01 novembre 2013

Guerre et chaos en Centrafrique

Depuis le renversement du président Bozizé le 24 mars dernier, la République Centrafricaine sombre dans le chaos. Les anciens rebelles de la Séléka n’ont pas quitté le pays. Après avoir pillé et volé tous les biens dans la capitale Bangui, les bandes armées courent le pays et volent, tuent, violent impunément.


guerre,centrafrique,bangui,seleka,réfugiés,chrétiens,musulmans,Les rebelles de la Séléka engagent des soldats mercenaires musulmans, faisant progressivement tourner le conflit en guerre de religion. Les paysans, majoritairement chrétiens, s’organisent en groupes d’autodéfense. Les familles quittent les pistes et les villages. On estime que 400’000 personnes ont fui ou été déplacées et vivent de manière très précaire dans les forêts. Les massacres continuent.

Livré à ces bandes qui pour certaines ont intégré l’armée, le pays est la proie de exactions et règlements de comptes. Il n’y a plus d’organisationguerre,centrafrique,bangui,seleka,réfugiés,chrétiens,musulmans, ni d’administration. La force d’interposition africaine assure une relative sécurité autour des camps de réfugiés, mais pas dans les forêts, où non seulement la sécurité mais aussi la nourriture font défaut.

La belle Afrique, et ses guerres sans cesse recommencées. Et la religion qui vient au centre du débat.

Quelle tristesse. Quand ce pays, comment d’autres pays africains pourront-ils un jour vivre en paix et dans la prospérité et la sécurité auxquelles ils ont droit, simplement parce que c’est un droit humain fondamental?





14:03 Publié dans Politique, société | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : guerre, centrafrique, bangui, seleka, réfugiés, chrétiens, musulmans | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Les commentaires sont fermés.