28 décembre 2013

Remise des trophées des «Salopes» 2013

Puisqu’elles revendiquent le mot «salope», je rends hommage aux féministes en créant une récompense du même nom: la Salope d’or, faisant ainsi le pendant des groupes qui ont élu récemment le «sexiste» de l’année. Le trophée consiste en la reproduction d'une statue de Kate Moss dans une posture de yoga acrobatique.


Le palmarès fera des déçues. Par exemple les Femen n’y figurent pas. Elles ne sont pas des salopes: elles sont clivées, c’est-à-dire malades. Actuellement elles tentent des thérapies dans des établissements spécialisés, comme des basiliques, mais il semble qu’on manque d’exorcistes pour les soigner.

Najat Vallaud-Belkacem, porte-parole du gouvernement féministe-socialiste français, n’y figure pas non plus. Bien qu’elle ait posé un jugement de criminel esclavagiste sur tout client d’une prostituée, elle n’est pas une salope. Plutôt une narcissique psychorigide.

Mais sans plus attendre, voici le palmarès.

 



salope,trophée,or,danièle bousquet,féministes,argentine,femen,fascisme,victimisation,san juan,les oiseaux se cachent pour mourir,pedophilie,fausse accusation,Salope de bronze:

Décernée à Danièle Bousquet, présidente du Haut conseil à l'égalité entre les femmes et les hommes, pour sa déclaration sexiste et haineuse devant les députés le 6 novembre dernier. Tentant de faire pression sur le parlement français pour que la loi sur la résidence alternée ne soit pas votée, elle n’a pas hésité à salir les hommes avec un argument univoque et un chiffre faussé.

«La garde alternée peut très bien convenir si la sécurité de l'enfant est assurée dans chacun des deux foyers. Par contre, il faut garder à l'esprit qu'un très grand nombre d'enfants en France sont victimes d'inceste et que 10 % des femmes sont victimes de violences conjugales. Par conséquent, la systématisation de la garde alternée risque de poser d'énormes problèmes en cas de violences de la part du père.»

Quand on sait que la violence dans le couple, l’inceste et la maltraitance sont également le fait de mères (et pas de manière exceptionnelle: par exemple les violences faites aux enfants sont dues aux pères à 32% et aux mères à 47% selon la Snatem), on comprend que Danièle Bousquet en est une vraie.

 




salope,trophée,or,danièle bousquet,féministes,argentine,femen,fascisme,victimisation,san juan,les oiseaux se cachent pour mourir,pedophilie,fausse accusation,Salope d’argent

Décernée à Meri Jane, habitant Cherry Hills dans le New Jersey. Cette femme de 42 ans, séparée de son mari, a accusé celui-ci de pédophilie et d’abus sur leur enfants. Pour preuve elle a fourni à la police l’ordinateur portable dudit mari, rempli d’images pornographiques mettant des enfants en scène. Dé-gueu-la-sse! La peine de mort! Oui, sauf que... la police a découvert que les photos ont été téléchargées trois jours avant la plainte et que le mari a quitté le domicile conjugal un mois avant sans prendre son ordinateur. La femme a donc tout inventé et téléchargé elle-même les images pédo-pornographiques. La fausse accusation: un grand classique en cas de séparation.

Mais pour une fois il y aura justice, comme le relate Metronews:

«La voilà donc elle-même sous le coup de 40 chefs d'inculpation concernant ses accusations mensongères, mais aussi le crime de possession d'images pédophiles. L'arroseur aura rarement été si bien arrosé.»





salope,trophée,or,danièle bousquet,féministes,argentine,femen,fascisme,victimisation,san juan,les oiseaux se cachent pour mourir,pedophilie,fausse accusation,Salope d’or

Elle est attribuée collectivement aux 7’000 féministes hystériques argentines qui, à la fin d’un colloque sur l’avortement, ont attaqué la basilique de San Juan. Celle-ci a été protégée par 1’500 hommes en prières, impassible face aux insultes, aux crachats, doigts d’honneurs et marquages au marker ou à la bombe à peinture venant des 7’000 folles. La raison de l’attaque? L’Eglise est opposée à l’avortement et représente la supposée dictature patriarcale.

Cela s’est passé le 24 novembre dernier. J’ai déjà annoncé que la surenchère féministe ferait passer cette idéologie et les mouvements qui la prônent du stade de la victimisation absolue au fascisme, le second se justifiant du premier. Eh bien c’est en cours. Vous ne pourrez plus dire que vous ne saviez pas.





Enfin, un accessit est décerné à cette salope méritante, qui s’est filmée et postée sur youtube en train de démolir l’appartement de son copain parce qu’il l’avait trompée.

Quelle élégance. Heu, masculine, la domination, vraiment?







La parole de fin à Djamel:


¨

 

 

salope,trophée,or,danièle bousquet,féministes,argentine,femen,fascisme,victimisation,san juan,les oiseaux se cachent pour mourir,pedophilie,fausse accusationEt n'oubliez pas: orange, la couleur contre la violence faite aux hommes. Pdf à télécharger:

«Les violences faites aux hommes»

Commentaires

il n y a que 3% d hommes battus ...féministes ou pas il va falloir beaucoup d "efforts pour vivre en harmonie dans les couples ....intelligence et respect de l autre...ce sont les enfants qui vont trinquer......

Écrit par : dany lemaitre | 28 décembre 2013

Quel sens de l'observation...ainsi donc la "salope" se serait elle-même filmée? Votre anti-féminisme vous a aveuglé pour celle-là....car la première chose qui saute aux yeux est que c'est une mise en scène avec caméraman....(Dans "Il m'a trompé)

Écrit par : pffffffff | 28 décembre 2013

@ pffffffff:

Fake? Possible, bien que Hoaxbuster n'en parle pas. J'ai recherché avant de publier. Lina Bikiche a également posté une vidéo où elle fout la pagaille dans la bibliothèque de la fac de Toulouse, parmi d'autres. La recherche du buzz est possible, surtout en montrant son visage. Mais elle semble assez tête brûlée pour prendre le risque judiciaire qui s'en suivra.

Mais l'hypothèse du fake restant à au moins 50%, elle n'a qu'un accessit, pour son incitation à la violence contre l'homme.


@ Dany: la plupart des chiffres ne donnent que des valeurs extrapolées à partir d'enquêtes plus ou moins fiables. En Suisse 25% des victimes qui vont à la police sont des hommes.

Sur l'ensemble de la population, la violence conjugale aggravée touche environ 2% des femmes et 1-25 des hommes, selon différents indicateurs, et au maximum. La majorité des situations dites de violence, quand on parle de 10%, est classée dans la violence psychologique. Et je l'ai déjà écrit, dans ce segment les critères vont du terrorisme psychologique à la simple critique sur l'habillement. Ce n'est pas fiable.

Le fait de ne pas parler des hommes victimes est délibéré: il y a des millions de subventions à la clé (69 millions d'euros récemment en France). La violence conjugale nourrit beaucoup de groupes féministes. L'exagération et l'univocité sont donc indispensables pour garder le gâteau pour elle, quitte à biaiser toute évaluation sereine et juste d'un problème qui n'est pas limité aux hommes.

Écrit par : hommelibre | 28 décembre 2013

Première nouvelle :
Dénoncer la démagogie fait de nous in antifeministe. Donc faut être d accord sur tout comme des individus preformates.

Écrit par : revenant | 28 décembre 2013

Pour le "Il m'a trompé", il y a un détail qui me fait penser que c'est un fake. Quand elle jette l'écran et la PS4, aucun câble n'est branché... bizarre non ? Ou j'ai mal vu ?

Écrit par : Yves | 28 décembre 2013

@ dany lemaitre

" il va falloir beaucoup d "efforts pour vivre en harmonie dans les couples ..."

beaucoup d'efforts !!! c'est pas des efforts qu'il faut c'est que les hommes retrouvent leur place dans le couple et dans l'éducation des enfants, parce que c'est actuellement que les enfants trinquent, il faut que les hommes redeviennent un vrai contre pouvoir aux femmes dans le couple.

les enfants actuellement sonts en manque éducatif, couvés par les méres, une prof m'a dit il y a une semaine c'est une génération perdue, merci les féministes du bordel que vous avez foutu avec vos mensonges votre mauvaise foi votre malhonnêteté, votre égoïsme, c'est ça les belles valeurs féminines que vous disiez posséder et vouloir mettre en avant, on se rends compte qu'en vous lâchant la bride, c'est le pire du fonctionnement féminin que vous mettez en avant. comme des comméres.

Écrit par : leclercq | 28 décembre 2013

Il y a quelque chose que je ne comprends pas dans cette opposition femmes féministes et hommes.

Les femmes reprochent aux hommes leur manque de respect envers les femmes alors que ce sont elles-mêmes qui dans la grande majorité des cas les ont éduqués...

je ne comprends pas cette contradiction...

il y a quelque chose qui m'échappe...

Écrit par : quidam | 28 décembre 2013

@Leclerc

Avant que les hommes puissent retrouver leur place il faudrait parler des hommes battus dans les médias. Phénomène qui est en hausse et fait le bonheur des megeres et autres hystériques, et de leur immunité.

Écrit par : revenant | 28 décembre 2013

@quidam

Il n y a pas que des femmes féministes. Les féministes n auraient rien obtenu sans la complicite de certains hommes

Écrit par : revenant | 28 décembre 2013

@ Yves:

En cherchant dans le détail s'il s'agit d'un fake ou non, comme vous je ne vois pas de fil d'alimentation. Mais sauf erreur l'alimentation de la PS est à l'arrière, soit sur l'image au fond à droite. Dès lors il n'y aurait pas la place pour brancher le câble, dans ce caisson blanc.

Écrit par : hommelibre | 28 décembre 2013

@ quidam:

Au départ cette idée des "Salopes" m'amusait, même si j'avais quelques craintes à cause du titre choquant. Le terme n'est pas particulièrement respectueux et pourrait réalimenter le cliché dénigrant sur les hommes, d'autant que tout le monde ne se souvient peut-être pas de la "Marche des salopes".

Mais après tout il faut oser, surtout si elles donnent elles-mêmes l'exemple. Et votre commentaire me fait repenser en effet à la question de l'éducation. C'est vrai que ce sont principalement les femmes qui ont éduqué et éduquent encore les hommes. Ceux-ci sont formés émotionnellement et du point de vue relationnel par les femmes, dans la majorité des cas. S'il y a problème il faudrait chercher une cause ailleurs que dans une supposée nature masculine.

Aujourd'hui on voit des mères qui veulent à tout prix des garçons qui pleurent. Les garçons pleurent, certains plus, d'autres moins, cela a toujours été. Je ne suis pas sûr que les pères partagent l'idée qu'il faut que les garçons pleurent plus souvent et plus visiblement.

Écrit par : hommelibre | 28 décembre 2013

Je réponds ici à un commentaire reçu sur un autre blog mais concernant ce billet.


Le commentaire:

«Finalement, elle pourra avorter. La femme de 32 ans prise dans un embrouillamini juridique et religieux en Argentine depuis deux semaines après avoir été violée a été autorisée à faire pratiquer une interruption volontaire de grossesse (IVG). Victime d’un réseau de traite de femmes durant plusieurs années, forcée à se prostituer et enceinte à la suite d’un viol, elle est la première habitante de Buenos Aires à bénéficier du changement de législation. Après bien des embûches. Le maire néolibéral de la capitale, Mauricio Macri, avait annoncé la semaine dernière la tenue du premier avortement légal de ce type, déclenchant les foudres de la fondation Pró-Vida, proche de l’Opus Dei.

Cette organisation ultracatholique a organisé en début de semaine dernière une série d’escraches (des manifestations de dénonciation publique) en face de l’hôpital de Ramos-Mejia, où elle devait subir l’opération, puis devant son domicile, la menaçant de représailles.

La suite ici!
http://www.liberation.fr/monde/2012/10/18/le-chemin-de-croix-de-la-legalisation-de-l-avortement-en-argentine_854290
et un autre exemple des motivations -vous connaisez ce mots cher coach- de ces "féministes" comme VOUS dites!
Voilà HL, vous allez sortir vos "victimaires" à toutes les virgules, pinaillez (sic)ici et là sur d'autres blogs, la bouche en coeur, l'air bien poli, cool...
Ceux qui auront lu ceci, après avoir lu vos ... sauront QUI vous êtes! Vraiment!



Ma réponse:

Un changement de loi passe par le législateur, pas par la violence contre les hommes. Les raisons que vous invoquez à cette violence ne justifient rien et déjà dans les années précédentes des attaques du même type (attaques d’églises par des féministes) ont déjà eu lieu en Argentine. L’événement mentionné dans cet article n’est pas la cause des précédentes attaques!

Les cathos argentins sont-ils membres de l'Opus Dei? Je n'en sais rien mais chacun peut souhaiter une société conforme à ses convictions. S'il y a eu menaces, ce n'est pas acceptable, pas plus que les assassinats commis par des pro-vie aux Etats-Unis.

Je remarque que l'un des points pour autoriser l'avortement suite à un viol en Argentine a été abandonné: le dépôt d'une plainte à la gendarmerie. Ainsi dans le même article:

«En mars, la Cour suprême avait rendu un arrêt permettant aux femmes violées de subir une IVG sans avoir à demander l’autorisation d’un juge ni présenter de plainte à la police.»

Mieux vaut une loi libérale dépénalisant l'avortement plutôt qu'un tel dispositif, qui va susciter des déclarations de viol sans enquête ni vérification. Quand la justice se met à croire sur parole il n'y a plus de justice. Le problème est déjà effectif au Canada en matière de violence conjugale, où une femme qui dépose plainte pour une supposée violence n'a pas besoin de le prouver ni d'être au tribunal pour obtenir automatiquement la maison, la voiture, le compte en banque et la garde des enfants avec éloignement du père.

Je rappelle aussi l'épidémie de déclarations de viol aux Baléares il y a quelques années, parce que des anglaises avaient souscrit une assurance contre le viol: aucune enquête n’était nécessaire. C’est très léger. C’est une loi de genre. Dès qu'il y a un bénéfice possible la parole est contaminée, surtout à l'époque d'internet. Il ne faut donc pas défendre un tel dispositif. Un viol, qui incrimine forcément un homme, doit être déclaré et une enquête diligentée. Que l'avortement soit dépénalisé évitera peut-être l'abus d'accusation invérifiées mais qui laissent le soupçon sur le genre masculin dans son ensemble.

Quant aux attaques contre les église, voire la christianophobie en Argentine, elle semble devenir un sport en Argentine:


"Le 20 novembre dernier, de Córdoba, le cortège d’une manifestation de gauche exigeant l’abrogation du code municipal sanctionnant les infractions, s’est est pris à la cathédrale de la ville : ils ont souillé ses murs de leur urine et de leurs tags, ont pénétré dans l’édifice en lançant des bouteilles de verre alors que s’y trouvaient des enfants du primaire et du secondaire d’un collège local. Les parents et la police ont repoussé les envahisseurs et fermé les portes de la cathédrale pour un rassemblement. Parmi les tags relevés à l’intérieur comme à l’extérieur de la cathédrale : des croix renversées, « Assez avec les pédérastes, François » (un message à destination du pape François, Argentin comme on le sait), le désormais célèbre « La seul église qui illumine est celle qui brûle ! », et autre « Ni dieu ni maître ni patron» anarchiste."

www.christianophobie.fr/breves/argentine-la-cathedrale-de-cordoba-vandalisee-et-profanee


Donc tout cela n'est pas innocent et l'on ne saurait être invoqué, comme le fait Le Monde que vous citez, la défense à une femme qui est l'objet d'enjeux politiques.

Écrit par : hommelibre | 28 décembre 2013

Sans entrer dans un débat subtil sur le degré de saloperie de telle ou telle personne, j'aurais besoin de comprendre, pourquoi Kate Moss se trouve dans cette posture délicate dans ce contexte précis.
Qu'a-t-elle donc fait pour avoir droit à cette mise à nu artistique et planétaire de son anatomie(certes supposée)intime ?
On est loin de l'esthétique de "L'origine du monde", qui sauvegardait un certain anonymat du modèle.

Écrit par : Calendula | 28 décembre 2013

Oooh , alleeeez.

On sait bien que l'éducation se fait aussi au contact des autres et du monde.

Dire qu'il y a des machos parce que leur mère les ont éduqués ainsi c'est se voiler la face et vouloir casser de la femme sans raison valable pour pas reconnaître qu'ils sont avant tout responsables eux même.

Ca me paraît pas être le facteur principal , loin de là.

Écrit par : nemotyannus | 28 décembre 2013

Nemotyrannus, la responsabilité de ses actes ne doit pas être enlevée. Mais, globalement, s'il y a un tel problème (supposé) avec les hommes, ne doit-on pas aussi se poser la question? N'y aurait-il aucun lien de cause à effet entre une personne proche qui forme l'humain dès la naissance, et certains éléments de son comportement?

En fait cela pose aussi la question d'une éventuelle nature masculine, essentielle si seuls les hommes posent problème alors qu'ils sont éduquées par la même mère et le même monde que leurs soeurs. Mais s'il y a une nature masculine spécifique, cela suppose, par défaut à tout le moins, qu'il y a une nature féminine spécifique!

Aïe...
:-)

Écrit par : hommelibre | 28 décembre 2013

Bonne question, Calendula. Cette statue de Kate Moss date de 2008. Elle est l’oeuvre d’un artiste anglais, Marc Quinn. Elle est en or massif. L’original pèse 50 kgs et a été vendue 1 million de dollars aux enchères. Je crois que des copies plus petites existent, également en or. C’est la plus grande statue en or massif réalisée depuis l’Egypte ancienne. Elle a été exposée au British Museum pendant plusieurs mois, mettant madame Moss à la vue du public. Tout cela n'a certainement pas pu être fait sans son accord, d'autant que la presse mondiale en a parlé en montrant la statue. Bon buzz pour elle. Donc pas d'anonymat ici.

Personnellement je trouve cette statue belle et extrême. Belle pour cette posture de yoga compliquée, acrobatique, qui demande de réelles contorsions pour être prise et maintenue. Extrême, car accepter de voir sa copie en or massif trôner aux yeux du monde est une chose que même les dictateurs ne font pas. Où trouver un tel narcissisme et sentiment de toute-puissance sinon dans la nomenklatura féministe?

Ces éléments rejoignent assez bien, à mon sens, les comportements sans limite ni décence que je mets en exergue dans ce billet.

D’autre part la statue est nommée «Siren»: la sirène, archétype féminin, qui attire par son chant (sa parole) puis entraîne les hommes au fond de l’océan. C’est assez représentatif du féminisme, qui se fait accueillir avec bienveillance par des paroles que l’on peut trouver justes et dignes de foi dans un premier temps, mais dont on ne voit pas la dangerosité - à moins d’y résister!
:-)

Détail: elle n’est pas nue, elle porte un léger slip et mini top que l’on peut mieux voir sur cette image:

http://www.nsmbl.nl/wp-content/uploads/2011/10/0150731650085.jpg

Kate Moss utilise d’ailleurs à fond le fait d’être une femme publique et a posé cet automne en body bronze ultra-moulant dans une image ultra schématique du corps féminin: paradoxe de l’hypersexualisation et de la femme intouchable.

http://media.meltyfashion.fr/article-1700870-ajust_930-f1376845928/pop-magazine-se-decline-en-version-or-et.jpg

N’y a-t-il pas quelque chose de commun avec celles, féministes actuelles, qui revendiquent le statut d’être dénudées, publiques et intouchables?

Écrit par : hommelibre | 28 décembre 2013

@ nemotyannus

"Dire qu'il y a des machos parce que leur mère les ont éduqués ainsi c'est se voiler la face"

pas du tout

" Le macho traditionnel n'est pas mort, mais il est de plus en plus
honteux et se fait discret. Cet individu, à qui des « pères » trop sérieux
avaient inculqué le respect de la discipline sans lui apprendre à grandir,
sévissait à l'intérieur d'un cadre très strict et sous une surveillance
perpétuelle. Ce n'est plus vrai aujourd'hui. En effet, le nouveau machisme
qui se développe dans tous les milieux sociaux n'est pas dû, comme certains
voudraient le penser, à la subsistance d'une idéologie patriarcale qui
s'entretiendrait par imitation. Dans notre société de plus en plus
féminisée, le « futur nouveau macho », maintenu dans la fusion maternelle,
ne souffre pas d'une « overdose » d'ordre masculin mais d'absence de
« père » et de repères. Tout autant incapable de sortir de l'enfance, il n'a
pas acquis une identité d'homme suffisamment solide pour pouvoir accepter la
différence. Arrivé à l'âge où il devrait commencer à assumer la castration,
il est encore en plein refoulement et a toujours besoin d'inférioriser les
femmes pour pouvoir exister. Alors qu'il devrait être en mesure de « tuer le
père », il doit s'en inventer un et il se « bricole » ce qui devient une
caricature."

http://www.hommedaujourdhui.ca/jean_gabard.htm

Écrit par : leclercq | 28 décembre 2013

@ revenant

" il faudrait parler des hommes battus dans les médias."

les médias et les politiques sonts à la botte des féministes il n'y a rien à attendre d'eux.

ce sonts les hommes eux mêmes qui doivent comprendre que les femmes onts besoin d'un contre pouvoir. de fermeté.

"9. Les attentes légitimes de l'homme face à sa partenaire
Comme tous les hommes, vous êtes prêts à faire beaucoup pour la femme que vous aimez, lui décrocher la lune s'il le faut (même si elle ne le vous demande pas). Si vous voulez vivre heureux avec
une femme, vous avez des stratégies efficaces à développer, un mode d'emploi à apprendre, être à son écoute... Mais vous avez aussi des droits, des privilèges, des limites à faire respecter. Vous devez apprendre à vous tenir debout lorsque son comportement est inacceptable, qu'elle vous critique sans cesse et cherche à vous con¬trôler en vous imposant sa façon d'éduquer les enfants, de gérer l'argent, la sexualité, les activités sociales, ou veut aussi vous dire comment conduire votre carrière ou votre auto. Vous ne devez jamais user de violence, car vous perdriez votre fierté personnelle et votre estime, mais vous devez utiliser la fermeté, faire preuve d'assertion, vous diront les psychologues, lorsque nécessaire."

extrait d'homme et fier de l'être d'yvon Dallaire

Écrit par : leclercq | 28 décembre 2013

"ce sonts les hommes eux mêmes qui doivent comprendre que les femmes onts besoin d'un contre pouvoir. de fermeté."
Bravo Le Clair, vous allez, avec ces propos misogynes, engendrer quelques vocations féministes....
Névrose obsessionnelle, Leclerq, ça se soigne.
Vous avez dû vous tromper de siècle.
Pour votre info: sont sans s, ont sans s.

Écrit par : pffffffff | 28 décembre 2013

Cette histoire de statue me laisse sans voix.
C'est au-delà de ma sphère de compréhension.
Ces gens (Kate Moss, le sculpteur,le British Museum et l'acheteur...) vivent décidément dans un monde parallèle - ou alors c'est moi.
Parfois, il vaut mieux rester dans l'ignorance.
Quant à l'aspect purement esthétique, je ne suis pas enthousiaste. L'or donne un aspect paradoxalement cheap et clinquant à cette oeuvre. Peut-être qu'en vrai, c'est mieux ?
Imaginer ça dans son salon ou sa cambre à coucher ? Non, j'ai bien fait de dépenser mes millions autrement ...

Écrit par : Calendula | 28 décembre 2013

Je le pense aussi Calendula: ils sont dans un autre monde. Une sorte de bulle. Je suppose que c'est la quantité d'argent qui entretient ce monde à part. Le choix du Musée est peut-être aussi dicté par la recherche de la notoriété.

C'est le monde sans discrimination - artistique ou conceptuelle, s'entend. Tout vaut tout, une statue grecque (c'est ce qu'abrite habituellement cette partie du musée) vaut une oeuvre moderne dont l'aspect buzz domine tout autre sens, où la confusion est totale entre le fait de vouloir signifier quelque chose dans une oeuvre et la notoriété du sujet qui noie la signification dans le culte de la personnalité et dans celui du nouveau veau d'or. L'objectif n'est probablement pas d'éveiller par l'art mais d'amasser plus de notoriété et plus d'argent.

J'imagine que pour certains la notoriété ou l'argent sont des aimants puissants, comme un Graal, au même titre que pour d'autres la compréhension du monde est ce Graal. Ici la fin justifie les moyens (comme pour les lauréates des trophées!) :-)

Écrit par : hommelibre | 29 décembre 2013

Cette statue prouve que "le veau d'or" est éternel.
Ce sculpteur s'est fait une fortune (et je n'utilise pas une expression populaire qui s'imposerait dans ce contexte ;-))) avec une oeuvre, qui certes vaut son pesant de métal précieux, dans un lieu étonnant.
(Je ne réclame pas qu'on fasse une telle statue avec un homme, celle de K.M. est déjà de trop !)
Comme vous, j'ai pensé aux autres statues qui pouvaient se trouver dans le British Museum. Les célèbres statues du Parthénon, réclamées par la Grèce, par exemple.
Quel chemin parcouru ... les Grecs peuvent bien faire une crise de complexe de supériorité !
Les contorsions de madame Moss n'y feront rien : cette statue est bling-bling et un leurre.

Est-ce que l'histoire raconte si le bénéfice pécuniaire a été partagé entre l'artiste et son modèle ou si K. Moss a seulement eu une retombée
médiatique de plus ?

Je ne peux pas m'empêcher de penser que cette "icône" planétaire est, dans ce cas précis, une femme-objet. Elle sauve bien sûr son identité, elle récupère le statut de sujet en jouant le jeu à fond, en le cautionnant et en participant au happening médiatique.
Il est clair que son célèbre corps, son visage et son sens légendaire de l'air du temps,qu'elle peut monnayer encore quelque temps au prix fort, sont devenus une sorte de concept abstrait, un objet de prestidigitation. Les photos sont tellement retouchées, que tout ça n'est plus vraiment de l'ordre du réel.

Écrit par : Calendula | 29 décembre 2013

@ pffffffff

donc ne pas accepter l'irrespect où la violence psychologique de sa compagne c'est être misogyne !!!

avec la rhétorique féministe quoique fasse les hommes ils ont tort bravo.
ah si c'était les femmes qui subissait l'irrespect et la violence psychologique de la part d'homme là ça serait pas du tout le même discours, tout de suite lever de bouclier pour la cause des pauvres femmes victimes.

que les femmes ai besoin d'un contre pouvoir c'est sylvianne Sptitzer qui le dit une spécialiste des hommes battus.

bon ça suffit votre stigmatisation à la noix, hommes réveillez vous n'acceptez plus l'irrespect et la violence psychologique de la part de votre compagne votre couple et l'éducation de vos enfants ne s'en porteront que mieux, et votre compagne vous remerciera.

Écrit par : leclercq | 29 décembre 2013

Je crois en effet que Leclerc faisait allusion à être fermé face à une femme tyrannique... eh oui si on veut l égalité des sexes commencons à agir de facon juste entre les sexes.

Écrit par : revenant | 30 décembre 2013

@ revenant

non pas fermé "ferme"

"des limites à faire respecter. Vous devez apprendre à vous tenir debout lorsque son comportement est inacceptable, qu'elle vous critique sans cesse et cherche à vous con¬trôler en vous imposant sa façon d'éduquer les enfants, de gérer l'argent, la sexualité, les activités sociales, ou veut aussi vous dire comment conduire votre carrière ou votre auto. Vous ne devez jamais user de violence, car vous perdriez votre fierté personnelle et votre estime, mais vous devez utiliser la fermeté"

il suffit de tenir un poignet fermement et de dire avec un ton sec et sans appel, ça suffit tais toi.

Écrit par : leclercq | 30 décembre 2013

@ Leclercq: "il suffit de tenir un poignet fermement et de dire avec un ton sec et sans appel, ça suffit tais toi."
Leclercq, si vous êtes avec une femme avec qui vous avez besoin d'agir de la sorte, pourquoi restez-vous avec?
Et puis, tenir le poignet fermement, c'est pas de la violence physique, par hasard?

Écrit par : pffffffff | 30 décembre 2013

@ pffffffff

"Et puis, tenir le poignet fermement, c'est pas de la violence physique, par hasard? "

non c'est de la fermeté. une de mes ex m'a remercier quelques mois aprés d'avoir réagit de cette maniére elle m'a avouer que sinon elle m'aurait pris pour une lavette, et c'est le cas de beaucoup d'hommes actuellement qui ont trop crus aux discours à la mode sur soi-disants ce que disent vouloir les femmes.


"Leclercq, si vous êtes avec une femme avec qui vous avez besoin d'agir de la sorte, pourquoi restez-vous avec? "

c'est elle qui a besoin que j'agisse de la sorte, c'est le contre pouvoir quelle a besoin et qu'on besoin la majorité des femmes d'ailleurs, sinon elles prennent les hommes pour des lavettes et c'est trés courant actuellement, et ce n'est pas parce que ma compagne a besoin d'un contre pouvoir que je dois la quitter !!!

et si elle ne comprend pas le message, que ça continue en dispute qui peut finir en violence physique, le systéme actuel déresponsabilise les femmes de leur co-responsabilité dans le cercle vicieux de la violence conjugale.

alors là c'est la porte immédiatement, et je conseille aux hommes d'en faire de même.

bonne lecture

"Dépasser la notion de domination dans le couple
Les rapports homme/femme au sein du couple donnent lieu a une foultitude de publications, de discussions. Certaines de ses publications, comme le fameux Les hommes viennent de Mars, les femmes de Vénus , sont un tissu de bêtises symboliques pour notre monde contemporain, en validant l'hypothèse paranoïaque pour les femmes que les hommes sont encore et toujours, au sein du couple et de façon systématique, des guerriers dominants pour le sexe dit faible.

Ces bêtises doivent être à mon sens absolument déconstruites si les femmes d'aujourd'hui veulent entrer dans une autre dimension dans le couple, plus apaisée, qui dépasserait le rapport de domination homme/femme classique pour entrer dans une autre dimension, celle de l'harmonie et de la paix.

D'où vient le problème?

Une des priorités des jeunes femmes de ma génération est d'être libre par rapport à l'homme dans le couple. On les comprend et on les soutient tout-à-fait: ces jeunes femmes ne souhaitent pas rééditer le système social et familial symbolique dont elles ont pu constater les ravages chez certains de leurs parents.

Mais, lorsque ce désir d'indépendance, de liberté est poussé à son paroxysme chez la femme, eu égard à cette "domination masculine" qu'elles redoutent tant, celle-là même dont parlait encore Pierre Bourdieu dans un de ses derniers ouvrages , elles prennent parfois la responsabilité inconsciente de conduire le couple vers un système de lutte pour la domination qui n'existait pas forcément au préalable.

En effet, ces jeunes femmes, en étant obsessionnellement en vérification perpétuelle de la non-domination de l'homme dans le couple, finissent elles-mêmes par faire entrer le couple dans un rapport de force dominant/dominé, sans forcément que l'homme ait eu la volonté consciente ou inconsciente d'y entrer lui-même.

Les hommes d'aujourd'hui ne sont pas toujours les gladiateurs d'hier

Hors, les jeunes hommes éduqués et sensibles d'aujourd'hui ont en effet parfois compris que l'on pouvait dépasser le rapport de domination dans le couple, pour être en recherche d'un rapport d'harmonie basée sur le partage, la complicité, la complémentarité. Cette lutte pour le pouvoir symbolique dans le couple menée par la femme ne trouve donc pas toujours le gladiateur supposé en face, le masculin, le guerrier, le dominateur tant redouté mais aussi tant désiré.

Cette discontinuité dans le couple, où la femme lutte contre un gladiateur masculin qui n'existe parfois pas, peut conduire le couple à se placer dans un système de domination sans objet, de la femme en lutte perpétuelle contre l'homme, qui va entraver l'accession à l'harmonie psychique et sexuelle des individus au sein du couple.

La femme peut-elle éprouver du désir pour un homme qui refuse le rapport de domination?

L'harmonie psychique et sexuelle des individus au sein d'un couple composé d'un homme contemporain qui recherche l'harmonie et d'une femme qui a peur de la domination de l'homme et qui est en lutte perpétuelle est donc particulièrement difficile à trouver.

Lorsque le guerrier, le dominateur tant redouté mais aussi tant désiré n'existe pas, la femme ne dispose plus de justification pour mener sa lutte de libération contre l'homme dominateur qui était supposé venir de Mars. Elle se retrouve face à une réalité qui la perturbe dans son système de valeurs et qui risque, si elle ne dépasse pas cette lutte archaïque fantasmée, d'annihiler son désir même pour l'homme contemporain.

Où est passée la femme contemporaine?

Enfin, la femme en lutte archaïque, qui souhaite continuer à obsesionnellement lutter contre la domination préjugée de l'homme sur la femme, risque de finir par éprouver du désir, par habitude ou pour se rassurer sur son système de valeurs, pour l'homme qui va correspondre à son image de l'homme, celle qu'elle redoute mais qui finit par l'attirer, bien davantage que l'homme contemporain en recherche d'harmonie.

Et la lutte de continuer, pour le plus grand étonnement de l'homme contemporain, à la recherche de la femme contemporaine qu'il ne trouve pas.
09:35 Publié dans Psychologie(s) | Lien permanent | Commentaires (10) | Trackbacks (0) | Envoyer cette note | Tags : homme/femme, couple, rapport de force "

Commentaires
Bonjour

En tant que fille plusieurs aventures amoureuses m'ont fait prendre conscience de ce désir inconscient de domination.. on dit vouloir un garçon doux et gentil, et en réalité on ne couche qu'avec des machos sans aucun égards pour nous.. le coup classique.

Certaines de mes amies sont complètement enfermées dans ce schéma. Indépendantes dans leur travail et leurs vies, refusant tout galanterie, voire toute aide de leur copain du moment (ce qui mène d'ailleurs à des situations absurdes, où le garçon par exemple n'a le droit de toucher à rien dans l'appart de la fille, mettant d'avance fin à toute répartition des tâches, le garçon devant vraiment insister pour préparer le repas, etc..). Ces filles là font immédiatement fuir les garçons "modernes" puisqu'elles sont de vrais petits tyrannos chez elles! Et la plupart du temps, je les vois s'enticher de goujats sans vergogne qui profitent de toutes leurs contradictions, en gros qui les laissent porter leurs courses et se "démerder" dans leur vie de femmes indépendantes, tout en affichant un mépris profond pour leur style de vie et leur sentimentalité.

Un autre cas, je dirai plus "du sud", c'est la fille qui veut tout, à la fois la galanterie de la part des hommes (tenir la porte et payer le resto), et la liberté dans le couple. Dans ce cas le garçon doit se transformer en "gentil toutou". Et lorsqu'il le devient, la fille le largue (après l'avoir plumé), car elle n'a plus de désir pour lui.

Cette question du désir a du faire souffrir plus d'un garçon. Je trouve que les filles ont le beau rôle en ce moment (certainement parce qu'elles ont beaucoup souffert par le passé aussi) et qu'elles ne se remettent pas du tout en question quant à leurs désirs inconscients, ce besoin du dominant qui est si visible, si animal, et si pathétique au fond.

Je comprends les garçons qui sont déboussolés et qui préfèrent les filles exotiques, douces et soumises, les indiennes, et toutes les asiatiques en général, et aussi les filles de l'Est (le film "Je vous trouve très beau" l'illustre bien, et Michel Houellebecq en parle bien dans Plateforme).

Petit bémol, j'ai rencontré quelques uns de ces garçons modernes, sensibles, éduqués, et qui recherchent l'harmonie, mais ceux-ci gardent toujours des réflexes de domination inconscients. Pour eux, la fille est toujours un peu plus "cruche" qu'eux. On croirait qu'ils se rassurent en nous écrasant gentiment, avec quelques phrases tendres mais rabaissantes. Les signes de ce mépris sont très subtils, dans le regard, l'écoute.. En fait, j'ai souvent l'impression que les hommes ne veulent pas faire entrer les femmes dans leur monde, alors que les femmes ont tout fait pour les comprendre et se mettre à la hauteur de leurs performances.

Parano ou pas?

Je crois que le grand défi, c'est de réussir à se comprendre et à s'estimer mutuellement, sans que les femmes attendent une quelconque prise en charge de la part des hommes, et sans que les hommes croient que les femmes sont de ravissantes idiotes juste dignes d'être secrétaires.

Pour ma part, je reste persuadée que la femme a besoin de se sentir sinon dominée, du moins protégée. On ne peut pas nier les différences de force physique, et les réflexes millénaires qui ont façonné les hommes en tant que "responsables de la survie", et les femmes en tant que "reproductrices nécessitant protection". Tout cela est en train de changer, mais à mon sens il ne faut pas que ça aille trop loin.
Personnellement je n'ai pas envie de me transformer en homme. La féminité est bien trop précieuse...elle donne charme à la vie et au couple.. faire semblant d'être soumise, tout en s'assumant complètement, cela peut etre aussi un bon modus vivendi.
Ecrit par : maitre | 24.02.2006
Le journaliste Eric Zemmour - qui participe notamment à une excellente émission sur i télé où il débat avec Christophe Barbier de l'actualité politique - a écrit un livre sur le féminisme et le rapport hommes/femmes en France . Fin observateur, il remet les pendules à l'heure concernant toutes les hypocrisies, les déséquilibres et les non-dits qui caractérisent ces relations . A lire donc : Le premier sexe d'Eric Zemmour, décapant !
Ecrit par : anne | 14.03.2006
Cette volonté dominante de ne plus être dominées...
Il semble que la doxa du moment tende vers l'affirmation systématique d'un rapport dominant/dominé dans le couple. Je suis plutôt d'accord avec. Mais les shémas divergent et se multiplient selon les individualités. Je me contenterai donc de témoigner de façon personnelle et peut-être (ce serait souhaitable) d'attirer des témoignages similaires ou divergents qui pourraient m'éclairer. Je suis une femme tout ce qu'il y a de moderne:active (ou devrais je dire suractive...), indépendante et bien "brave", comme on dit chez nous. Ce paradoxe est l'une des clefs, j'en ai conscience, de l'incommunicabilité naissante dans toutes les relations sérieuses qui se sont ébauchées. Deux réactions sont à retenir:mon côté "femme active" prend le dessus et je tombe sur le gars "branleur" qui attend de moi que je lui trouve les solutions qui se posent à lui et qui me plume. Ou je tombe sur le "macho" de base (celui que je préfère généralement) qui devient si possessif et jaloux (du fait de mon rythme de vie et du foisonnement de mes relations) que j'inhibe tout ce qui constitue mon intégralité. Où donc situer ce rapport dominant / dominé? Je pense qu'il s'agit d'affinités : je domine là où tu aimerais l'être tandis que je me soumettrai lorsque tu le jugeras utile. Pourquoi tergiverser et se demander qui aura le dernier mot puisque, en définitive, il existe toujours des périodes ou l'un comme l'autre auront l'envie soudaine de se faire protéger ( ou seconder) là où, d'habitude, tout roule... Il n'est question que d'instinct, ce qui, par définition, ne répond pas à une réponse fixe et arrêtée, genre "je te domine et tu resteras dominé." De quoi se demander s'il est bon de s'identifier comme tel ou tel autre puisque nos besoins changent, évoluent et que ce qui constitue la base de notre bonheur actuel ne sera peut être plus une donnée ceraine pour demain.
Tous vos commentaires seront les bienvenus. Merci.
Ecrit par : Jal | 11.04.2006
Bonjour,

Je suis déçue, après la lecture de votre commentaire, car j'ai le sentiment que vous n'êtes pas allée jusqu'au bout de vos arguments. Vous constatez que des problèmes récurrents se posent dans vos relations avec les hommes. En gros, vous choisissez soit un père (le macho) soit un fils (à materner). Vous semblez consciente de ces problèmes qui vous empêchent de vous épanouir dans votre couple, et qui au fond, vous poussent à rester seule.
Le modèle que vous préférez reste cependant celui du macho, l'homme fort et dominant. Cela signifie bien qu'inconsciemment, vous cherchez un partenaire dominant, comme beaucoup de femmes, et que par conséquent vous ne pourrez pas apprécier un de ces hommes modernes et sensibles dont parle Matthieu. Ce n'est pas un reproche, juste une constatation, d'autant plus que beaucoup de femmes, dont moi-même, ont été ou sont dans ce cas.
Ce qui est dommage, et qui ne fait pas avancer la discussion, c'est que vous ne remettez pas en cause ce modèle inconscient, celui qui pose problème et dont Matthieu analyse les conséquences dans sa note. Les femmes ont lutté des années pour être les égales des hommes. Et au moment où les hommes font l'effort de s'adapter à ce nouveau statut de la femme, en adoptant une attitude moins dominatrice justement, les femmes réclament l'ancien modèle! Les conséquences sont réelles : incompréhension incommunicabilité, frustrations, chute du désir.
Vous préférez enchaîner sur une vision idéale du couple, qui serait faite d'harmonie, d'équilibre et d'interchangeabilité des sexes. Je suis d'accord, c'est peut-être l'avenir, mais pour le moment ce sont les femmes qui bloquent le processus!
Je ne crois pas que l'instinct soit très adaptable, au contraire. Pour que les choses changent, il faut que les femmes s'interrogent sur ce qu'elles attendent vraiment des hommes. Un père (absent ou dominant)? Un fils? Un partenaire qui soit leur égal?
C'est en réfléchissant et en s'analysant qu'on parvient à changer ses réflexes au moment de l'acte de séduction, et plus tard dans le couple. Car c'est à l'intérieur du cerveau que tout commence. On ne regarde pas certains garçons car ils ne correspondent pas à notre modèle inconscient. Et du coup on ne rencontre que les autres, les machos surtout.
Pendant ce temps, le garçon moderne attend. Et se voit obligé de manipuler la symbolique du dominant pour espérer pêcher une fille.
Cette remise en question de la part des femmes est d'autant plus difficile à opérer qu'après un siècle de luttes, les féministes ont transformé la femme en une superdominante incapable de s'auto-analyser. Les magazines féminins relaient à merveille cette suffisance, à tel point qu'on se demande à quoi servent encore les hommes pour ces hyperactives adeptes des joujoux sexuels.
L'homme, définitivement au placard? C'est ce qu'on peut craindre, ou souhaiter. Eric Zemmour, dans son livre "Le premier sexe" parle d'ailleurs de cette virilité perdue, qui poserait problème autant dans la sphère affective que dans la sphère sociale, où une partie de la société, dont les fameux casseurs, serait en demande d'un père, symbole d'autorité et de sécurité.
Peut être est-ce alors aux hommes modernes de revenir en arrière, vers le modèle de leurs grand-pères. Mais est-ce encore possible ?..
Ecrit par : anne | 18.04.2006
La conclusion du commentaire précédent laisse une ouverture, et je rajouterai ceci :
Les garçons modernes sont conformes aux fantasmes des féministes de la génération de nos parents; là est le grand problème: l'idée que la femme française , habituée aux jeux de séduction typiquement latins par le biais de la traditionnelle galanterie "à la française", mise pendant des siècles sur un piédestal par notre
tradition romantique et déifiée par notre irréductible bon goût esthétique, allait pouvoir être stimulée par un pousseur de caddie qui lui achèterait en solde une paire de birkenstocks pour aller turbiner dès 6h00 du
matin au boulot, est complètement irréaliste!
Les filles d'aujourd'hui ont non seulement herité de responsabilités qu'elles n'ont pas forcément voulues, mais en plus se retrouvent en face d'un modèle masculin qu'elle n'ont pas forcement désiré.
L'image de la femme au foyer est devenue une image négative, et les filles d'aujourd'hui se voient infligées de cette obligation morale d'aimer le travail et "la liberté".
En réaction à cela , non seulement elles ne rêvent plus que de couple (cf:meetic) et se tournent par défaut vers les derniers "machos" dont les jeunes issus les l'immigation maghrébine , emmêlés dangereusement
dans leurs névroses religieuses.
Ces derniers étant complétés par un ami sensible qui donnera à la Francaise la sensation de ne pas être totalement une carpette.
Si l'homme ne va plus "au combat" c'est bien qu'il pressent que le combat est la seule motivation de l'adversaire et non l'envie de trouver un terrain d'entente.To be continued.............
Ecrit par : david | 26.04.2006
C'est un grand jeu où les acteurs sont soit des victimes, des persécuteurs ou des sauveurs. Le film "Oui mais" en brosse un tableau assez affligeant.

Comment sortir de ces situations relationnelles inconscientes ? Commencez par arreter de jouer à la victime en cherchant le matcho, ou à vouloir sauver la pauvre victime en étant l'ami qui va la soutenir, etc...

Plus facile à dire qu'à faire, bien évidemment !

Mais l'entente mutuelle du couple passe par ce chemin semé d'embuches, pour arréter de reproduire des schémas parentaux et commencer à se construire une véritable identité.

Osez la franchise et le naturel !
Aimez vous d'abord avant de vouloir aimer l'autre !!
N'ayez pas peur de la vrai liberté !!! Celle du coeur...
Ecrit par : Seb | 16.05.2006
"Osez le naturel"... sauf que le naturel est guidé par l'inconscient... Pour atteindre cette "vraie liberté", il faut au contraire sans cesse remettre en question ses réactions instinctives, contrer les mouvements du coeur par ceux du cerveau...
Ecrit par : anne | 17.05.2006
Bonjour Anne,

et pourtant il faut bien se fier à son instinct. C'est essentiel de se faire confiance et d'être à l'écoute de ce qu'on ressent. Si on ne le fait pas, on passe souvent à coté des choses.

Se remettre en question ? Réfléchir sur ses propres réactions et sur ses émotions ? Oui, tous les jours pour continuer à avancer et perpétuellement apprendre à mieux se connaitre, mais certainement pas oublier que notre instinct est un atout dans la vie.

Les réactions programmées par notre éducation, celle qui sont malgré nous au fin fond de notre inconscient, sont bien celles dont vous parlez qu'il faut "combattre". Mais pourquoi vouloir les associer aux mouvements du coeur ?
Ecrit par : Seb | 19.05.2006
Le grand mensonge est que l'on vit dans un monde où on nous fait croire que tout se vaut , que tout est pareil.C'est du négationnisme.Un noir est un noir point barre et il n'est pas blanc, que dire de plus? Ce n'est ni mieux ni pire , c'est différent c'est tout.La beauté est dans la diversité.Et pour les sexes c'est pareil.Il y a des différences qui font qu'il y a des conflits.L'homme fait la guerre et la femme des enfants.....ça ne changera jamais.Pour revenir à ce qui nous préocupe ; le mâle français contemporain , le problème est qu'il a été féminisé dans sa sexualité et que la femme a été masculinisé socialement.Les femmes ont gardé les mêmes attentes que par le passé tout en gardant leur place d'objet désiré (culture latine oblige).Et les hommes sont devenus plus compréhensifs tout en voulant garder le pouvoir social.Ce qui donne en résultat des phallocrates romantiques et des patronnes-princesse Barbie (c'est une image).L'homme se sent trahi car vu le succés du macho de base , c'est comme lui demander de faire marche arrière.Pendant ce temps la femme savoure son pouvoir sexuel.Ce qui n'est pas le cas dans le monde du travail vu les inégalités incompréhensibles entre les salaires masculins et feminins.Bref , le français sophistiqué déprime alors que le macho continue à ne pas se poser de questions , et il a bien raison.Alors mesdames , de quoi se plaint-on ? On nous bassine avec la difficulté d'être une femme dans le monde moderne et jamais de la difficulté d'être un homme.....
Ecrit par : david | 19.05.2006
Je pars de la note de Matthieu, j'ai lu tous les commentaires et je relance le débat. Nous sommes fin avril 2007 et vous m'accorderez qu'il est toujours d'actualité:-)
La publication "Les hommes viennent de Mars, les femmes de Vénus" a soulevé des polémiques. En lisant tout ce qui est écrit ci-dessus, j'ai envie d'ajouter ma vision des choses. La femme voit l'homme comme un guerrier dominant du sexe dit "faible", c'était le cas, ça l'est encore pour certains hommes en mais qu'importe, l'homme est surtout différent de la femme et c'est surtout dans ce sens qu'il faut voir le bouquin. Comme une grande leçon sur les différences. Et bien sûr, tout ne s'arrête pas au constat des différences, il faut en tenir compte, s'y adapter. Je m'explique. Je vais beaucoup prendre le problème du côté de la femme car j'en suis une et que plus haut il a été répété plusieurs fois qu'elle bloque le processus vers l'harmonie...
La femme souffrait de domination, aujourd'hui elle souffre d'incompréhension d'elle même et/ou de l'autre et/ou de la part de l'autre. Ce bouquin lui permet de prendre conscience des différences entre les sexes. Car c'est vrai les femmes ne mettent pas les mêmes choses que les hommes derrière les mots et vice-versa. Grâce à la prise de conscience de la différence, la femme peut mieux aborder l'homme car elle peut adapter l'expressions de ses désirs au mode réceptif masculin. Si elle veut obtenir satisfaction, elle doit adapter sa demande, ainsi sa démarche d'adaptation est relative à la route vers l'harmonie. Elle n'en sera pas moins épanouie. Donc plus de rapport dominant/dominé, plus de guerre violente avec le sexe opposé et si l'homme en fait de même, résultat: harmonie générale au sein du couple.
La paix dans le couple se situera à mon avis dans la forme du combat. Car l'harmonie fait acte de "combat", pacifique certes, mais combat quand même: dur labeur car rien n'est facile à atteindre. La route vers l'harmonie c'est une somme d'efforts à fournir.
La lutte séculaire féministe a effectivement engendré une réaction de la femme poussée à l'extrême dans un rapport à l'homme de dominant/dominé, or nous sommes différents, la femme ne peut pas et ne doit pas devenir l'égal de l'homme. Respectons notre instinct(CF Seb).La femme ne doit pas juste se demander ce qu'elle veut, mais aussi s'adapter pour construire avec. Elle ne doit pas se limiter à la recherche d'un "père", d'un "fils" ou de "son égal" car il y a un peu de chaque chez l'homme, à différents degrés...
L'homme a un instict "guerrier" plus ou moins développé, qu'il est bon de conserver. La femme possède un instinct "maternel", une force, des atouts, une intelligence qu'il est bon de ne pas éteindre en voulant remplacer l'homme. A mon avis, l'un ne doit pas prendre la place de l'autre, les deux se complètent !

La femme peut-elle éprouver du désir pour un homme qui refuse le désir de domination (CF Matthieu)?
OUI !!! à condition que l'homme prenne ses responsabilités, assume son rôle d'homme, ne se place pas en victime, soit à l'écoute de l'instinct féminin et/ou se laisse guider dans ce sens s'il n'y parvient pas seul. Encore une fois l'homme et la femme se complètent.
D'autre part, OK pour dire que l'homme moderne en quête d'harmonie se trouve souvent confronté à une "guerrière infernale" appeurée par la domination masculine et en réactivité par rapport à cela. Lutte perpétuelle qui rend un accès difficile à l'harmonie. Il y a une réelle nécessité pour la femme d'être sensibilisée à ce que représente l'harmonie et le travail pour l'atteindre, de l'autre côté il y a nécessité pour beaucoup d'hommes de ne plus être soumis (CF "Les Toutous") et d'être à l'écoute d'eux même pour leur épanouissement personnel, d'ETRE quoi !
Atteindre l'harmonie, c'est une recherche personnelle, puis à deux. Cela rejoint les valeurs de F. NIETZSCHE "Devient ce que tu es" et celles d'A. DESJARDINS "Pour celui qui est engagé sur le chemin de la sagesse et qui veut percer peu à peu le secret de la souffrance, il est indispensable de prendre le risque de vivre et celui de souffrir".
Le travail personnel relatif à telles citations incite à un travail tout autant difficile dans l'engagement vers l'harmonie. C'est pour cela que je parlais précédemment de combat.
La trêve de guerre des sexes est atteinte lorsque chaque sexe prend conscience du fonctionnement de l'autre, prend conscience de la sensibilité de l'autre et en tient compte !
A suivre.


http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2010/08/26/01016-20100826ARTFIG00447-les-hommes-aussi-sont-victimes-de-violence-conjugale.php

"«Ce sont des hommes peu sûrs d'eux, passifs, qui mettent la femme sur un piédestal. Ils n'ont aucune capacité de décision. Au début des violences, ils pensent qu'ils s'y prennent mal, ils cèdent à tous les caprices. Les femmes ne sont jamais confrontées à un contre-pouvoir".



"Lorsque le guerrier, le dominateur tant redouté mais aussi tant désiré n'existe pas, la femme ne dispose plus de justification pour mener sa lutte de libération contre l'homme dominateur qui était supposé venir de Mars. Elle se retrouve face à une réalité qui la perturbe dans son système de valeurs et qui risque, si elle ne dépasse pas cette lutte archaïque fantasmée, d'annihiler son désir même pour l'homme contemporain."

Écrit par : leclercq | 30 décembre 2013

@ pffffffff

suite

http://www.la-cause-des-hommes.com/spip.php?article12

"Messieurs, ne soyez pas dupes des injonctions contradictoires des femmes. Elles vous parlent d’égalité, de partage des tâches, elles se veulent libres et indépendantes. Et c’est en effet ce dont elles ont besoin. Comme elles ont besoin de cette figure rassurante de l’homme protecteur, autoritaire, assumant ses devoirs et symbolisant la loi ; l’homme qu’on vous a sommés de ne plus être. Ne soyez pas dupes des discours ambiants qui vous intiment l’ordre de vous renier au nom du métissage du féminin et du masculin dont on veut vous faire croire qu’il constitue le stade ultime de l’humanité, comme la seule chance d’abolition des souffrances de tant de femmes. Il n’est sans doute pas de pire ennui pour une femme que de se trouver face à cet homme insipide et morne qui a si bien appris sa leçon de féminisme et demande respectueusement l’autorisation pour tenter quelque trace de séduction , cet homme un peu ridicule qui use de crèmes antirides et d’autobronzant, cet homme pathétique qui n’éprouve pas le besoin de se lever pour une femme enceinte ou d’offrir sa veste à une belle en robe légère. Car quel geste plus beau que cet enveloppement tendre et puissant de celui qui dépose sur des épaules un peu de chaleur et de protection ? "

"l’homme protecteur, autoritaire, assumant ses devoirs et symbolisant la loi "

autoritaire !!!

Écrit par : leclercq | 30 décembre 2013

@ Leclercq: ça va j'ai compris, je reste célibataire! Si la vie de couple est aussi merdique, qu'il faille lire des encyclopédies sur le sujet, qui, de plus, changent de doctrines tous les 5 ans, et bien, vive le célibat!

Écrit par : pffffffff | 30 décembre 2013

@Leclercq: dois-je comprendre que selon vous, l'homme doit être autoritaire au sein du couple?

Écrit par : pffffffff | 31 décembre 2013

@leclercq

Merci pour ce post (le premier) l'analyse de ce Matthieu est intéressante, les commentaires aussi même si certains parlent de domination et de souffrance des aïeules ce qui offre une réduction quelque peu réductrice de l'Histoire.

Mais force est de constater à une époque où je ne voyais pas (encore) les dégâts du féminisme, les gens étaient déjà plus ou moins éveillés.

Ca force le respect ;)

Écrit par : un revenant juste de passage | 31 décembre 2013

@ un revenant juste de passage

tout à fait d'accord avec toi

@ pffffffff

il l'est uniquement envers sa compagne uniquement quand il doit user de fermeté, et envers les enfants il symbolise la loi.

Écrit par : leclercq | 01 janvier 2014

Cher Leclecq....il faut lancer une pétition pour le retour de l'homme "chef de famille" en Suisse et supprimer l'égalité au sein du couple, et une partie du problème serait résolue. On peut aussi rétablir la condition de minorité de la femme.

Écrit par : pffffffff | 01 janvier 2014

Suite: ce serait une première piste afin que l'homme n'ait plus à subir l'égalité au sein du couple et puisse s'épanouir en vivant pleinement sa nature autoritaire...

Écrit par : pffffffff | 01 janvier 2014

@ pffffffff

les femmes et les hommes sonts égaux en droits ça s'arrête là, les rôles par rapport aux enfants sont différents, ils ne sont pas égaux en matiére d'autorité par rapport aux enfants, c'est un délire féministe de vouloir mettre de l'égalité partout en voulant faire croire que les hommes et les femmes sont similaires, vu dans le dernier super nanny, super nanny parle bien de chef de famille en parlant du rôle de l'homme, et depuis qu'il y a la pilule qu'il y a eu les progrés de la médecine, l'enfant est progranné désiré et d'autant plus couvé par les méres il aurait fallu renforçer la notion de chef de famille au lieu de la supprimer en allant dans le sens des féministes.

Écrit par : leclercq | 01 janvier 2014

@ Leclercq: intéressant, votre commentaire " ils ne sont pas égaux en matiére d'autorité par rapport aux enfants"
Dois-je comprendre que s'il y a désaccord entre les parents, c'est papa qui a raison de toutes manières?

Écrit par : pffffffff | 01 janvier 2014

@ pffffffff

"Dois-je comprendre que s'il y a désaccord entre les parents, c'est papa qui a raison de toutes manières? "

si le papa sévit la mére ne doit pas contester sa maniére de faire.

"9. Les attentes légitimes de l'homme face à sa partenaire

"cherche à vous con¬trôler en vous imposant sa façon d'éduquer les enfants", c'est de l'irrespect alors là il doit employer la fermeté.

elle là (l'homme) investit de son rôle de pére donc elle doit le soutenir dans son rôle. comme lui doit soutenir sa compagne quand elle sévit

Écrit par : leclercq | 01 janvier 2014

je vous souhaite à tous une très bonne année et bien au travers de ses nombreux commentaires constations contestations et conseils sachez que 2014 un couple sur va divorcer......c" est pourquoi il est indispensable de se souhaiter les VOEUX.....il y a quelque chose qui ne cadre plus dans la vie de couple seule la raison et l intelligence de chacun doit intervenir.....
Il est impensable que les coups pleuvent alors autant se souhaiter une bonne santée......

dany LEMAITRE

Écrit par : dany lemaitre | 01 janvier 2014

il faut bien sur lire un couple sur deux la touche n 'a pas fonctionner...excusez moi......
dany LEMAITRE

Écrit par : dany lemaitre | 01 janvier 2014

Bonne année à vous aussi Dany.

Le couple, quelle aventure! On n'a pas fini d'en parler.

:-)

Écrit par : hommelibre | 02 janvier 2014

Les commentaires sont fermés.