental est très important.

@hommelibre,

Vous êtes donc un spécialiste de NCIS !
A une certaine époque, je regardais ça avec mes enfants, qui étaient fans de Abby. A présent, c'est très sporadique.
Abby est dans une relation privilégiée avec Gibbs, qui la houspille moins que les autres membres de son équipe.Elle est reine de son laboratoire et jouit d'un prestige particulier à cause de ses compétences scientifiques et tous comptent sur ses découvertes.
Il me semble que Ziva est très dévouée à Gibbs, c'est vraiment le chef incontesté. Ziva peut faire des prises de je-ne-sais-quelle méthode de combat, elle ne conteste pas Gibbs. Ou du moins, je ne l'ai jamais vue faire. Mais je ne connais pas non plus l'intégrale.

J'ai lu Fifi dans mon enfance. Elle était un personnage plutôt effrayant, de par sa force surnaturelle. De plus, j'avais toujours peur pour elle, parce qu'elle ne faisait rien comme il le faut. J'étais sûre qu'elle allait se faire choper, gronder et punir !! Et elle n'avait pas de parents, la pauvre ! J'étais comme Annika et Tommy, qui ont une maman à la maison et dont on attend qu'ils fassent les choses selon des normes en cours.
Je crois que ces histoires étaient très innovantes de par leur fantaisie et elles proposaient un univers aux antipodes de ce que les enfants vivaient à l'époque, en mettant en scène une petite fille, forte comme un turc, seule dans une grande maison avec un signe et un cheval et des caisses pleines de pièces d'or, mal fagotée et pas éduquée du tout. Les enfants savaient bien que ce n'était pas possible.
Les filles n'avaient pas attendu Fifi pour jouer dehors, ça c'est sûr, mais je pense malgré tout que Fifi a joué le même rôle que les pirates dont vous parlez : elle a fourni un personnage fictif auquel on peut jouer à ressembler. Malgré cela, la plupart des petites filles préfèrent jouer à la princesse.
Votre analyse du besoin de stéréotypes est certainement pertinente. Tout le problème consiste à ne pas rester bloqué, toute sa vie, sur un seul et unique, mais de se trouver petit à petit. Ne rien s'interdire à priori, que ce soit à cause de ses origines sociales, géographiques ou son sexe.
Ensuite, la réalité se charge de nous conforter dans nos choix ou pas. On n'est pas capables de tout faire, homme ou femme.

Écrit par : Calendula | 29 mars 2014

@ mat

http://aujourdhuilaturquie.com/fr/les-femmes-kurdes-larme-ultime-contre-letat-islamique/

ces femmes se battent t’elles réellement on en sait rien, quelles ont été leurs pertes ?
quelles pertes ont t'elles infligé à l'ennemi on n'en sait rien les chiffres sont fantaisistes.

550 sur 20 000 et puis après 40% sur 40 000.

" Le journaliste témoigne de la volonté de ces femmes de ne pas être différenciées de leurs compères masculins: à la guerre comme à la guerre, aucune raison de traiter qui que ce soit avec une régime spécial."

la prose est bidon.

les intellectuelles russes avaient les mêmes discours en 1917, on les a vu au pied du mur à Smorgon,

sur 2000 300 ont acceptée de participer à un assaut soutenues par 600 hommes,

http://books.google.fr/books?id=ReWvxz_4zWUC&pg=PT15&lpg=PT15&dq=smorgon+bataillon+de+la+mort&source=bl&ots=i_NlKu7jzY&sig=0ujiWCME4IH-IkWx7dAr7xSstu4&hl=fr&sa=X&ei=2wsUVPLQD4rqaPLVgogE&ved=0CDoQ6AEwBA#v=onepage&q=smorgon%20bataillon%20de%20la%20mort&f=false

voir l'alinéa 33 !!!

une partie des femmes est restée dans les tranchées hystériques où prêtes à s'évanouir, d'autres à peine le talus franchi ont fait aussitôt marche arrière où plutôt se sont mises à ramper aussi vite que possible pour rejoindre un abri.

merci à l'honnêteté de Florence Farmborough.

http://femmesenuniforme.blogspot.fr/2012/09/la-russie-sinvite-complement-sur-le-1er.html

"Le 1er bataillon de la mort, formé à Petrograd, comprend 2000 femmes, commandées par Maria Botchkareva (Yashka), à sa création en mai 1917, mais il est amputé de pas moins de 1700 volontaires favorables aux comités de soldats le même mois. En juin 1917, le bataillon ne représente plus que 300 femmes. Un mois plus tard, le premier engagement se solde par de lourdes pertes : 100 mortes et blessées."

là sur ce lien on a droit à la malhonnêteté féministe.

http://www.tetue.net/?article321

"S'il vous plaît arrêtez de voir les femmes comme des hystériques c'est fatiguant"

vous avez raison elles ont bien fait les hystériques à Smorgon.

Écrit par : leclercq | 13 septembre 2014

http://www.journaldesfemmes.com/societe/magazine/kurdistan-irak-femmes-armes.shtml

bon apparemment, il y a 550 femmes sur 200 000 hommes qui n'ont pas encore combattu !!!

en plus c'est un pays montagneux, donc beaucoup de barda à porter pour faire la guerre dans un milieu pareil, donc le physique féminin est inapproprié pour porter un barda lourd.

Écrit par : leclercq | 13 septembre 2014

http://observers.france24.com/fr/content/20140806-syrie-combattantes-kurdes-djihadistes-eiil-kurdistan-syrien-etat-islamique

"Nous ne combattons pas à Homs, ni à Homa, ni à Idlid [hors du Kurdistan syrien]. Par contre, nous refusons que ces groupes pénètrent dans notre région. Nous les empêcherons d’entrer quel qu’en soit le prix. "

elles ne participent pas à des combats elles gardent un poste.

"j’ai appris que plusieurs de ces jeunes femmes avaient été tuées dans une embuscade de l’État islamique en Irak et au Levant (EIIL). Parmi elles, il y avait Biritane et Beerolat."

"“ces hommes se pensent supérieurs, en droit de réduire les femmes à l’esclavage, mais ils tremblent comme des feuilles mortes à la simple vue d’une silhouette féminine sur le champ de bataille”."

ah bon ceux qui ont l'embuscade n'ont pas tremblés comme des feuilles !!

Écrit par : leclercq | 13 septembre 2014

http://rha.revues.org/7779

là on a plus fort elles n'ont pas combattu mais ce sont quand même des combattantes.

même la revue historique des armées baisse son froc, euh quand on voit cette phrase ça veut tout dire.

"n croisant le prisme du genre "

il y a encore une féministe qui a mis son nez dedans.

Écrit par : leclercq | 13 septembre 2014

@ mat

"S'il vous plaît arrêtez de voir les femmes comme des hystériques c'est fatiguant"

nous n'en parlerions pas comme des hystériques s'il n'y avait un tiers de femmes dans l'irrespect de leur conjoint et une partie de ce tiers hystériques.

Écrit par : leclercq | 14 septembre 2014

@ leclercq
nous n'en parlerions pas comme des hystériques s'il n'y avait un tiers de femmes dans l'irrespect de leur conjoint et une partie de ce tiers hystériques.
D’Où sortez vous ces chiffres ?
Comment pouvez vous faire à ce point un amalgame sur toutes les femmes ?
vous croyez vraiment que toutes les femmes sont les mêmes ? dénués de personnalités et de réflexion ?
c'est d'une simplicité déconcertante, vous fermez les yeux si fort que vous ne voyez même plus la boite dans laquelle vous vous enfermez
J'espère sincèrement que vous dites ça sans réfléchir parce que sinon vous ne voyez pas que le sexe ne définit d'aucune façon les individus qui sont bien plus que ça !
par ailleurs le syndrome Lara Croft du point de vue de la recherche c'est ça : http://www.cairn.info/zen.php?ID_ARTICLE=CLA_014_0135
et non pas une réflexion stupide argumenté sur du vent

Écrit par : mat | 16 septembre 2014

@ mat

"D’Où sortez vous ces chiffres ? "

ces chiffres c'est ma jeune épouse qui me les a donner, elle est toiletteuse canin à domicile elle a beaucoup de cliente 8 par jour en moyenne, ces chiffres ce sont sont constat, elle a d'ailleurs insisté pour que je rajoute cette réalité dans le post.

redescends sur terre et intéresse toi à la réalité.

Écrit par : leclercq | 16 septembre 2014

@ leclercq
Ah oui je comprends mieux,vous vous basez sur les dires d'une personnes pour juger l'intégralité des femmes de la planète...
J'hésite entre la consternation ou le rire...

Écrit par : mat | 16 septembre 2014

"ces chiffres c'est ma jeune épouse qui me les a donner, elle est toiletteuse canin à domicile elle a beaucoup de cliente 8 par jour en moyenne, ces chiffres ce sont sont constat, elle a d'ailleurs insisté pour que je rajoute cette réalité dans le post."

Mais c'est qu'il est mignon tout plein ce Leclerq :) Heureusement que lui et sa femme, certainement au moins aussi philosophe et grande penseuse de notre ère que lui, sont là pour éclairer notre lanterne et nous donner des faits irréfutables :)

Mat...

Si vous lisez parfois ces blogs vous apprendrez que Leclerq est un maitre en matière de vision binaire des hommes et des femmes.

Les hommes dont forts, virils, intelligents, courageux, omniscients, magnifiques, magiques...

Et les femmes... Ben... Hystériques, lâches, incapables de s'affirmer auprès de leurs enfants ou conjoints (toujours besoin d'un homme pour soutenir leurs décisions), moralement faibles, c'est aussi à cause d'elles qu'il y a : des divorces; un laxisme au niveau de la justice dans certains pays, l'EI, la faim dans le monde, les maladies, Ebola...

Enfin voilà... mais il est tellement drôle que je passe toujours un bon moment quand je parcours ses interventions toujours éclairées :)

Bon courage ;)

Ps... une fois j'ai hésité à perdre mon temps à chercher des liens pour des textes qui supportent mes théories sur le genre... et puis je me suis dit.. à quoi bon... il va les balayer d'un revers de la main en citant la "folie féministe" :)

Et pour ce qui est d'hommelibre... Croyez moi quand je vous dis qu'il n'y pas toujours été comme ça...

Écrit par : M.A | 17 septembre 2014

C'est vrai qu'il est vraiment drôle ! vous aussi d'ailleurs !

J’espère juste que la femme de Leclercq ne lui refilera pas Ebola car il serait vraiment triste de perdre un tel humoriste !

Écrit par : mat | 17 septembre 2014

merci le féminisme de nous monter les femmes que tu a réussi à créer, ayant pour seul argument la stigmatisation, sans aucune objectivité lucidité honnêteté. encore un grand merci.

Écrit par : leclercq | 17 septembre 2014

...alors moi, je n'ai aucun complexe à dire que Leclercq est atteint d'une grave psychose, d'un trouble envahissant de sa personnalité avec une paranoïa vis à vis des femmes (qu'il s'imagine bien sûr toutes être de redoutables féministes, soit l'incarnation du mal) Je pense qu'il règle ainsi ses problèmes freudiens liés probablement à une mère abusive....
Ce type est barbant à souhait, se répète sans cesse, est méprisant, ne connait que le copié-collé sauf quand il parle de son hypothétique jeune épouse qui serait toiletteuse canine à domicile, donc spécialiste en relations humaines...

Écrit par : bof | 18 septembre 2014

@ Bof

doué dans les élucubrations.

Écrit par : leclercq | 18 septembre 2014

Stigmatisation? Mais est ce que vous seriez en train de nous faire une petite crise victimaire mon petit?

"sans aucune objectivité lucidité honnêteté"

Oui je sais, je sais... Si on n'est pas d'accord avec tout ce que vous dites on est forcément subjectives, malhonnêtes, perdues, dans le flou total, avec un grave besoin que quelqu'un nous montre le chemin de la repentance et de la lumière!

Merci Leclerq de nous prouver encore une fois que c'est vous qui avez la fâcheuse manie de mettre les femmes systématiquement dans des cases que vous avez inventé... "Féministes" donc forcément hystériques, ou bien "Qui pensent comme vous" donc forcément gentilles tout plein!

Mais j'oubliais... il ne me reste plus qu'à trouver un homme pour me mettre la fessée vu qu'il semblerait que pour vous, user de violence quand une femme ne partage pas vos points de vue rétrograde est parfaitement normal.

Écrit par : M.A | 18 septembre 2014

@ M.A Bof mat

quand on veut tuer son chien, on dit qu'il a la rage.

c'est votre fonctionnement !!!

je reconnais que je perds mon temps a essayer de dialoguer avec des gens comme vous, une femme normale déjà le dialogue n'est pas toujours facile quel que soit l'argument elle a toujours raison quitte à mentir et a exagérer, vous c'est pareil, en plus vous êtes insultantes méprisantes hautaines pour qui vous prenez vous, c'est pratique les blogs pas de contre pouvoir en face pour faire stopper ce genre de dérives,donc pourquoi essayer de dialoguer d'amener des liens intéressants de "femmes" pour rien !!!

vous êtes étonnées que mon épouse côtoie une certaine proportion d'hystériques, mais regardez vous vous en faites partie.
vous ne faites pas mentir l'adage qui dit qu'il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis.

"
Ps... une fois j'ai hésité à perdre mon temps à chercher des liens pour des textes qui supportent mes théories sur le genre... "

cherchez dans les billets d'hommelibre ce sujet a été traité en long en large et en travers.

bonne soirée les hystériques. incapable du moindre dialogue.

Écrit par : leclercq | 18 septembre 2014

http://hommelibre.blog.tdg.ch/archive/2009/11/27/entre-audrey-et-leclerc-ma-difference.html

cherchez dans les billets d'hommelibre ce sujet a été traité en long en large et en travers.
sa pensée a évoluer sur le sujet au fil du temps.

http://hommelibre.blog.tdg.ch/archive/2011/06/29/suede-egalia-un-pas-vers-la-folie.html

Écrit par : leclercq | 18 septembre 2014

@leclercq
Personne n'est plus arrogant envers les femmes, plus agressif ou méprisant, qu'un homme inquiet pour sa virilité.

Simone De Beauvoir

Écrit par : mat | 19 septembre 2014

@leclerq

Vous m'accusez d'être hystérique pour la simple raison que je ne pense pas de la même façon que vous et après vous me dites que je stigmatise?

Vous êtes tellement bourré de contradictions que ça en est cocasse. Dans la même phrase vous voulez vous faire passer pour un homme sage et ouvert à la discussion, tout en accusant les femmes "normales" de constamment mentir et exagérer comme des enfants pour avoir raison.

Comment voulez-vous être pris au sérieux quand tous vos écrits sur les femmes suintent de misogynie, aggressivité envers les femmes et, au mieux, de condescendance?

"vous ne faites pas mentir l'adage qui dit qu'il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis"

Donc si nous ne changeons pas d'avis nous sommes des imbéciles mais vous un homme éclairé et dans le droit chemin?

Je ne suis pas étonnée que votre femme (fictive?) vous dise ce que vous voulez entendre... Vu qu'apparemment si elle ne le fais pas elle doit certainement passer un mauvais quart d'heure.
Et si cette dame existe faites bien attention de ne pas la perdre parce que je ne vois pas qui d'autre voudrait d'un homme qui dénigre TOUTES les femmes constamment.

Vous pensez que les femmes ont besoin d'un "contre pouvoir" mais pour quoi faire? Les femmes ne sont pas des chiens à éduquer et sont en droit d'avoir un avis différent du votre que cela vous plaise ou non.

Vous devez être un bien triste petit bonhomme et sincèrement, et ce malgré le fait que vous me divertissez occasionellement, je vous plains.

@Mat

Excellente citation :)

Écrit par : M.A | 19 septembre 2014

@ M.A

" je ne vois pas qui d'autre voudrait d'un homme qui dénigre TOUTES les femmes constamment."

faux nulle part je ne dénigre les femmes constamment !!! mes écrits et liens "de femmes" analysent le féminisme et ses effets sur la société.

"Vous pensez que les femmes ont besoin d'un "contre pouvoir"

Sylviane Spitzer Affirme que les femmes ont besoin d'un contre pouvoir.

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2010/08/26/01016-20100826ARTFIG00447-les-hommes-aussi-sont-victimes-de-violence-conjugale.php

" Au début des violences, ils pensent qu'ils s'y prennent mal, ils cèdent à tous les caprices. Les femmes ne sont jamais confrontées à un contre-pouvoir. "

"tout en accusant les femmes "normales" de constamment mentir et exagérer comme des enfants pour avoir raison."

ce n'est pas une accusation c'est un constat qui se vérifie tous les jours d'ailleurs les féministes fonctionnement comme cela.

si ce fonctionnement féminin n'était pas réel l'imposture féministe n'aurait pas pu s'imposer comme elle là fait, et drainer derrière elle des personnes comme vous.

"Vous m'accusez d'être hystérique pour la simple raison que je ne pense pas de la même façon que vous"

non parce ce que vous êtes hautaine insultante, méprisante.

vous n'avez toujours donner aucun arguments contre les écrits de femmes que j'ai mis dans mes posts.

donc au lieu d'être insultante donnez des arguments !!!

et vous avez du voir que vos théories sur le Genre on en avait fait le tour, et qu'on avait conscience de leur niveau d'imposture !!!

à

Écrit par : leclercq | 20 septembre 2014

http://programme-tv.orange.fr/programme/rtl-9/ghosts-of-mars_58017791.html?orangeTv=1

un exemple du syndrome de Lara Croft, mon épouse le regarde en ce moment.

Écrit par : leclercq | 20 septembre 2014

@ M.A

http://genre-et-droit.com/

mon dernier achat, une bonne idée de lecture.

Écrit par : leclercq | 21 septembre 2014

Les commentaires sont fermés.