05 décembre 2013

Prostitution: le film qui renverse le regard

Il est maintenant en vision libre intégrale sur youtube. Ce documentaire, diffusé à l’époque sur la chaîne Planète, est exceptionnel. Il change, renverse le regard que l’on peut avoir sur la prostitution.


prostitution,prohibition,abolitionnisme,féminisme,pute,liberté, travailleuses du sexe,carré,film,désir,sexualité,femmes, hommes,client,socialiste,fasciste,La prostitution, un impensé culturel

Toutes les femmes - ou hommes - qui parlent ont choisi librement leur métier. Elles ne prétendent pas que ce choix a toujours été fait dans l’euphorie. Mais à aucun moment elles ne se présentent en victimes. Elles ne supportent d’ailleurs pas ce discours victimiste que l’on colle sur elles ou eux.

Il faut vraiment prendre le temps de le regarder, jusqu’au bout. C’est 1 heure 22 d’humanité et d’intelligence. Elles parlent des hommes, de leurs besoins, de leurs peurs, de leur motivation. De leur tendresse même. A mille lieues de l’image dégradante de l’esclavagiste que les capos du féminisme, dans leur haine des hommes et du masculin, dans leur soif de pouvoir, veulent imposer à la société.

Elle parlent de la manière de dire le sexe, et de ce que la prostitution suscite comme réactions sociales négatives. Elles démontent l’impensé culturel de la prostitution, le vide intellectuel autour de ce métier, dont la société tente de se débarrasser à bon compte, sans se questionner, sans en chercher le sens, sans y voir un langage sur le désir, et un langage sur la femme et l’homme dans leurs différences. On voudrait se débarrasser de la prostitution en fronçant les sourcils dans un jugement moral qui ne règle rien. Et la prostituée, même brandie en victime, est mise toujours dans la boue, coincée entre le jugement moral et la suspicion d’incapacité de disposer d’elle-même.

Comment un débat aussi fondamental sur l’être et le désir peut-il être bâclé aussi vite, aussi salement, sur des prétextes aussi malhonnêtes?



Le péché originel des femmes et le mythe de la puretéprostitution,prohibition,abolitionnisme,féminisme,pute,liberté, travailleuses du sexe,carré,film,désir,sexualité,femmes, hommes,client,socialiste,fasciste,

Ces femmes, dans le film, parlent d’elles-mêmes, de leur dignité, de leur manière de contrer le discours salissant sur elles. Car de ce point de vue, il ne faut pas se tromper: le féminisme méprise les prostituées. Le supposé esclavage est un prétexte en France et en Suède à chasser les migrantes illégales sans le dire - la gauche, favorable à la prohibition, est «humaniste», paraît-il, elle ne peut donc l’avouer...

Elles sont gênantes, ces femmes, aux yeux des épouses légitimes. Mais écoutons-les dire ce que hommes expriment sur leurs désirs, désirs que leurs femmes jugeraient malsains si elles les entendaient. Les capos ne supportent probablement pas que ces hommes puissent trouver une oreille et un corps consentant. Le consentement est aujourd’hui si resserré, qu’au-delà de sa légitimité évidente il devient un moyen de contrôle de la sexualité masculine et une repurification fondamentale des femmes.

De quoi se purifient-elles donc? Quelle faute, quel péché originel les féministes font-elles expier aux femmes en imposant ce grand rituel de repurification du corps de la femme par l’expiation des hommes? Par le sacrifice des hommes dont la culpabilité universelle rend leur virginité, leur hymen moral, aux femmes? Pourquoi leur imposer cette nouvelle religion, légale, laïque? Cette sacralisation du sexe qui n’a rien à envier aux périodes d’intégrisme religieux? Au point où la naturelle (et mutuelle) disponibilité sexuelle dans le couple peut être pénalement qualifiée de viol?


prostitution,prohibition,abolitionnisme,féminisme,pute,liberté, travailleuses du sexe,carré,film,désir,sexualité,femmes, hommes,client,socialiste,fasciste,Une sociologie appliquée

En quoi le sexe est-il plus sacré qu’autre chose, s’il n’est pas porté - comme tout - par une intention de vérité et de partage? Est-ce l’exclusivité maritale qui valide le sacré? Certainement pas. Est-ce la peur de l’abandon, de la tromperie, de la solitude pour élever ses enfants, de l’enfant illégitime, et toutes ces causes de souffrances qui aurait conduit à une forme de sacralisation du sexe? Je le crois davantage.

Les prostituées qui parlent ici ont une parole vitale, une parole qui porte du sens. Je connais peu de films ou reportages autant porteurs de sens sur l’humain, associant humanité, sociologie, parole vraie, expérience vécue, auto-analyse. Et pour moi il y a plus de sacré dans la parole vraie que dans le dogme.

Alors, certes, les nombreuses femmes qui parlent dans ce film ne représentent pas toutes les prostituées. Mais elles existent, sont réelles. Leurs paroles sont importantes à entendre à une période trouble où les chiffres, faussés ou truqués délibérément sur la prostitution subie, sont étalés à longueur de journée pour justifier la croisade puritaine de groupes culturellement fascisants. Les députés français auraient dû regarder ce film. Ils auraient maintenant un peu plus de respect pour les prostituées.

Il faut voir ce film de Jean-Michel Carré, en entier. Il n’y a pas une minute inutile. Et si possible le voir en couple. Vous ne le regretterez pas.










Commentaires

Bonjour John, pas encore vu ce documentaire. Mais ce monolithisme culturel de la prostitution est une source d'erreur et de morale totalitaire qui rappelle les pires dérives des grandes religions monothéistes. Il est évident que beaucoup de femmes souffrent de la contrainte à la prostitution. Que nos gouvernements se donnent les moyens d'arrêter les malfrats proxénètes et esclavagistes. Et qu'ils foutent la paix aux femmes qui pratiquent librement et assument leur prostitution. J'ai vu un commentaire d'un gars qui trouvait que pénaliser tous les clients de prostituées c'étaient comme si tous les clients d'une banque étaient l'égal des braqueurs de banque. La comparaison n'est pas très romantique mais au moins elle a le mérite de montrer clairement la stupidité de cet article de la loi sur la prostitution. Qu'on court après les proxénètes et qu'on les arrête ainsi qu'après les clients violents qui obligent à des contraintes sexuelles non désirées par la prostituée. Après, toutes les femmes pourront enfin dire oui ou non à la prostitution de leur propre chef et sans autre contrainte que la contrainte économique (scandale qui nous touche tous dans un monde capitaliste, femmes et hommes confondus) ou la volonté de s'enrichir de cette façon.

Écrit par : pachakmac | 04 décembre 2013

Hello Pachakmac,

On peut avoir de bonnes raisons morales de s'opposer à la prostitution, mais ce n'est pas le rôle de l'Etat de faire la morale.

Ce mouvement législatif est le constat d'échec de la répression du banditisme des réseaux. Cet échec pose question sur les ressources mises en oeuvre pour lutter, ou sur la réelle volonté d'en découdre. La nouvelle loi française détourne à la fois de l'échec des autorités et de la volonté cachée de chasser des migrantes illégales.

Et dire que les féministes proclamaient dans le passé: Mon corps m'appartient, j'en fais ce que j'en veux...

Écrit par : hommelibre | 04 décembre 2013

D'accord avec John. Chacun et chacune a le droit d'avoir un avis personnel sur ce style de sexualité qui pousse à la consommation... Stromae a sorti une magnifique chanson sur des airs de "Carmen" et qui s'intitule bien sûr "Carmen". On peut y lire en filigrane ce rapport frénétique à la sexualité de notre temps et bien sûr l'acte consommé à travers un échange financier. Stromae est le Brel de notre temps. Je l'aime absolument.

Juste un petit commentaire pour votre participation à l'eurosong. D'abord bravo de votre courageuse candidature. On sait très bien que l'on peut se ramasser un râteau quand on participe à un concours. Ensuite, juste un regret. Vous n'avez pas choisi la plus belle de vos chansons. Je ne voulais pas intervenir avant. C'était votre choix. Donc respect. Et bonne chance pour la suite et le second album. Les artistes n'ont pas tous vocation à faire des millions de fans. Quelques-uns suffisent souvent à leur bonheur d'exister par leur création et de la partager humblement avec les amis, les fidèles amis.

Écrit par : pachakmac | 04 décembre 2013

Je ne connais pas cette chanson de Stromae. Je vais l'écouter. Je trouve navrant les réponses pénales à la prostitution, sujet pourtant des plus anciens et très questionnant.

Pour l'Eurosong, c'est le jeu. Le choix de la chanson: il en fallait une qui n'ait encore jamais été publiée, je ne pouvais donc pas reprendre l'une ou l'autre de l'album. Et puis celle-ci gagnerait à avoir une bonne bande son, et quelques retouche à l'arrangement, dont la batterie et d'autres petites choses. J'ai déjà des idées pour la version finale.

Bonne soirée!

Écrit par : hommelibre | 04 décembre 2013

Merci des explications concernant votre chanson Cacaoo! Bonne soirée à vous aussi. Et profitez bien de l'écoute de "Carmen". Ce jeune homme est sidérant avec sa poésie qui touche la surface comme la profondeur des êtres humains. Tout en house music...mais avec l'église libre de nos spiritualités diverses au centre des platines...

Écrit par : pachakmac | 04 décembre 2013

A la prostituée perçue uniquement relativement à une domination masculine, l’abolitionnisme oppose en sous-main la représentation d'une sexualité féminine nettoyée et correcte, du genre de celle qui a été utilisée au XIXe siècle à l’usage des femmes bourgeoises à des fins patriarcales dans la cellule familiale, sous couvert de morale.


http://leplus.nouvelobs.com/contribution/227746-les-prostituees-victimes-des-hommes-ou-des-abolitionnistes.html

Écrit par : pli | 04 décembre 2013

@ Pli: on est en plein dans le sujet, et cet article détaille encore plus cette repurification. Et l'autre aspect, issu des propos de Mme Belkacem, est que selon elle la prostitution ne peut pas être un projet de vie délibéré (voir vidéo en haut à droite de la page). L'Etat fait donc bien de la morale et décide de la vie sexuelle des citoyens.

J'y reviendrai encore, car je crois que l'enjeu démocratique sous-jacent est important.

Écrit par : hommelibre | 04 décembre 2013

@pachakamac

Oui enfin écoutez "tous les mêmes" et un autre morceau que je n'ai pas écouté jusqu'au bout tant ça suintait la misandrie, et vous verrez ce Stromae d'un autre regard.

J'aimais bien moi aussi son "Papaouté" et "formidable" assez hilarant pour le coup.

J'ai cru comprendre qu'il a manqué d'un père pour l'élever et en faire un homme, ce qui conforte le fait qu'un père est beaucoup plus utile pour un enfant qu'on le croit, car à l'instar de la mère il a son propre rôle à jouer dans l'enfant.

Ce Stromae j'ai l'impression que sa haine des hommes n'est qu'un faux nez pour masquer son manque affectif dans le besoin d'un père.

Enfin je suis pas psychiatre mais il y a un truc comme ça.

Écrit par : un revenant juste de passage | 04 décembre 2013

Ce fut un beau débat, et on en restera sans doute là. Le texte doit maintenant passer au Sénat qui va en faire de la charpie. Si cela ne suffit pas, le Conseil constitutionnel se chargera du boulot. Au final, il n'en restera que les dispositions les plus consensuelles, celles destinées à aider les prostituées à s'en sortir. Mais ce sera une loi largement vidée de son contenu "politique" et anthropologique, ce qui est une bonne chose.

http://authueil.org/?2013/12/04/2218-la-delicate-loi-sur-la-prostitution

Écrit par : pli | 04 décembre 2013

Merci pour ce lien Pli. En espérant que l'auteur voit juste dans ses conclusions. Mais apparemment l'idée ne passe pas si facilement. Le compte-rendu montre un PS démotivé, un PC bétonné sur ses théories, des verts un peu moins rigides, un UMP qui n'ose pas parler vrai, bref, des manquement dans la préparation du dossier, et aucune pensée vraiment politique et sociétale sur la prostitution - la position du PC étant plus la mise en phrase d'un slogan antipatriarcal qu'une pensée sur le sujet.

Ce compte-rendu laisse un sentiment de grand vide... Tant mieux.
Quant aux chiffres assénés en boucles, comme ils sont indémontrables, extrapolés, incohérents avec ceux des pays voisins, je suis inquiet de voir des élus fonctionner au conditionnement des masses de cette manière.

Par c0ntre sur le fond le débat doit continuer dans la société civile, car il pose de vraies questions à plusieurs niveaux.

Écrit par : hommelibre | 04 décembre 2013

Un revenant juste de passage, intéressant ce que vous dites sur Stromae. Mais a-t-il vraiment la haine des hommes? Plutôt la haine du jeu trouble que l'on fait jouer aux hommes. Il n'y a pas que les femmes qui sont vues de façon trouble par les hommes. L'homme parfait, un militaire de carrière qui défend son pays, épouse une femme bien éduquée et ayant fait science po, droite dans ses bottes, fonde une famille de deux enfants, gagne ensemble 30'000 francs par mois et n'ont aucune idée de ce qui fait qu'un jour une jeune femme décide de faire de la prostitution un job et qu'un jour un homme de bien trouve soudain le côté poétique et sublime de la femme prostituée dénigrée de partout, soumise à un misérabilisme et à une morale bourgeoise scandaleusement hypocrite, une femme soumise à son vieux rôle religieux de pestiférée de l'Eternel tandis que les militaires ont le vent en poupe...

Stromae parle du trouble des femmes et des hommes au sein de notre société de consommation dont certains profitent à fond grâce à une guerre économique effroyable alors que d'autres se voient rejeter dans la marge pour x ou y raison et surtout par refus du conformisme et de ce tout au luxe organisé et systématisé par les pouvoirs. Tout au luxe pour les uns, femmes de luxe dans les salons mondains. Et tout à la stigmatisation pour les autres, les clients de prostituées et les prostituées elles-même qui ont trouvé une certaine liberté et indépendance par rapport à la norme étouffante (Stromae chante très bien de l'étouffement familial et de cet espèce de chantage et jeu de dupes que ce font les couples stables et mariés avec enfants). Quelle magnifique égalité de classe sociale! Et dire que c'est un gouvernement socialiste qui cadre la prostitution de façon définitive comme une honte, une plaie à la nation...Beurk... Voilà ce que je réponds aujourd'hui aux politiciens et politiciennes de France. Je préfère largement les leçons libres de Mister House Stromae...

Écrit par : pachakmac | 05 décembre 2013

Pye Jakobson prend le temps, en commandant une autre bière, de nous éclairer sur le fonctionnement de la société suédoise.

Une société qui infantilise les citoyens, les femmes en particulier. On choisit pour elles. Vendre des services sexuels n'est pas chose convenable. Alors la Suède va vous sortir de là. Que vous le vouliez ou non. Et si vous ne voulez vraiment pas dire que vous détestez ce que vous faites, elle vous punira".

http://fr.myeurop.info/2012/06/28/pye-prostituee-suedoise-penaliser-le-client-n-est-pas-la-solution-5633

Écrit par : pli | 06 décembre 2013

Certains commentaires sur ce lien sont explicites de la volonté de penser pour les autres sous prétexte de morale facile.

Écrit par : hommelibre | 06 décembre 2013

Il est temps d'ouvrir les yeux. Le proxénétisme de contrainte (par opposition au proxénétisme de soutient) ainsi que la traite des êtres humains existent et ne font que croître en Suisse.

La libre circulation des européens est une plaie. Elle rend la prostitution incontrôlable. C'est d'ailleurs elle qui a fait exploser le système allemand. La question se pose de passer outre : durée de domicile et séjour effectif minimaux en Suisse pour exercer ce métier.

Le manque de moyens policiers est catastrophique. Plus de 2 ans pour mettre fin à un trafic de femmes chinoises à Genève. Plus de deux ans alors qu'elles avaient pignon sur rue ! Deux ans pour être amené à des mises en prévention pour violation de la loi sur les étrangers. Des mafias font circuler leurs victimes sur territoire suisse pendant plus de deux ans et cela débouche sur quasiment rien.

En attendant, Genève doit soumettre la prostitution à autorisation. L'autorisation ne doit pas être délivrée avant un délai d'attente de trois mois. Des conditions doivent être posée à la délivrance de l'autorisation, Enfin, il faut sanctionner le fait pour un client de ne pas recourir à une travailleuse autorisée. Et il faut renforcer les contrôles.

Écrit par : CEDH | 07 décembre 2013

chacun est libre de son corps la prostitution est un accord entre un homme est une femme.................. cela se respecte.....la liberté ....
HONTE A LA FRANCE D AVOIR VOTER CETTE NOUVELLE LOI.......HONTE..... seuls les chiens seront autoriser à baiser dans la rue......

la DAME DE HTE SAVOIE

Écrit par : dany lemaitre | 07 décembre 2013

@Dany lemaitre,oh qu'on aurait envie d'applaudir à ce cri du cœur et tellement chaleureux .Au sujet des chiens rien n'est moins sûr avec les perfectionnistes ,puritanistes et autres *conseilleurs*Pour preuve même le bétail ne peut plus assurer sa descendance sans être programmé par les spécialistes environnementalistes ceux-là même nommés voyeurs car acharnés à tout observer pour mieux centraliser et surtout* barêmiser*
La prostitution ferait-elle partie d'un programme d'acharnement lequel est refusé par les patients en milieu médical,programme entre les mains de gens complexés ou qui sont atteints dû syndrôme de la pureté raciale vieux restes de l'époque des hygiénistes ,allez savoir

Écrit par : lovsmeralda | 07 décembre 2013

Cette loi est un désastre, les justifications foireuses et incohérentes. Je ne sais pas quelle est la bonne solution concernant la prostitution ni s'il y a une solution à trouver, ce qui supposerait un problème, mais au niveau intellectuel, je crois qu'on touche le fond.

C'était bien la peine de nous balancer des "viols tarifés" par ci et par là pour finalement coller une simple amende. Si c'est un viol, alors c'est direction la prison. Traiter les clients de la prostitution de violeur c'est quand même une accusation grave. La moindre des choses aurait été d'être cohérent.

Mais l'on comprend surtout que le gouvernement avait grand besoin de se refaire une virginité après l'affaire DSK et les féministes hystériques et les lesbiennes grand besoin de vomir sur les hommes...

Au moins, l'avantage est que l'on voit maintenant au grand jour les vrais visages de tout ces lobbies haineux et inutiles financés par nos impôts.

Écrit par : Sub | 10 décembre 2013

Oui Sub, c'est exactement cela. Une amende est de la foutaise devant ces accusations. Niveau zéro du débat, en effet, et dictature intellectuelle.

Écrit par : hommelibre | 10 décembre 2013

J'ai l'impression d'assister à un bal de l'hypocrisie.

Dites-nous donc, messieurs, si vous avez déjà eu recours aux "services" d'une prostituée!

Je comprendrais que vous fulminiez contre une loi qui vous ferait payer le prix d'un "service" à 1500 Euro.

Personnellement, jamais eu recours à un tel "service".

Et répondez donc aussi à la question suivante : comment réagiriez-vous si vous appreniez que votre fille, votre mère ou votre femme se livrait à la prostitution?

Le documentaire ne renverse rien du tout. Qui sont les personnes interrogées? Sont-elles représentatives d'une majorité? Où sont les étrangères, les personnes en état de faiblesse? Oui, certaines femmes n'ont été ni violées, ni subi des violences. D'autres, beaucoup d'autres ont été violées et ont subi des violences. Pourquoi n'ont-elles pas été interrogées?

La femme avec un enfant abandonnée par le père qui se prostitue pour payer à manger et l'éducation de son enfant est-elle libre? Bien sûr que non. Combien d'hommes se retrouvent dans cette même situation? Bien moins que des femmes. Domination masculine encore une fois.

La prostitution est emblématique de la domination masculine. L'argent est du côté des mâles.

Écrit par : Johann | 10 décembre 2013

La question première est la liberté, liberté des femmes qui le souhaitent. Le besoin d'argent est une contrainte pour tout le monde, pas seulement pour les femmes "avec un enfant abandonnée par le père". serait-ce la majorité? Non, c'est une image misérabiliste. Il y a d'autres moyens de faire manger son enfant que la prostitution. Pourquoi en faire des victimes? Je considère cette victimisation comme un mépris des femmes, toujours infantilisées.

Je n'ai pas à répondre à vos question portant sur ma vie personnelle, et quelle que soit la réponse elle ne changerait rien à l'analyse.

A voir les clients dans différents reportages, y compris celui-ci, il y a de quoi éclater de rire à entendre pour la ennième fois citer le mythe de la domination masculine. Pensée-cliché. Aucune analyse ni profondeur, juste du prêt-à-penser méprisant des femmes.

La prostitution est une exploitation de la sexualité masculine. Et dans bien des familles que je connais, où les femmes gèrent l'argent du ménage, cet argent n'est pas "du côté des mâles" ... hum... ici en l'occurrence ce sont les "hommes" qui rapportent l'argent à la maison, les "mâles" désignant essentiellement leur fonction sexuée et non familiale.

Le mépris des hommes ne se mesure plus, il se déverse.

Et Sub a raison, je comptais d'ailleurs y revenir prochainement: si c'est un viol tarifé ou une traite des humains, ce devrait être 10 ans de prison. Najat Vallaud-Belkacem se fout du monde, et des femmes prostituées en premier. Elle sert le hors-d'oeuvre à sa clientèle.

Écrit par : hommelibre | 10 décembre 2013

Une sociologie appliquée.. ma partie préférée

Écrit par : Magazine | 13 décembre 2013

Les commentaires sont fermés.