16 novembre 2013

Le 19 novembre, pfff... on pisse debout!

Encore une journée «de». Une de ces journées où pendant 24 heures tout est supposé être dit sur une problématique. La télé en parle (parfois), les politiques descendent dans l’arène s’il y a des voix à gratter. Et le lendemain on a l’impression que l’on a fait un petit pas pour l’homme et un grand pas pour l’humanité.


journée de l'homme,international men's day,hommes,femmes,misandrie,communautarisme,Un petit pas pour l’homme, sans H majuscule. Ben oui, justement, le 19 novembre est la journée de l’homme - ou des hommes, les mecs, les mâles, les gus, les garçons quoi. Ouaip.

Il y a quelques années, j’aurais peut-être souscrit à une telle journée, par une sorte de mimétisme facile. Aujourd’hui je vais fâcher quelques amis et amies canadiens et français qui tiennent à faire du 19 novembre le 8 mars masculin. Parce que je n’aime pas cette idée.

Pour ceux et celles qui ne connaissent pas cette commémoration, il ne s’agit pas de la suite du jour des morts ni du 11 novembre. On n’y vénère pas les revenants ni les zombies. Mais plutôt ceux qui restent debout dans la grande vague des hommes couchés comme une forêt après un ouragan. Ceux qui, rebelles magnifiques fiers de leur identité masculine, pissent encore debout (cela passe aussi par là, si, si) - mais aussi ceux qui hésitent à confronter la domination féministe.

En deux mot le 19 novembre a commencé à Trinidad et Tobago. Qu’en dit Wikipedia:

«Selon ses créateurs, la journée internationale des hommes est un temps pour mettre en évidence la discrimination à leur encontre dans les domaines de la santé, droit de la famille, l'éducation, des médias ou d'autres domaines et à célébrer leurs contributions positives et les réalisations.»

Cette journée est organisée:

journée de l'homme,international men's day,hommes,femmes,misandrie,communautarisme,








Je sais bien que les hommes sont souvent discriminé, dénigrés, et que la misandrie dispose des courroies de transmission de l’Etat. Cela vaut peut-être une journée de l’homme.

Mais alors c’est tous les jours. Tous les jours les discrimination injustes (il y en a des justes) sont à combattre. Tous les jours les humains doivent créer un monde plus respectueux. Et pas seulement pour les hommes, ou pour les femmes,  mais pour tout le monde. Célébrer les sexes séparément c’est exactement aller en sens contraire de l’objectif. Ou alors on reconnaît officiellement qu'il y a des spécificités propres à chaque sexe et l'on délimite plus précisément la notion d'égalité.

Je suis allergique au communautarisme, qu’il soit masculin, féminin, LGBT, beur, etc. le communautarisme est l’un des meilleurs moyens de créer de nouvelles injustices et de déconstruire la société.

Mais puisque ce jour existe, je le mentionne. Malgré ma profonde aversion pour les clans. Cela peut toujours faire du bruit et faire causer. Au fait, à quand une journée de l’humanité, où tout le monde se plaindrait de tout le monde? Coluche adorerait.

 

___________________________________________________________

 

journée de l'homme,international men's day,hommes,femmes,misandrie,communautarisme,Et n’oubliez pas de voter et d'inciter vos amis à voter pour Cacaoo aux sélections suisses pour l'Eurosong! Le vote ferme dans deux jours, le 18.

 

En voici une version audio améliorée (même si ce n'est pas encore du studio):

 


podcast

 

La chanson et le vote, c’est ici, depuis tout pays.

 

 

 

Et vous pouvez voter une fois tous les jours!

19:27 Publié dans Politique, société | Lien permanent | Commentaires (19) | Tags : journée de l'homme, international men's day, hommes, femmes, misandrie, communautarisme | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

Voilà qui est fort intéressant....
Vous omettez toutefois de citer quelques exemples de discrimination dont souffrent les hommes.
Excédent salarial sur le sexe opposé? Etre en surnombre dans les organes dirigeants, que ce soit en politique ou dans l'économie? Meilleures chances de promotion professionnelle? Représentation excessive dans les accidents de la route téméraires ayant entraîné la mort?
C'est vraiment trop injuste!

Écrit par : Arnica | 16 novembre 2013

Arnica,

Ah, si vous entrez tout de suite en compétition victimaire, va falloir que je cherche mes chiffres. Je n’avais pas prévu cela. C’est vrai, j’oublie trop souvent que quand on parle des injustices ou discriminations faites aux hommes, on nous envoie celles faites aux femmes. Cela évite de devoir entrer en matière... Et c’est une manière comme une autre de tenter de faite taire les hommes. Les féministes ont le monopole de la victime, et surtout des subventions d’Etat.

Bon, inégalité salariale. On fait dire aux chiffres ce que l’on veut. Moi j’attend les milliers de fiches de paies comparatives femmes-hommes, ainsi que les milliers de jugement des Prudhommes, toutes conditions identiques:

- la même entreprise,
- des postes équivalents,
- des niveaux de responsabilités équivalents,
- une ancienneté identique,
une formation identique,
public contre public, privé contre privé,
même région,
salaire mensualisé et proportionné sur un équivalent plein temps.

On notera aussi le type d’activité puisque certains métiers sont plus occupés par des femmes, d’autres par des hommes. On tiendra compte aussi de la pénibilité qui use la santé plus rapidement. Ou bien on mettra autant de femmes que d’homme à porter des sacs de ciment sur les chantiers.

Au fait de combien serait la différence? Rappelez-vous, jusqu’à 27%, parfois 21%, parfois 18%.

Et hier madame Sommaruga, CF, annonçait «presque 10%» de différence.

http://www.rts.ch/video/info/journal-12h45/5378794-les-femmes-de-l-union-syndicale-suisse-exigent-que-l-egalite-des-salaires-devienne-une-realite.html

Une différence incroyable. Les salaires des femmes auraient subitement augmenté sans qu’on le dise? On fait dire ce que l’on vent aux statistiques, il manque toujours des paramètres.

J’attends donc les milliers de fiches de paie comparatives. Après on en reparle. En l’état c’est de l’enfumage, une victimisation, comme d’hab.


Discriminations contre les hommes. Je ne vais pas faire la compète avec vous, je cite juste quelques unes flagrantes: la parentalité après séparation, l’envoi à la guerre, le dénigrement habituel du masculin, etc.

Écrit par : hommelibre | 16 novembre 2013

@ Arnica

"Excédent salarial sur le sexe opposé? "j'usqu'a preuve du contraire les hommes et les femmes ne sonts ni similaires ni identiques, ne travaillent pas dans les mêmes domaines n'onts pas les mêmes priorités de vie, donc par conséquent la notion d'inégalité n'a pas lieu d'être.

lis de susan pinker "le sece fort n'est pas celui que l'on croit ça t'éclairera sur les différence dans les priorités de vie entre un homme et une femme.

http://la-cause-des-hommes.com/spip.php?article312

10% de femmes donnent la prépondérence à leur carriére.là tu comprendra pourquoi les hommes sonts en surnombre dans les instances dirigeantes."Meilleures chances de promotion professionnelle? " faux

http://la-cause-des-hommes.com/spip.php?article273

"Certes elles sont peu nombreuses à postuler pour ce genre de postes, mais Marc Veyron, directeur des ressources humaines de Champion, n’a pas de mal à l’expliquer : "Nous avons peu de demandes."nous avons peu de demandes !!!!

il y a quelques jours j'ai écrit que les féminismes étaient la plus grande imposture actuelle, avec leurs mensonges leur exagération, leur mauvaise foi, donc il faut faire une recherche foulliée sur chauque affirmation féministe pour trouver la part de mensonges de mauvaise foi d'exagération là dedans." en politique ou dans l'économie? "ce qui est dommage c'est que la plupart en politique sonts des féministes, qui trainent avec elles les tares de cette idéologie, stigmatisation de l'autre mauvaise foi mensonges, il n'y a qu'a voir le bordel en france en ce moment à cause de cet état d'esprit, dans la justice familiale c'est pas mieux, l'injustice régne merci les féministes, les média c'est pas mieux il n'y a qu'a voir les clips mensongers sur les inégalités salariales.

Écrit par : leclercq | 17 novembre 2013

voilà la réalité de la dictature féminosocialiste
Que s'est-il passé ce 11 novembre 2013 sur les champs Elysées
Il faut absolument regarder cette vidéo jusqu’au bout,surtout pour les sceptiques.....s’il en reste encore ! Vous remarquerez que tous ces manifestants interpelés ont des “gueules de voyous”.....!
Il faut que les Français sachent ce qui se passe en régime socialiste
Diffusez. les journalistes salariés ne le feront pas : ils parlent "d'opposants d'extrême-droite" (sans l'ombre d'une preuve !) : mais ce sont des français excédés, c'est vous, c'est moi...
Hollande doit partir. Vite.
Honte pour la démocratie.

https://www.youtube.com/v/GB2FKMrNKsU#t=443

Écrit par : leclercq | 17 novembre 2013

@ HL

la nouvelle idée féminosocialiste

http://www.ces.gouv.qc.ca/apropos/equite.asp

Écrit par : leclercq | 17 novembre 2013

Alors si les hommes gagnent autant que les femmes, où est le problème? Où est la discrimination?
Eh oui, les hommes font l'armée et les hommes ne peuvent pas enfanter. C'est très injuste.

Leclerq: si je comprends bien, c'est à cause des féministes que Hollande est nul?
C'est à cause des féministes que la France a perdu son triple AAA?
Le typhon aux Philippines, c'est encore elles, je parie....

A nouveau, je ne peux que vous conseiller d'aller boire une bonne camomille

Écrit par : Arnica | 17 novembre 2013

@ Arnica

"où est le problème? "

le probléme est dans le mensonge féministe.

c'est à cause des féministes que Hollande est nul?

les féministes et le socialisme à la hollande fonts une bonne association de merde.

Écrit par : leclercq | 18 novembre 2013

Arnica vous devriez lire vos ex consoeurs, comme E Badinter, E Pizay,E Sullerot, Doris Lessing, elles ont compris que le féminisme s'est égaré depuis longtemps dans son deni sur tout ce qui peut affecter les hommes et dans ses attaques systématiques contre eux. La différence entre le féminisme et le train: quand il déraille, le train , lui, il s'arrête.

Écrit par : pat | 18 novembre 2013

@ pat

"La différence entre le féminisme et le train: quand il déraille, le train , lui, il s'arrête."

c'est un contre pouvoir dont elles onts besoin pour les arrêter.

Écrit par : leclercq | 19 novembre 2013

@ Arnica

et quand ça ne va pas dans leur sens elles stigmatisent comme toi d'ailleurs.

"A nouveau, je ne peux que vous conseiller d'aller boire une bonne camomille"

ça c'est pas trop dur de dialoguer comme ça.

on est dans une société qui fonctionne sur des valeurs féminine il n'y a que le féminin de bien

la compassion "dixit l'affaire léonarda, la prof était choquée mais ça ne la choque pas quelle et les assoc avec le même état d'esprit ai fait perdre à la france 500000 € pour cette famille de merde in intégrable !!!

les BIG MOTHER de michel Schneider ça t'éclairera.

http://www.cairn.info/revue-che-vuoi-2005-1-page-219.htm

cette société interdit même aux hommes de mourir à la guerre

et ils utilisent leur besoin de foncer de prendre des risques, en roulant comme des fous

"Représentation excessive dans les accidents de la route téméraires ayant entraîné la mort? "

c'est pas bien les risques, c'est pas féminin la femme protége mais ne prend pas de risques, l'homme protége sa famille en prenant des risques.

suite du dessus

Erin Pizzey (1939- ) : écrivaine anglaise très intéressée par la condition féminine, mais hors idéologie ; elle ouvre en 1971, à Chiswick, le premier centre pour femmes victimes de violences conjugales. Dix ans plus tard, après avoir reçu cinq mille femmes et perdu beaucoup d’illusions, elle raconte son expérience dans Prone to violence (Enclin à la violence, 1982). Elle y fait plusieurs constats politiquement incorrects : la moitié des femmes venues dans ce centre sont elles-mêmes violentes ; leur misère est exploitée par des encadrantes sexistes qui les poussent à la haine des hommes en général ; la violence conjugale est devenue une industrie dotée de budgets énormes que des groupes idéologiques essaient de capter à leur profit. La publication de ce livre déclenche contre elle une véritable hystérie, au point qu’elle a besoin d’une protection policière pour en faire la promotion. Il devient un livre maudit : jamais traduit en français, et accessible seulement dans quelques bibliothèques du monde. Elle continue, dans des articles, à démonter et à dénoncer les mécanismes de l’idéologie misandre.

les féministes déjà dans ces années là étaient déjà malhonnêtes.

Erin Pizzey (1939- ) : écrivaine anglaise très intéressée par la condition féminine, mais hors idéologie ; elle ouvre en 1971, à Chiswick, le premier centre pour femmes victimes de violences conjugales. Dix ans plus tard, après avoir reçu cinq mille femmes et perdu beaucoup d’illusions, elle raconte son expérience dans Prone to violence (Enclin à la violence, 1982). Elle y fait plusieurs constats politiquement incorrects : la moitié des femmes venues dans ce centre sont elles-mêmes violentes ; leur misère est exploitée par des encadrantes sexistes qui les poussent à la haine des hommes en général ; la violence conjugale est devenue une industrie dotée de budgets énormes que des groupes idéologiques essaient de capter à leur profit. La publication de ce livre déclenche contre elle une véritable hystérie, au point qu’elle a besoin d’une protection policière pour en faire la promotion. Il devient un livre maudit : jamais traduit en français, et accessible seulement dans quelques bibliothèques du monde. Elle continue, dans des articles, à démonter et à dénoncer les mécanismes de l’idéologie misandre.

Écrit par : leclercq | 19 novembre 2013

suite

Suzanne Steinmetz : sociologue américaine. Etudiant diverses enquêtes sur la violence familiale, elle crée dès 1977 le concept de "mari battu", remplacé ensuite par celui d’"homme battu". En 1980, elle mène avec deux autres sociologues, Murray Strauss et Richard Gelles, l’étude intitulé Derrière les portes closes : la violence dans les familles américaines, qui démontre que les deux sexes sont, de manière équivalente, à l’origine de ces violences. Dès lors, elle subit, avec sa famille, de nombreuses menaces de violence physique. On lui doit la formule devenue célèbre : "Le crime le plus sous-estimé n’est pas la femme battue, mais le mari battu."

Écrit par : leclercq | 19 novembre 2013

Leclercq ne savez vous pas que le simple fait d'évoquer le fait qu'un homme puisse être victime de violence conjugale vous fait immédiatement classer parmi les rangs de la cohorte des immondes masculinistes.
Que voulez vous pour fédérer les troupes feministes un peu a court d'argument dans nos pays, rien de tel que de s'inventer un ennemi commun.....

Écrit par : pat | 19 novembre 2013

Bon à propos de masculinisme si il y'en a ici, il faut dire 2/3 trucs.

il faudrait le combattre avec la même fermeté.
(Il serait intéréssant de voir un article d'Hommelibre là dessus .)

QUELQUES POINTS.
-Tentative de descendre N'IMPORTE QUELLE idée féministe .
-Rôle central du mâle dans la famille et retour aux familles traditionnelles .
-Féminisation de la société et des petits garçons .
-Tentative de faire passer l'espérance de vie moindre comme étant du sexisme .
-Parler des boulots pénibles ou de la galanterie comme étant du sexisme .
...

Tout ça c'est du vent , c'est totalement réactionnaire.
Tout ça c'est le discours de Zemmour et compagnie. On en veut pas.
PAas étonnant qu'on écoute pas les hommes si dans leurs rangs on trouve ces gens là et ces idées.
Pour s'opposer aux délires féministes, il ne faut pas utiliser d'autres délires.

En défendant ces quelques points , ou en les mettant en avant , il n'est pas étonnant de passer pour un masculniste.
Ce sont de faux points , là aussi on a à faire à de la victimisation délirante.

-J'emmerde les virilistes militaristes et leur prétendue féminisation des garçons
-Il n'y a pas de valeurs sexuées on les apprend et une fille apprendra ce qu'un garçon apprendra et vice versa .
-Et , donc , les valeurs sexuées changeront aussi.
-Les rôles traditionnels ça n'existe plus , on en a plus besoin !
-La famille , ça change ! Et si t'es pas content tu sors ou tu t'adaptes...

Forcément si vous vous pretendez hoministes et que vous sortez ces arguments
vous ne serez pas écoutés pour les points sérieux et justifiés comme la violence conjugale , l'intouchabilité des dogmes féministes , la diabolisation irrationnelle , etc.
Ciblez mais soyez justes.
Ayez les bons arguments , soyez de votre temps et ouverts d'esprit ou bien abstenez vous de parler.


On dit souvent dans les milieux Fem.Rad que les hommes ont en général peur de perdre leur pouvoir , c'est délirant bien sûr et j m'attèle à combattre ce discours.
Alors , ne venez pas sortir les quelques points masculinistes du debut . Parce que vous ne faites que leur donner raison et saper mon boulot.

Écrit par : nemotyannus | 19 novembre 2013

"-Les rôles traditionnels ça n'existe plus , on en a plus besoin !
-La famille , ça change ! Et si t'es pas content tu sors ou tu t'adaptes"

voilà le résultat du changement des rôles traditionnels

marion 13 ans harcelée au collége suicidée

Écrit par : leclercq | 20 novembre 2013

"-Il n'y a pas de valeurs sexuées on les apprend et une fille apprendra ce qu'un garçon apprendra et vice versa ."

on dirait la théorie "GENDER" on sait ce que ça vaux pour le moment il n'y a que les norvégiens qui onts eu la lucidité d'éjecter cette merde.

"Forcément si vous vous pretendez hoministes et que vous sortez ces arguments
vous ne serez pas écoutés pour les points sérieux et justifiés comme la violence conjugale "

parce que les féministes onts l'intention d'écouter les hommes maintenant c'est nouveau, toutes les affirmations féministes ce n'est que mensonges mauvaise foi exagération, ce fonctionnement fait quelles sonts incapables de dialogue, et tout d'un coup elles deviendrait capables d'écouter, mais une compagne qui a ce comportement là la seule solution c'est la fermeté point !!!

Écrit par : leclercq | 20 novembre 2013

@Leclercq.
@LE GENRE c'est l'inné et l'acquis au niveau du sexe et des comportements sexués. Rien de plus.

Ce qui n'est pas validé c'est la récupération et l'interprétation ultra-féministe "tout est culturel et rien de naturel" .
-En faisant ça on NIE le rôle du naturel à tous les niveaux.

Ce que je dis c'est qu'on peut inculquer ce que l'on veut à un garçon ou à une fille de la même façon . Le bien , le mal , la guerre , l'empathie...
Et par là MODIFIER la façon dont va se manifester la part de Naturel. Et avec le temps ,c'est même les individus qui s'adapteront le mieux à celà qui s'intègreront le mieux.
Une sorte de sélection naturelle au niveau culturel.
De la même façon qu'on apprend à un enfant à pas laisser libre cours à sa colère ou à ses pulsions.


Il y a une base de naturel (ça ils le nient) mais c'est malléable , maîtrisable , orientable et interchangeable en certains cas (ça vous le niez) .
Ce n'est pas du tout la même chose.
Une prédisposition n'est PAS une fatalité ni un destin .
Les prédispositions ne sont pas les même ici ou là , enfin selon le contexte quoi.

Nier ça c'est non seulement de l'ignorance ou de la paresse mais surtout donner raison aux plus radicales pour qui les hommes ne savent que faire la guerre et les femmes repasser le linge.

Par exemple , tomber amoureux fait chuter le taux de testostérone chez les hommes et l'augmente chez les femmes , le comportement des hommes et des femmes changera dans une société ou il est fréquent et banal de tomber amoureux.
Au contraire d'une société ou on aura appris à ne pas créer d'attaches . (Bon , c'est juste un exemple pour illustrer , pas sûr que ça existe)

Par contre il est prouvé que le taux baisse en étant père , alors une civilisation qui privilégie la paternité , etc... pareil.


"parce que les féministes onts l'intention d'écouter les hommes maintenant c'est nouveau"

Non , pas seulement par les féministes... PAR TOUT LE MONDE.
Parce que , je l'ai déjà dit , tout le monde écoute DÉJÀ les feministes. Tous leurs dogmes passent pour vrais au sein de la populace.
Alors la moindre des choses c'est de faire mieux que ça , rester serieux et objectifs , pas mentir comme eux , le tout en étant dans le sens de l'égalité sincère et du progrès.

Et pour ça , oui , il faut combattre les idées masculinises car basées elles aussi sur du rien et contraire à ces idéaux.

Écrit par : nemotyannus | 20 novembre 2013

@ nemotyannus

"Ce que je dis c'est qu'on peut inculquer ce que l'on veut à un garçon ou à une fille de la même façon . Le bien , le mal , la guerre , l'empathie..."

des expériences onts déjà été faites dans les kibbouz en allemagne aprés guerre, élever les garçons et les filles identiquement, ça n'a rien changé, et une fois adultes ils onts faits comme les autres hommes et autres femmes onts eu des activités et des comportement différenciés.

Écrit par : leclercq | 21 novembre 2013

Les expériences ont eu lieu en Israel début des années 50 et effectivement devenus adultes les enfants ainsi traités ont repris dans les mêmes proportions leurs "mauvais penchant" sexués. c'est vraiment à désepérer, n'est ca pas. Certains théoriciens se passent néanmoins de consulter les expériences antérieures, leur théorie ne pouvant s'accomoder des faits. Il est vrai qu'ils n'ont peut être pas suffisament utilisé des moyen tres convaincants de conditionnement pavlovien, mais peut être qu'a ce stade la fin ne justifie pas vraiment les moyens?
Ils ne prennent d'ailleurs pas plus en compte les expériences menées en Angleterre et aux Etats Unis sur de tres jeunes enfants (moins d'un mois) et sur des bébés singes et qui démontrent assez bien que le sexe agit sur le comportement avant que la "culure" n'ait fait son oeuvre.
On a appris a ne pas contrarier les gauchers parce qu'il est démontré que ça les perturbe gravement et que le fait de pas les contraindre est sain, mais pour ce qui est du sexe il n'y a qu'un seul comportement admissible celui des droitiers du sexe!

Écrit par : pat | 21 novembre 2013

@ nemotyannus

"Alors la moindre des choses c'est de faire mieux que ça"

ce qu'ils faut surtout c'est que les hommes ne soient plus comme ça

"Les hommes eux, sont souvent très amoureux, dans le déni complet. «Ce sont des hommes peu sûrs d'eux, passifs, qui mettent la femme sur un piédestal. Ils n'ont aucune capacité de décision. Au début des violences, ils pensent qu'ils s'y prennent mal, ils cèdent à tous les caprices. Les femmes ne sont jamais confrontées à un contre-pouvoir"

mais comme ça

9. Les attentes légitimes de l'homme face à sa partenaire
Comme tous les hommes, vous êtes prêts à faire beaucoup pour la femme que vous aimez, lui décrocher la lune s'il le faut (même si elle ne le vous demande pas). Si vous voulez vivre heureux avec
une femme, vous avez des stratégies efficaces à développer, un mode d'emploi à apprendre, être à son écoute... Mais vous avez aussi des droits, des privilèges, des limites à faire respecter. Vous devez apprendre à vous tenir debout lorsque son comportement est inacceptable, qu'elle vous critique sans cesse et cherche à vous con¬trôler en vous imposant sa façon d'éduquer les enfants, de gérer l'argent, la sexualité, les activités sociales, ou veut aussi vous dire comment conduire votre carrière ou votre auto. Vous ne devez jamais user de violence, car vous perdriez votre fierté personnelle et votre estime, mais vous devez utiliser la fermeté, faire preuve d'assertion, vous diront les psychologues, lorsque nécessaire.
Comme souligné à plusieurs reprises depuis le début de ce livre, l'univers de l'homme est physique et rationnel, son cerveau étant construit pour gérer la réalité objective. Pour vivre avec un homme, la femme doit, d'après Joe Tanenbaum, faire cinq concessions majeures, concessions auxquelles vous êtes en droit de vous atten¬dre. La première de ces concessions est d'accepter de vivre dans un univers physique, qu'elle s'y sente à l'aise ou non, qu'elle ait l'impression ou non que cet univers la rend prisonnière. Elle doit cesser de vouloir «améliorer» l'homme en le forçant à entrer dans son univers subjectif rempli d'émotions, d'intuitions, de spiritua¬lité, de perceptions extrasensorielles, de pressentiments... Elle doit comprendre que l'homme a besoin de ces limites physiques et intel¬lectuelles afin de préserver sa santé mentale. Si tant d'hommes con¬temporains semblent complètement perdus, c'est parce qu'ils essaient de vivre selon les attentes subjectives, donc variables, des femmes plutôt que de se fier à leurs critères personnels objectifs, donc stables.
Devant l'impossibilité pour l'homme d'être à la hauteur de ses attentes subjectives, la femme doit faire deux autres concessions : laisser tomber la colère consécutive à sa frustration et accepter
qu'elle ne sera jamais comprise par l'homme comme elle le voudrait. Ce qui ne l'empêche pas pour autant de rester spontanée et d'agir selon les critères de sa propre réalité féminine, subjec¬tive, mais positive. Elle doit aussi, quatrième concession, entretenir la notion de réalité masculine, différente de la sienne, au même titre que l'homme doit aussi prendre conscience d'une réalité féminine subjective, sinon les deux se retrouveront dans une situation sans issue, chacun cherchant à opprimer et exploiter l'autre. Finalement, elle doit développer sa patience et attendre que l'homme fasse de lui-même, dans les siècles à venir, l'apprentissage des domaines intuitifs, émotifs et spirituels.

Écrit par : leclercq | 21 novembre 2013

Les commentaires sont fermés.