10 mars 2014

Ecopop: décroissance ou pas?

Il y a une logique à ce que des personnes de gauche aient voté pour l’initiative UDC sur l’immigration massive. L’objectif de la décroissance est en effet un thème actuel plutôt soutenu par des écologistes et des socialistes. Ce thème est probablement l’un des plus difficiles et révolutionnaires de notre époque.


ecopop,décroissance,population,immigration,suisse,écologie,ressources,limitation,La décroissance: logique

Je suis allergique aux solutions imposées avec contrainte sur une société. L’évolution des mentalités et de la compréhension des problèmes est trop variée, trop peu uniforme, pour imposer certaines contraintes collectives, surtout sur un thème aussi spéculatif.

Pourtant ce qui fonde l’idée de la décroissance est factuel: il ne peut y avoir de croissance infinie sur un espace fini. Il ne peut y avoir de consommation infinie avec des ressources finies. Cela paraît évident, mais la difficulté est d’en tirer des conclusions pratiques, pour diverses raisons.

La croissance fait partie de la survie des espèces. Le nombre fait souvent la richesse. Une communauté de 10’000 personnes produit moins de bien matériels et intellectuels, moins de professions diverses, qu’une communauté de 1 million de personnes. Donc la décroissance se heurte d’abord à un schème inconscient très puissant de prospérité et de survie de l’espèce. Elle est même associée de manière récurrente à une perte, à l’échec, à la mort.

Difficile de faire concurrence à ces poids lourds du psychisme! En général, la régulation se fait par une crise sanitaire, politique (guerre), ou par l’insuffisance de moyens technologiques - ceux-ci ayant visiblement produit un déséquilibre entre l’espèce humaine et la nature.

De plus on ne peut empêcher les gens d’acheter ce qu’ils veulent et de consommer. Le seul moyen pour aller vers la décroissance est de faire diminuer la population humaine. Ainsi chacun peut continuer sa vie, consommer, penser ce qu’il veut, sans se sentir contraint ou sans redouter que la société à laquelle il appartient aille à la mort (ce qui serait particulièrement démotivant et dépressiogène).

Le contrôle des naissances, en particulier la contraception, ainsi que l’évolution individualiste des moeurs qui préfère l’hédonisme personnel au devoir patriotique, jouent un rôle de taille dans la limitation de la population des pays occidentaux. Sans immigration, la population baisserait.



La manière: pas prêteecopop,décroissance,population,immigration,suisse,écologie,ressources,limitation,

On pourrait donc limiter drastiquement l’immigration. C’est en effet l’une des solutions, c’est, si j’ai bien compris, l’objectif d’Ecopop. Je reconnais à un Etat le droit et l’obligation de contrôler les mouvements migratoires, et cela n’a rien de xénophobe. Mais l’effet à long terme est imprévisible. Je ne parle pas des relations un peu plus compliquées avec l’Europe, mais n’y aurait-il pas à un moment un sursaut vital nataliste? Ne verrait-on pas revenir et se généraliser les familles de 3, 4 ou 5 enfants? Aucune projection ne permet d’évaluer cette hypothèse mais on ne peut l’exclure.

Pourtant, si la croissance est forcément limitée, ne doit-on pas l’anticiper, l’organiser plutôt que de la subir? C’est raisonnable. Cela suppose de dépasser l’individualisme consumériste et hédoniste. Gros obstacle. Et puis il manque quelque chose.

Il manque à cette option de décroissance une réflexion complète, de longue durée, dans toute la société. Cette réflexion pourrait être soutenue par différents scénarii aussi réalistes que possible: un scénario de poursuite de la croissance actuelle avec ses effets dans un et plusieurs siècles, un scénario de croissance limitée par l’amélioration qualitative de la production - ce qui est déjà en partie la réalité.

Enfin un scénario de décroissance avec toutes les implications dans le coût de la production s’il y a moins d’acheteurs, la possibilité ou non de maintenir les professions actuelles et les retraites, la qualité et la couverture des soins, les moyens de défense nationale, le coût de la vie et le rapport revenus/dépenses obligatoires/dépenses hédonistes, les effets psychologiques de la réduction du nombre des vivants dans le même espace, un plan de préparation sociale et psychologique à cette décroissance, etc, sans passer par une incertitude déstabilisante sur l’avenir ni par des trains de contraintes insupportables, centralisatrices et donc contre-productives.

De plus il me paraît qu’un objectif de décroissance devrait être organisé simultanément au niveau mondial, ce qui suppose des contraintes sur les Etats et leur politique intérieure.

En l’Etat, ces présupposés ne sont pas réalisés. Je pense que cette initiative est trop radicale, dans un monde où la mobilité et les échanges sont nécessaires. A ce jour je pense donc voter non à l’initiative Ecopop. Par contre je regrette que l’on ait commencé les stigmatisations dans la campagne, taxant à l’avance ses soutiens de xénophobes. Le non-argument par excellence. Jugement dénigrant, déni de démocratie.

09:58 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (17) | Tags : ecopop, décroissance, population, immigration, suisse, écologie, ressources, limitation | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

Haute définition dimanche 9 mars, 12.30 sur la première :
http://www.rts.ch/la-1ere/programmes/le-12h30/5655961-le-12h30-du-09-03-2014.html

Écrit par : Pierre Jenni | 10 mars 2014

C'est toujours la même chose! Par quel bout on commence? Dans un premier temps, il me semble utile d'attendre le résultat des élections européennes.
Vous avez raison, c'est tout un monde qu'il faut changer, mais si personne ne commence on continue et on fonce tous en chœur dans le mur?

Si un électrochoc se produit aussi avec les élections UE, notre CF devrait comprendre qu'il ne peut plus "s'amuser" avec nos votes! S'il ne comprend pas, un oui à ECOPOP sera alors quasi nécessaire, car franchement nous ne pourrons pas continuer longtemps à ce rythme-là!

Il ne faut pas se leurrer non plus! Les Occidentaux qui sont outranciers ne
peuvent pas continuer dans cette voie. Les Emergents ont aussi droits à un meilleur mode de vie, donc l'équilibre passera pas une baisse du niveau de vie des Occidentaux et une élévation des autres! (mais là je rêve je crois!)

En Suisse on ne peut pas non plus prétérité le futur de nos propres enfants en se laissant débordés à tous les niveaux. Dans la vie il faut savoir prendre des risques, et pour la Suisse cela peut passer par une confrontation démocratique avec ses autorités dirigeantes.
Ca vaudra toujours mieux qu'un bain de sang!

Écrit par : Corélande | 10 mars 2014

Le sujet dépasse effectivement largement, le clivage idéologique entre les "gentils" qui appuient l'ouverture et les "méchants" qui se replient sur eux-mêmes.

Je pense aussi que la décroissance ne peut pas se décréter localement et pose des problèmes extrêmement large.

Il y a 20 ans, une phrase de la microbiologiste Lynn Margulis, m'avait frappé; "une espèce qui ne sait pas s'auto-réguler est appelée à disparaitre". Dans une projection future de la logique humaine elle prévoyait une régulation et une surveillance par l'intelligence informatique. "Les mouvements sociaux, les transactions financières et les découvertes des explorateurs seront enregistrés dans la mémoire des machines pour y être restaurée plus fidèlement".

Ce n'est pas impossible, que finalement, l'informatique constitue une autorité acceptée par tous, pour établir des normes qui permettent la pérennité de l'espèce. Mais ...

Un autre éminent microbiologiste, Frank Fenner, prédit en 2010, (l'année de ses 95 ans et de son décès, "l'extinction de l'espèce humaine, peut-être dans les 100 années qui viennent »

Vision que partage, le prix Nobel, Paul Crutzen, qui a introduit la notion d'anthropocène.

Nous sommes donc forcés de réfléchir au futur de l'être humain, à moins de continuer sur le mode "après moi le déluge".
Avant de se laisser guider par des machines, nous pourrions explorer les voies à notre portées.
On peut taxer le GEN (pour Global Ecovillage Network) ou les "survivalistes" d'illuminés paranos, mais il se pourrait bien, qu'ils représentent en fait, des pionniers du futur.

Il n'est par ailleurs pas exclu, ( en fait c'est même certain) que beaucoup de nos produits de consommations existent pour compenser nos angoisses ou nos névroses créés de toutes pièces par nos modes de vie. J'ai souvent plaidé pour une croissance intérieure basée sur la qualité, afin de compenser cette croissance matérielle tous azimuts dont la proportion nous rend aliénés à des futilités.

Pour en revenir à Ecopop, cet initiative met les pieds dans le plat, et invite à cette réflexion sur la place publique. Dans ce sens, elle est utile.
Les réactions politiques et médiatiques sont complètement à côté de la plaques. Peut être est-ce une manière pour ne pas appréhender les vrais problèmes que posent nos perspectives à long terme.

Pour cette raison, j'ai bien envie de voter oui, tout en tablant à ce que cette initiative ne passe pas. Car à ce stade, nous ne sommes pas en mesure de gérer actuellement une telle mesure en sus de celle du 9 février dernier.

Écrit par : aoki | 10 mars 2014

Aoki me coupe littéralement l'herbe sous les pieds tellement je suis d'accord avec lui. Juste un détail : "Lynn Margulis, m'avait frappé; "une espèce qui ne sait pas s'auto-réguler est appelée à disparaitre".
Aucune espèce ne peut s'auto-réguler. Individuellement, nous sommes assez intelligents. Collectivement, les humains ne sont en rien meilleurs que les rats. Peut-être ces derniers sont-ils même légèrement supérieurs moralement, n'en déplaise aux religieux de tout poil...
Ceci en vertu de leur respect absolu des règles sociales de leur espèce...
Le chef est chef et le goûteur goûte sans poser de questions...

HL @ "l’on ait commencé les stigmatisations dans la campagne, taxant à l’avance ses soutiens de xénophobes."
Pas xénophobes, "écofascistes". Selon le n° 2 du DFAE, l'arriviste radical valaisan dans toute sa splendeur. Monsieur le machairodonte à ne jamais inviter chez soi si vous tenez à votre parquet.

Aoki@ je suis d'accord avec Philippe Roch sur le fait que la terre peut supporter trois milliards d'habitants et il faut bien commencer quelque part. Je voterai donc OUI à Ecopop.

Je pense que l'Occident doit songer à dire NON à l'islam qui veut coloniser le monde par le ventre de leurs femmes et des nôtres. Les organisations internationales ont peur de proposer le planning familial parce que les musulmans s'y opposent. Donc encore OUI à Ecopop...

Écrit par : Géo | 10 mars 2014

Excellentes réflexions!

Actuellement l'humanité surfe sur la vague de pétrole, une source d'énergie abondante et bon marché (encore!). Quand les puits vont se tarir, quid? L'accroissement brutal de la population humaine est lié au pétrole. Un litre de pétrole correspond au moins au travail de dix esclaves. Sans pétrole comment produire la nourriture pour tout le monde et la transporter? Impossible.

Voici deux liens pour poursuivre la réflexion sur le destin de l'humanité avec et sans pétrole...

http://www.manicore.com/documentation/esclaves.html

Regardez le schéma : Consommation d'énergie du secteur agricole en France... puis celui des transports...

http://energie-climat.obspm.fr/debats/article/les-esclaves-energetiques

Le Japon est en décroissance de sa population. Pourquoi? Parce qu'il a une immigration quasi nulle. Si nous ne nous imposons pas des contraintes à temps et raisonnablement, ces contraintes nous les subirons un jour ou l'autre et d'autant plus violemment. Voulons nous d'une politique d'après moi le déluge?

Faudra-t-il une régulation par la guerre, la famine et les épidémies? Un retour à l'esclavagisme?

La solution ne passe pas par une concurrence exacerbée de tous contre tous, mais par la solidarité. Et pour commencer que chacun dispose du minimum vital.

Écrit par : Johann | 10 mars 2014

"Collectivement, les humains ne sont en rien meilleurs que les rats. "

Sans doute connaissez-vous l'expérience suivante avec des rats.

On donne de la nourriture à des rats dans des cages individuelles. Il la consomme modérément, elle dure plusieurs jours.

Vous donnez les mêmes quantités de nourriture, mais les rats ne sont plus dans des cages individuelles et elle est à la disposition de tous. La nourriture disparaît en quelques minutes...

Sommes-nous plus intelligents dans la gestion des ressources?

Écrit par : Johann | 10 mars 2014

@ Géo

Votre remarque sur la phrase de Lynn Margulis est très intéressante, parce que bien des espèces animales s'autorégulent par une intelligence qui n'est pas cognitive, disons plutôt un instinct de survie de l'espèce, une programmation de la vie elle même. Alors que l'intelligence humaine n'a eu de cesse de contourner les obstacles naturels propre à la régulation. Maintenant, il s'agit d'intégrer les paramètres naturels de survie dans cette même pensée. L'intelligence libre de la nature et du corps doit trouver la sagesse d'intégrer l'alliance à notre espace de vie au lieu de la domination et l'exploitation sans limites. Ou s'expatrier ( dans l'espace) et recommencer aisé de suite.

Comme on n'y est pas encore, la voie de la sagesse doit trouver sa place.

Écrit par : aoki | 10 mars 2014

Johann, l'expérience avec les rats que vous mentionnez est parlante. Je crains que nous humains ne soyons pas très différents. La peur du manque, la jalousie à l'égard des autres, la pression qui nous décentre de nos vrais besoins.

Normalement l'éducation devrait nous apprendre à savoir garder un retrait à l'égard de nos propres appétits. Enfin, une ancienne éducation, car je crois qu'actuellement c'est plutôt l'inverse: no limits!

Écrit par : hommelibre | 10 mars 2014

«Normalement l'éducation devrait nous apprendre à savoir garder un retrait à l'égard de nos propres appétits»

L'être humain, où disons son "usine chimique" (son corps), ne fonctionne pas différemment de celui de l'animal. Tout le "mécanisme" fonctionne sur le principe de la récompense. Les toubibs et les biologistes peuvent vous expliquer ça bien mieux que moi. Pourquoi abuse-t-on de ce qui est "bon" ou de ce qui nous fait du bien ? Pour compenser un manque dans un autre "rouage", etc.

L'éducation, la philosophie, ne sont que des feuilles de route, des modes d'emploi. Il y a ceux qui par prudence ou pragmatisme en tiennent compte... et il y a les autres qui improvisent. Certains très bien d'autres très mal.

Écrit par : petard | 10 mars 2014

Et encore avec les rats; lorsqu'on les mets dans des espaces trop petits pour leurs nombres, ils s'entretuent.

J'ai bien peur que dans notre cas cela deviennent pareil à grande échelle, lorsque les ressources ne seront plus là pour tout le monde.
Alors, philosopher dans son coin ne suffit plus, il faut se poser la question: après quoi court-on ?

La course du rat est devenue une expression courante

http://www.impactvisuel.net/wp-content/uploads/2011/02/polyp_cartoon_rat_race1.jpg

Reste à devenir humain, sensé et intelligent

Écrit par : aoki | 10 mars 2014

Je ne sais pas si cela paraît intéressant, mais pour moi si.
A la lecture de cet article, je suis estomaqué.

http://www.20min.ch/ro/news/suisse/story/Se-convertir-a-l-islam-pour-mieux-manger-en-prison--29218274

Comment peut-on nourrir les prisonniers mieux que les malades dans les hôpitaux, les seniors dans les EMS, etc. ?

Un retour de la peine de mort, serait-il bon pour la décroissance ?

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 10 mars 2014

@ Géo
"Je pense que l'Occident doit songer à dire NON à l'islam qui veut coloniser le monde par le ventre de leurs femmes et des nôtres. Les organisations internationales ont peur de proposer le planning familial parce que les musulmans s'y opposent. Donc encore OUI à Ecopop..."

A mon avis, les naissances doivent être maîtrisées en rapport avec la disponibilité des ressources. Non seulement la volonté générale est contraire mais en plus les éléments les plus radicaux des églises participent à l'explosion démographique. Pariculièrement ceux de pays dont la religion constitue la principale institution étatique se substituant à la justice, à la police et à l'éducation.

Peupler et envahir par la démographie à défaut d'envahir par les armes. C'est la guerre douce qui s'empare du moralisme et des institutions des pays démocratiques.(Paroles d'Imams)

Au Canada, en 2005, la communauté musulmane mandatait des élus de gauche au parlement du Québec pour défendre une motion et un projet de loi qui disaient reconnaître la charia dans la constitution canadienne. Quant à la motion qui fut aussi rejetée, elle demandait subsidiairement la légalité de la charia pratiquée à l'intérieur des communautés musulmanes.

Contrairement aux musulmanes de Suisse, une grande majorité de canadiennes musulmanes y était opposée, d'où la mobilisation dans la rue et dans les tribunes du parlement ainsi qu'à l'ONU Genève.

La surpopulation est liée à l'immigration qui ignore peut-être volontairement l'organisation des pays développés, une immigration qui ne veut ou ne peut s'intégrer accentue la problème de promiscuité.

L'autre cause est vieille et grave, et on ne sait pas si l'Occident, le Nord ne veut le reconnaître: l'impossibilité d'accès ou sa réduction d'accès aux ressources vitales, et aux richesses qui sont massivement exportées, pousse aux exodes. Il n'y rien de plus naturel que de suivre la destination des biens exportés.

Si nous voulons résoudre le problème de surpopulation, nous devons aussi résoudre le problème des désertifications ailleurs. Elles sont d'autant plus tragiques lorsque les climat et sol de ces régions sont hostiles, sous équipées ou pas du tout équipées.
L'aide des pays développés doit être repenser. Plus de carte en blanc. Il faut les conditionner à la réalisation des infra-structures lourdes pour créer des oasis de vie et ancrer la population.
Pour qu'elle soit efficace, l'aide doit faire participer les concernés aux programmes globaux de développement et impérativement faire appel aux initiatives autochtones (l'aide hors sol venue de l'extérieur produit des effets négatifs de démobilisation et de corruption). Leur apprendre à se réapproprier les moyens de production.
Le non savoir faire génère toutes sortes d'handicap c'est pourquoi il faut du transfert technique et technologique et de la formation professionnelle dispensée sur place.

@ Aoki et hommelibre, je vous remercie pour vos brillantes démonstrations.
@ Johann qui est aussi vigoureux sur ces questions.
Je m'y souscris.

J'ajouterais, de mon point de vue, qu'il faut clairement combattre le mondialisme du profit à court terme, car la mondialisation des savoirs, des échanges humains et technologiques est une bonne chose en soi. Il faut combattre la main mise des industries multinationales sur le vivant qui tend à confisquer à l'humanité ce qu'elle a toujours produit depuis des millénaires.
C'est cette confiscation qui est à l'origine du malheur des populations pauvres que nous retrouvons chez nous dans l'immigration économique, sauvage.

Sur place, ici, nous subissons le monstrueux gaspillage dans la guérilla urbaine pour un emploi, un toit et un espace social, tant la concurrence est féroce, parfois impitoyable. Cette énergie est perdue pour tout le monde, elle produit de l'inefficacité.
L'agriculture, la moins rémunérée doit faire la fortune de l'agro-alimentaire. Les autres industries ne craignent plus de se déplacer même loin, là ou la main d’œuvre est le meilleur marché, la couverture sociale la plus mince.

Pour prendre un proche exemple. La France avec son président incapable et inutile qui affirme, en porte-voix des grands patrons, que:
Le coût du travail doit encore baisser, (le salaire minimum doit baisser de 30% sur injonction du MEDEF comme les Indemnités de Chômage, comme le Revenu Solidarité Active) tous les salaires et revenus, tous, tirés à la baisse... Cela pour satisfaire l'exigence la sainte Compétitivité européenne. Compétitivité entre richissimes du CAC 40.

Il n'est, dès lors, pas étonnant que les Français soient poussés à déserter leur belle France qui est en train de prendre le visage hideux de l'austérité.

La France, par sa gestion et son mépris récent du peuple est semblable à ces pays autocratiques sous-développés, malgré sa galaxie d'institutions réputées étatiques ou citoyennes, ses milliers de structures de natures différentes qui s'y rattachent pour donner à cette la France une semblant d'humanité.
Les gens conscients ont le devoir d'interpeler nos élus et responsables sur ces questions pour qu'ils orientent leur politiques étrangères vers des collaborations plus impliquantes, associant nos voisins immédiats plus stratégiquement pour une gouvernance plus responsable qui fasse échouer l'expropriation générale de nos régions. C'est-à-dire empêcher qu'une poignée de privés internationaux pilles nos pays dans leurs passages sans jamais consentir aux investissements pour une économie d'ancrage.

Je crois que la surpopulation résulte d'abord de la mauvaise répartition des moyens de production, d'une redistribution injuste des richesses. Par le fait de leurs concentrations, l'accès en devient difficile alors même qu'on s'y noie.

L'accès en devient d'autant plus difficile lorsque la richesse est artificielle et non immédiatement convertible en biens consommables: les gains sur les plus-values virtuelles (bourse), les produits dérivés (complètement ésothérique, des services supposés) des spéculations sur lesdits produits (quasiment ponzi). Le tout tablé au départ sur des matières premières physiquement non saisissable pour les petits porteurs de ce titre. L'accès se fait par gréements dans un club fermé de ceux qui détiennent tout.

Notre monde, du Nord au Sud, d'Est en Ouest est poussé dans une bulle prête à éclater n'importe où à plusieurs endroits à la fois.
Les peuples se bousculent et se réfugient là où ils peuvent. Dans les villes essentiellement. parce que vivre l'espoir ensemble, même s'il n'y a pas d'issue, on croit le vivre mieux.

Alors créons l'espoir dans les déserts, transformons les dunes en oasis, les steppes en jardins et les oiseaux y reviendront.

Alors oui, avec Ecopop, je voudrais faire réfléchir nos classes politiques.
Mon Ecopop à moi, ne contient pas la notion d'eugénisme comme certains le voudrait par fatalisme.

Excusez-moi d'être un peu longue...

Écrit par : Beatrix | 10 mars 2014

"Mon Ecopop à moi, ne contient pas la notion d'eugénisme" ???????????
Où donc êtes-vous allé chercher cela ? On rêve ? On hallucine ?

"Il n'y rien de plus naturel que de suivre la destination des biens exportés." La seule chose que produise les Maliens et autres, ce sont des bébés. C'est très exactement la seule chose qu'ils savent faire. Mais personne n'ose le dire.
Ah oui, deux ballots de coton et quelques kilos de mangues. Qu'ils vendent à des prix surfaits.

Écrit par : Géo | 10 mars 2014

Ceux qui écoutent la 2ème chaîne sur la suite du 9/02 et les délires de Christian Lüscher comprendront tout de suite qu'il faut voter Ecopop. La seule solution pour que les Christian Lüscher comprennent de quoi il retourne, c'est de leur envoyer un gigantesque coup de pied dans les couilles, tellement violent qu'ils en perdent définitivement la parole...

Écrit par : Géo | 10 mars 2014

Les références aux flux des migrations posent la question de savoir si, au moment des engagements avec l'UE sur la libre circulation ces flux incesamment croissants migratoires étaient prévisibles?
En cas de réponse négative, les engagements avec l'UE sur la libre circulation ne doivent-ils pas être déclarés "nuls et non avenus" parce que dépassés, "infirmés" par la réalité?! Ce qu'avaient compris de nombreux citoyens acceptant l'initiative de l'UDC... et les vociférations type Montebourg ou Cohn-Bendit n'y changeront, n'y pourront rien. Et, La Suisse, en tenant bon, ne luttera pas que pour elle"!

Les visées de conquête ou main mise de l'islam, sur le monde entier "écrit noir sur blanc dans le coran", sont en complète contradiction avec les évangiles selon lesquels le Royaume de Dieu, pas temporel, n'est pas "de ce monde"! Les premiers chrétiens qui attendaient un Royaume temporel annonçaient sa venue dans leurs prèdications mais ce Royaume temporel ne venant décidément pas, ils remplacèrent la prédication sur le Royaume par celle de la Crucifixion et de la Passion du Christ (Albert Schweizer, théologien, également) Aujourd'hui, intéressant aussi pour Israël et, selon ses formes, pour la mondialisation??!

P,S. Selon la théologie juive celui qui se reconnaît coupable et l'admet devant Dieu SANS INTERMEDIAIRE ET EN EXPRIMANT SINCEREMENT LE DéSIR DE CHANGER SA VIE OU DE VIE EST D'OFFICE PARDONNE. De même, par la bouche du prophéte Osée Dieu dit qu'il ne "veut pas de sacrifices sanglants mais des coeurs repentants"!

Écrit par : Myriam Belakovsky | 10 mars 2014

De quoi nourrira-t-on les milliards d’humains à venir ?

Mais avec des insectes, ben voyons !

Ce qui contredit l’explication de Philippe Barraud dans son dernier billet: «Probablement qu’on ne les nourrira plus du tout – en tout cas pas les plus pauvres d’entre eux.»

Mais quel intérêt auraient les partisans de la croissance débridée à ne plus nourrir leurs esclaves ? Ridicule. Comme chacun le sait, c’est le pétrole qui est à l’origine du dérapage de la courbe… Et quand il n’y en aura plus, ce ne sera pas fini; les sauterelles et autres grillons prendront le relai des puits asséchés. Grâce à ces petites bestioles il n’aura jamais été aussi bon marché de faire carburer les esclaves.

Restent un ou deux problèmes: En effet, comment faire pour accroître chaque année de 5% à 10% la consommation de votre ménage, si vos revenus n’évoluent pas, voire diminuent ? Mais avec les insectes, ben voyons !

Comme on vous l’a dit plus haut, ces petites bêtes sont tellement bon marché, que vous arriverez à réduire votre budget bouffe par deux, par trois, par quatre… pour autant que les 5 à 10% d’accroissement de votre consommation ne concerne ni votre boucher ni votre boulanger.

Et votre boucher, votre boulanger, votre poissonnier ? Ben…, qu’ils aillent se faire foutre ! Qu’ils aillent se faire bouffer par les vers… six pieds sous terre.

Et où Philippe Barraud est visionnaire:

«La propagande qui, n’en doutez pas, fondra bientôt sur l’initiative Ecopop jouera largement sur la culpabilisation: on vous rendra coupable de vouloir appauvrir le pays, d’être xénophobe, de parier sur le repli plutôt que sur l’ouverture – Ah ! le prêt-à-porter de la pensée, avec ses mots-valises ! Mais on se fera rassurant aussi: des chercheurs, peut-être financés par Syngenta et Monsanto, vous expliqueront qu’avec une agriculture «moderne», on pourrait nourrir 20 milliards d’humains; qu’avec le gaz de schiste, on a gagné 40 ans de pétrole; qu’avec les nouvelles voitures, on dégage de moins en moins de CO2. La preuve ? Ce sont les constructeurs qui le disent ! On peut les croire, non ?»

Mais encore:

«Et comme nous avons déjà subi les insultes de ceux qui, dans les pays voisins, nous en veulent de voir bien plus loin qu’eux, nous sommes blindés, et n’aurons donc aucun scrupule à dire oui à cette initiative. La meilleure motivation en est que tout l’establishment est contre, ce qui devrait faire tomber les derniers scrupules…»

Écrit par : petard | 11 mars 2014

@ Géo
""Mon Ecopop à moi, ne contient pas la notion d'eugénisme" ???????????
Où donc êtes-vous allé chercher cela ? On rêve ? On hallucine ?

La première fois qu'un militant d'écopop m'avait parlé de son initiative, il donnait des arguments assez alambiqués. Il prétendait qu'il fallait coûte que coûte diminuer de tant de % par an la population - on ne connaissait pas encore l'initiative UDC sur la limitation de l'immigration.
Vu son absence d'arguments pour le Comment faire, j'ai considéré que son point de vue était plutôt eugénique.

""Il n'y rien de plus naturel que de suivre la destination des biens exportés."
Géo, c'est un constat! ils arrivent en clandestins parmi les containers de marchandises (dans un port en Angleterre, j'en avais vus qui étaient débarqués par les marins et remis à la police) et ils sont défendus par les milieux humanitaires. Allez le leur faire comprendre, vous deviendriez le bouc-émissaire des chantres du CICR de la LEDH et des églises qui de leur défense leur fonds de commerce.

A la question des naissances, mon texte est explicite. Le planning familial est impérieusement nécessaire. La Chine avait limité sa démographie avec l'enfant unique. D'autres nations devraient faire cet effort.
Démographie: les pays d'Europe devraient cesser de faire des appels d'air en commençant par diminuer les aides et supprimer les primes au 3è enfant. Je crois que cette mesure sera adoptée en France, j'ai entendu cela à France-Infos.

Écrit par : Beatrix | 11 mars 2014

Les commentaires sont fermés.