27 novembre 2013

Portrait d'homme, par Lysiane Gagnon

Le film dont il est question ne viendra probablement pas en Europe. Il parle du Québec, de la vie là-bas, pas si différente d’ici. Mais sans grande vedette un film local a peu de chance de faire une carrière internationale. Il s'agit du Démantèlement, du réalisateur Sébastien Pilote.


hommes,femmes,J’en parle pourtant, pour mentionner la critique publiée par la canadienne Lysiane Gagnon dans lapresse.ca. Et pour en citer cet extrait où elle décrit ce qu’est un homme à ses yeux, mieux peut-être qu’un homme lui-même pourrait le faire. Voyons ce qu'elle dit des héros masculins du réalisateur Sébastien Pilote au travers du Démantèlement et d'un précédent film du même auteur. Chapeau, madame Gagnon:



«Chose rarissime au Québec, ces deux films sont aussi de très beaux portraits d'hommes mûrs. Des hommes qui n'ont rien à voir avec les caricatures qu'une lancinante propagande axée sur le mépris des hommes a imposées à l'imaginaire québécois.

Les deux héros de Pilote sont à mille lieues des maris abuseurs, des pères absents, des métrosexuels inconsistants et des petits hommes roses plus-féministes-que-les-féministes qui peuplent une grande partie des oeuvres d'ici, dans ce Québec qui se plaît depuis 40 ans à dénigrer les valeurs masculines traditionnelles.

Des valeurs que les deux héros de Pilote incarnent admirablement: le courage physique doublé d'un certain stoïcisme moral, l'ardeur au travail, l'esprit d'initiative, le sens des responsabilités et le désir de protéger les siens - un désir qui, dans le cas de Gaby, ira jusqu'au sacrifice ultime.

Les deux héros de Pilote vivent pour leurs filles sans par ailleurs vouloirhommes,femmes, les dominer (il n'y a pas une once de sexisme dans leur comportement). Leur sentiment paternel, intense, se manifeste avec pudeur et en peu de mots.

De même, devant l'épreuve, ils pleurent comme le font les vrais hommes dans la vraie vie: en retenant les larmes, sans se complaire dans le chagrin, en luttant contre la faiblesse momentanée qui risque d'abîmer l'image de force qu'ils doivent projeter. Ce réflexe n'est pas de la vanité: l'homme veut être fort, pour protéger et rassurer les siens - un instinct animal et millénaire qui persiste malgré la révolution féministe.

De telles réflexions ne sont peut-être pas à la mode, mais à vrai dire, je ne connais pas une seule femme, quelque soit son âge, qui ne souhaiterait pas partager sa vie avec ce genre d'homme-là: un homme capable de concilier les vertus anciennes avec la vision moderne et égalitaire des sexes.»


Lysiane Gagnon ajoute:

«L'image de la mère a été omniprésente dans l'histoire d'une société profondément marquée par le matriarcat (le matriarcat étant la face inverse du patriarcat, à l'époque où l'homme dominait la sphère publique tandis que la femme régnait sans partage sur le foyer).»


L’article complet est ici.

11:42 Publié dans Féminisme, société | Lien permanent | Commentaires (11) | Tags : hommes, femmes | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

Comme les hommes du Québec traversent la montée au Golgotha, 12 jours avant la commémoration de la polytechnique, c'est la croisade des féministes radicales contre les hommes. Pub et campagnes publicitaires pendant 12 jours sur la violence faite aux femmes, toujours victimes des hommes. Année après année, dans leur commentaire, rien de se corrige et rien ne se fait, mais on ne mentionne jamais que le gouvernement québécois verse 600 millions pour toutes sortes d'organismes féministes contre 30 millions pour les hommes. Et, la femme est toujours perdante au Québec et de plus victime. Cherchons l'erreur ou l'horreur?

J'ai été enchantée de retrouver en cette journaliste des mots pour soulager les maux de nos pères, de nos maris, nos frères, nos fils. Il nous en faudrait plus de discours en ce sens. Bravo à Madame Gagnon.

Écrit par : Lise Bilodeau | 27 novembre 2013

Quand je lis ça : ''... l'homme veut être fort...'', je rectifie, et je précise :
Selon mes constats sur 60 années (et plus)... l'homme, le vrai (et non pas l'homme effeminé) , est bien plus fort que la femme...
Et, pour un homme, être aimé par une femme... ça lui permet d'atteindre les étoiles...
Je suis un homme et fier de l'être... et je le resterai !

Écrit par : Michel Willekens | 30 novembre 2013

La guerre des sexes a réellement commencé en 1969 en Europe... Et plus tard, en 1971, les femmes rassemblées au MLF (Mouvement de Libération de la Femme) ont manifesté un peu partout en Europe en revendiquant :
1/ La liberté sexuelle...
2/ Le droit à l'avortement...
3/ Contre le mariage...
Nous voyons... aujourd'hui... les résultats de cette mentalité indécente...

Écrit par : Michel Willekens | 30 novembre 2013

1/La liberté sexuelle...
2/ Le droit à l'avortement...
3/ Contre le mariage...


Moi j'ai rien contre...

Écrit par : nemotyannus | 30 novembre 2013

1/La liberté sexuelle...
ce que voulaient dire les femmes c'est que leur ventre leur appartenait, donc que leurs enfants leurs appartenait, ce qui est faux, on voit maintenant le résultat de "nos enfants nous appartiennent, pléthore denfants rois en manque éducatifs en manque de péres de limites. beau résultat !!!

3/ Contre le mariage...

c'est encore plus simple de se séparer par pur bovarysme quandil n'y a pas de mariage d'éjecter l'homme le pére et d'étre la mére toute puissante.

2/ Le droit à l'avortement... et la pilule sont nécessaire il y a eu progrés de la médecine, il n'y a plus de mortalité infantile, le contrcoup de tout ça c'est que l'enfant est maintenant programmé, il se limite à deux généralement donc il est couvé par les méres pour compenser cette emprise plus grande des méres il fallait renforcer la puissance paternelleau lieu de la supprimer, supression qui s'est faite au nom de l'égalité déjà en 68 on commençait à confondre égalité entre les hommes et les femmes avec similarité.

Écrit par : leclercq | 30 novembre 2013

Je ne crois pas que nous femmes nous voulions etre l 'égal de l homme .....c est plus un respect que nous avions recherché .....
et que nous cherchons encore .....
Nous ne sommes pas des vaches laitières .....
notre carriére les enfants la contraception la cuisine le ménage les soucis journaliers rester belle et mince et surtout satisfaire les plaisirs sexuels de nos maris .......
et l amour dans tout cela.......
la dame de hte SAVOIE

Écrit par : dany lemaitre | 01 décembre 2013

"Je ne crois pas que nous femmes nous voulions etre l 'égal de l homme .....c est plus un respect que nous avions recherché ....." pourtant on entend partout parler que de ça égalité confondu avec similarité.

exemple inégalité salariale il est sous entendu que les femmes sont similaires aux hommes. et coté respect dans le monde réel ce sont plutôt les hommes qui ne sont pas respectés par les femmes

"Nous ne sommes pas des vaches laitières .....
notre carriére les enfants la contraception la cuisine le ménage les soucis journaliers rester belle"

les temps contraints des hommes et des femmes sont identiques, et dans le temps contraint des femmes des activités peu éreintantes rentrent en compte, amener les enfants à l'école jouer avec les enfants, tenir compagnie à une personne adulte (genre papoter avec une copine !!!)

et coté carriére seulement 10% de femmes donnent plus d'importance à leur carriére qu'a leur famille, d'où l'enfumage notion de plafond de verre.

"surtout satisfaire les plaisirs sexuels de nos maris .......
et l amour dans tout cela......."

donc les hommes ,ne penseraient qu'a baiser et vous vous avez des vues beaucoup plus hautes "l'amour avec un grand haut qui justifierai de briser des familles de jouer les éternelles adolescentes qui refusent de grandir.

Écrit par : leclercq | 01 décembre 2013

Mr LECLERQ
vous avez bien fait de me répondre point par point et je ne vais pas vous contrarier ...... je ne suis pas tout à fait de votre avis je suis indépendante et je gére une entreprise .......je n ai pas de copines
et je sais de quoi je parle sur cette romance. S 'assumer grandement c est un parcours .....et je soutiens la vie des femmes et en plus celle qui prennent des coups....à ce sujet je ne vais pas rentrer dans les statistiques......
c "est certain les hommes aiment baiser....
pas belle la vie........
trés bonne soirée la dame de HTE savoie

Écrit par : dany lemaitre | 01 décembre 2013

Mr LECLERQ
vous avez bien fait de me répondre point par point et je ne vais pas vous contrarier ...... je ne suis pas tout à fait de votre avis je suis indépendante et je gére une entreprise .......je n ai pas de copines
et je sais de quoi je parle sur cette romance. S 'assumer grandement c est un parcours .....et je soutiens la vie des femmes et en plus celle qui prennent des coups....à ce sujet je ne vais pas rentrer dans les statistiques......
c "est certain les hommes aiment baiser....
pas belle la vie........
trés bonne soirée la dame de HTE savoie

Écrit par : dany lemaitre | 01 décembre 2013

à ce sujet je ne vais pas rentrer dans les statistiques......

les statistiques revues et corrigées par les féministes, on connait les hommes commencent a en avoir marre de l'imposture féministe.

Écrit par : leclercq | 02 décembre 2013

@ dany lemaitre

moi aussi je suis indépendant, je suis artisan et mon épouse aussi est indépendante.

il fait du toilettage canin à domicile, et elle voit de trés prés le quotidien des femmes, une majorité de compagnon de ses clientes subissent l'irrespect de leurs compagnes. la violence psychologique. beaucoup de ses clientes, il ne faut pas les contrarier il faut aller dans leur sens, une certaine proportion sonts hystériques infernales à vivre. ça c'est la réalité.

les femmes en couple onts actuellement besoin d'un contre pouvoir quelles n'onts plus.

"et je sais de quoi je parle sur cette romance."

D'après la sociologue française, Evelyne Sullerot, féministe delà première heure, mais reconvertie après la fondation de l'organisme Retravailler où elle a reçu plus de 500 000 femmes, dont beaucoup étaient divorcées,
«Il ne faut pas oublier que ce sont les femmes, dans trois cas sur quatre, qui demandent la séparation... Et pourquoi la demandent-elles ? Diverses études montrent que la cause numéro un est le désappointement... Elles ne supportent pas le quotidien sans la romance : je m'ennuie, donc je veux refaire ma vie...
s'exclame la
Vous n'êtes pas tendre envers les femmes, journaliste.
Non. Je crois qu'elles n'ont pas très bien géré la formidable liberté qui leur avait été donnée. Je pense que tout cela est rattrapable. Mais je voudrais leur dire qu'elles ne sont pas les propriétaires de leurs enfants. »

http://www.optionsante.com/yd_reactions_guidedivo.php

Le coup de foudre
Trouvez un partenaire diamétralement opposé. La psycho pop le dit : les contraires s'attirent. L'intense passion durera un certain temps puis, la polarité s'inversant, cette intensité se retrouvera dans les conflits suscités par les mêmes différences qui vous ont attiré. Une formule qui ne rate jamais. Denise, une de mes clientes, en était au douzième " homme de sa vie ", une véritable experte en coups de foudre, et elle n'avait que 38 ans la dernière fois que je l'ai reçue.

Écrit par : leclercq | 02 décembre 2013

Les commentaires sont fermés.