05 décembre 2013

Mariage pour tous en Suisse: non au racolage des Verts’lib

Les Verts libéraux lancent une initiative parlementaire en vue de rendre possible le mariage entre personnes de même sexe. Le débat français, dont on se souvient encore de la violence et de l’incroyable stigmatisation subie par les opposants, va donc trouver une suite dans notre pays.


mariage,mariage pour tout,PMA,GPA,adotpion,homosexualité,hétérosexualité,hétéronorme,enfant,verts,mariage,pacs,lgbt,lobby,reproduction,genre,homophobie,ethique,Les Verts’lib racolent

Les Verts’lib n’ayant jamais été particulièrement profilés sur ce thème, les voici dans une opération électoraliste destinée à gagner en visibilité au niveau national. Surtout après la déconvenue des élections genevoises. Faire un petit 3% alors qu’ils claironnaient depuis des mois vouloir entrer au parlement, la déception a été grande. J’imagine qu’ils ont planché depuis lors pour retrouver une raison d’exister.

Leur programme à Genève (il n’est guère différent au niveau national) enfonce quelques portes ouvertes, entre autre:

- égalité des chances sans discrimination de sexe, d’orientation sexuelle ou d’origine.

Cela ne mange pas de pain c’est déjà le cas et la loi y pourvoit déjà. Par contre le mariage pour tous ne figure pas dans le programme genevois ni suisse. Il a donc été rajouté, et l’on ne peut qu’y voir une manoeuvre électoraliste. A peine né ce parti fait déjà la pute: il racole. On aurait aimé plus de contenu spécifique à sa ligne verte et libérale pour savoir s’il faut lui donner une chance d’avenir.



Mariage pour tous

Recommençons l’argumentation. Je n’avais initialement pas d’avis figé sur la question, j’ai pensé à l’époque que le PACS était une bonne chose. Mais depuis le débat français et sa violence à l’égard de ceux qui simplement se posaient des questions, doutaient - dont j’étais - et au vu des arguments et des conséquences du mariage pour tous, je pense aujourd’hui que ce n’est pas un progrès social. C’est au contraire une volonté de déstructurer les balises fondamentales de la société.
mariage,mariage pour tout,PMA,GPA,adotpion,homosexualité,hétérosexualité,hétéronorme,enfant,verts,mariage,pacs,lgbt,lobby,reproduction,genre,homophobie,ethique,
«Le monde change, le monde a changé» disent certains. A Hiroshima aussi il a changé, à Dachau aussi, en marchant sur la Lune ô combien davantage, et avec la Révolution française aussi. Pourtant les humains restent les mêmes. Le progrès est donc bien superficiel. Le changement n’est d’ailleurs pas un argument de fond, ce n’est qu’un effet du consumérisme ambiant. Pour moi le mariage, le couple hétérosexuel et la famille n’ont pas changé de valeur parce que le monde aurait changé.

Ce qui a changé est que les personnes homosexuelles ne sont plus traitées en malades ou criminels chez nous. Ce sont des humains à part entière, et c’est bien. La sexualité individuelle ne concerne pas l’Etat. Il y a assez d’homosexuels dans le monde qui font d’excellentes choses dans l’économie, le social, la littérature, l’art, la médecine, pour constater que l’orientation sexuelle n'est pas un critère de qualité personnelle ou professionnelle et que l'exclusion est une injustice. Comme tout le monde les personnes homosexuelles vivent, aiment, pleurent, se disputent, bossent, créent.



Les raisons du non

Mais je suis maintenant opposé au mariage pour tous. Rappel synthétique des raisons:

1. Il n’est pas pour tous. Le mariage incestueux entre adultes consentants n’est pas admis. Personne n’a le courage de le demander. Les homos, c’est facile à côté. Donc le projet est hypocrite et incomplet.

mariage,mariage pour tout,PMA,GPA,adotpion,homosexualité,hétérosexualité,hétéronorme,enfant,verts,mariage,pacs,lgbt,lobby,reproduction,genre,homophobie,ethique,2. Le mariage est l’ «Union d'un homme et d'une femme, consacrée par un ensemble d'actes civils ou parfois religieux et destinée à la fondation d'une famille.» selon le cnrtl.fr. Si le mariage a été depuis des siècles une institution concernant les personnes hétérosexuelles, que cela reste ainsi.

3. Inventons un autre nom pour le mariage gay. Il y a déjà plusieurs types d’union civile en vigueur. Le Partenariat Enregistré en est un. Le Contrat de concubinage, officialisé par la justice de paix, et fort d’une réelle valeur juridique, en est un autre. Il existe donc différents types d’union sans que cela ne soit perçu comme discriminant.

4. La volonté d’utiliser le terme mariage est une provocation à l’égard de la société et des personnes hétérosexuelles. Cela accompagne la prise d’assaut de symboles par les milieux gay, pendant que le lobby LGBT développe des méthodes d’intimidation relevant du chantage et de la violence morale digne d’une autre époque - j’y reviendrai très prochainement avec un exemple précis. Le communautarisme, gay ou autre, est une plaie sociétale. Dans le même mouvement on assiste à la mise en place d’un discours de genre qui veut gommer l’ancrage biologique des genres sexués. On assiste au refus d’admettre que la société est hétéronormée. Or elle l’est. C’est par les hétéros que l’espèce se reproduit. Et si en tant qu’individus les hétéros et les homos sont égaux devant la loi, ils ne le sont pas devant la biologie, ils ne le sont pas en tant que couple.

5. Un couple hétérosexuel se reproduit de manière autonome (sauf quelques exceptions pour maladie ou défaut), il est fait pour cela. Il doit donc être considéré pour cette qualité essentielle: l’autoreproduction, et doit être validé et protégé à cause de cela.
mariage,mariage pour tout,PMA,GPA,adotpion,homosexualité,hétérosexualité,hétéronorme,enfant,verts,mariage,pacs,lgbt,lobby,reproduction,genre,homophobie,ethique,
Un couple homosexuel n’est pas autoreproductif. Pour se reproduire il a besoin d’un apport hétérosexuel, soit du sperme ou un donneur pour les lesbiennes, une mère porteuse (le nouvel esclavage de femmes pauvres dans la logique actuelle de non-tarification du corps, car la grossesse suppose un acte lié au sexe quelle qu'en soit la manière) ou un enfant de couple hétéro à adopter pour les gay. Les gay, anciens exclus dont la souffrance s'est étalée au long de trop de siècles, devenant les esclavagistes. Cocasse.



L’enfant, pas un objet pour le couple

6. Si cela n’a aucune incidence individuelle ni sur la qualité morale ou sociale des personnes homosexuelles, cela en a sur une fonction sociétale essentielle: la reproduction. Le recours par principe à des artifices de reproduction (chez les couples hétéros stériles, ce recours est occasionnel et non programmé) fait que les deux types de couple, hétéro et homo, ne sont pas égaux devant la reproduction.

Si donc l’égalité individuelle devant la loi existe et est légitime quelle que soit l’orientation sexuelle des personnes, cela change dès que l’on est un groupe de 2 ou plus de personnes. L’égalité concerne en premier lieu l’unité centrale de la société libérale: l’individu. Les déclinaisons particulières selon les couples ou groupes sont aménagés en fonctions de circonstances et non en fonction de la seule loi individuelle. On l’a encore vu récemment avec le rejet de l’initiative UDC sur la famille: l’égalité devant la loi invoquée par les initiants a été supplantée par les conditions spécifiques des couples.

7. La dernière raison de refuser le mariage pour tous avec les facilités de reproduction artificielle accordées est la suivante. Dans le temps le fait qu’un couple soit stérile était un malheur, mais il fallait l’accepter. L’adoption n’a pas été faite pour que des couples stériles compensent leur manque d’enfant mais pour donner un cadre familial à des orphelins après les guerres. Le sens de la loi a toujours été ceci: l’adoption est faite pour l’enfant, pas pour les parents. C’est d’ailleurs la raison des difficultés mises à l’adoption: on teste la capacité des parents à assumer cette tâche. Dans certaines cultures les enfant de parents qui décèdent sont pris en charge pas des grands-parents ou un oncle et une tante. Ce mariage,mariage pour tout,PMA,GPA,adotpion,homosexualité,hétérosexualité,hétéronorme,enfant,verts,mariage,pacs,lgbt,lobby,reproduction,genre,homophobie,ethique,n’est pas pour refaire une nouvelle famille mais pour donner un cadre à ces enfants. Je refuse le passage de l’enfant sujet à l’enfant objet, qui est une grave régression culturelle et sociale.

Dans cet esprit je ne suis pas favorable à la PMA (Procréation Médicalement Assistée). Je ne porte pas de jugement de valeur, et bien des parents y ont recours avec bonheur. Mais cela ne suffit pas à mes yeux à donner un fondement éthique à une pratique.

Dans le contexte d’un couple homosexuel, stérile par son orientation sexuelle, l’enfant sert à combler des parents en manque. Qu’un parent homo reçoive la garde d’un enfant venu précédemment d’une union hétérosexuelle, c’est autre chose. La filiation est déjà établie. Mais louer des ventres de femmes, avec la bénédiction de la ministre de la justice par exemple en France alors même que la loi l’interdit, c’est bien la chosification de l’enfant. Celui-ci devient le jouet vivant de parent n’acceptant pas leurs limites naturelles.

8. De plus je pense très dommageable à terme la perte de sens des mots père et mère qu’implique ce mariage pour tous. Les enfants ont besoin de repères clairs, très tôt, différenciés, genrés, et non de ce gloubi-boulga indifférencié. La différence n’est pas la guerre ni l’exclusion si l’éducation est tournée vers le respect de l’autre. La différence reconnue est même la condition du respect. L’indifférenciation est le jumeau sombre du nazisme: un potentiel générateur d’extrême violence.



Conclusion

Pour ces raisons, je suis opposé au mariage pour (presque) tous. Mais favorable à une union spécifique comme c’est déjà le cas, à laquelle on peut apporter des améliorations s’il y a besoin. L’égalité de base devant la loi n’empêche pas les différences et ce qu’elles impliquent. Elle doit aussi tenir compte de ce qu’il y a d’irréductible dans la nature physique des êtres. Je ne vois pas d’inconvénient à vivre ensemble avec des différences et en se témoignant du respect.

Les personnes qui soutiennent le mariage pour tous sont souvent animées d’émotion pus que de raison, d’un fond de culpabilité parfois caché, et d’une homophilie aussi suspecte que l’homophobie. Cela ne suffit pas à donner un fondement éthique. Positive ou négative la discrimination n’est pas l’égalité ni l’évolution naturelle de la société.

Je propose donc que l'on améliore simplement les différents modes d'union déjà en vigueur, ou que l'on en crée un nouveau dont la dénomination ne soit pas le mariage. Cela réduirait toutes les tensions identitaires et communautaristes. Le coup de force socialo-LGBT va laisser des traces durables dans la société française. Faisons-en l'économie, le conflit sur ce sujet n'est pas indispensable - sauf bien sûr à des fins électoralistes.

Commentaires

Vous oubliez encore une chose : l'importance mise dans notre monde sur le social et l'idéologique. J'ai bossé dans l'hydraulique en Afrique où nos chers sociologues nous ont bien fait comprendre qu'il ne fallait surtout pas simplement creuser un puits ou un forage, il fallait qu'il soit accepté par la population. pas de forage avant trois séances d'explication avec la population, formation d'un comité de point d'eau, avec président, secrétaire et trésorier bien sûr...
Il faut carrément supplier ces braves gens d'accepter qu'on leur fasse un forage à 15'000 dollars payés par le contribuable français ou suisse ou allemand...
Juste à côté, le même état africain va virer à grands coups de pieds au cul des orpailleurs qui travaillent depuis des centaines d'années sur le site aurifère de leur village parce que leur terrain a été cédé par leur gouvernement de salopards à de grandes sociétés minières.
Le gouvernement français agit comme les dictateurs africains, imposer leur vision à grands coups de bottes dans la gueule du peuple. En Suisse, on vote et on va ridiculiser ces petits rats verts. Je me demande ce qu'en pense Jacques-André Haury, par ailleurs...
Doit pas être très content de lui, d'avoir couvé de pareilles vipères en son sein...

Écrit par : Géo | 05 décembre 2013

J'avais mis un comm. sur ce sujet, tôt ce matin, sur le blog de Diego Esteban.
Celui-ci l'a zappé sans autres, malgré un ton pondéré et poli.

C'est bien représentatif du style de cette jeunesse de gauche intolérante à ceux qui ne partagent pas leurs idées et qui le disent.

Écrit par : aoki | 05 décembre 2013

On devrait lancer une initiative empêchant leur racolage à copiner avec les grands partis qui perdent pour la majeure partie de l'électorat toute crédibilité mais peut-être est-ce le but recherché par les Cactus encore en culottes courtes et habités d' idées que même les plus ringards ceux tant décriés comme très couteux n'auraient pensé soumettre à d'autres
Les anciens Politiciens possédaient l'art et la manière de diriger leur parti et savaient soumettre au peuple des idées mais sans chercher à soumettre celui -ci à leur diktat c'est toute la différence entre hier et aujourd'hui

Écrit par : lovsmeralda | 05 décembre 2013

Oui, décevant. J'espérais mieux de cette formation dynamique et prometteuse pour les libéraux humanistes de mon genre.
Si l'on excepte de caractère provocateur de demander le mariage pour tous, je pense que la démarche vise essentiellement à demander les mêmes droits pour tous et surtout en matière fiscale. Les concubins se battent aussi sur ce terrain.
Il me semble que la notion de mariage devrait évoluer et recouvrir un grand nombre de cas de figures qu'il serait laborieux de lister dans chaque article de loi. Ou peut-être devrions-nous simplement parler d'unions pour ne pas toucher aux sensibilités sémantiques.
Bref, merci pour ce billet engagé et la bonne idée de considérer les unions pour ce qu'elles sont et les appeler comme telles.

Écrit par : Pierre Jenni | 05 décembre 2013

J'ai rencontré quelques femmes du parti Vert Libéral. Elles sont dépouvues d'idées et d'imagination. Malgré les vifs dicours très flamboyants, ces militantes sont un peu trop psittaciques pour les thèmes verts empruntés aux écologistes et certains aux libéraux. Ce thème sur le mariage pour tous doit être une épreuve qui va dire si les Verts Libéraux survivront à leur campagne. Pour moi c'est un pari perdant d'avance.

Même les lobbyistes suisses du féminisme n'ont pas repris ce refain, encore moins le combat de ce mariage pour tous. Si elles le faisaient, elles seraient sûre de laminer un peu plus leurs troupes déjà dévaluées à l'argus.

Le Mariage pour Tous montre à quel point de culpabilité la France a besoin de se dédouaner des effets qu'elle a généré par ses deux siècles de politique colonisatrice. Mais aussi de son éducation morale et sociale irrationnelle et bigotte. Elle doit faire aujourd'hui amende honorable et pour cela, elle se lance dans toutes sortes d'agitation jusqu'à devenir complètement incohérente. Le plus grave c'est qu'elle autorise ses hautes institutions à déclencher le désordre moral et politique partout.

Comment expliquer que de la revendication des féministes de pouvoir disposer souverainement de leur corps, elles en viennent à vouloir punir celles qui en disposent justement très librement et punir ceux (clients) qui les sollicitent?
J'allais oublier. La France a toujours eu meilleure opinion du cocufiage, érigé en sport national. Il y a dedans, comme un parfum d'affaires pour affairistes. C'est donc plus noble.
De la résistance au mariage pour signifier leur indépendance vis-à-vis du modèle (assujettissant)familial et vis-à-vis de la liberté d'esprit, elles en viennent à le réclamer pour tous.
On se trouve dans ce dernier épisode déjà loin des actes symboliques. Il y aura des incidences législatives. Et comme il est soulevé ici ou là, L'idée du mariage pour tous n'a pas été une nécessité exprimée par les homosexuels, leurs revendications étant déjà satisfaites. Elle a été lancé par la ministre elle-même comme un spot publicitaire aurait lancé un nouveau produit de marketing.

C'est la manière d'instrumentaliser les homosexuels qui est scandaleux, et la manifestation, si la lecture se fait avec du recul, semblait cibler l'irrespect de la ministre qui dénature des moeurs déjà bien diversifiées et que le mariage se vit comme naturel entre personnes qui se sont choisies et qui, jusqu'ici a permis d'assurer stabilité et sérénité dont les changements ont l'habitude d'être proposés par un large concert des communautés et dont les idées et les solutions ont été discutées et confrontées.

L'idée du Mariage pour tous leur a été lâchée lourdement sur la tête de la même manière que la dernière pléthore des taxes ou l'imposition d'appareils domestiques qui contrôlent les faits et gestes du citoyen dans son intimité.

Ce bouleversement volontaire et irréfléchi, veut-il nous faire croire à une France en pleine effervescence révolutionnaire grâce à la présence de génies dans son équipe gouvernementale socialiste?

Après des initiatives rédhibitoires comme la fiscalité spoliatrice et la manie des taxes, voici les innovations de mœurs répressives et rétrogrades après des audaces presque obscènes.
Plus instable que le climat météorologique, le gouvernement socialiste de Hollande, dans ses ressacs idéologiques, est en train d'éjecter ses citoyens par dessus bord. Les Français ont raison de chercher refuge ailleurs avant que la mer ne se démonte.

Écrit par : Beatrix | 06 décembre 2013

Je dois dire que je ne vois pas le problème. Si deux être, quel que soit leur sexe, s'aiment et veulent sceller leur amour par l'acte du mariage, pourquoi pas? Le mariage ne doit pas être un acte politique.

Le reste, ce sont des arguties idéologico-fantasmatiques qui, dans votre cas, montrent avant tout votre aversion pour le lobby LBGT... Quant à dire que les pas de deux hommes ont fait davantage changer l'humanité qu'Hiroshima ou l'univers concentrationnaire nazi, là, non, vraiment non.

Écrit par : Déblogueur | 06 décembre 2013

Excellent billet, comme d'habitude.

Votre argumentation pour le "non" très bien étayée et pertinente.

Écrit par : petard | 06 décembre 2013

«Comment expliquer que de la revendication des féministes de pouvoir disposer souverainement de leur corps, elles en viennent à vouloir punir celles qui en disposent justement très librement et punir ceux (clients) qui les sollicitent?»

Pour rebondir sur le sujet. Je trouve que cette loi punissant le client, votée en France est fondamentalement inique. On a jamais vu de petites annonces du genre: «Beau cochon cherche bonne suceuse avec gros nibards». Dans la vrai vie c'est plutôt l'inverse.

Enfin, si cette hystérie devait également aboutir chez nous, le torchon orange de gauche risquerait d'être privé de 30% de ses revenus publicitaires. Ça serait au moins ça la bonne nouvelle !

Écrit par : petard | 06 décembre 2013

Ah mince. Vous aussi. C'est pas de chance.

En France, depuis quelques temps, le niveau de réflexion lors des débats frise le zéro absolu voire le terrorisme intellectuel. Je n'avais rien contre les homosexuels mais là, je ne leur pardonnerai jamais cette loi. C'est un coup de poignard dans le dos.

Quant à la loi sur la pénalisation des clients de la prostitution, c'est le pompon ! D'ailleurs, rien que de savoir que cela va être interdit, cela me donne envie d'aller voir comment cela se passe. C'est pour dire...

Écrit par : Sub | 10 décembre 2013

@ Sub:

Je crois que beaucoup de gens font la même réflexion.

Écrit par : hommelibre | 10 décembre 2013

Les commentaires sont fermés.