07 décembre 2013

Un chimpanzé peut-il être une personne légale?

Un tribunal américain devra se prononcer sur la question suivante: les droits humains doivent-ils être appliqués aux grands singes? Une association de défense des espèces animales a déposé une demande en ce sens. Sur quoi est fondée cette demande?


singes,chimpanzé,loi,new york,personne,habeas corpus,espèces,humains,tommy,Et plus généralement qu’est-ce qui différencie - ou non - les chimpanzés des humains? Actuellement ces derniers sont considérés comme des êtres inférieurs en droits, voire des objets. Ils peuvent être capturés sans mandat signé d’un juge, mis en cage sans procès ni avocats, et l’on peut assister à leur vie privée dans les zoos sans que l’on crie à la profanation de la vie privée.

La plainte est déposée en faveur et au nom de Tommy, un chimpanzé de 26 ans enfermé dans une cage à Gloversville (NY). Deux autres plaintes identiques pour deux autres chimpanzés sont en cours. L’association a demandé un habeas corpus pour eux, soit le recours à un des piliers de la justice moderne: il ne peut y avoir d’emprisonnement sans jugement. Or ces chimpanzés sont dans des cages sans qu’une sanction n’ait été prononcée à leur encontre. Si les juges accèdent à cette requête, une loi humaine serait alors applicable à un animal, réduisant d’autant la distance juridique qui sépare les humains des autres espèces.

On peut comprendre la motivation de cette démarche: pourquoi, de quel droit, les humains prennent-ils la décision de sortir les grands singes de leur habitat naturel et les privent-ils de leur liberté de mouvement? Uniquement de la loi du plus fort.

Evidemment, une telle requête serait difficilement applicable à des insectes. Il y a plus de logique à le faire pour un grand singe. L’ONG Nonhuman Rights Project fait en effet valoir que des critères essentiels caractérisant les humains sont aussi applicables aux chimpanzés:

«... les chimpanzés jouissent de capacités cognitives complexes, telles que la connaissance du passé et la capacité à faire des choix. Ils manifestent des émotions également complexes, comme l'empathie.»


Si une décision juridique confirmait la position de l’ONG, il pourrait y avoir de curieuses conséquences. Pourquoi en effet limiter la personnalité juridique à la seule liberté de mouvement? Un chimpanzé devrait pouvoir ouvrir un compte en banque et signer des chèques, voire hériter légalement et voter. A quand une marche des droits civiques pour les cousins de King Kong?

Sauf que le singe ne sait ni lire ni écrire et que l’on se heurte à la différences entre les espèces. Du point de vue des espèces en effet, les primates poilus ne sont pas des humains. La preuve: il n’est pas possible de se reproduire avec eux. Comment le sait-on? Quelqu’un a-t-il essayé?

Ça, je préfère l’ignorer...

 

 

18:09 Publié dans Environnement, société | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : singes, chimpanzé, loi, new york, personne, habeas corpus, espèces, humains, tommy | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

Votre illustration, qui est celle d'un capucin, n'a rien à voir avec votre sujet, qui porte sur une espèce d'hominidae : les chimpanzés.

C'est dire que vous nous manipulez, vous excluez les chimpanzés des hominidae, vous les rabaissez, bref vous incitez à la haine raciale.

Et dire que eux et nous, sommes de la même tribu, celle des homini.

Vous voilà confondu.

Écrit par : CEDH | 08 décembre 2013

Oui, je sais que ce n'est pas un chimpanzé. Je l'ai mis pour son regard trop... "humain"... Ciel, je suis découvert...

:-)

Les LGBTC vont me chercher des poux (Lagothrix Gorilles Bonobos Talapoins et Chimpanzés).

Écrit par : hommelibre | 08 décembre 2013

Les Lagothrix et Talapoins ne sont pas des hominidae.
Vous vous êtes à nouveau rendu coupable de dénigrement de chimpanzés mais, cette fois, en plus de gorilles. Récidiviste !
Voilà ce qui vous attend :
http://www.youtube.com/watch?v=qYWyQn50Mto

Écrit par : CEDH | 09 décembre 2013

Ouiap ouaip, je vois...
:-D

Mais au fait, par les temps qui courent, Brassens ne pourrait-il pas être exhumé et ses os suspendus à l'un des piloris actuels? Pensez, le gorille saute sur tout ce qui bouge, hommes et femmes, et celles-ci auraient apprécié l'étreinte!

Je sens venir la manif: Femens, PS, Osez le Gorille vont crier au loup - enfin, au gorille...

Il faut mettre l'affaire du chimpanzé entre les mains des bigottes de la braguette pour voir si, une fois reconnu personne légale, l'hominidé ne pourrait pas être poursuivi pour harcèlement, ou pire.

.......

Brassens est tout aussi utile maintenant qu'en son temps.

Écrit par : hommelibre | 09 décembre 2013

À supposer que les chimpanzées et chimpanzés soient déclarés humains... Serat-il inconvenant voire raciste de leur tendre des bananes ? ...Et si une chimpanzée devenait un jour premier ministre, on ne pourrait même plus dire chimpanzée...

Écrit par : petard | 09 décembre 2013

Une banane mûre, alors. Non, pas une mûre! Une banane. Mais mûre...

Écrit par : hommelibre | 09 décembre 2013

Les commentaires sont fermés.